Julie, devoir théâtrale

2 minutes de lecture

Mail : JulieDesaddeMarseille@hotmail.fr

Objet : Devoir en retard car j’étais malade.

Destinataire : Marionclauquarde@gmail.com

Bonjour, j’écris ce mail car j’étais malade, c’est bien le devoir théâtrale imaginaire.

J’ai imaginé le quartier sans violences avec de l’éducation, avec mes amis qui ont oubliés de vous donner la pièce.

J’espère que cela vous plaira et encore je suis désolé.

Les beaux quartiers



ACTE I



Scène I

Entre Julie, Martine et Amine.



Martine : Qu’il fait beau aujourd’hui.

Julie : Serais-ce le temps de se balader dans ces quartiers ?

Amine : Ah les amis ! Les quartiers ont changés, les rappeurs ne sont plus stigmatisés.

Julie : Alors je peux rapper ?

Martine : Va-y Julie ! On est là, tu es un exemple, c’est toi qui a changé les quartiers de Marseille !



Julie : Je ne fais pas semblant, je suis de chair et vivante !

Je vis l’instant présent, j’ai le pouvoir de changer les gens mais pas le temps !

Je suis grande, je m’exprime librement dans notre république tant puissante !

Je suis un gentil monstre, j’ai des valeurs qui resteront permanents !

J’ai le cœur vaillant, je retirerai les conflits avec force et convictions !

Mes amitiés que je protégerai sans illusions, le regard vers l’horizon !

Nos quartiers transformés, et oui mon fiston, vois comment j’ai changé le monde !

Rapper c’est ma raison de vivre, un poison mais une passion qui me fait démangeaison !

Je les sauve ! Les gens ! Je suis leurs guérisons ! Une drogue, une addiction !



Amine : Bravo Julie ! Quel talent !

Julie : On ne va pas en faire une tragédie ! On va faire rire, ce sera une comédie !

Martine : Je t’adore.



( Des gens applaudirent de leur balcon, Julie avait fait danser tout le monde )



Entre Judith.



Judith : Tu crois faire le poids, regarde toi tu as un gros manque de confiance en soi

Avec mon rap, j’ai les trips, la foie, ma diction vaux mille fois mieux que toi

Tu crois dépasser toutes les lois en ramenant la paix vers toi

Mais moi, je crois que tu n’es pas l’idéale du quartier, de tous ces toits

Tu es ma vive proie !



Julie : Tu fais ta maligne, je ne te connais même pas

D’où sors-tu ? Petite viennoise

Il aura fallu que nos chemins se croisent

Pour que tu m’insultes, tu crois que j’ai la poisse ?

Viens là, je t’écrirai K.O sur mon ardoise

Mes paroles en face de toi, non hypocrite, juste libre de tous mes droits

Qui es-tu ? Ici c’est moi la loi.

On ne va pas jouer au jeu de l’oie ?

Tu te prends pour qui et pourquoi ?

C’est moi qu’est ramené dans ces quartiers, l’espoir !

Je ne suis pas là pour déclencher la foire !

Je rap du vivant et toi tu rappes quoi ?

Rien du tout, tes petits textes dans ton armoire

Tu n’as pas assez de mémoire pour me vaincre à croire



Amine : ça suffit ! Julie viens et toi pars loin !

Judith : Répète ? Tu n’aimes pas mon rap, petit gars ?

Amine : Tu me fais rire toi …



J’espère que ce début vous convient. C’est un devoir assez difficile avec beaucoup de contraintes imaginatives.

Julie, la petite rappeuse du lycée

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Florian Pierrel Officiel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0