La grotte

3 minutes de lecture

Ce gauche de champion l’avait entrainé dans sa chute. Owen était trempé et irrité. Les culbutes avaient réveillé toutes les blessures de son corps. En canon, elles s’étaient mises à chanter leurs déboires et, les dents serrées, Owen tentait de les supporter.

A peine eut-il franchi le seuil de la grotte, qu’il tomba sur le ventre. Aurore s’élança pour le rattraper, mais trop tard. Tandis qu’il sentait les mains agiles de la jeune fille le palper, il essaya de la rassurer. Il était seulement… éreinté par la bataille et le voyage.

La fatigue prit finalement le dessus, puis l’emporta dans les méandres du rêve.

Lorsqu’il rouvrit les paupières, Owen était adossé au mur rugueux de la grotte. Il était dévêtu, du moins de son armure, et enrubanné comme l’une de ces momies des pays méridionaux. La douleur s’était quasiment dissipée, et seuls quelques échos vibraient encore dans ses plaies.

Un foyer brûlait dans la grotte. Son crépitement était inaudible sous le martèlement de la pluie battante. Théodore, sur une pierre attenante au feu, s’attelait à la cuisson d’un large morceau de viande saignante. Il fit un signe à Aurore, pour l’avertir que le chevalier était éveillé.

— Vous étiez en piteux état, commenta la jeune fille en se dirigeant vers Owen. C’est à se demander comment vous avez tenu jusqu’ici sans y laisser votre peau. Cela ne vous est pas venu à l’idée de nous préciser que votre corps ressemblait à une outre percée.

Owen grogna une réponse inaudible. Il n’avait pas de remontrances à recevoir de la part d’une gamine.

— Je vous ai recousu. Enfin… j’ai fait ce que j’ai pu. Pour votre œil, il n’y avait pas grand-chose à faire de plus. J’ai également appliqué des cataplasmes sur vos ecchymoses et vos lésions. Vous devriez pouvoir reprendre la route dès demain.

— Merci, fit Owen après avoir surmonté sa muraille d’orgueil.

— Je croyais m’être prémunie du danger en m’entourant de deux guerriers pour cette expédition. Je me retrouve à choyer deux bambins grincheux.

Owen protesta et Théodore leva les yeux de la viande, mais aucun ne contesta véritablement ses dires. Pour l’instant, ils n’étaient que des poids morts. Mais lorsque les vraies embûches commenceraient, elle serait bien contente d’avoir deux virtuoses de l’épée à ses côtés.

Ils mangèrent sans beaucoup parler. Owen brisa le silence une fois pour s’enquérir de la provenance de la viande. Des dépouilles de fenns étaient répandues autour de la grotte, répondit la jeune fille. Les animaux n’avaient pas été chassés pour leur viande. Leurs corps étaient intacts, en un sens. Les Worgros les avaient décimés puis s’étaient en allés.

A la fin du repas, le déluge avait cessé, emportant son tambourinement dans le lointain de la vallée. Le feu avait réchauffé les corps et adouci les cœurs. Pendant ce moment de paix, Owen ne se sentit plus sous la pression constante d’être en présence d’un adversaire. Le champion, quant à lui, faisait profil bas.

Ce fut également à cet instant qu’ils perçurent pour la première fois le couinement d’un animal au fond de la grotte. La cavité devait s’enfoncer profondément dans le pan de colline, mais les trois voyageurs ne s’étaient pas aventurés bien loin : un éboulement barrait le tunnel.

— On dirait un chiot, suggéra Aurore.

— C’en est un, confirma Owen en se levant. En quelque sorte. Il s’agit des cris d’un fenn. D’un tout jeune fenn.

Aurore s’orienta vers sa besace et s’équipa d’un flacon de résine de pin. En un tournemain, elle fabriqua une torche avec un morceau de tissu imbibé de poix et un bâton de bois dérobé dans le feu de camp. Owen l’attendit pour progresser dans les ténèbres tandis que le champion restait immobile dans la lueur jaunâtre.

Après quelques enjambées, ils se heurtèrent à l’épais amoncellement de rochers. Les cris d’appel de l’animal avaient crû à l’approche des deux humains. Percevait-il leur présence ? Oui, indéniablement. Owen connaissait le comportement de la plupart des bêtes de ce monde. Il pouvait donc affirmer, sans risque de se tromper, que le fenn couinait pour les attirer.

— Déplaçons ces blocs de pierre. Avec un peu de chance, l’animal trouvera une ouverture pour s’échapper.

— Théodore, pourriez-vous nous apporter votre aide ?

— Evidemment. J’arrive.

Ils n’eurent à retirer qu’une dizaine de rochers pour que l’agrégat perde sa solidité et s’effondre à leurs pieds. Une large brèche s’ouvrait à présent à eux. En avançant la torche, Aurore eut un aperçu de ce qu’il se trouvait à l’intérieur de cette cavité.

La jeune fille poussa un cri de stupeur et recula derrière les deux guerriers. Théodore tenta de la réconforter alors qu’Owen lui empruntait le flambeau pour voir à son tour ce qu’elle avait entraperçu. Alors il comprit. L’éboulement s’était fendu d’une faille donnant sur un charnier sans nom.

Annotations

Recommandations

Défi
Adrien de saint-Alban


Voilà je tenais à te remercier pour l'aide que tu m'as apportée dans la conquête d'un coeur difficile à conquérir.
J'ai fait appel à tes dons car je n'en ai aucun. Pour m'introduire dans un coeur, seule toi, l'écriture peut séduire l'esprit d'une femme. Peut-être est-ce la solidarité féminine? Toujours est-il que grâce à toi, je suis aimé de cette femme. Les mots dont tu habilles mes pensées ont porté leurs fruits.
Virginie m'attend avec patience. Elle attend celui qui l'a séduite , celui qui l'a conquise par les mots savamment agencés et dont elle a été sensible.
Les femmes sont toujours sensibles aux mots car elles sont sensibles à tout et pour tout. Le sixième sens masculin n'existe pas .Elles ont la sensibilité à fleur de peau.L'homme ne le comprend pas ou alors il le comprend seulement après, derrière des barreaux , après avoir commis l'irréparable.
Avec Virginie, point n'est besoin d'user de violence, la douceur de tes mots suffit. Si seulement tous les hommes savaient utiliser ton langage, mettre tes mots à la place de ses poings là où il faut, "la violence faîte aux femmes " serait au chômage. Oui, "la violence faîte aux femmes" quel mépris derrière cette formulation. On aurait pu aussi bien dire : "la violence faité aux pigeons", c'eût été la même chose. Ou même la violence faîte aux abeilles ou que sais -je ...Parce que les mots ont une importance et ne pas les savoir utiliser est aussi nocif pour un analphabête de ne pas les pouvoir utiliser. La violence des mots peut cacher aussi leur douceur. L'absence des mots peut cacher leur violence. Celle qui est en chacun de nous. Les mots ont le pouvoir de canaliser cette violence. Il faut dire les choses qui pèsent des tonnes. Pour celui qui est prisonnier de son île et qui jette la bouteille à la mer ou pour celui qui est en prison dans les fers qui écrit un livre, c'est une première libération.
Grâce à toi, l'écriture, le clochard se sent riche. Grâce à toi, l'écriture, le prisonnier se sent libre. Grâce à toi, l'écriture, l'opprimé se sent affranchi. Grâce toi l'analphabête se sent digne.
La femme outragée, la femme martyrisée, la femme brisée, mais grâce à toi, l'écriture, la femme libérée!
Adrien de saint Alban
2
2
3
2
Défi
Inna. BC


Le docteur a dit que je devais écrire tout ce qui s'est passé, mais commencer par "Mon cher journal", ça ne m'inspire pas du tout. D'ailleurs, j'écris sur une feuille volante. Je me lance.
Saperlipopette, c'est le nom de mon furet ou Spipette, quand elle est appelée par la petite voisine de cinq ans. C'est une sacrée petite bestiole qui se glisse de partout, y compris chez mes voisins. Elle a bien une cage, mais durant la journée, je n'aime pas la laisser enfermée.
Je pense que cela a débuté quand mon voisin Marc a eu une nouvelle petite copine. Une hurleuse comme mon père les appelait. Il a toujours eu une âme de poète et sa propre vision des femmes.
Malheureusement pour tous les habitants de notre immeuble, elle passait réellement son temps à hurler, pour tout et surtout pour rien. Les périodes de garde de la fille de Marc était un supplice, fait de pleurs et de cris.
Après trois mois de cette cohabitation difficile, je suis arrivée d'une longue journée de travail et j'ai découvert une boîte sur le pas de ma porte. Je l'ai ouvert une fois à l'intérieur et je me souviens encore du cri que j'ai poussé en voyant le cadavre ensanglanté de Saperlipopette. Un mot était épinglé sur sa fourrure, avec une grosse épingle à nourrice. Il disait à peu près ceci : "Elle fera plus chier personne ta bestiole et si tu l'ouvres, j'aurais besoin d'une plus grande boîte. G"
G pour Géraldine, pour Garce, pour toutes les insultes commençant par un G.
Dans cet instant de confusion, une des pensées préférées de mon père m'est revenue en mémoire "Les carottes sont cuites, ma chérie. Va lui faire tâter le poing d'une Derling". Il a toujours eu de la répartie, mon père.
Je suis allée sonner chez Marc, elle a ouvert avec un ignoble sourire et un petit air arrogant. J'ai à peine pu lancer deux injures qu'elle brandit un couteau devant mon nez. Je suis rentrée penaude chez moi, mais l'altercation n'avait pas été vaine. J'ai découvert qu'elle avait un chat, un affreux persan crème dont je n'avais jamais soupçonné l'existence.
L'objet de ma vengeance était tout trouvé, œil pour œil qu'ils disent. Animal pour animal était devenu mon leitmotiv.
Il a fallu que je fasse preuve d'ingéniosité pour attirer le félin sur le balcon. Tout, comme il a fallu que je fasse preuve de patience quand le hasard me faisait croiser Marc ou sa garce. Il était au courant et avait osé faire quelques plaisanteries sur ma situation de célibataire sans la moindre attache.
Quatre jours ont été le temps qu'il a fallu pour que ce grassouillet animal me laisse le récompenser de quelques friandises. Un de plus pour lui administrer celle qui allait causer sa perte.
Allant au plus simple, j'avais choisi une forte dose de paracétamol. Simple, efficace et mortel. Pour assurer la victoire de mon entreprise, j'ai attendu la fin de semaine. Ils avaient l'habitude d'être ivre la plupart du temps, de s'envoyer en l'air, s'engueuler, d'être, de nouveau, ivre. Il y avait peu de chance qu'il remarque que leur chat était malade. Vu la dose, il est mort en un peu plus de vingt-quatre heures.
Pour signer mon sinistre ouvrage, j'ai choisi de placer une grosse boîte vide devant leur porte.
La guerre était déclarée. G m'a agressé la première. Je m'y étais préparée, ou presque parce que je ne m'étais pas attendue à des insultes comme "Au moins, moi, je ne suis pas rousse". J'étais fière de mes origines irlandaises et quelques coups-de-poings ont dû rendre mon père fier où qu'il se trouvait.
La seconde agression a été plus pénible, car c'est à deux qu'ils me sont tombés dessus, un soir. Je suis restée cinq jours à l’hôpital et une semaine chez ma mère, au repos. Un enfer.

Mais ce n'était rien à côté du retour et de les entendre rire, s'amuser. Se moquaient-ils de moi ? J'en étais persuadée. J'en suis toujours persuadée. Alors, j'ai pris la batte que mon cher frère m'a offert et je suis allée frapper chez eux. G a ouvert en hurlant, comme d'habitude et je l'ai fait taire d'un coup. Elle s'est écroulée sur le sol alors, j'ai frappé, encore et encore. Le visage humide des éclaboussures de sang, les mains glissant sur le manche, j'ai regardé son crâne ouvert, les flots cramoisis s'écoulant sur le carrelage crème. Cela faisait de jolies arabesques.
Je l'ai entendu hurler, sans le voir arriver et avant que je puisse lever mon arme, il était sur moi.
En fait, non. C'est ce que j'aurais voulu vivre. Mais j'ai frappé chez eux et personne n'est venu ouvrir. Je suis rentrée et après une courte, très courte hésitation, je suis passée par le balcon. Je devais, sans doute, espérer les trouver endormis, ivres, copulant peut-être aussi. Malheureusement pour moi et mon désir d'en finir, ils n'étaient pas là.
Puis, j'ai entendu le faible grattement contre une porte. Un autre animal, me suis-je demandée ? Il a fallu que j'ouvre toutes les portes, rien. Le bruit était toujours là, par intermittence. J'ai ouvert tous les placards et je l'ai trouvé, recroquevillée dans un coin d'une armoire scellée. La fille de Marc.
Ils l'avaient enfermé là avec une tablette, des biscuits et une bouteille d'eau. Pauvre enfant. Elle s'était fait pipi dessus et a pleuré dès qu'elle m'a vu, mais c'est bien vite apaisée.
Je l'ai conduite dans la salle de bain pour qu'elle se nettoie puis, je lui ai fait un sandwich avec ce que j'ai trouvé dans la cuisine. Elle a dévoré le tout, buvant son lait à grandes gorgées. Je me souviens de la paix qui m'a envahi, emportée par une certitude si profonde que je n'ai jamais hésité, un seul instant. Le couteau, qui avait servi à lui préparer son repas, a traversé sa jeune gorge. J'ai laissé le sang se répandre, caressant ses longs cheveux noirs, jusqu'à son dernier soupir.
Je ne dirais à personne où elle se trouve à présent. Saperlipopette n'est plus seule désormais et c'est très bien ainsi.
4
6
1
4
Défi
Ashes
Réponse à "Un titre et une couverture aléatoires"
Couverture : http://www.omerpesquer.info/untitre/
5
6
6
1

Vous aimez lire Florian Guerin ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0