Droit de rire accordé III

2 minutes de lecture

Chapitre 4:

Une semaine es passé. Mi Na et moi, nous nous connessons bien maintenant.

-Raphaël?

- Oui?

-Je peux partir en promenade avec Mi Na?

-Où?

-Dans les bois.

-Alors c'est d'accordooo (je crois que c'étaient des points, mais je ne suis pas trop sûre)

-Merci.

-...mais tu dois être rentréer pour 16 heures.

-C'est noté!

Je cours me changer puis je vais au écurie. Mi Na m'y attend.

-Coucou ma belle! Tu vas bien?

Mi Na hénit. Zia vient vers moi. Zia, qui sait? C'est une des pouliches de Mi Na. L'autre c'est Tila.

-Coucou toi.

Je la caresse. 5 minutes passent, je regarde ma jument et mes pouliches... Elles sont vraiment magnifiques!

°~°

Je sors tenant Mi Na par la bride. Elle piaffe d'impatience. Effin, je sors du haras. Maintenant, je peux la monter. 

Une fois sur son dos, je peux la laisser marcher à bride abattu. Nous allons droits vers les bois. Tout est calme là bas, pas de moteur, de polution...Rien à l'horizon? Non! J'entend très bien le son du sabots... Mais pas ceux de Mi Na, ceux d'autre cheveux... Justement, je vois un magnifique frison monté par un jeine homme... Beau comme un dieu... Ce fut le cou de foudre! (Et bas dis donc, c'est du lourd! xD)

Il s'approche de moi... Et je le regarde attentivement : il a des cheveux noires proffonds soyeux, des yeux bleus... Je n'ai rien vu d'aussi beau de toute ma vie!

-Salut, me dit-il.

-S... sa... Salut!

-Tu habites dans le coins? Je ne t'ai jamais vu...

-Non, je n'habite pas ici. Je suis chez mon parrain depuis une semaines.

-Ah... Et comment-appelles-tu?

-Lily, j'ai eu 12 ans Samedi dernier.

-Moi c'est Théo, 12 ans 1/2. Ta jument, c'est un frison?

-Oui pourquoi?

-Elle me dit quelque chose... Comment s'appelle-t'-elle?

-Mi Na!

-Ah! C'est donc cela!

-Cela quoi?

-Ta jument...

-Oui ma jument?

-...Eh bein...eh beain...

-Quoi?!?

-Magistra, mon étalon, lui a fait faire des petits resament...

-Hein? oOo

-Oui. Y a 2 mois ils sont nés. Je ne sais pas ce qu'ils sont devenu!

-Moi si!

-Quoi?

-Je sais où ils, enfin elles sont. Suit moi! Nous partons, toujours sur Mi Na et Magistra. Théo me soit. Nous arrivons près du haras. Je descend de Mi Na et lui baisse le frond (hein?!). Je fais signe à Théo de descendre. Nous entrons.

-Tu as le droits de venir?

-Oui. C'est mon parain qui en ai le directeur.

-Je continue le long de l'allé central. J'arrive enfin à l'écurie des poulinières. Je continue jusqu'au box 15. Là, Zia et Tila attendent leur mère, qui hénit de joie.

-Donc voici ses poulains? me demanda Théo

-Eux même. mais ce sont deux pouliches.

-A qui sont-elles?

-A Moi.

-Quoi?

-C'est moi leur propriétaire.

-Ah! Je n'avais pas bien entendu. Et comment s'appelent-elles?

-Zia et Tila.

-C'est joli.

-Oui.

-En Faite, tu restes combien de temps chez ton parrain?

-Encore une semaine...

-...

Là, je l'emmena voir les manèges, les clarières, les selleries et les autre cheveaux. Cela lui plaisait de voir les cheveaux.

-Et il en a combien des cheveaux ton parrain?, me demanda-t-il

-Euh... Une trentaine de frison, un autre trentaine de tinker et encore une autre trentaine de nokota. Ce qui fait... environ 90 chevaux! Sans oublier la dizaine de shetlands.

-Ouah!! C'est beaucoups!

-Evidement. Une centaine de cheveaux, c'est beaucoups.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Tacitus "Asmoun" Zéfiratoun
Petits poèmes d'inspiration matinale
46
26
0
1
Défi
Boris Turek

EXTRAIT A ANNOTER pour le défi "Les grands auteurs sur le grill"

 Toujours pressés, en avant d'eux-mêmes, fébriles, courant de-ci de-là, affairés, ils perdraient jusqu'à leurs mains. Impossible de leur donner une satisfaction un peu prolongée.
 Enthousiastes, impétueux et « en pointe », mais toujours pour peu de temps, diplomates-papillons, posant partour des jalons qu'ils oublient, avec une police et un état-major possédant des dizaines de codes secrets extrêmement ingénieux, dont on ne sait jamais lequel appliquer, qui changent et se truquent à nouveau constamment.
 Joueurs (du matin au soir occupés à jouer aux dés leur fortune, qui change de mains d'un instant à l'autre, à ne plus savoir jamais qui est l'endetté, qui le créancier), escamoteurs, combinards, brouillons, non par confusion et brume de l'esprit, mais par une multitude de clartés surgissant hors de propos, logiciens effrénés, mais criblés de fuites et de départs intuitifs, prouvant, par raisonnement, l'existence ou la non-existence de tout ce qu'on veut, distraits, roublards et presque infatigables, entrant (mais pour peu d'heures) dans le lit et le sommeil à la fois, en sortant pareillement, comme une porte qu'on ouvre et qu'on ferme, se fâchant pour un rien, distraits de leur colère par moins que rien, par mouche qui vole, affectés comme voile à tous les vents, tout en larmes très sincères au chevet du père malade, mais dès qu'il a fermé l'œil, courant au testament, discutant l'héritage, assis sur le lit encore chaud, l'enterrant en un tournemain (ça vaut mieux ; sans quoi ils l'oublieraient jusqu'à ce qu'il pue).
 Se prosternant devant leurs dieux comme mécaniques remontées à fond, des centaines de fois, puis repartant d'un bond, sans se retourner ; aimant comme ils adorent, vite, avec ardeur, « et puis n'en parlons plus », se mariant sans préméditation, au hasard d'une rencontre, sur-le-champ, et divorçant de même, travaillant et faisant marché ou métier d'artisan en pleine rue, dans le vent et la poussière et les ruades des chevaux ; parlant comme mitrailleuse tire ; à cheval tant qu'il se peut et au galop, ou, s'ils sont à pieds, les bras en avant, comme s'ils allaient enfin dégager et débroussailler pour de bon cet Univers plein de difficultés et d'incidents qui se présente sans cesse devant eux.
0
14
3
2
Défi
ClaireTG


Ô moi, bel être de lumière, j'aime prodiguer mon ombre à la belle qui me tourne autour et m'étourdit.
Je ne suis point de ces astres sans bruit, que les petits indiffèrent. Non, elle a beau passer dans ma vie plus vite qu'un hiver, je la remarque et la nourrit.
L'été, grandiose, elle m'admire : ma parure a déjà ébahi plus d'un curieux. Mais le temps passe, mon humeur brunit, j'en fais le fruit qui pique bien des pieds. Cependant, l'hiver elle me veille, elle couve ma nudité, fragile, gracile, émaciée, avant que n'apparaissent mes nouveaux-nés.
Parfois, elle s'approche et me touche, alors je frémis. Elle l'ignore mais je lui parle au travers du vent messager. Une fois, elle s'est accrochée, elle a voulu me grimper. J'ai ris, trop gros, trop imposant, je savais que seuls ses amis aux quatres pattes aiguisées pouvaient rivaliser avec ma majesté.
Depuis peu de temps elle ne joue plus. J'ai peine à penser les années, à mon échelle rares sont ceux qui peuvent s'accrocher, mais je sais qu'elle s'éloigne des racines de mon âme.
Je ne pleure pas, non, je continue à aspirer lumière, carbone et ses pensées, qui depuis sa fenêtre éclairée, tous les soirs, d'un long regard, me sont adressées. Alors, nous sourions.
3
2
0
1

Vous aimez lire Jo Loschnel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0