Chapitre 12 - Découverte

13 minutes de lecture

- Aie ! Mais ça ne va pas ? – hurla Angélique.

- Il y a un problème Mademoiselle Moreau ?

Elle réalisa soudain qu’elle était en cours de droit. Elle s’était endormie et Esther venait de lui flanquer un coup de coude dans les côtes pour la réveiller.

- Non tout va bien, aucun problème. – son professeur reprit son cours, elle murmura à son amie – Tu m’as fait un mal de chien ! T’étais obligée de taper si fort ?

- Ouais ! Je t’ai pincé, t’as pas réagit. Je t’ai donné un coup dans ton pied, aucune réaction…Tu commençais à ronfler, j’ai employé les grands moyens ! Qu’est-ce qu’il vous arrive avec Gab en ce moment ? Ne me dis pas que ce sont vos révisions pour les partiels qui vous épuisent…

- Ben si…

- Je ne te crois pas ! – lui rétorqua Esther, Angélique se contenta d’hausser les épaules – Les garçons ont déjà fini leurs cours, ils nous attendent. Comme il fait beau, on a décidé de manger sur la pelouse. Ils nous prennent des salades.

- Des salades ? Tu n’es pas sérieuse ?

Elle se précipita sur son téléphone et envoya un sms à son frère : « Prend moi un bon gros sandwich plein de mayonnaise et de ketchup ! ».

- Bien sûr que si ! C’est bientôt l’été et tu me remercieras quand tu enfileras ton maillot !

- M’en fou si j’ai pas le ventre plat !

A la fin du cours, les filles se précipitèrent dehors pour les rejoindre.

- Alors c’était intéressant ?

- Ne demande pas ça à ta sœur, elle a dormi les trois quarts du cours…

- Angie tu déconnes ! – la sermonna Gabriel – Ce n’est pas le moment de lâcher !

- Oh l’autre, comme si ça ne t’étais jamais arrivé ?!

Elle se coucha dans l’herbe et ferma les yeux.

- Vous n’avez pas pris de boissons les gars ? – demanda Esther – Sérieux ? Vous n’êtes même pas foutu de faire les choses comme il le faut.

Elle partit en direction du snack, Angélique ouvrit un œil et surprit les garçons en train de la regarder.

- Attention ! Vous allez vous dévisser la tête…

- Je surveille juste qu’elle ne se fasse pas agresser – précisa son frère.

- Hum… – elle rigola – mais bien sûr !

Lucas se coucha à côté d’elle et rabattit ses deux mains sous sa tête :

- Moi elle ne m’intéresse pas…- il remarqua les regards stupéfaits des jumeaux comme s’il venait de leur annoncer qu’il débarquait d’une autre planète -…et bien quoi ?

- C’est bien la première fois que j’entends un mec dire qu’il n’est pas intéressé par Esther. – répliqua Angélique.

- Elle est jolie mais sans plus…je la trouve trop…superficielle…à toujours vouloir se mettre en avant…toujours habillée court avec des talons…Non je préfère les filles simples, en jeans et baskets, qui n’ont pas de remord à manger une pizza ou un pot de pâte à tartiner…

- Une fille comme ma sœur en fait ?

Gabriel ressentit un coup violent derrière la tête. Sa sœur venait de lui lancer sa trousse. Lucas rigola. Angélique lui avait plu dès l’instant où il lui avait sauvé la vie, un véritable coup de foudre mais elle l’intimidait. Il ne la connaissait pas depuis longtemps mais il avait de suite compris qu’elle avait un fort tempérament. Douce et gentille certes mais elle ne se laissait pas marcher dessus. Sans s’en apercevoir il s’était mis à la regarder. Il aimait son sourire, ses yeux pétillants de vie, son visage fin, ses longs cheveux bouclés, ses mains délicates. Il détourna le regard et chassa de son esprit toutes ces pensées. Elle était l’Elue, elle allait devoir se battre contre les plus puissants sorciers et lui, il se devait juste de la protéger. Il se mit à fixer le ciel, contemplant un nuage.

- Comme on n’a pas cours demain matin, ça ne vous direz pas de sortir ce soir ? – leur demanda Lucas.

- Ouais carrément ! On n’a rien de prévu… Ce soir c’est repos : pas d’entraînement ! – s’exclama Gabriel avant de se rendre compte qu’il avait encore une fois parlé trop vite.

- Vous vous entraînez à quoi ?

- A contrôler nos pouvoirs…- précisa Angélique avant que son frère ne commette une autre erreur.

- Comment cela se fait-il que vous ne soyez qu’en première année de droit ? - demanda Lucas.

Il essayait de les coincer, de leur faire dire la vérité sur leurs identités. Angélique réfléchissant vite compris alors qu’il y avait un interlude de deux ans entre leurs âges réels et leurs existences de sorciers. Tout en envoyant un sms à son frère « Pour lui, nous avons 21 ans. Ne cherche pas à comprendre. », elle répondit le plus naturellement possible :

- Nous avons fait deux années de médecine…

Lucas rigola intérieurement, Angélique avait compris où il voulait en venir :

- Hum… Et découvrir le monde magique de nuit, ça vous tente ?

- Ah oui cool ! C’est une super bonne idée ça, tu es d’accord Angie ?

- Pourquoi pas ! Cela serait une bonne chose.

Comme prévu Lucas rejoignit les jumeaux chez eux vers vingt et une heures. Il leur avait promis de l’émerveillement et de la détente. Pour lui, apprendre et s’entraîner étaient une chose mais connaître leur nouveau monde en était une autre. Les jumeaux avaient suivi ses conseils et opté pour une tenue chaude et confortable.

- Prêts ? Première étape le parc de Vicard…

Les deux garçons se téléportèrent à l’entrée du jardin communal.

- Ta soeur n’a pas suivi ?

- Oh ! – Gabriel regarda autour de lui – Elle a du mal avec son pouvoir de téléportation…

- Je vais la chercher !

Angélique était resté figée sur place au milieu du salon.

- Je ne vais pas y arriver - dit-elle en pleurnichant.

Il posa ses mains sur chacune de ses épaules et la regarda droit dans les yeux. Ils sentirent un léger courant électrique parcourir tout leurs corps.

- Bien sûr que si ! Tu connais l’endroit alors imagine le grand portail en fer forgé de l’entrée principale. Tu le vois ? – elle acquiesça – Bien ! Maintenant imagine toi dans le bosquet de bambou juste à côté, ton frère nous y attend.

- Ah ben enfin ! Vous faisiez quoi tout les deux ?

Gabriel adressa un clin d’œil à Lucas qui se contenta de lui sourire. Les feuilles des bambous lui chatouillaient le visage. Elle ouvrit les yeux.

- Wouahhouuu ! – cria-t-elle en levant les bras au ciel avant de taper dans ses mains et de se mettre à danser et à chanter – J’y suis arrivée ! J’ai réussi à me téléporter !

Lucas l’observa étrangement, Gabriel se pencha vers lui et lui murmura :

- C’est…la danse de la victoire…J’ai oublié de te prévenir que parfois elle est un peu dérangée…

- Tu peux parler ! – le coupa sa sœur qui s’était arrêtée net en voyant que Lucas la fixait – De nous deux, c’est toi le plus allumé ! Et puis c’est TA danse !

Lucas détourna son regard vers Gabriel en rigolant.

- Ok ! C’est bon j’avoue que je suis le chorégraphe…On fait quoi maintenant ?

- On s’installe sur la pelouse et on attend en silence…Le spectacle ne devrait pas tarder à commencer…

De longues minutes silencieuses s’écoulèrent puis un point lumineux apparu dans le chêne face à eux avant de disparaître. Un autre point lumineux apparu un peu plus haut dans l’arbre avant de s’éteindre. Le premier point réapparu et clignota trois fois.

- Qu’est-ce qu c’est ? – demanda Gabriel – Des lucioles ?

- Les humains les appellent comme cela – chuchota Lucas – ou encore des vers luisants…

Dans le chêne, plusieurs points lumineux s’étaient allumés. Un claquement sourd se fit entendre suivit d’un autre puis une voix douce et mélodieuse se fit entendre. Le chant prononcé dans un dialecte incompréhensible suivait le tempo donnait par les claquements. Les points lumineux s’éteignaient et se rallumaient en rythme. Puis tout redevint noir et silencieux. Le tempo reprit et s’accéléra. D’un coup le ciel s’illumina, les points lumineux, par milliers désormais, formaient un paysage : un champs à la lisière d’une forêt.

Un point lumineux s’avança vers eux. Les jumeaux remarquèrent alors qu’il s’agissait d’un tout petit être doté d’ailes translucides battant avec une extrême rapidité :

- Des fées…- murmura Angélique.

- Ce sont des fées des forêts. – commenta Lucas – Je trouve que ce sont les plus agréables de leur espèce… – la fée lui sourit en inclinant la tête pour le remercier du compliment – Elles ne parlent pas notre langue mais elles la comprennent parfaitement. Et ce soir nous avons de la chance, elles vont nous raconter une histoire…

La fée se posa avec grâce sur l’épaule de Lucas et se mit à chanter. Les autres fées se mirent à dessiner au rythme du chant. Les dessins ainsi formés dans le ciel, changeaient en fonction du chant. Lucas, qui semblait bien connaître les créatures, narra :

- Au commencement, les fées comme toutes les autres créatures vivaient en harmonie parfaite avec tous les hommes, qu’ils soient sorciers ou non. Jusqu’au jour où un homme mauvais, élevé dans les entrailles de la terre, remonta des enfers. Il sema la terreur dans le monde. Les pertes furent énormes…les fées étaient en voie d’extinction. Mais deux puissants sorciers ayant reçu des pouvoirs divins vinrent à bout de ce mage noir. La paix revint pendant plusieurs siècles…

Les fées reformèrent la première image, le tempo de la musique ralenti, le parc replongea quelques instants dans le calme le plus profond. Le tempo et le chant reprirent, Lucas poursuivit :

-…Puis un jour, ce mauvais sorcier fut ramené à la vie. Il sema à nouveau la terreur jusqu’à ce que deux sorciers s’élèvent contre lui. Cette fois-ci, les fées des forêts, ayant payé un lourd tribut la fois précédente, ne prirent position pour aucun des clans. Elles limitèrent ainsi les pertes au sein de leur espèce. Cependant la sorcière mourut au combat. Les fées essayèrent de la ramener à la vie, en vain…Depuis ce temps, couverte de honte, elles se cachent des hommes et des sorciers…Cette fois-ci ce sera différent, elles s’allieront aux nouveaux Élus car elles savent que ce sera le dernier combat.  

La petite créature s’arrêta de chanter. Elle regarda Lucas et inclina la tête pour approuver ce qu’il venait de dire. Ils détournèrent leurs regards vers les jumeaux mais ni l’un ni l’autre ne relevèrent les derniers mots prononcés.

Le calme était revenu dans le parc, les autres fées s’étaient éteintes. Plusieurs d’entre elles volaient maintenant dans leur direction. Elles s’arrêtèrent devant Angélique. Leurs minuscules mains tenaient une chaîne en argent orné d’un pendentif en forme de goutte qu’elles attachèrent au cou d’Angélique. 

- Elles t’aiment bien ! – s’exclama Lucas – Elles t’offrent une goutte de vie. La légende veut que la pluie s’infiltrant dans l’écorce de l’arbre de vie acquière le pouvoir de ramener les gens à la vie. Seules les fées des forêts peuvent recueillir cette eau. Il est extrêmement rare qu’elles l’offrent. Elles ont dû détecter quelque chose de spécial chez toi. Cette goutte s’utilise au dernier moment…pendant le laps de temps où l’âme patiente dans les limbes…juste avant le passage définitif vers l’au-delà.

Angélique les remercia puis les fées repartirent vers le chêne.

- Et dire que les autres humains passent à côté de ça…- souffla Gabriel – C’était…magnifique…

- Il commence à faire froid. Je vous propose d’aller boire un verre à l’Angeresse c’est le bar le plus branché du moment.

Le calme du parc céda sa place au brouhaha incessant d’une rue animée. Des dizaines de jeunes discutaient bruyamment devant le bar en question. Lucas en salua certains avant de pousser la porte du pub. Ici les sorciers n’avaient pas à se cacher ou à craindre d’être vu. Ils pouvaient pratiquer leur magie comme ils le voulaient. Les verres de cocktail volaient dans les airs, guidés par les serveurs jusqu’à la table de leurs destinataires. Certains sorciers mettaient en avant leurs dons pour épater leurs amis. Ils passèrent devant une sorcière qui lévitait à presque deux mètres du sol sous le regard médusé de quelques uns :

- Certains d’entre nous éprouvent le besoin de montrer leurs dons en public ! – lâcha Lucas avec un air de mépris, essayant de couvrir le niveau sonore de la musique – Vu les temps qui courent, si j’étais eux, je me garderais bien d’agir ainsi ! Venez il y a une table de libre là bas…

Ils se dirigèrent vers le fonds de la pièce, commandèrent à boire en passant devant un serveur et s’installèrent sur des poufs en cuir autour d’une petite table en verre. Une jeune fille rousse avec de longs cheveux bien lisse et des yeux d’un vert quasiment translucide se dirigea droit sur Lucas :

- Salut mon chou !

Ses lèvres effleurèrent délicatement celles du sorcier. Angélique sentit la jalousie l’envahir et détourna son regard vers la piste de danse.

- Il y a longtemps que je ne t’avais pas vu traîner dans le coin !

- J’ai été pas mal occupé ces derniers temps…

- Tu as manqué à beaucoup d’entre nous, moi comprise !

- Hum…– il se contenta de lui sourire faiblement – Stacy, je te présente Angélique et Gabriel, des amis.

Elle se dirigea vers Gabriel et l’embrassa fougueusement. Visiblement c’était une manie chez elle d’embrasser tous les garçons. Elle retourna s’asseoir sur les genoux de Lucas et se contenta de regarder Angélique :

- Salut…

Son timbre de voix n’était plus du tout enjoué. Elle s’adressa à Gabriel :

- Je vous ai aperçu quelques fois à l’école de magie ! – le ton de sa voix était redevenu enthousiaste, elle devait avoir un problème avec les filles – Vous êtes jumeaux ?

- Non ! – répondit Angélique dans la foulée – Juste frère et sœur rapprochés.

- Ah ! – elle poussa un soupir de soulagement en portant sa main droite à son coeur – Je croyais que Lucas s’était mis à fréquenter les Elus ! Faut être complètement barge pour sympathiser avec eux !

Les jumeaux la regardèrent stupéfaits.

- Et pourquoi ? – demanda Gabriel.

- T’es sérieux ? Pourquoi ? S’afficher avec eux équivaut à signer son arrêt de mort ! D’après ce qu’il se murmure, il n’y aurait plus de descendants directs des derniers Elus. La dernière descendante aurait été tuée par un sorcier du nom de Dareck. Du coup le Conseil n’a pas d’autre solution que de donner les pouvoirs des Elus à des sorciers ordinaires comme vous et moi…Je ne veux pas casser l’ambiance et être défaitiste mais c’est perdu d’avance…– elle prit son verre et le leva en l’air – Alors portons un toast à la vie et à la liberté que nous n’aurons bientôt plus !

Angélique qui ne supportait plus de l’entendre dire des sottises, se pencha vers son frère et lui murmura à l’oreille :

- Je te laisse faire plus ample connaissance avec Miss Conneries ! Je vais danser.

Elle se dirigea vers la piste de danse et se fraya un chemin parmi les danseurs. De loin, elle avait repéré un grand brun musclé et plutôt beau garçon. Esther avait raison. Il était temps qu’elle oublie son ancien petit ami et qu’elle passe à autre chose. Ca allait faire presque un an qu’elle était célibataire et si jamais il ne lui restait que peu de temps à vivre, autant en profiter.

Elle se mit à danser vers lui et à le regarder. Il se rapprocha rapidement d’elle.

- Salut !

A son accent, elle compris qu’il était étranger. Il avait un charme fou et des yeux d’un noir corbeau. Sa stature était imposante mais rassurante.

- Il y a longtemps que tu es ici ?

- Non à peine un mois. Mais je viens dans ce bar quasiment tous les soirs et je ne t’ai jamais vu. Où pouvait bien se cacher une beauté comme toi ?

Sa voix était grave et sensuelle mais sa technique de drague était plus que démodée ce qui fit rire Angélique.

A l’autre bout du bar, Gabriel cherchait sa jumelle du regard.

- Elle est passée où ta sœur ? – lui demanda Lucas.

- Elle est partie danser mais je ne la vois pas…Ah ! Ca y est ! Elle est là bas. – il la pointa du doigt – Elle danse avec un gars.

Lucas le reconnu immédiatement. Eolf lui avait parlé de ce sorcier quelques semaines auparavant.

- Et merde ! – murmura-t-il.

Il se leva d’un bond et se dirigea vers les danseurs.

- Qu’est-ce qui se passe ? – lui cria Gabriel qui le regardait s’éloigner en direction d’Angélique.

Arrivé à sa hauteur, Lucas l’attrapa par le poignet pour l’éloigner du sorcier.

- Il est temps de rentrer ! – lui lança-t-il.

Angélique se dégagea vivement de son emprise. Elle le défia du regard :

- Pourquoi ? Toi tu as le droit de draguer mais moi je n’ai pas le droit de m’amuser un peu ?

Il lui reprit le poignet et essaya de l’entraîner en dehors de la piste mais elle résista.

- Crois-moi il faut vraiment que l’on parte de là ! – lui lança-t-il en serrant les dents.

Le sorcier avec lequel elle dansait s’était rapproché d’eux :

- Il y a un problème ?

- Non aucun ! – lança Angélique – Il allait partir !

- Tu me suis un point c’est tout ! On rentre maintenant !

Lucas devenait de plus en plus nerveux et agressif dans le ton de sa voix.

- Hum…– lâcha l’autre sorcier en les regardant – Il fallait le dire que ton mec était dans les parages.

- Ce n’est pas mon MEC ! – hurla Angélique.

Plusieurs sorciers autour d’eux se retournèrent pour les observer. La tension entre le trio devenait de plus en plus palpable. Les deux hommes ne se quittaient pas des yeux. D’un revers de la main le sorcier envoya Lucas dans les airs. Angélique se retourna et en fit de même avec lui. Il alla s’écraser sur une table au milieu d’un groupe de sorcier. Sans qu’elle n’ait le temps de comprendre quoique ce soit, Angélique se retrouva elle aussi dans les airs. Elle retomba sur son frère qui se dirigeait vers eux. 

- Aie ! Angie ! Tu m’écrases !

Lucas les aida à se relever.

Le sorcier et une jeune femme aux cheveux rouges s’approchaient d’eux. Lucas, connaissant le pouvoir du sorcier et sentant son regard posé sur eux, s’apprêtait à déclencher son bouclier de protection quand un sorcier plus vieux au crâne rasé et une énorme balafre au visage s’interposa entre les deux clans :

- Ca suffit tous les deux ! On s’en va !

Les deux sorciers n’émirent aucune objection. Ils jetèrent un dernier regard méprisant au trio et suivirent l’autre homme pour quitter le bar.

Les jumeaux et Lucas sortirent dans une ruelle sombre à l’arrière du pub. La fraîcheur de la nuit les saisis immédiatement.

- Je peux savoir ce qu’il vous a pris à tous les deux ? – leur lança Gabriel.

- Tu devrais plutôt demander à ta sœur ce qu’il lui est passé par la tête d’aller flirter avec Morloc !

- Ca c’est la meilleure ! – riposta Angélique – Maintenant ça va être de ma faute ! Monsieur débarque en rage et fais une scène mais c’est de ma faute…

- Bon ça suffit tous les deux ! Au lieu de jouer les jaloux chacun de votre côté, vous n’avez qu’à vous avouez ce que vous ressentez l’un pour l’autre. Je ne suis pas dupe ! J’ai bien compris que vous aviez eu un coup de foudre l’un pour l’autre dès le premier regard !

- Il n’y a aucun sentiment…– menti Lucas – J’ai simplement voulu éviter à ta sœur de se retrouver dans le lit d’un partisan d’Hémolias ! Sur ce, bonne fin de soirée. On se retrouve demain en cours et surveille-la !

Il leur tourna le dos et disparu dans un éclair.

Annotations

Recommandations

OD'UN

Je commençais à blaguer quand mon regard s'est posé plus attentivement sur le tableau. Il y a une émanation vaporeuse de ces montagnes rocheuses, une lumière particulière, un coin de paradis comme il devrait y avoir sur toute la Terre. Nettoyons-là, par respect de ces beautés.
2
1
0
0
jean-paul vialard

Tu vois, il faudrait dire le tout du monde en quelques mots. Le tout. Autrement dit toi, moi, les autres, les paysages, les rides de  terre, le miroir de l’eau, la face de platine qui regarde le ciel, l’émotion, là, au creux du ventre. Il faudrait dire le rare de l’aube, l’immobile ligne du silence, les maisons blanches au loin, leurs yeux fermés - des hommes et des femmes y dorment, pliés sur la graine de leur sommeil -, le vent qui habite quelque creux, peut-être le corps d’une carpe enfouie sous le dais immensément liquide. Tu vois, il faudrait être ici au bord de l’étang où vibre la lumière, plus bas sur la côte, peut-être dans une anse marine. Il y aurait une grande bâtisse blanche nommée « La Amistad », des barques de pêche, des filets étendus sur des plages de galets, de vieux messieurs vêtus de noir sous les bouquets des arbres. Il faudrait encore poursuivre sa course folle, quelque part vers les pôles ou sous l’horizon de l’équateur. Puis revenir ici, ne pas bouger, surtout ne rien dire et attendre que les images viennent, corolles qui déplieraient lentement leur douceur dans l’immuable du temps.
4
7
0
5
Laura Trouillot
Le mensonge est quelque chose que les gens trouvent facile. Mais mentir peut avoir aussi des conséquences désastreuses sur l'avenir du monde entier...
Comment est-ce que l'on peut se remettre lorsque l'on apprends que notre vie entière est un mensonge ? Comment peut-on mentir et manipuler à ce point ?

M & B vont vous expliquer comment, et surtout pourquoi, leurs vies à basculer du jour au lendemain à cause d'un tout petit mensonge...


Copyright © 2018

Ce livre est une fiction entièrement écrit par mes soins. Les personnages principaux sont des inspirations avec des personnes réelles. Je mettrais tout dans la description. Tout ce que j'utilise sera utilisée en fonction fictives. ( je mélange plusieurs de mes anciennes fictions pour plus de contenus)
© Par propriété exclusive de l'auteur, la copie et les utilisations partielles ou totales de son travail sont interdites ; conformément aux articles L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle.
0
0
0
15

Vous aimez lire MF JEANLAT ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0