Chapitre 11 - Vraie Nature

9 minutes de lecture

Le vol de la boîte au musée archéologique avait perturbé Kathy. Elle savait que cela avait un lien avec son ancien monde. Ses nuits devenaient de plus en plus agitées, ponctuées de cauchemars. Plusieurs fois elle rêva de duels.

Une nuit, elle vit Anna se battre contre un sorcier blond âgé d’une quarantaine d’année, le visage marqué par la haine qu’il dégageait. Ils s’affrontaient sur le toit du manoir d’Anna. Le pouvoir de l’homme semblait similaire à celui de sa mère, un pouvoir incendiaire. Il propulsait Anna dans les airs. Avec une extrême rapidité, il façonnait une boule de feu qu’il dirigeait vers Anna. Celle-ci la heurtait en pleine poitrine. Anna tombait du toit, atterrissant inerte plus de quatre mètre en contrebas sur sa terrasse, un trou béant dans la poitrine.

Une autre nuit, un autre combat. Cette fois-ci c’était les jumeaux qui se battaient contre ce même sorcier. Ils livraient bataille dans une rue bondée de monde mais personne autour d’eux ne bougeait, les gens étaient figés. Angélique faisait exploser les mains du sorcier, le privant ainsi de son pouvoir, il hurlait de douleur. Elle le couchait au sol pour le maîtriser, il semblait ne plus pouvoir bouger, sa fille quant à elle ne semblait pas avoir besoin de forcer pour le contrôler. Gabriel s’approchait d’eux, concentré. Des fils d’or sortaient de ses mains et s’approchaient, tels des serpents, vers le sorcier. Ils entraient par tous ses orifices, il hurlait. Angélique assise sur son torse, le regardait en souriant. Puis le silence revint. Le sorcier ne bougeait plus, les jumeaux éclataient de rire en se tapant dans la main.

La nuit suivante lui apporta un autre cauchemar. Les jumeaux étaient entourés de sorciers et de créatures magiques. Ils attendaient à l’orée d’un champ. Une masse sombre s’avançait à l’horizon. La bataille qui s’en suivie fut violente et sanglante. Ses enfants luttaient. Autour d’eux beaucoup de sorciers tombés. Leurs regards se posèrent sur un grand jeune homme à la carrure imposante. Ils s’élancèrent vers lui. Leur duel sembla durer une éternité, ils prirent des coups, l’autre sorcier aussi. Ils l’affaiblirent au maximum. Alors qu’il était à genoux, les jumeaux sortirent chacun une fiole de potion contenant un liquide noir. Ils vidèrent leurs fioles et tombèrent inanimés au sol. Le sorcier se releva péniblement et lâcha un rire tonitruant, effrayant.

Le réveil sonna. Elle chassa de son esprit, ces dernières images. Elle se leva et fila dans la salle de bain pour se préparer. Arrivée au cabinet médical où elle exerçait en tant que dermatologue, elle appela ses enfants :

- Allô !

- Angie ! – elle était heureuse d’entendre sa voix – c’est maman !

- Oui on sait, il y a « Maman » qui s’affiche quand tu appelles – précisa son fils.

- Arrête un peu – le coupa sa sœur – Qu’est-ce qui se passe ?

- Oh rien du tout, je voulais juste savoir comment vous alliez…

Ils discutèrent tous les trois quelques minutes puis Kathy raccrocha rassurée. Elle pensa que ce n’était qu’un rêve stupide. Elle avait abandonné son existence de sorcière depuis des années. Ses enfants ne l’apprendraient qu’à leurs vingt un ans, ils ne pourraient pas en décider avant. A moins que…Une idée venait de lui traverser l’esprit... Elle se rappela une légende que sa mère lui racontait enfant sur le retour éventuel d’un certain Hémolias.

- Non ce n’est pas possible – murmura-t-elle.

Elle se leva et chercha frénétiquement dans de vieux papiers.

- Où est-elle… ?!

- Que cherchez-vous ?

Elle sursauta. Sa secrétaire venait de rentrer dans le bureau.

- Une vieille lettre…Ah ça y est je l’ai retrouvée !

Elle montra une enveloppe jaunie à sa secrétaire :

- A quelle heure est mon premier rendez-vous ce matin ?

- 9h30 docteur…

- Hum…faites le patienter un peu, je viendrais le chercher. J’ai besoin de quelques minutes.

Elle se réinstalla sur son fauteuil en cuir et sorti la lettre que son père lui avait écrite en 1990, quelques jours avant de mourir :


«  Le 18 Mars 1990,


Kathy,


Ma chère petite fille, je sais que tu n’aimes pas que je t’appelle comme cela, mais pour moi tu resteras à jamais ma petite fille.

Le jour où tu liras ces quelques lignes je ne serais malheureusement plus de ce monde. Je l’ai vu ce matin mais tu connais le sacrifice de mon pouvoir, je ne peux rien dévoiler de ce que je perçois.

Cette fois-ci c’est quelque peu différent, étant donné que je vais quitter ce monde, je peux te dévoiler certaines informations. Je ne vais pas te rappeler l’histoire de tes ancêtres, ta mère te l’a suffisamment conté dans ta jeunesse, le soir pour t’endormir. Depuis le jour de ta naissance, tu es protégé par un sortilège que j’ai créé. Depuis quelques mois, un puissant sorcier du nom de Dareck cherche à te retrouver pour te mener dans leur clan car il sait que tu es la seule descendante de Victoire et Richard. Il souhaite faire revenir Hémolias à la vie.

Je sais aussi que je vais mourir de sa main. Tu vas certainement me haïr à la suite du sacrifice que je vais te demander. Mais il est nécessaire, pour toi, pour Pierre et pour vos futurs enfants. 

A ma mort, le sortilège te protégeant ne fonctionnera plus. Je te demande donc d’abandonner tes pouvoirs et ton existence de sorcière. Cela ralentira Dareck, et laissera à notre communauté le temps nécessaire pour anticiper le retour d’Hémolias car oui il reviendra d’ici à une vingtaine d’année.

Je t’en supplie, ma petite fille chérie, fais ce sacrifice. Sauve toi, sauve tes enfants du futur qui les attends si tu restes une sorcière.

Je t’embrasse bien tendrement et n’oublies pas que, de là-haut, je veillerais sur toi et que je t’aimerais à jamais.

Ton papa »

Elle replia soigneusement la lettre et la remis dans l’enveloppe. Des larmes coulaient sur ses joues. Elle se décida à appeler Anna.

- Allô Maman ?... Je peux passer chez toi ? Il faut que je te parle des jumeaux… Ok, j’arrive d’ici une demi heure.

Elle sortit précipitamment de son bureau et ordonna à sa secrétaire d’annuler tous ses rendez-vous de la journée.

Anna avait été étonnée de l’appel de sa fille. Depuis la mort de Bronislas, elles ne s’étaient que très peu parlées. Elle avait préparé le café et s’était installée au soleil sur la terrasse. Le temps était doux pour la saison. Elle remarqua immédiatement les yeux rougit quand sa fille arriva :

- Que se passe-t-il ? Il est arrivé quelque chose aux jumeaux ?

Kathy répondit que non et s’installa sur le fauteuil à côté de sa mère.

- Il faut que je te parle de notre monde, des jumeaux et du retour d’Hémolias…

Anna avala sa gorgée de café de travers :

- Comment le sais-tu ?

- Le cambriolage au musée…mais je pense que l’on devrait commencer par le début…

Elle sortit la lettre de son sac et la tendit à sa mère qui prit le temps de la lire.

- Je savais que ton père voulait que tu abandonnes tes pouvoirs…J’ai fais semblant de ne pas comprendre mais j’ignorais que c’était pour te protéger…

- C’est aussi papa qui m’a soufflé les prénoms pour les jumeaux…

- Comment ça ?

- Plusieurs fois pendant ma grossesse je l’ai vu dans mes rêves. Les enfants étaient nés, je lui présentais Angélique et Gabriel alors que nous n’avions pas encore décidé de leurs prénoms. Il me répondait qu’il adorait ces deux prénoms et que quoi qu’il en soit il ne pouvait pas en être autrement…

- « Peu importe l’ordre d’arrivée, l’un comme l’autre, ne devront faire qu’un » - murmura Anna – Ce sont les seuls mots que contenait la lettre qu’il m’a laissé. Je n’ai jamais compris…et je ne comprends toujours pas…

- Alors Hémolias est de retour ? – Anna acquiesça – Et mes enfants sont les Elus ?

- Oui…Ils n’ont pas eu le choix. Ils l’ont découvert il n’y a même pas un mois. Depuis je les entraîne régulièrement. Eolf leur a permis d’intégrer l’école pour accélérer leur apprentissage. Mais je ne comprends pas pourquoi ton père a voulu t’éloigner de la magie s’il avait vu cela…

- Depuis le vol je fais des cauchemars toutes les nuits. Cette nuit j’ai vu mes enfants mourir…je ne supporterais pas de les perdre. Peux-tu m’aider à retrouver mes pouvoirs ? J’ai besoin de savoir si ces rêves sont prémonitoires…

Elle se garda de dévoiler à Anna qu’elle l’avait vu mourir elle aussi des mains de Dareck et d’avouer qu’elle n’avait pas reconnu ses propres enfants quant ils le tuaient, qu’ils n’étaient plus eux-mêmes.

- Nous devons d’abord demander à Eolf et au conseil. Je n’ai pas le droit de te les restituer moi-même.

- Et bien allons-y…

Elle tendit sa main à Anna pour se téléporter mais cette dernière hésita :

- Te rendre tes pouvoirs t’enlèvera toute protection. Dareck est toujours en vie et si jamais, je ne sais par quels moyens, il découvre que tu es de nouveau dans notre monde…il te traquera.

- J’en ai conscience. Je me doute aussi qu’il fera très vite le lien entre les enfants et moi…mais j’ai besoin de savoir…

- Je ne suis pas si sûre qu’il fasse rapidement le lien – Anna lui fit un clin d’œil en souriant – Dans les affaires de ton père, j’ai retrouvé le sortilège qu’il avait utilisé à ta naissance, je m’en suis servit à mon tour pour les protéger. Tu es prête ? Eolf et le conseil nous attendent.

Kathy enlaça tendrement sa mère et lui murmura un merci à l’oreille.

La terrasse de la maison céda sa place au perron du Grand Conseil. Kathy sentait la magie tout autour d’elle. Elle se retourna vers la rue principale, malgré l’heure matinale, quelques sorciers déambulaient :

- Tu ne peux pas t’imaginer à quel point notre monde m’a manqué !

Morgane, une des secrétaire du conseil et amie d’enfance de Kathy, les fit rentrer :

- Ils vous attendent…Bon retour parmi nous !

Le conseil entier avait répondu présent, ils avaient pris place dans la cour intérieure, un petit coin de verdure agréable, paisible et reposant. Les roses embaumaient l’air ambiant d’un parfum délicat. Le clapotis de l’eau de la fontaine était relaxant à entendre. Le tout était abrité par une verrière permettant aux oiseaux tropicaux de voler librement sans craindre de prédateurs.

Kathy remarqua immédiatement les traits fatigués de chacun des conseillers. Elle en reconnu certains qui occupaient déjà la fonction avant son départ. Eolf les invita à se servir de viennoiseries, thé,

chocolat, café. Lui-même prit une tasse de thé et un croissant puis il s’installa autour de la table en fer forgé avant de prendre la parole :

- Chers amis ! Ce conseil n’a rien de formel. Kathy – il lui fait signe de se lever – souhaite retrouver ses pouvoirs. Nous allons donc procéder à la restitution.

- Pourquoi a-t-elle renoncé ? – intervint Igor.

- Mon père me l’avait demandé !

- Et pourquoi vouloir revenir ? – insista-t-il.

- Igor ! – s’emporta Violette – Tu penses vraiment que c’est le moment de débattre là-dessus ?

- Je compte aider mes enfants ! Voilà mon intention. Mon père m’avait demandé ce sacrifice pour me protéger de Dareck, pour protéger mes enfants et vous laisser le temps d’anticiper le retour d’Hémolias.

Elle commençait à élever la voix, qui était-il pour remettre en question ses intentions ? La théière explosa. Violette vint à ses côtés et utilisa ses pouvoirs pour la tranquilliser. Kathy reprit :

- Aujourd’hui je souhaite redevenir sorcière et me battre à vos côtés. Je souhaite aider mes enfants et les protéger. Cela vous convient-il Monsieur Igor ?

Elle insista sur les deux derniers mots et le défia du regard. La tension entre les deux était plus que palpable. Anna fut soulagé que sa fille n’ait pas encore retrouvé ses pouvoirs, elle aurait s’en doute incendié le conseiller. Igor baissa les yeux et lui tourna le dos, visiblement elle n’aurait pas son soutien. De toutes façons il ne lui inspirait pas confiance. Elle nota dans un coin de son esprit de prévenir les jumeaux, de les mettre en garde contre lui.

- Tu as bien conscience que nous allons vers une des périodes les plus sombres ? Que tu cours moins de risque en restant sans-pouvoirs ? – intervint Eolf, elle acquiesça – Tout le monde est d’accord pour la restitution des pouvoirs ?

Tous les conseillers, sauf Igor approuvèrent la décision. Eolf fit apparaître un coffret en cristal contenant plusieurs sphères d’un bleu translucide. Une petite plaque en étain permettait d’identifier le propriétaire des pouvoirs. Il fallait l’empreinte digitale du possesseur pour pouvoir l’ouvrir. Kathy appliqua son index sur le coffret. Un fil doré parcouru tout le pourtour de la boîte puis celle-ci s’ouvrit. Les sphères s’élevèrent dans les airs puis elles se dirigèrent vers Kathy. Les conseillers récitèrent d’une même voix :

« Puisque telle est ta volonté,

Que ta décision, prise en ton âme et conscience,

Soit exhaussée,

Qu’à notre monde, tu fasses à nouveau confiance,

Que tes pouvoirs te soient restitués,

Qu’à nouveaux la magie rythme ton existence. »

Kathy tendit ses mains paumes vers le haut. Tour à tour, les boules de pouvoirs vinrent s’y poser et se dissoudre. Elle sentit la magie couler à nouveau dans ses veines.

- Ils risquent de mettre quelques jours avant de revenir totalement. – lui précisa Violette – Ne t’inquiètes pas si tu as un peu de mal à les contrôler.

Kathy fixa la viennoiserie qu’Igor tenait dans ses mains. Il allait la porter à sa bouche quand celle-ci s’enflamma et se consuma entièrement. Il regarda incrédule les cendres tombaient à ses pieds. Les conseillers et Anna rigolèrent, sa fille sourit :

- Ca fait un bien fou !

- On ne risque pas de s’ennuyer entre toi et les enfants ! – commenta sa mère – D’ailleurs nous pourrions aller les voir pour leur annoncer la nouvelle ?

- Non ça sera plus drôle de voir leur tête quand ils le découvriront !

Annotations

Recommandations

OD'UN

Je commençais à blaguer quand mon regard s'est posé plus attentivement sur le tableau. Il y a une émanation vaporeuse de ces montagnes rocheuses, une lumière particulière, un coin de paradis comme il devrait y avoir sur toute la Terre. Nettoyons-là, par respect de ces beautés.
2
1
0
0
jean-paul vialard

Tu vois, il faudrait dire le tout du monde en quelques mots. Le tout. Autrement dit toi, moi, les autres, les paysages, les rides de  terre, le miroir de l’eau, la face de platine qui regarde le ciel, l’émotion, là, au creux du ventre. Il faudrait dire le rare de l’aube, l’immobile ligne du silence, les maisons blanches au loin, leurs yeux fermés - des hommes et des femmes y dorment, pliés sur la graine de leur sommeil -, le vent qui habite quelque creux, peut-être le corps d’une carpe enfouie sous le dais immensément liquide. Tu vois, il faudrait être ici au bord de l’étang où vibre la lumière, plus bas sur la côte, peut-être dans une anse marine. Il y aurait une grande bâtisse blanche nommée « La Amistad », des barques de pêche, des filets étendus sur des plages de galets, de vieux messieurs vêtus de noir sous les bouquets des arbres. Il faudrait encore poursuivre sa course folle, quelque part vers les pôles ou sous l’horizon de l’équateur. Puis revenir ici, ne pas bouger, surtout ne rien dire et attendre que les images viennent, corolles qui déplieraient lentement leur douceur dans l’immuable du temps.
4
7
0
5
Laura Trouillot
Le mensonge est quelque chose que les gens trouvent facile. Mais mentir peut avoir aussi des conséquences désastreuses sur l'avenir du monde entier...
Comment est-ce que l'on peut se remettre lorsque l'on apprends que notre vie entière est un mensonge ? Comment peut-on mentir et manipuler à ce point ?

M & B vont vous expliquer comment, et surtout pourquoi, leurs vies à basculer du jour au lendemain à cause d'un tout petit mensonge...


Copyright © 2018

Ce livre est une fiction entièrement écrit par mes soins. Les personnages principaux sont des inspirations avec des personnes réelles. Je mettrais tout dans la description. Tout ce que j'utilise sera utilisée en fonction fictives. ( je mélange plusieurs de mes anciennes fictions pour plus de contenus)
© Par propriété exclusive de l'auteur, la copie et les utilisations partielles ou totales de son travail sont interdites ; conformément aux articles L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle.
0
0
0
15

Vous aimez lire MF JEANLAT ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0