Chapitre 9 - Malédiction

13 minutes de lecture

Le lendemain après-midi, les jumeaux retournèrent chez leur grand-mère qui les attendait en tenue de combat. Tout le long du chemin Gabriel et sa sœur n’avaient pas arrêté de parler du cambriolage alors forcément :

- Anna ! A propos du cambriolage du musée…

- Oui Gabriel c’était de nature magique. Cette boîte renfermée l’esprit d’Alahès, l’allié le plus puissant d’Hémolias.

- Pardon ? – hurlèrent les jumeaux en même temps

- C’est qui encore celui là ? – poursuivit Gabriel.

- C’est plutôt celle là ! La « femme » d’Hémolias…

- Angie, on se tire d’ici ! – s’emporta-t-il – Anna, désolé, mais là, toi et tes amis sorciers, vous poussez le bouchon vraiment trop loin. Nous étions d’accord pour éventuellement vous donner un coup de main mais là c’est trop : Hémolias, Alahès, Dareck, Belloc, vous en avez encore beaucoup à nous sortir de derrière les fagots ?

Gabriel commença à quitter la maison de sa grand-mère. Angélique n’hésita pas une seconde et suivit son frère. Anna les laissa franchir le palier. Eolf leur bloqua la sortie, leur grand-mère l’avait contacté mentalement :

- Vous n’avez pas le choix, ceci est votre destin et vous vous devez de l’accomplir.

- Non je ne crois pas ! Notre destin nous appartient et nous choisissons une voie différente de celle que vous voulez nous tracer. Nous avons dix-neuf ans et aucune envie de mourir si jeune ! Alors un conseil cherchez vous d’autres Elus.

- Impossible ! Vous êtes les descendants de Richard, la magie coule dans vos veines depuis votre naissance et croyez moi cette magie est puissante. Il a été un Elus, Hémolias revient, vous êtes les nouveaux ELUS. C’est un cycle, une malédiction faite il y a plus de deux mille ans. Laissez-moi vous raconter son histoire, votre histoire.

Les jumeaux échangèrent un regard, firent demi tour et s’installèrent autour de la table ronde de la salle à manger.

- Nous vous écoutons ! Attention quand même nous voulons la STRICTE vérité et promettez nous que vous nous laisserez le temps de la réflexion pour décider de notre destin !

- Vous avez notre parole. Comme je vous le disais l’origine de cela remonte à plus de deux mille ans. En ce temps là, le dieu des Enfers posséda une humaine à son insu. Il avait pris l’apparence de son jeune époux récemment mort au combat. Il berna ainsi la pauvre humaine.

Quelques mois plus tard elle mit au monde un garçon qu’elle appela Hémolias. Ce dernier grandit parmi les hommes mais il était différent des autres enfants. Il était plus petit, plus chétif, plus faible, plus laid que tous les autres et subissait sans cesse leurs moqueries. Il ignorait l’existence de son père biologique mais, depuis les portes de l’Enfer, celui-ci gardait un œil sur son précieux fils. Lorsqu’Hémolias eu atteint l’âge de dix ans, son père remonta sur terre pour le récupérer. Il tua la mère de son enfant devant ses yeux et emmena le jeune garçon dans les Enfers. Sous terre, l’enfant développa de puissants pouvoirs. Il reçu une éducation stricte vouait à la guerre, la haine, la violence. Son père avait mis au point ce stratagème pour assouvir sa soif de pouvoir, il voulait éliminer des cieux tous les autres dieux existants et accéder ainsi au pouvoir suprême. Un enfant né d’une liaison entre un dieu et une humaine était la seule arme capable de réussir car les dieux ne verraient en lui uniquement l’enfant, un humain qu’ils chercheraient à protéger. Hémolias gagna rapidement en force et accomplit le souhait le plus cher de son père. Cependant le dieu des Enfers ignorait tout de la haine qu’éprouver son fils à son égard suite à la mort de sa mère. Hémolias poignarda donc son géniteur. Par la suite il décida de revenir sur terre pour y semer la terreur, éliminant petit à petit tous ceux qui l’avaient ignoré durant ces longues années.

Pendant ce temps, la sœur de l’humaine, sorcière et prêtresse, mariée à un puissant sorcier de l’époque donna naissance à des jumeaux : une fille et un garçon. Elle invoqua les esprits des dieux récemment disparus. Ensemble, ils définirent une malédiction pour venir à bout d’Hémolias. Ils avaient convenu que les jumeaux disposeraient de pouvoirs divins tout aussi puissants que les siens. Les dieux sculptèrent une petite boîte de bois à partir d’un morceau d’écorce de l’arbre de vie. Les Elus grandirent et acquirent une puissante force magique, mais durant ces années Hémolias offrit l’immortalité à une sorcière : Alahès. Ils formèrent un couple puissant et destructeur envers tous ceux qui tentaient de les éliminer en vain. Les dieux créèrent une seconde boîte de bois. Les jumeaux vainquirent Alahès, enfermèrent son esprit dans l’une des boîtes et récitèrent la malédiction :

« Pro nobis datis divinis potestatibus,

nos, delecti magi,

istum tenebrosum durumque animum aeterna inclusione damnamus.

Par les pouvoirs divins qui nous sont concédés,

nous, sorciers Elus,

Condamnons cette âme sombre et dure à l’enfermement éternel »

Hémolias passa des mois entiers à traquer les jumeaux jusqu’au jour où ils s’affrontèrent. Les Elus l’éliminèrent et son esprit se retrouva enfermé dans l’autre boîte. Ils jetèrent les réceptacles des esprits au sein du volcan Etna. Ils nous permirent ainsi de disposer d’une tranquillité qui dura un peu plus de mille ans.

Puis un sorcier adepte de la magie noire mis la main sur les boîtes suite à une éruption, il trouva le moyen de les ouvrir et de libérer les esprits qu’elles contenaient. Ainsi l’an 1179 fut marqué par le retour d’Hémolias et d’Alahès, et l’avènement au rang d’Elus de Victoire et de Richard, les descendants des premiers Elus et vos ancêtres. Ils vainquirent Alahès. Hémolias ne mit pas longtemps à retrouver lui aussi sa boîte pour la seconde fois mais Victoire y laissa sa vie. Malheureusement elle et son frère n’avaient pas disposé d’assez de temps pour développer au maximum leurs pouvoirs. En ces temps là, les chasses aux sorcières étaient à la mode. A la suite de la mort de sa sœur, Richard utilisa ses pouvoirs pour cacher dans l’espace temps les boîtes, choisissant bien malgré lui notre époque actuelle pensant certainement que la magie et les sorciers seraient suffisamment évolués pour ne pas permettre leur retour. Nous avons veillé jours et nuits sur ces boîtes. Alahès cachait ici en France, Hémolias au fin fond de la Sibérie. Mais Dareck s’est joué de nous, il a trouvé le moyen d’anéantir le gardien d’Hémolias et nous déroba son esprit. Suite à ce premier vol, nous avons confié Alahès au musée archéologique de Vicard, pensant que Dareck et les partisans ne tenteraient rien dans un lieu public fréquenté par bon nombre de sans-pouvoirs. Encore une fois nous nous trompions.

Vous êtes les descendants, les héritiers des précédents Elus. Vous êtes issu d’une grande famille de sorciers puissants. Au fil des siècles, vos ancêtres ont su développer leurs pouvoirs. Même si dans votre cas, vous êtes venus au monde sans pouvoirs, la magie coule dans vos veines. Cela permettra à vos pouvoirs d’atteindre rapidement un stade très élevé. Croyez-moi quand je vous dis que vous aurez une force égale à celle d’Hémolias, sans compter sur le lien qui vous unit. Vous êtes jumeaux, réagissant au même moment et de la même manière. L’amour fraternel qui vous lie sera une force considérable, Hémolias ignore le pouvoir d’un tel lien. Vous serez forts tant que vous serez ensemble. Je vous donne ma parole que vous serez prêts à temps pour les affronter.

- Que c’est-il passé pour que nous naissions sans pouvoirs ? – interrogea Angélique.

- Votre mère à renoncer à ses pouvoirs quelques temps avant votre naissance, je vous expliquerais ça une autre fois – répondit Anna – Aujourd’hui, nous avons besoin de vous, les sorciers attendent

avec espoir l’avènement des nouveaux ELUS, le monde entier compte sur vous.

- Serez-vous de notre côté ? Pouvons-nous annoncer à nos pareils que les ELUS sont désignés ?

Les jumeaux échangèrent un regard.

- Nous devons en discuter – lancèrent-ils d’une même voix.

- Vous pouvez nous laisser cinq minutes en tête à tête ? – poursuivit Gabriel.

Leur grand-mère et le conseiller suprême quittèrent la pièce.

- Tu en penses quoi ? Que faisons-nous ?

Gabriel questionna sa sœur du regard et attendit sa réponse. Elle s’accorda le temps de la réflexion.

- J’accepte – finit-elle par dire à voix basse – J’ai envie de leur faire confiance. Si nous refusons, que feront-ils ? Apparemment ils n’ont pas d’autre choix eux non plus, ils doivent faire avec des sans-pouvoirs pour éliminer Hémolias. Et que deviendra notre monde s’il en prend le contrôle ?

- Même si nous devons risquer notre vie ?

Il semblait abasourdi par la réponse d’Angélique. Depuis l’annonce, elle était tétanisée par la peur de devenir sorcière, d’affronter Hémolias et de prendre le risque de mourir. Aujourd’hui elle apprenait l’existence d’ennemis supplémentaires et elle acceptait le défi. Peut être aurait-il préférait un refus, cela aurait mis un point final au dilemme qui s’imposait à lui-même : choisir entre vivre dans un monde sombre ou tout donner jusqu’à sa propre vie pour éviter cela.

- Oui, même si nous devons mourir. – ajouta sa sœur - C’est égoïste de notre part de ne juger que sur les risques qu’il y a pour notre vie, alors que des millions d’existences sont en jeu. Donc oui j’accepte, s’il le faut de donner ma vie, pour te sauver, pour sauver notre frère, nos parents, notre famille, nos amis.

- D’accord. – il prit sa sœur dans ses bras, la serra aussi fort qui le pu puis la regarda droit dans les yeux – J’accepte aussi. Ensemble nous serons plus forts que tous nos ennemis réunis. Ensemble nous offrirons un monde de paix, débarrassé à jamais d’Hémolias, d’Alahès, de Dareck et de tous leurs partisans. Je te promets que, ni toi ni moi ne perdront la vie dans cette histoire. Quand tout cela sera fini nous pourront nous même raconter notre combat, ENSEMBLE !

Angélique acquiesça. Son frère avait toujours su trouver les mots pour dissiper les doutes. Ils rejoignirent Anna et Eolf qui les attendaient patiemment sur la terrasse.

- Nous acceptons.

Anna les prit contre elle, les larmes aux yeux et leur susurra un « merci » plein de gratitude et de reconnaissance.

- Je vais informer le Conseil de votre décision et dévoiler à notre monde votre existence.

- Notre existence ne devait-elle pas rester secrète ? – s’étonna Gabriel.

- Ne vous inquiétez pas, nous allons juste faire l’annonce que vous êtes de notre côté, prêts à vous battre pour nous tous.

Eolf s’inclina devant les jumeaux puis il se téléporta.

- Bien sur ces bonnes paroles, allez au boulot tous les deux, vous avez quand même du pain sur la planche si vous voulez les vaincre. Vu les dégâts que vous avez faits dans la salle de bains, je suppose que vous avez d’excellents réflexes. Cependant dans un combat cela ne suffit pas. Le mieux pour vous sera de combiner vos pouvoirs et les techniques de combat d’art martiaux que je vais essayer de vous apprendre. Mais avant ça…

Anna sortit de sa poche une petite boîte transparente renfermant deux sphères bleues.

- Cool un nouveau pouvoir ! Il sert à quoi celui-là ?

Chacun pris une sphère dans sa main. De nouveau la sensation qu’un liquide glacé leur coulait dans les veines, les envahi.

- Celui-ci est un pouvoir de défense. Mettez vous face aux pantins. Maintenant faite un revers de la main comme si vous vouliez donner une claque à quelqu’un.

Les jumeaux s’exécutèrent et leurs pantins s’écrasèrent contre le mur de la terrasse.

- Trop fort ! s’écria Gabriel.

- Ce pouvoir là et celui de téléportation que vous avez reçu sont les deux pouvoirs que tous les sorciers ont en commun. Les autres pouvoirs que vous recevrez seront différents et complémentaires pour chacun de vous. Il est courant de croiser des pouvoirs identiques ou similaires chez plusieurs sorciers n’appartenant pas forcément à la même famille mais les vôtres seront uniques de part leur puissance.

Ils passèrent l’après midi à s’entraîner pour maîtriser leurs pouvoirs et apprendre quelques techniques de combat.

Sur le chemin du retour, Gabriel s’amusa à se téléporter en faisant semblant de jeter un flacon de potion sur un ennemi invisible. Soudain Angélique décolla du sol et alla s’écraser contre un muret de pierre. Son frère se retourna vers les bois, une petite silhouette sombre s’y trouvait, juste à la lisière du champ.

- Attention ! Baisse-toi !

Gabriel obéit à cette voix qu’il ne connaissait pas. Une fiole de potion lui effleura la tête et explosa aux pieds du petit être. Celui-ci disparu dans un hurlement de douleur.

Un jeune homme brun sauta le muret, il s’avança vers Gabriel pour l’aider à se relever. Tous les deux transportèrent Angélique inconsciente à l’intérieur de la maison et l’allongèrent sur le canapé. Le jeune homme se dirigea vers une vitrine au fond de la pièce, en sortit une petite fiole contenant un liquide vert qu’il fit boire à Angélique. Elle se réveilla lentement avant de retomber dans les paumes après avoir croisé le regard bleu azur du jeune homme. Il lui donna quelques tapes sur les joues pour la faire revenir à elle.

- Relève-toi tout doucement, tu as pris un sacré coup.

Il fit apparaître un verre d’eau qu’il lui tendit. Gabriel l’observa de la tête aux pieds et prit soudainement conscience qu’il l’avait laissé faire sans se soucier du moindre danger. Le jeune homme qui avait senti le regard de Gabriel posé sur lui prit la parole :

- Je m’appelle Lucas, je viens tout juste d’emménager ici avec ma mère. Et pour répondre à la question que tu te pose – il regarda Gabriel droit dans les yeux – je suis un sorcier, tout comme vous apparemment.

Gabriel le regarda d’un air consterné et détailla son corps. Il pensa alors qu’il n’aurait même pas eu besoin de recourir à la magie s’il avait voulu les éliminer : un grand gabarit d’une vingtaine d’année, tout en hauteur mais surtout tout en muscles. Des cheveux châtains foncés coupés courts, une légère barbe de trois jours qui lui donnait une allure sexy et des yeux d’un bleu presque translucide. Après avoir passé un long moment à soutenir le regard de ce Lucas, il rompit le silence :

- Je suis Gabriel et…voici, Angélique ma sœur jumelle. Comment sais-tu que nous sommes des sorciers ?

- Disons que c’est plutôt rare que des gnomes s’attaquent à des êtres humains. Vous devriez être plus vigilant que ça. Si je n’étais pas intervenu vous seriez sans doute morts. Vous avez du le surprendre, il ne s’attendait sûrement pas à croiser des sorciers, nos espèces sont légèrement en mauvais terme ces derniers temps.

- C’est normal que nous ne soyons pas très prudents, nous venons juste d’apprendre que nous étions des sorciers – précisa Angélique en posant le verre sur la table.

- Ah d’accord. C’est pour ça que vous n’avez pas réagi. De toute façon en ce moment il y a beaucoup de chose qui ne tourne pas rond dans notre monde…

- Tu veux parler du retour d’Hémolias ?

Lucas resta stupéfait et regarda Angélique droit dans les yeux comme s’il voulait lire quelque chose en elle.

- Vous êtes au courant de ça ? Comment ça se fait ? Le conseil ne veut pas affoler la population mais si ça commence déjà à leur échapper.

- C’est la rumeur qui court...- elle essaya de se rattraper comme elle pu - D’ailleurs comment cela se fait-il que, toi, tu sois au courant de ce que veut le conseil ?

- Dans notre cas c’est logique que nous soyons au courant vu que…

Angélique écrasa le pied de son frère.

- Nous devrions partir Gab ! Je me sens parfaitement bien – elle se retourna vers le jeune homme – je te remercie de nous avoir aidé.

Lucas se leva et retourna vers la vitrine. Il en sortit un petit pot qu’il tendit à Angélique :

- C’est un onguent. Passe-en sur tes coups, cela calmera la douleur. N’hésitez pas à venir me voir si jamais vous avez des problèmes ou appelez moi.

Il tendit à Gabriel un papier sur lequel il avait inscrit son numéro de portable puis il les raccompagna jusqu’au portail. Les jumeaux reprirent leur chemin, Angélique avait du mal à marcher à cause de l’incident. Malgré les doutes qu’elle ressentait envers Lucas, elle suivi quand même les conseils qu’il lui avait donné. Elle appliqua la pommade sur ses bleus juste avant d’aller se coucher. La fraîcheur du baume calma immédiatement les douleurs qu’elle ressentait.

Lucas s’était téléporté au Conseil et s’entretenait maintenant avec Eolf :

- Je les observais par la fenêtre. Gabriel s’amusait à se téléporter sur le chemin, ce qui n’est pas très prudent étant donné qu’ils sont censés cacher leur existence de sorcier, le gnome est alors apparu au coin de l’arbre, il a projeté Angélique contre le muret de la maison en ruine d’en face alors je suis intervenu. Elle avait reçu un violent coup à la tête, je lui ai fait boire une potion de guérison et je lui ai aussi donné un onguent pour soigner ses coups. Il faut les inciter à être plus prudent, ils n’étaient pas sur leurs gardes, ils mettent en danger notre existence à tous. Je n’ose même pas imaginer ce qu’il se serait passé si un sans-pouvoir les avait vu. De plus heureusement que sa sœur est intervenu sinon, je suis persuadé que Gabriel m’avouait qu’ils étaient les Elus. Est t-il nécessaire que j’efface notre rencontre de leur mémoire ?

- Je ne pense pas que ce soit nécessaire. Bien au contraire il te sera plus simple de sympathiser avec eux. Etant donné que tu leur as sauvé la vie, ils chercheront un moyen pour te remercier de cela et ils t’accorderont plus facilement leur confiance. N’oublie pas que tu seras leur plus grand soutien et l’allié le plus important.

- Et pour Hémolias ?

- Ce n’est pas ton combat. Tu les auras suffisamment aidé à se préparer en vue de l’affrontement. Quand le moment sera venu, ta mère et toi serez mis en sécurité.

- Que ma mère soit mise en sécurité…mais ne vous inquiétez pas pour moi, je ferais parti des combattants, je suis prêt à les aider jusqu’au bout.

- Tu es un sorcier très doué, agile et puissant mais ne présume pas de tes forces. Hémolias sera leur combat, leur moyen de prouver au monde qu’ils sont les plus puissants. Pour l’instant, tu vas intégrer leur faculté, ils étudient le droit…

- Ah non pas ça ?! – il s’enfonça dans le fauteuil – Vous compter vraiment m’envoyer suivre des cours de droit ? Ils n’auraient pas pu étudier un truc mois barbant…

- Allons, si je puis me permettre ce n’est pas si sorcier que ça le droit – Eolf gloussa entre les poils de sa barbe grisonnante – ce n’est que pour quelques mois voire moins. Il se fait tard. Tu devrais rentrer chez toi et te reposer…tu reprends l’école lundi !

Eolf grimaça un large sourire en serrant la main de Lucas. Ce dernier s’inclina pour saluer le Conseiller Suprême puis disparu dans un éclair blanc.

Annotations

Recommandations

OD'UN

Je commençais à blaguer quand mon regard s'est posé plus attentivement sur le tableau. Il y a une émanation vaporeuse de ces montagnes rocheuses, une lumière particulière, un coin de paradis comme il devrait y avoir sur toute la Terre. Nettoyons-là, par respect de ces beautés.
2
1
0
0
jean-paul vialard

Tu vois, il faudrait dire le tout du monde en quelques mots. Le tout. Autrement dit toi, moi, les autres, les paysages, les rides de  terre, le miroir de l’eau, la face de platine qui regarde le ciel, l’émotion, là, au creux du ventre. Il faudrait dire le rare de l’aube, l’immobile ligne du silence, les maisons blanches au loin, leurs yeux fermés - des hommes et des femmes y dorment, pliés sur la graine de leur sommeil -, le vent qui habite quelque creux, peut-être le corps d’une carpe enfouie sous le dais immensément liquide. Tu vois, il faudrait être ici au bord de l’étang où vibre la lumière, plus bas sur la côte, peut-être dans une anse marine. Il y aurait une grande bâtisse blanche nommée « La Amistad », des barques de pêche, des filets étendus sur des plages de galets, de vieux messieurs vêtus de noir sous les bouquets des arbres. Il faudrait encore poursuivre sa course folle, quelque part vers les pôles ou sous l’horizon de l’équateur. Puis revenir ici, ne pas bouger, surtout ne rien dire et attendre que les images viennent, corolles qui déplieraient lentement leur douceur dans l’immuable du temps.
4
7
0
5
Laura Trouillot
Le mensonge est quelque chose que les gens trouvent facile. Mais mentir peut avoir aussi des conséquences désastreuses sur l'avenir du monde entier...
Comment est-ce que l'on peut se remettre lorsque l'on apprends que notre vie entière est un mensonge ? Comment peut-on mentir et manipuler à ce point ?

M & B vont vous expliquer comment, et surtout pourquoi, leurs vies à basculer du jour au lendemain à cause d'un tout petit mensonge...


Copyright © 2018

Ce livre est une fiction entièrement écrit par mes soins. Les personnages principaux sont des inspirations avec des personnes réelles. Je mettrais tout dans la description. Tout ce que j'utilise sera utilisée en fonction fictives. ( je mélange plusieurs de mes anciennes fictions pour plus de contenus)
© Par propriété exclusive de l'auteur, la copie et les utilisations partielles ou totales de son travail sont interdites ; conformément aux articles L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle.
0
0
0
15

Vous aimez lire MF JEANLAT ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0