Chapitre 5 - Initiation

10 minutes de lecture

La rue bondée de monde laissa place au salon paisible d’Anna. Cette fois-ci Angélique et Gabriel ne perdirent pas l’équilibre quand leurs pieds touchèrent le sol.

- Et zut ! J’ai oublié de vous acheter un chaudron. Tant pis j’irai vous en cherché un plus tard. En attendant vous en prendrez un des miens.

D’un geste de la main gauche, leur grand-mère fit apparaître, sous le regard ébahit de Gabriel, deux chaudrons, des couteaux, deux pilons et des bols.

- Angie, tu veux bien chercher le chapitre sur les potions de protections ?

Angélique prit le grimoire des potions et formules magiques. Elle trouva très vite le chapitre qui les intéressait.

- J’ai trouvé… nous faisons laquelle ? – lança-t-elle dans un soupir.

- Angie ! Ce n’est pas si terrible d’être sorcier, vous vous y habituerez vite. Nous allons commencer par la potion du bouclier, c’est la plus facile - d’un geste de l’index elle alluma un feu sous les chaudrons - Prenez chacun un chaudron, je vais vous indiquer comment procéder. Commencez par piler une racine de guimauve…

Tous les deux s’exécutèrent et mirent la poudre de guimauve dans le chaudron. La suite de la potion consistait à verser 25cl d’eau tiède, à introduire deux cuillères à café de pollen, une algue verte et un arôme que chacun choisissait selon ses goûts. Ils devaient ensuite laisser mijoter une quinzaine de minutes en mélangeant de temps en temps. Pour finir, Anna leur fit broyer un peu de racine de Banian. La potion de Gabriel avait pris une couleur verte kaki qui ne donnait pas très envie de la boire. Par contre celle de sa sœur était d’un rose transparent bien plus agréable à regarder. Anna se pencha vers Gabriel :

- Tu as mis plus d’une algue verte dans ta potion ?

- Peut être que mon algue était trop grosse - répondit-il en grimaçant. Voyant le regard perçant de sa grand-mère, il ajouta- en fait l’algue que j’avais prise n’était pas entière…alors j’en ai rajouté un peu plus.

- Ce n’est pas grave - dit Anna en vidant le chaudron d’un seul geste de la main…mais il vaudrait mieux que tu laisse Angie s’occuper des potions pour l’instant et surtout avise toi de ne plus mentir à un sorcier expérimenté.

Anna inscrivit « Potion du bouclier » sur quelques étiquettes qu’elle colla sur de petites fioles vides. Les jumeaux prirent chacun une pipette et remplirent les flacons du liquide transparent aux doux reflets roses.

- Veillez toujours à avoir une fiole de cette potion sur vous tant que vous n’avez pas reçu vos pouvoirs. Si jamais un sorcier ou une créature magique vous attaque vous n’aurez qu’à la boire. Cependant elle n’est efficace que contre les petits sorts et les attaques habituelles…

- Hémolias ? C’est qui au juste ? - demanda Angélique qui paraissait de plus en plus inquiète.

- C’est… euh…Ce n’est pas un sorcier… Enfin ce n’est pas un sorcier « ordinaire » comme ceux que vous avez vu à Vicard ou comme moi, disons que c’est…un demi-dieu.

- Un demi-dieu ??? Dans ce cas là je suis d’accord avec Angie. Nous allons droit à une mort certaine. Nous sommes de simple mortel nous !

Angélique eu un petit sourire et secoua la tête en remplissant une dernière fiole de potion qu’elle mit dans sa poche :

- Ravie que tu comprennes enfin !!!

- Mais vous êtes tout à fait capable de le vaincre ! Ce n’est qu’un demi-dieu il n’est donc pas invincible… il a juste des pouvoirs un peu plus développés que la normale... Ensuite vous devrez peut être vous battre contre les sorciers les plus puissants tels que Belloc ou Dareck.

- Ah ouais !!! Rien que ça. Je croyais que nous n’avions qu’Hémolias à vaincre ? Quand tu dis que ses pouvoirs sont plus développés, tu veux dire quoi en fait ? Juste histoire de savoir combien de temps il nous reste à vivre… - s’emporta Angélique.

- Si cela peut te rassurer, vous serez de puissants sorciers. Vos pouvoirs seront tout aussi puissants et dévastateurs que les siens, voire même plus. Crois moi il vous reste beaucoup d’années à vivre. J’en suis sure, je crois en vous, nous croyons tous en vous. Vous êtes notre espoir !

- Si nous venions à échouer, il se passerait quoi ?

- Il n’y aurait plus personne à sa hauteur, capable de le vaincre… Il en viendrait à diriger le monde. Mais je ne préfère pas penser à ça, vous y arriverais, je ferais tout ce que je peux pour vous aider, vous ne serez pas seul.

Leur grand-mère se voulait rassurante mais sa voix trahissait son inquiétude. Elle regarda l’horloge située face à eux.

- Nous n’avons pas le temps de préparer d’autres potions aujourd’hui. J’ai quelque chose d’urgent à faire. Prenez les petites fioles et ces boîtes – elle fit apparaître pleins de petits pots - contenant divers onguents. Vous reviendrez demain après-midi.

- Mais…

- Tu auras tout le temps de poser tes questions un autre jour Angie, Hémolias ne vous attaquera pas ce soir…Il ignore votre existence !

- Tu ne sais pas quand nous aurons nos pouvoirs ? Ça m’inquiète un peu de savoir que l’on peut se faire attaquer…

- Ne te fais pas de souci, Gabriel. Le temps que la rumeur circule que les ÉLUS ont été désignés, je pense que vous aurez déjà reçu quelques pouvoirs. Surtout rappelez-vous que personne ne doit savoir que vous êtes des sorciers !

Les jumeaux prirent les potions, les grimoires et tout le reste. Ils dirent au revoir à leur grand-mère puis sortirent dans la fraîcheur des fins d’après-midi du mois de Mars. Anna les regarda s’éloigner, l’air inquiet, elle disparu dans un éclair blanc.

Sur le chemin du retour les jumeaux discutaient de vive voix sur ce qu’ils venaient de vivre.

- Je n’arrive pas à croire qu’elle nous ait caché qu’elle était une sorcière. J’ai hâte que nous ayons nos pouvoirs. Tu imagines Angie tout ce que nous allons pouvoir faire ?

- J’imagine surtout que nous débarquons dans un monde qui nous est totalement inconnu, que nous allons devoir risquer notre vie tous les jours, et ça, ça me fous vraiment la trouille !

- Angie, ne te fais pas autant de souci. Tu es apparemment douée pour les potions, tu n’auras qu’à suivre les recettes sur les grimoires, puis on sait déjà se défendre un peu et les arts martiaux qu’Anna va nous apprendre vont nous être utiles.

- Puffff ! Comment fais tu pour être aussi optimiste ? Après tout, tu as peut être raison mais comment nous allons pouvoir vaincre des sorciers et vivre « notre nouvelle vie », sans que les parents ne soient au courant ?

- Là tu me pose une colle. Je n’en sais rien du tout, nous trouverons bien quelque chose à improviser, il ne nous reste qu‘une semaine à Brassi, une fois de retour dans notre appartement personne ne sera là pour nous surveiller.

- Oui tu as raison. Il ne nous reste plus qu’à espérer qu’il n’y aura personne à la maison quand nous rentrerons car ça sera un peu difficile de cacher tout ça - elle désigna d‘un signe de tête ses bras chargés de grimoires et de fioles.

- Je ne pense pas qu’il y ait quelqu’un. Il est à peine dix-sept heures. Au fait tu as eu des nouvelles d’Esther ?

Angélique réprima un petit sourire en coin et fit « non » de la tête. Esther était sa meilleure amie, elles se connaissaient depuis leur plus jeune âge et elle suivait les mêmes cours de droit que les jumeaux. Il était fou amoureux d’elle depuis l’école primaire mais il n’avait jamais osé en parler ni à elle ni à sa sœur mais Angélique n‘était pas dupe.

Arrivés prés de chez eux, leur cœurs se mirent à battre de plus en plus fort tant ils avaient peur que quelqu’un de la famille ou du quartier ne les surprennent les bras chargés de potions et de grimoires. Ils furent soulagés en réalisant que la rue était déserte, que la porte d’entrée était toujours fermée à clef. Quatre à quatre, ils montèrent les escaliers les menant au premier étage où ils avaient leurs chambres. Angélique ouvrit la porte de sa chambre à la volée. Ils posèrent leur bazar sur son lit et s’assirent au pied de celui-ci. Elle jeta un coup d’œil à leurs nouveaux jouets.

- Et maintenant nous le rangeons où tout ça ?

- Aucune idée. Dans nos armoires, ce n’est pas très prudent avec la fouine qui nous sert de frère. Dans les bureaux, inutile d’y penser ça ne rentrera pas. Pourquoi pas sous ton lit ?

- Impossible. Les couvertures ne sont pas assez longues pour tout cacher et le dessous de mon lit se voit quand on monte l’escalier… sous le tiens non plus puisque Rémi squatte ta chambre. Ce qu’il nous faut c’est un endroit où personne ne pourra trouver ce bazar.

Ils réfléchirent un long moment, examinant les moindres recoins de la pièce lorsque le regard de Gabriel se posa sur le grimoire intitulé « Potions et formules magiques »

- Mais qu’est-ce que l’on peut être bête parfois -s’exclama t-il, tirant Angélique de ses pensées- Maintenant que nous avons la magie, nous n’avons qu’à essayer une formule pour créer une cachette secrète !

Ses yeux s’illuminèrent. Angélique secoua la tête :

- N’importe quoi ! Tu es vraiment un gamin parfois…

- Allez ! – il supplia sa sœur - J’ai toujours rêvé d’avoir une cachette…

- Pour l’instant, je pense que tout ça ira très bien sous mon lit. Je tirerais les couvertures au maximum du coté de la porte. Je préfère attendre un peu avant d’utiliser la magie.

- Tu as sans doute raison. – la déception se lisait tout de même sur son visage - Il vaut mieux éviter de faire un énorme trou dans le mur.

Soudain un grand bruit les fit tous les deux sursauter.

- Ça venait d’où ? demanda Gabriel qui paraissait soudain très inquiet.

- De la salle de bain - précisa sa sœur qui désigna de son index tremblant une porte située face au lit.

Elle se leva et prit au hasard deux petites fioles de potions, Gabriel l’imita. Ils s’avancèrent à petits pas vers la porte. Gabriel l’entrouvrit légèrement, tous deux jetèrent les fioles. Plusieurs détonations retentirent. Ils coururent près du lit pour s’armer à nouveaux de potions, tendant l’oreille afin de percevoir le moindre bruit suspect. Face à eux la porte s’ouvrit. Ils purent distinguer une silhouette dans le nuage de poussière provoqué par les explosions. Les battements de cœur des jumeaux s’intensifièrent, leurs respirations étant coupées par la peur de l’inconnu. Un jeune homme d’une trentaine d’années, grand, mince, aux cheveux bruns et aux yeux verts sortit du nuage de poussière et s’avança vers eux en toussotant. Il frotta les pans de sa cape noire aux reflets d’or.

- Je vois que votre grand-mère n’a pas perdu de temps pour vous apprendre à vous défendre. Excellents réflexes, jeunes gens ! Je ne pensais pas avoir fait autant de bruit.

- Je vous reconnais ! Vous êtes l’un des conseillers ? demanda Gabriel.

L’homme acquiesça d’un signe de tête puis ajouta :

- Je suis Igor. Je viens vous apporter votre premier pouvoir…Cependant la prochaine fois, je vous avertirai de ma visite…

- Je croyais que nous devions attendre quelques jours avant de recevoir nos pouvoirs ?

- Et bien, voyez vous jeune fille, étant donné la situation dans laquelle nous sommes, le conseil a décidé d’accélérer le processus.

Il prit une petite boîte dans sa poche, l’ouvrit et en sortit deux sphères d’un bleu éclatant.

- Eh ! C’est les sphères que je voyais voler dans mon rêve.

- Oui vous avez raison. Ce sont des sphères de pouvoirs. Tendez chacun une de vos mains, s’il vous plaît.

Angélique et Gabriel échangèrent un regard et tendirent tous les deux la main droite. Igor posa une sphère dans chacune des mains.

- Refermez vos mains, laissez le pouvoir s’emparer de vous. La sphère va se dissiper petit à petit.

Les jumeaux ressentirent une intense chaleur au creux de la main avant qu’une sensation de liquide glacé dans leurs veines, ne les envahissent. Tous deux furent parcourus de frissons. A ce moment là, le conseiller comprit que les jumeaux avaient pris possession de leur pouvoir.

- Ceci est votre pouvoir de téléportation. Il vous permettra de vous déplacer, d’aller où vous désirez en seulement quelques centièmes de secondes. Bien que ceci soit mal vu, ce pouvoir peut vous permettre aussi de fuir le combat si jamais la situation tourne mal. Pour l’utiliser, il vous suffit de penser à l’endroit ou de prononcer le nom du lieu où vous voulez aller. Je dois partir à présent et pensez à vous entraîner jusqu’à ce que vous maîtrisiez le pouvoir.

Le conseiller disparu dans un éclair blanc. Dès qu’il fut parti, Gabriel et sa sœur s’entraînèrent à la téléportation. Les premiers essais furent un peu laborieux. Plusieurs fois Angélique se retrouva assise en haut de son armoire alors qu’elle essayait de s’asseoir sur son bureau. Elle poussa un hurlement quand par erreur elle se téléporta dans la salle de bain. Gabriel accouru armé de potions qu’il s’apprêtait à lancer :

- NON ! Stop ! s’écria Angélique lui retirant des mains les petites fioles de potions. Je pense que nous avons déjà fait suffisamment de dégâts…

La salle de bain était en ruine, de l’eau jaillissait de partout et pour combler le tout, un trou béant dans le mur donnait une vue parfaite sur le couloir.

- Je ne pensais pas que les potions pouvaient être aussi puissantes que ça…

- Comment allons-nous expliquer ça aux parents ?

Angélique s’assit sur un bout de rebord qui resté de la baignoire. Le regard perdu dans le vide son frère s’assit à coté d’elle. Après un long moment de réflexion il s’écria :

- Mais qu’est ce que nous pouvons être bêtes parfois ! Nous avons juste à écrire une formule à l’aide des grimoires, la réciter et tout sera réparé.

Angélique le regarda d’un air désespéré en secouant la tête.

- Non ce n’est pas une bonne idée d’utiliser la magie. Je vais appeler Anna elle pourra peut être nous aider.

Elle sortit de la salle de bain et se dirigea vers son bureau. Elle prit son téléphone portable, composa le numéro de sa grand-mère. Elle lui expliqua brièvement la situation puis raccrocha.

- Elle arrive, dit-elle en se retournant vers son jumeau.

A peine eu-t-elle le temps de terminer sa phrase qu’un éclair blanc illumina la chambre. Anna s’approcha et lança sur un ton de plaisanterie :

- Dites donc ! Vous lui avez réservé un sacré accueil ! Je n’ai jamais eu à faire à ce genre de situation mais bon je vais quand même essayer de vous arranger ça. Angie passe moi du papier et un stylo s’il te plaît.

Anna s’installa au bureau de sa petite fille. Après avoir réduit plusieurs feuilles de papier en cendre d’un seul geste de l’index, elle se leva et se dirigea vers la salle de bain.

- Bien voyons voir ce que ça donne. Ce n’est pas super mais je n’ai pas mieux :

«Que les murs reprennent leur place,

Que soient réparés les objets cassés,

Et que la pièce, en l’état d’autrefois redevienne palace. »

La magie opéra. L’eau s’arrêta de jaillir, le trou du mur se combla, le miroir et tous les objets cassés se reconstituèrent.

- Voilà ! Ce n’était pas si compliqué que ça, vous auriez pu trouver la formule tous seuls mais bon vous devriez quand même arrêter avec la magie pour aujourd’hui. Penser à venir chez moi demain après midi si vous le pouvez : je vous entraînerez aux combats !

Annotations

Recommandations

OD'UN

Je commençais à blaguer quand mon regard s'est posé plus attentivement sur le tableau. Il y a une émanation vaporeuse de ces montagnes rocheuses, une lumière particulière, un coin de paradis comme il devrait y avoir sur toute la Terre. Nettoyons-là, par respect de ces beautés.
2
1
0
0
jean-paul vialard

Tu vois, il faudrait dire le tout du monde en quelques mots. Le tout. Autrement dit toi, moi, les autres, les paysages, les rides de  terre, le miroir de l’eau, la face de platine qui regarde le ciel, l’émotion, là, au creux du ventre. Il faudrait dire le rare de l’aube, l’immobile ligne du silence, les maisons blanches au loin, leurs yeux fermés - des hommes et des femmes y dorment, pliés sur la graine de leur sommeil -, le vent qui habite quelque creux, peut-être le corps d’une carpe enfouie sous le dais immensément liquide. Tu vois, il faudrait être ici au bord de l’étang où vibre la lumière, plus bas sur la côte, peut-être dans une anse marine. Il y aurait une grande bâtisse blanche nommée « La Amistad », des barques de pêche, des filets étendus sur des plages de galets, de vieux messieurs vêtus de noir sous les bouquets des arbres. Il faudrait encore poursuivre sa course folle, quelque part vers les pôles ou sous l’horizon de l’équateur. Puis revenir ici, ne pas bouger, surtout ne rien dire et attendre que les images viennent, corolles qui déplieraient lentement leur douceur dans l’immuable du temps.
4
7
0
5
Laura Trouillot
Le mensonge est quelque chose que les gens trouvent facile. Mais mentir peut avoir aussi des conséquences désastreuses sur l'avenir du monde entier...
Comment est-ce que l'on peut se remettre lorsque l'on apprends que notre vie entière est un mensonge ? Comment peut-on mentir et manipuler à ce point ?

M & B vont vous expliquer comment, et surtout pourquoi, leurs vies à basculer du jour au lendemain à cause d'un tout petit mensonge...


Copyright © 2018

Ce livre est une fiction entièrement écrit par mes soins. Les personnages principaux sont des inspirations avec des personnes réelles. Je mettrais tout dans la description. Tout ce que j'utilise sera utilisée en fonction fictives. ( je mélange plusieurs de mes anciennes fictions pour plus de contenus)
© Par propriété exclusive de l'auteur, la copie et les utilisations partielles ou totales de son travail sont interdites ; conformément aux articles L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle.
0
0
0
15

Vous aimez lire MF JEANLAT ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0