Chapitre 1 - Renaissance

12 minutes de lecture

Chapitre 1 - Renaissance 


        Il avait cherché pendant des années, des décennies même, il venait enfin de la retrouvée. Sa mission serait accomplie cette nuit, il possédait les capacités pour la mener à bout.

Belloc, son compagnon d'infortune depuis onze ans, avait réussi à capturer l'humain au corps parfait pour accueillir l'âme tant recherchée. Cette enveloppe charnelle qui désormais attendait patiemment sur l'autel de leur repère que l'on lui insère son nouvel hôte.

Dès ses plus jeunes années, Dareck connaissait sa destinée. Il avait été éduqué en ce sens. Une éducation dure mais efficace. Descendant d'une des plus grandes familles de sorcier adapte de la magie noire, des partisans du mal, il se devait de suivre cette voie, ne serait-ce que pour sauver sa propre vie. Tous ceux de la famille qui avaient osé choisir « l'autre clan » disparaissaient étrangement.

Mais lui  ne s'était même pas posé la question de savoir quel clan choisir. La noirceur guiderait ses choix. Il ne croyait et n'aspirait qu'à une chose : voir le mal prendre le pouvoir, nettoyer la surface de la Terre de tous ces parasites d'êtres humains. En effet, Dareck vouait une haine vorace envers les humains. Lui et sa « race » devaient se cacher comme des rats le feraient dans les égouts de la ville, à cause de ces êtres fragiles, impuissants.

Plusieurs millénaires en arrière, des sorciers se faisant appeler conseillers avaient jugé bon de laisser les humains prendre le contrôle. Les sorciers devraient vivre dans la clandestinité à cause de leurs pouvoirs. Si seulement à cette époque là, le mal avait vaincu, il n'en aurait pas été ainsi. Les humains auraient été traités en esclave, de petites fourmis au service de la grande cause du mal, qu'il aurait pu écraser sans craindre les représailles.

Un de ses aïeuls avait compris que le mal pouvait reprendre le dessus, il fallait juste retrouver l'âme d'Hémolias. Des siècles s'écoulèrent, des membres de la famille périrent en la cherchant. Il faut dire que les conseillers avaient pris le plus grand soin à la cacher. Mais aujourd'hui annonçait le début du renouveau, une nouvelle ère s'ouvrait pour permettre l'apogée du mal.

Une aurore boréale éclaira le ciel arctique, Dareck la contempla et regarda sa montre. Lorsque l'obscurité revint, il jugea qu'il était temps pour lui d'agir. Il longea la falaise menant vers l'entrée de la grotte, faisant attention à faire le moins de bruit possible mais la glace craquant sous son poids à certains moments mis le gardien en alerte. Le mage noir arrêta net sa progression et se glissa dans un recoin de la falaise, se dissimulant dans la pénombre. Il retint sa respiration en entendant le gardien s'approchait. Celui-ci passa devant lui, fit quelques pas le long de la falaise et revint monter la garde devant la grotte. Dareck lâcha un juron muet, se rendant soudain compte que la mission ne serait pas aussi facile que ce qu'il avait imaginé. Lors de ces précédentes inspections, le gardien était un sorcier, les conseillers se doutaient peut être de quelque chose. Ce gardien là faisait parti de l'espèce des géants. Le sorcier l'évalua approximativement à quatre mètre cinquante de hauteur pour quasiment un quintal de masse graisseuse et musculaire, et comme tous ceux de son espèce il devait avoir une très mauvaise vue mais une ouïe très fine.

Le mage noir resta un long moment ainsi dans la pénombre et le froid glacial. Petit à petit il sentait le moindre de ses muscles s'engourdir et se geler. Un comble pour un sorcier de son rang qui pouvait maîtriser le feu à sa guise. Seul son esprit bouillonnait, il devait trouver une solution pour passer le gardien et pénétrer dans la grotte rapidement avant que Belloc n'ai l'idée de le rejoindre, s'inquiétant de ne pas le voir revenir de mission. Bien sûr il pouvait toujours attendre qu'un autre gardien vienne prendre la relève mais rien ne lui assurer que le remplaçant serait un sorcier et d'ici là il serait certainement mort de froid. Alors qu'il réfléchissait encore une violente tempête de neige fit rage accompagnée d'un fort blizzard.

Il remercia la providence pour ce cadeau inespéré y voyant là un signe du destin. Même s'il se déplaçait à pas de velours, le bruit du vent atténua largement celui de la glace craquant sous ses pieds. Il longea la paroi du glacier jusqu'à se trouver derrière le géant. Ce dernier ne l'avait pas entendu approcher jusqu'à ce que Dareck ne se jette sur lui, s'accrochant à ses longs cheveux crépus. Il lui plaqua la paume d'une de ses mains sur les yeux, le géant poussa un puissant hurlement, faisant trembler les parois du glacier, détachant un bloc de pierre de la falaise qui s'écrasa dans la mer plusieurs dizaines de mètres en contre bas. Le sorcier intensifia son pouvoir, une forte chaleur se dégagea du creux de sa main, brûlant ainsi les yeux de son adversaire. La créature tomba à genoux, hurlant de douleur. D'un revers de la main, le sorcier le propulsa dans les airs, le géant se retrouva au bord de la falaise, désorienté. Bien qu'il aurait aimé faire durer plus longtemps son plaisir de voir souffrir le monstre, Dareck se contenta de ramasser un bloc de glace à ses pieds et le lança en direction de son rival. Le morceau de glace frôla le géant. Celui-ci se fiant uniquement à son ouïe et croyant à une nouvelle attaque de son assaillant se jeta dans le vide pour l'attraper.

Le mage se pencha du haut de la falaise pour admirer la chute du géant qui rebondit plusieurs fois sur la paroi rocheuse avant de se fracasser en contre bas.

  • Pas un brin d'intelligence cette espèce ! commenta le sorcier en époussetant et réajustant sa cape.

Il se dirigea vers l'entrée de la grotte se mettant ainsi à l'abri du froid glacial. Il fit surgir une flamme de sa paume, la modela en boule et la fit voler à quelques mètres de lui. La lumière flamboyante qui s'en dégageait laissa entrevoir un long dédale de couloirs. Il expédia la boule de feu le plus loin possible, en façonna d'autres et les envoya éclairer des recoins sombres. Un labyrinthe se dessinait sous ses yeux. Positionné en hauteur, il en avait une vision d'ensemble lui permettant de deviner rapidement le chemin à emprunter. Il dirigea les boules de feu et les plaça de manière à éclairer uniquement son parcours. Il s'étonna de ne pas rencontrer d'autres obstacles sur son passage. La sortie du labyrinthe déboucha sur une pièce circulaire avec uniquement une demi-colonne glacée en son centre. Il s'approcha de celle-ci et découvrit la petite boîte de bois qu'elle renfermait. L'âme d'Hémolias était là, prise dans la glace.

Il posa ses mains sur la colonne, laissant dégager une forte chaleur qui fit fondre la glace petit à petit. Il prit précautionneusement la boîte de bois sculptée, la contempla :

  • Bon retour parmi les vivants, Maître.

Les parois de la grotte tremblèrent, commençant à s'effriter.

 « Une alarme » pensa-t-il.

Il devait partir vite. Les membres du Conseil n'allaient pas tarder à arriver. Il se téléporta. Cependant il se retrouva en même endroit. Une incantation devait protéger le lieu. Dareck n'eu pas d'autre choix que de se mettre à courir. Des pans de la grotte s'affaissaient. Il dû éviter plusieurs stalactites mais l'une d'elle lui transperça la jambe, le faisant chuter lourdement. La boîte lui échappa des mains. Il roula sur lui-même pour esquiver un bloc de glace et récupéra in extremis l'âme de son maître. Malgré la douleur, il se releva, se remit à courir et sorti de la grotte juste à temps. L'entrée de celle-ci se combla naturellement. Il prit soudain conscience d'avoir eu beaucoup de chance.

Des éclairs blancs transpercèrent le ciel obscur. Faisant volte face, Dareck aperçu les premiers conseillers se matérialiser devant lui. Il les regarda d'un air narquois, un sourire aux lèvres, les défiant.

Il fit tourner la petite boîte entre ses mains, la mettant ainsi bien à la vue des conseillers. Il éclata de rire et disparu dans un éclair noir avant que les autres n'aient le temps de réagir.

        Le décor glacial laissa la place à un parc boisé, parsemé d'allées de gravier conduisant toutes vers un château. Une imposante demeure médiévale. Leur repère. Le lieu idéal pour éviter à leur maître un dépaysement total.

La dernière fois qu'il avait vu la lumière du jour remontée à l'an 1174. Cela faisait 842 ans qu'il été enfermé dans sa prison de glace.

Avec peine Dareck rejoignit le château, sa blessure saignait abondement.

  • Belloc ! appela-t-il à bout de souffle avant de s'écrouler au sol.

Un sorcier âgé d'une cinquantaine d'années, le crâne rasé, les yeux d'un bleu transperçant, une énorme cicatrise lui scarifiant le visage du front jusqu'au milieu de sa joue gauche se pencha sur Dareck. Il lui souleva la tête d'une main, sorti une fiole de sa poche qu'il déboucha avec les dents et lui fit boire :

  • Allez, avale ça ! Cela va soulager la douleur.

Son ami s'apaisa immédiatement, la douleur s'endormie. Il désigna sa jambe. Belloc lui déchira le pantalon laissant voir une plaie sanguinolente, béante et profonde. Par une simple pensée, le guérisseur fit apparaître un pot qu'il dévissa mentalement. Il prit une bonne dose d'onguent et l'appliqua sur la plaie, celle-ci s'arrêta de saigner. Il prit une autre fiole, mit un morceau de bois dans la bouche de Dareck :

  • Serre le plus fort possible, ça va être très douloureux.

Belloc versa quelques gouttes de la fiole sur la plaie à vif. Dareck hurla malgré le morceau de bois. Au bout de quelques minutes de souffrance, les chairs se reconstituèrent, la plaie se referma.

Dareck se détendit. Il sorti la petite boîte de la poche intérieure de sa cape. Il la montra à Belloc, avec un air fier.

  • Nous avons réussi ! Le maître est là avec nous. Un monde nouveau se profile. Allez viens il est grand temps que le maître renaisse.

Belloc l'aida à se relever, il laissa son comparse prendre appui sur lui. Ils descendirent le grand escalier en colimaçon menant dans les caves du château. Le lieu étant ouvert au public en journée, ils avaient dû s'accommoder des sous-sols.

        Sur une sépulture en pierre, servant d'autel, un corps d'homme reposait, inerte. Grand, musclé, jeune et beau garçon. Un sportif trouvé sur les bancs d'une faculté. Le combat avait été rude, il s'était bien défendu mais les potions et onguents de Belloc avaient effacé la moindre trace de coups reçus dans la lutte. Les humains de sa famille signaleraient certainement sa disparition d'ici quelques jours, cependant cela n'avait aucune importance pour eux. Il ne serait pas le seul humain sacrifié d'ici les semaines, les mois et les années à venir.

Dareck posa la petite boîte de bois sculptée contenant l'âme d'Hémolias près de la tête de l'humain, il fit apparaître un grimoire qui s'ouvrit de lui-même. Belloc et Dareck se concentrèrent sur la formule et commencèrent à réciter d'une même voie :

 

« Le monde occulte en appelle à toi,

Maître incontesté du monde obscur,

Nous te délivrons de ton errance éternelle,

Afin que notre force se renouvelle,

Ensemble, révélons notre vraie nature,

Que la Terre plonge dans le désarroi. »

 

Au bout de trois formulations, le couvercle de la boîte céda. Une petite sphère noire en sorti et se mis à flotter dans les airs à quelques centimètres au dessus  de la petite boîte qui l'enfermait. Dareck posa sa main sur l'épaule de Belloc.

  • A toi de jouer mon frère ! Tu as ce qu'il te faut ?

Belloc fit apparaître une minuscule fiole dans sa paume, celle-ci contenait un liquide noir et épais.

  • Rien de mieux qu'une goutte de « Mort instantanée ».

L'autre sorcier paru sceptique.

  • Ne te fit pas au nom, je n'ai tout simplement pas trouvé mieux.

Il déboucha la fiole. Une odeur nauséabonde se répandit dans la pièce. Il entrouvrit légèrement la bouche de l'humain et y versa une goutte de liquide. L'individu fut pris de  convulsions violentes. Dans un dernier sursaut, il rendit son dernier souffle. Quelque seconde plus tard, l'âme de l'humain prit forme devant les sorciers, elle ne comprenait pas ce qu'il venait de se passer.

  • Qui êtes-vous ? ses yeux se posèrent sur son corps. Qu'est-ce…
  • Tu es mort mon ami, un autre destin t'attend… Rentre là dedans ! lui ordonna Dareck en lui montrant la boîte de bois.

L'âme se roula sur elle-même, formant ainsi une sphère d'un gris moyen et se dirigea vers le récipient.

  • Il n'était pas si sage que ça visiblement, se permis de commenter Belloc. Je m'attendais à une âme plus pure, quasiment blanche.

Sur ces mots, il récupéra délicatement l'autre sphère, la noire et l'inséra dans le corps de l'humain. Durant ce temps, Dareck enferma l'âme de l'humain et scella définitivement la boîte.

Ils s'agenouillèrent au pied de l'autel et attendirent un long moment que le processus de réincarnation est fonctionné. De longues minutes s'écoulèrent, interminables. Puis soudain un râle retentit dans la pièce. A ce moment là, les deux sorciers comprirent qu'Hémolias était de retour dans le monde des vivants.

Il ouvrit lentement les yeux. Même si une certaine pénombre régnait dans la pièce, les flammes rougeoyantes des torches lui faisaient mal. Il mit un instant à s'y habituer. Il prit le temps de lever un bras qu'il contempla. Il senti la pierre froide sous ses doigts. Il huma l'air ambiant. Une odeur de vieux, d'humidité lui chatouilla les narines. Petit à petit il prenait conscience de son nouveau corps. Il jugea bon d'essayer de se relever mais la tête lui tourna rapidement. Il patienta quelques instants de plus, puis refit le test, concluant cette fois. Il parvint à s'asseoir sur l'autel, il remarqua la longueur de ses jambes. Il devait être grand. Certains de ses muscles se contractèrent, ces derniers semblaient bien développés et puissant. Il pivota sur la sépulture, posa un pied à terre, puis l'autre. Le sol était gelé sous ses pieds nus. Il se leva délicatement. Il remarqua la présence des deux sorciers toujours agenouillés. Il posa chacune de ses mains, sur leurs épaules respectives, les invitant à le regarder.

  • Maître… murmura Dareck en l'observant.
  • C'est donc à vous que je dois ma renaissance ?

Il aimait sa voie, masculine, grave mais sexy. Les deux sorciers le contemplèrent.

  • Je suis Dareck, fervent serviteur de votre cause, précisa t-il en inclinant la tête. Ma famille vous est acquise depuis de longues générations. Et voici Belloc, il désigna son ami, grâce à qui votre réincarnation ait une réussite.

Il les invita à se relever, contourna l'autel, il avait besoin de marcher, il devait sentir ses jambes.

  • En quel an sommes-nous ?
  • En 2016, Seigneur…
  • 2…0…16 ?

Il marqua une pause calculant rapidement le temps passé.

— Cela fait donc plus de 800 ans d'errance dans les limbes ? Pourquoi tant de temps ?

  • Nous n'avons eu de cesse de vous chercher au fil des siècles…
  • Nous ? Qui ça nous ? Vous deux ?

Il les désigna du doigt, sa voix était teintée d'une pointe d'exaspération.

  • Où sont mes autres partisans ? Nous étions des milliers avant ma…défaite.

Il avait lâché ce dernier mot avec un ton empli d'amertume, il abattit son poing puissant sur la sépulture. Son visage se tordit de douleur sous l'impact.

  • Seigneur, faites attention ! Vous n'avez pas recouvré toutes vos forces !
  • Où sont les autres ? tonna-t-il.
  • Nous sommes les seuls à avoir cru jusqu'au bout à votre retour. Au fil des ans, les autres ont perdu la foi. Ils ont quitté le clan…

A l'écoute des mots de Belloc, un spasme nerveux parcouru le visage du maître. La veine à sa tempe palpita. Ainsi tout était à refaire. Cela leur prendrait du temps pour reconstituer son armée. Deux possibilités s'ouvraient à lui soit prendre le temps de revenir en force plus puissant que jamais en restant terré ici, soit agir vite et prendre le monde entier au dépourvu, mais pour cela il devait retrouver ses pouvoirs au plus tôt. D'instinct il opta pour la deuxième option, il se donnait ainsi une semaine à peine pour revenir au plus haut sommet de sa puissance magique, il constituerait son armée au fil des mois en semant la terreur. Tant qu'Alahès était à ses côtés…

  • Où est-elle ?
  • Pardon Maître de cet affront : mais de qui parlez-vous ?

Dareck n'eu pas le temps de réagir. Hémolias tiqua en entendant Belloc.

  • Qui êtes-vous ? A quelle grande famille de sorcier appartenez-vous ?
  • Excusez-le seigneur. Mon ami a rejoint la cause il n'y a que très peu de temps… Nous ne savons pas où ils ont caché Alahès… Vous avez été séparé à ce moment là…

Coupant la parole à son partisan et s'adressant à Belloc, le maître reprit :

  • Retourne la terre entière s'il le faut mais retrouve là vite. J'ai besoin d'elle…

Hémolias prit conscience que la tache serait encore plus dure. Avec son retour, les conseillers allaient être à l'affût. Ils le chercheraient constamment, guettant la moindre possibilité de le renvoyer dans les limbes. A moins que…

  • Et les Elus ?
  • Aucune trace d'eux, répondit Dareck. La dernière descendante de Richard à renier la magie il y a une vingtaine d'année avant de décéder… Plus aucuns descendants…

Un sourire se dessina sur ses lèvres, le visage d'Hémolias s'illumina.

  • Serait-tu en train de me dire que je n'ai plus d'adversaires à ma taille ?

Dareck acquiesça.

  • Répand la nouvelle de mon retour, nous allons reconstituer mon armée et prendre notre revanche sur ce monde pitoyable !

Annotations

Recommandations

OD'UN

Je commençais à blaguer quand mon regard s'est posé plus attentivement sur le tableau. Il y a une émanation vaporeuse de ces montagnes rocheuses, une lumière particulière, un coin de paradis comme il devrait y avoir sur toute la Terre. Nettoyons-là, par respect de ces beautés.
2
1
0
0
jean-paul vialard

Tu vois, il faudrait dire le tout du monde en quelques mots. Le tout. Autrement dit toi, moi, les autres, les paysages, les rides de  terre, le miroir de l’eau, la face de platine qui regarde le ciel, l’émotion, là, au creux du ventre. Il faudrait dire le rare de l’aube, l’immobile ligne du silence, les maisons blanches au loin, leurs yeux fermés - des hommes et des femmes y dorment, pliés sur la graine de leur sommeil -, le vent qui habite quelque creux, peut-être le corps d’une carpe enfouie sous le dais immensément liquide. Tu vois, il faudrait être ici au bord de l’étang où vibre la lumière, plus bas sur la côte, peut-être dans une anse marine. Il y aurait une grande bâtisse blanche nommée « La Amistad », des barques de pêche, des filets étendus sur des plages de galets, de vieux messieurs vêtus de noir sous les bouquets des arbres. Il faudrait encore poursuivre sa course folle, quelque part vers les pôles ou sous l’horizon de l’équateur. Puis revenir ici, ne pas bouger, surtout ne rien dire et attendre que les images viennent, corolles qui déplieraient lentement leur douceur dans l’immuable du temps.
4
7
0
5
Laura Trouillot
Le mensonge est quelque chose que les gens trouvent facile. Mais mentir peut avoir aussi des conséquences désastreuses sur l'avenir du monde entier...
Comment est-ce que l'on peut se remettre lorsque l'on apprends que notre vie entière est un mensonge ? Comment peut-on mentir et manipuler à ce point ?

M & B vont vous expliquer comment, et surtout pourquoi, leurs vies à basculer du jour au lendemain à cause d'un tout petit mensonge...


Copyright © 2018

Ce livre est une fiction entièrement écrit par mes soins. Les personnages principaux sont des inspirations avec des personnes réelles. Je mettrais tout dans la description. Tout ce que j'utilise sera utilisée en fonction fictives. ( je mélange plusieurs de mes anciennes fictions pour plus de contenus)
© Par propriété exclusive de l'auteur, la copie et les utilisations partielles ou totales de son travail sont interdites ; conformément aux articles L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle.
0
0
0
15

Vous aimez lire MF JEANLAT ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0