L'audience - 4 - भेड़िया

3 minutes de lecture

भेड़िया

Ah ! L’infâme, il m’en veut le fourbe. L’attaque est habile, c’est qu’il est futé le malfaisant. Que puis-je faire ? Prendre le contrôle de son esprit ou bondir pour lui arracher la tête. Impossible de le subjuguer sans que tous les convives devinent mon intervention. J’avoue que, malgré l’artefact du sergent Seaghdh et les menaces d’Anthéon, la seconde option est tentante. Mais l’élimination comme l’assujettissement du despote scellerait l’échec de mon projet.

Trêve de chimères, en aucun cas je n’enfreindrais les lois de l’hospitalité, car je suis un être de parole ! Tu n’en doutes pas, j’espère.

Je suis responsable de cette situation, occupé à : torturer Martô, donner des consignes à Chandra, négocier avec Liam, plaider ma cause auprès d’Anthéon et t’expliquer ma stratégie.

Mais non, je ne t’accuse pas, tu n’y es pour rien, j’ai négligé de surveiller Niall. Quand l’idée de me brocarder lui vint, j’aurais pu la juguler. Mais maintenant qu’il a pris la parole, je ne peux l’interrompre. La vengeance peut emprunter des chemins tortueux, en l’occurrence elle passera par Martô.

Dans le cloaque des turpitudes de ce dernier se trouve un souvenir qu’il aime se remémorer. L’instant d’un rêve, je le projette dans sa victime.

Malédiction, ça ne marche pas.

Alors que liée, nue sur une croix décussée verticale, épuisée par l’accouchement, elle fut au bord de la folie lorsqu’elle vit le bourreau dépecer sous ses yeux son nouveau-né. Incapable de ressentir un amour filial, tout à sa douleur physique, c’est avec indifférence qu’il assiste à cette abomination. Égocentrique, il dévore la chair du bébé à belles dents, ne pensant qu’à sa survie, là où la mère réussit à s’étouffer avec le premier morceau que Martô la força à ingurgiter.

Ce qui me contraint une variation, c’est maintenant son corps qui est supplicié.

Le bourreau tire sur la chaîne pour faire monter le sautoir, approche un tronchet haut de deux coudées, puis redescend doucement Martô amenant ses organes génitaux sur le billot. Le tranchoir à la main, il somme l’inquisiteur de confesser ses turpitudes, lui assure que s’il révèle tous ses crimes, ses tourments cesseront ; faute de quoi il le châtrerait puis le gaverait avec ses animelles et son pénis coupés en dés.

Martô hurle :

« Je renie mes rapports contre nature avec Niall ! »

Aussitôt, l’archiatre tente de le faire taire, mais en vain son patient continue de vociférer :

« Il abuse de moi, il me pénètre de son vit ! Le despote est un démon ! Il m’a perverti ! Je suis damné ! »

Le mire sort de l’infirmerie, ordonne au garde shannonnais, en faction à l’extérieur, de ne laisser entrer personne.

Il est admis dans la salle du festin alors que le despote a terminé mon éreintement, Maebd se lève et réplique en arguant qu’on ne peut reprocher à quiconque d’être tel que la nature l’a fait. Niall s’excuse, explique qu’il doit se rendre au chevet de Martô, et quitte la salle avec le thérapeute.

Pendant que la Bandrui développe ses arguments en ma faveur, le roi me donne son accord. Afin de permettre la conception promise, je dois influencer la partie du cerveau que ceux de ton monde nomment hypothalamus pour qu’il oblige la glande que vous appelez hypophyse à relâcher l’hormone qui provoque l’ovulation. J’ai recours à l’énergie du palais – d’Anthéon si tu préfères – pour amplifier la manipulation de façon à ce qu’elle agisse sur toutes les femmes présentes.

Incidemment, alors que le banquet se termine, la tension sexuelle est perceptible.

¤¤¤

Juste pour toi :

La croix décussée (ou sautoir) est plus souvent nommée croix de Saint-André dans ton monde.

Annotations

Vous aimez lire scifan ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0