Partie III

2 minutes de lecture

Le froid mordant de l'hiver épuisait Marcel qui faisait de son mieux pour trouver un endroit où s'abriter. Il avait peur, son coeur c'était vidé de tout courage au même ryhtme que son corps avait refroidit. Pourtant il était fait pour vivre au dehors, lui le fier garenne ! Cette nuit là devait être particulièrement fraîche, ses pas laissaient de nombreuses empruntes dans le manteau blanc qui s'épaissisait au fil des minutes. Marcel savait qu'il était beaucoup trop exposé, le prédateur du ciel, dont il entendait les hululements, ne saurait tarder et de faire de lui son prochain dîner.  

Dîner ... Il éloigna de son esprit toutes pensées qui le ramenaient auprès de sa famille. Ils appartenaient au passé et sa bien aimée, un avenir prometteur. Il décida d'avancer leur rencontre. Si cela se trouve Marcel ne survivrait pas à une nuit d'hiver supplémentaire. Il tourna les talons et fonça. Pourrait-elle peut être lui venir en aide ?

Il était de retour à la lisière de sa forêt natale, hors d'haleine, il vit le palace de sa bien aimée, plus qu'une rentaine de bonds. Le toit était grand ouvert, ses humains serviles l'avait mise au chaud, tant mieux. Il profita de cette oppurtinuté inespérée, il décida d'aller s'y réfugier. Marcel pria pour que la bête ne réussisse pas à l'attraper quand il serai à découvert pour rejondre son abris de fortune. oulait dans son oreille droite, ça le déséquilibrait et il n'entendait plus grand chose de ce coté maintenant. Le fier garenne était maintenant, terrorisé et redoublait d'effort dès qu'il percevait l'ombre de la chouette planer au dessus de lui. L'astre de nuit trahissait la bête sanguinaire, Marcel remercia la source de son salut . 

Il était de retour à la lisière de sa forêt natale,hors d'haleine. Il vit le palace de sa bien aimée, plus qu'une trentaine de bonds. Le toit était grand ouvert, ses humains serviles l'avait mise au chaud, tant mieux. Il profita de cette oppurtinuté inespérée, il décida d'aller s'y réfugier. Marcel pria pour que la bête ne réussisse pas à l'attraper quand il serai à découvert pour rejondre son abris de fortune. 

Il ne prit même pas le temps de s'arrêter, il avait l'impression de voler ! Mais le parc semblait toujours si loin... Marcel preçut de nouveau le bruit des serres accérées ! Un bond à gauche, un autre à droite et il repartit de plus belle. Un dernier saut qui se termina en plongeon au travers de la trappe de toit. Il termina sa course effrénée dans la cabane de sa dulcinée, il se terra le plus loin que permettait ce petit espace, Marcel gratta la paille qui tapissait son riddicule terrier et attendit toute la nuit durant. 

Pafois il s'assoupissait, néanmoins, les cris strident de la bête le reveillait toujours, à l'afût. Le fier garenne était devenu un lapereau tétanisé. 

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Jo Riley-Black
Défi "Lettre d'amour"

Margot n'est plus, pourtant Margot est toujours là, nichée au creux du coeur de Linda.
4
4
0
5
Rei Kuran
[Ce texte est un RP! Il s'agit d'une histoire écrite à deux. Moi, prenant le personnage de Léo, et mon amie, Lydasa, prenant le personnage de Uta. Nous gérons ensemble les PNJ. J'ai décidé de laisser cette histoire avec la même présentation car nous aimons cela. On a décidé de publier cette histoire car nous l'aimons, et voulions la faire connaître à d'autres.]

Il s'agit de l'histoire de Léo, nouvel arrivant en France, venant directement d'Australie. Ce garçon cache un passé particulier et douloureux. Faisant alors la rencontre de Uta, un étudiant qui souhaite devenir son colocataire. Lui aussi a sa part de ténèbres. C'est l'histoire de deux garçons, aussi paumés l'un que l'autre, qui finissent par se compléter.

AVERTISSEMENT: Il s'agit d'un RP YAOI! Donc d'une histoire entre deux hommes, avec des scènes de sexe!
AVERTISSEMENT 2: "Le mouvement Evolutionniste" est inspiré de la Néolution dans la série Orphan Black. [Dans notre rp de base, nous l'avons appeler directement Néolution pour ne pas s'embêter. Il s'agit d'une histoire écrite à deux, qui n'a pas pour objectif d'être publiée chez un éditeur.]
112
4
0
161
Vincenzo Von Haägen

La mort.
Ce havre de paix. Bucolique. Charmant. Ténébreux. Ce pourrait être la description d’un homme merveilleux. Mais non, il s’agit bien du sens de la vie : la mort. Toute une direction tracée dans la perfidie d’une vie menée pour en arriver à ce terme sadique. Une vie de psychopathe tourmentée par l’horloge qui fait son tic-tac effrayant, terrifiant, morbide. Comme si le coeur, lui-même, battait la chamade au rythme effréné du temps qui passe jusqu’à nous conduire inéluctablement vers le lieu où le corps sera décharné et bouffé par les vers. La tombe où tous les sens s’endorment pour laisser le cadavrepourrir et suinter pacifiquement, sans aucune trace de lutte. Sans aucune trace de combat. Rien. C’est le néant. L’anéantissement. La puanteur se dégage pourtant de ce trou béant, comme si tout cela n'était qu'une condensation chimique, alors que le corps se décompose toujours un petit peu par petit peu. Le sang ne coule presque plus et l'activité de toute une vie ne se lit pratiquement plus sur les traces du crâne à nu.
Mais nous ne savons rien de la vie après la mort. N'est-ce pas?
On ne sait quel Paradis, ou quel Enfer souffreteux nous rongera jusqu'à l'éternité. D'ailleurs, ne serait-ce pas sournoiserie de nous parler d'éternité après une vie trop longue et douloureuse pour être vécue? Ce serait presque comme un Enfer avant l'heure. Comme si nous étions sur le Styx, que nous devions payer le Passeur à chaque fois. Ce Passeur qui est représenté, ici, par l'État et ses taxations incessantes. Ce besoin de travailler encore et toujours, sans relâche, sans paix. Et, pendant ce temps là, on voit les morts défiler sous nos yeux, ces âmes qui passent sous la petite pirogue qui nous conduit inlassablement vers Hadès. J'ai payé mes créances à ce type là. Je lui ai donné tout ce que j'avais. On n'emporte jamais nos trésors dans la mort. Aucun trésor. Rien. Nada. Que tchi. Mais sur ce navire, on sent que l'amour et la joiedisparaissent à tout jamais pour laisser place à une sorte de terreur insouciante, inconsciente, sordide. Difficile. Pourrie.
Mais vous savez quoi? Finalement.
Nous sommes tous maîtres de notre destinée, non? Il y a toujours du bon dans la vie, et même dans la mort. Aussi, il faudrait se souvenir uniquement des belles choses qui se sont déroulées et ne jamais resonger au moindre mal que nous ayons eu à subir. Moi, je pense à cette belle femme, cette attirante demoiselle qui m'a séduite et que j'ai pu séduire par chance. Et je pense à elle à chaque instant, à chaque moment, où une vague à l'âme percute la proue du navire. Je songe et resonge à elle, puisque mes pensées ne sont tournées que vers elle. Et vous savez quoi? J'ai beau être dans l'Enfer, dans la mort, dans le pire endroit au monde. Cette femme là, elle est morte en même temps que moi. Nous naviguons ensemble et nous sommes enterrés ensemble. Et je peux le dire, notre vie fut faite ainsi que nos deux corps s'enchevêtraient paisiblement, sans aucune discorde, et à présent, à jamais, nous deux, nous serons liés par la chair. Celle-ci qui ne pourrira jamais et qui vivra à l'éternité par l'amour que nous nous sommes donnés durant toute notre vie.
Je serais ton Hercule qui te délivrera de la furie de la mort.
Tu seras ma Mégara.
Et moi, je te le dis, je t'aime à jamais.
0
0
0
2

Vous aimez lire Fanny ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0