Partie I

2 minutes de lecture

Pour les scientifiques, l'amour chimiquement parlant, n'est qu'un composé de messages hormonaux envoyés au cerveau des "amoureux". Pour d'autres, il s'agit d'un objectif qui fera l'objet d'une quête, qui durera parfois toute une vie. Pour certain, c'est un sentiment parmi tant d'autres, qui ne représente qu'un intérêt moyen.

L'amour a bien des originies et une infinité d'identités, cette notion a fait, fait et fera débattre encore des dizaines de générations chez les Hommes. Ce sentiment, tout le monde peut le ressentir, même Marcel. Pourtant il n'est qu'un lapin. Marcel se moque éperdument de ce qu'est réellement l'amour, lui, il veut le vivre !

Marcel ressentait au fond de lui un amour infini depuis si longtemps, qu'il ne saurait compter le nombre de nuits à réver d'elle, allongé et le pompon détendu à deux pas de l'entrée de son terrier. Il s'imaginait ensemble, en sécurité et vivant d'amour et d'eau fraîche. Il observait le ciel, chaque nuage représentait une scène de leur future vie, un baiser, une promenade et des petits à leur image.

Il se souviendrait toujours du premier jour où il la vit, si belle, si désirable.

Marcel faillit en tomber à la renverse, cette divine créature dégustait une salade de jeunes pousses. Sa crinière de feu flamboyait sous les timides rayons du soleil couchant. Elle prenait son temps, savourant son plat tout autant que la caresse du vent, qui lui faisait vireloter ses mèches rebelles.

Marcel n'en crut pas ses yeux, était-ce une halucination due aux premier émois printanier de l'année ou bien une exquise réalité ? Peut importait, il devait absoluement trouver un moyen pour la rencontrer, quelqu'il soit. Malheureusement, elle avait beau être sa voisine, la distance qui les séparait semblait infranchissable. Marcel n'avait jamais quitté la sécurité de sa maison à l'orée du bois. Même si par miracle il arrivait à la rejoindre, dans son château peint en un doux dégradé de bleu, il était certain qu'il ne lui plairait pas. En effet, contrairement à la beauté envoutante de son aimée, Marcel n'avait rien d'exceptionnel. Il était le dernier né d'une même portée, composée de trois frères et de quatres soeurs. Ils étaient tous semblables, la même taille et les mêmes petits yeux marrons. Seule, leur personnalité pourvait faire d'eux des êtres discociables.

Sa promise, enfin l'espérait-il, possédait de sublimes yeux bleus. Ces derniers étaient mis en valeur par de longs et gracieux cils qui papillonnaient d'émotions à chaque bouchée de ses copieux banquets. Chacun d'entre eux étaient docilement servi matin et soir par ses deux humains asservient. Ce rituel était une torture pour Marcel qui souffrait régulièrement de la faim, en particulier lors des froides nuits d'hiver. Toutefois, la voir se délecter d'opulentes et grasses fânes de carottes lui réchauffait le coeur. Il devait se contenter de fades et terreuses racines en compagnie de sa famille, avec qui il ne semblait rien avoir en commun.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Défi
Jo Riley-Black
Défi "Lettre d'amour"

Margot n'est plus, pourtant Margot est toujours là, nichée au creux du coeur de Linda.
4
4
0
5
Rei Kuran
[Ce texte est un RP! Il s'agit d'une histoire écrite à deux. Moi, prenant le personnage de Léo, et mon amie, Lydasa, prenant le personnage de Uta. Nous gérons ensemble les PNJ. J'ai décidé de laisser cette histoire avec la même présentation car nous aimons cela. On a décidé de publier cette histoire car nous l'aimons, et voulions la faire connaître à d'autres.]

Il s'agit de l'histoire de Léo, nouvel arrivant en France, venant directement d'Australie. Ce garçon cache un passé particulier et douloureux. Faisant alors la rencontre de Uta, un étudiant qui souhaite devenir son colocataire. Lui aussi a sa part de ténèbres. C'est l'histoire de deux garçons, aussi paumés l'un que l'autre, qui finissent par se compléter.

AVERTISSEMENT: Il s'agit d'un RP YAOI! Donc d'une histoire entre deux hommes, avec des scènes de sexe!
AVERTISSEMENT 2: "Le mouvement Evolutionniste" est inspiré de la Néolution dans la série Orphan Black. [Dans notre rp de base, nous l'avons appeler directement Néolution pour ne pas s'embêter. Il s'agit d'une histoire écrite à deux, qui n'a pas pour objectif d'être publiée chez un éditeur.]
112
4
0
161
Vincenzo Von Haägen

La mort.
Ce havre de paix. Bucolique. Charmant. Ténébreux. Ce pourrait être la description d’un homme merveilleux. Mais non, il s’agit bien du sens de la vie : la mort. Toute une direction tracée dans la perfidie d’une vie menée pour en arriver à ce terme sadique. Une vie de psychopathe tourmentée par l’horloge qui fait son tic-tac effrayant, terrifiant, morbide. Comme si le coeur, lui-même, battait la chamade au rythme effréné du temps qui passe jusqu’à nous conduire inéluctablement vers le lieu où le corps sera décharné et bouffé par les vers. La tombe où tous les sens s’endorment pour laisser le cadavrepourrir et suinter pacifiquement, sans aucune trace de lutte. Sans aucune trace de combat. Rien. C’est le néant. L’anéantissement. La puanteur se dégage pourtant de ce trou béant, comme si tout cela n'était qu'une condensation chimique, alors que le corps se décompose toujours un petit peu par petit peu. Le sang ne coule presque plus et l'activité de toute une vie ne se lit pratiquement plus sur les traces du crâne à nu.
Mais nous ne savons rien de la vie après la mort. N'est-ce pas?
On ne sait quel Paradis, ou quel Enfer souffreteux nous rongera jusqu'à l'éternité. D'ailleurs, ne serait-ce pas sournoiserie de nous parler d'éternité après une vie trop longue et douloureuse pour être vécue? Ce serait presque comme un Enfer avant l'heure. Comme si nous étions sur le Styx, que nous devions payer le Passeur à chaque fois. Ce Passeur qui est représenté, ici, par l'État et ses taxations incessantes. Ce besoin de travailler encore et toujours, sans relâche, sans paix. Et, pendant ce temps là, on voit les morts défiler sous nos yeux, ces âmes qui passent sous la petite pirogue qui nous conduit inlassablement vers Hadès. J'ai payé mes créances à ce type là. Je lui ai donné tout ce que j'avais. On n'emporte jamais nos trésors dans la mort. Aucun trésor. Rien. Nada. Que tchi. Mais sur ce navire, on sent que l'amour et la joiedisparaissent à tout jamais pour laisser place à une sorte de terreur insouciante, inconsciente, sordide. Difficile. Pourrie.
Mais vous savez quoi? Finalement.
Nous sommes tous maîtres de notre destinée, non? Il y a toujours du bon dans la vie, et même dans la mort. Aussi, il faudrait se souvenir uniquement des belles choses qui se sont déroulées et ne jamais resonger au moindre mal que nous ayons eu à subir. Moi, je pense à cette belle femme, cette attirante demoiselle qui m'a séduite et que j'ai pu séduire par chance. Et je pense à elle à chaque instant, à chaque moment, où une vague à l'âme percute la proue du navire. Je songe et resonge à elle, puisque mes pensées ne sont tournées que vers elle. Et vous savez quoi? J'ai beau être dans l'Enfer, dans la mort, dans le pire endroit au monde. Cette femme là, elle est morte en même temps que moi. Nous naviguons ensemble et nous sommes enterrés ensemble. Et je peux le dire, notre vie fut faite ainsi que nos deux corps s'enchevêtraient paisiblement, sans aucune discorde, et à présent, à jamais, nous deux, nous serons liés par la chair. Celle-ci qui ne pourrira jamais et qui vivra à l'éternité par l'amour que nous nous sommes donnés durant toute notre vie.
Je serais ton Hercule qui te délivrera de la furie de la mort.
Tu seras ma Mégara.
Et moi, je te le dis, je t'aime à jamais.
0
0
0
2

Vous aimez lire Fanny ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0