41. Notre seule mission, ici-bas, est de ressusciter les morts

4 minutes de lecture

— Ton chien n'a pas survécu. Nos frères loups ont eu la faiblesse de lui faire un mauvais parti… Je suis désolé.

— Son os !

— Son os ?

— Vous n'avez pas retrouvé son os ?

— Quel os ?

— L'os !

— Ah ! si… nos frères loups, quand ils sont venus nous prévenir, nous ont apporté l'os…

— Et qu'avez-vous fait de cet os ?

— Quel os ?

— L'os, nom de Dieu !

— L'os ?

— L'os que le chien tenait dans sa gueule ! Qu'en avez-vous fait ?

— Hum ! heu… je suis tenu par le secret de la confession, mon fils !

— Rendez-moi mon os ! Il est à moi !

Dans un coin de leur gourbi, les saints s'absorbent en de laborieuses palabres. Saint Faoltiern revient enfin, l'air extrêmement embarrassé.

— Tu tiens beaucoup à cet os, mon fils ?

— Si j'y tiens ? Où l'avez-vous mis ?

— Heu… saint Muireadhach l'a récupéré…

— Saint Muireadhach ! Qui diantre est saint Muireadhach ?

— Saint Muireadhach est notre cuisinier. Il voulait juste ôter un peu de fadeur à notre morne irish stew… Je te rassure, il s'est confessé tout de suite après !

Coenred se précipite dans le réduit qui tient lieu de cuisine. Il retire l'os du chaudron, au grand émoi du saint cuistot. Le héros essuie méticuleusement l'os sur la robe blanche du coupable, et s'en revient trouver l'abbé.

Il fait grand jour. Coenred se trouve dans un refuge bâti par saint Germain tout en haut du col.

— Quel est ce breuvage mystérieux qui m'a ressuscité ? J'en reprendrais bien un peu…

— Il est défendu d'en abuser, dit sévèrement saint Faoltiern. Sache tout de même qu'il contient un peu de cette douceur que nous abandonnent des voyageurs, pour nous remercier de notre hospitalité…

— Une douceur ?

— Une sorte de miel…

— Une sorte de miel ?

— Le sucre de Mrigasikhavana…

— Seulement du sucre ? N'y a-t-il pas une infusion de ces graines torréfiées que saint Brendan rapporta d'Amérique, dans le fond de son curragh ?

— Oui, des graines plus âcres et plus noires que l'âme d'un évêque… Pour tuer le démon, nous les infusons dans un antidote.

— Un antidote ?

— La boisson qu'inventa Padraig…

— Le uisce beatha de Padraig ? J'en ai bu, en mer d'Irlande, une nuit que j'étais de premier quart. Nous n'avons pas réveillé ceux du deuxième quart. Ni ceux du troisième. Au matin, nous étions revenus au même point que la veille au soir…

— Ce pauvre Padraig, soupire saint Faoltiern hochant la tête avec commisération… Il aura fait une chose, au moins, dans sa vie…

Padraig, sachez-le, sœur lectrice, fut tout le contraire d'un saint. Tout d'abord il naquit au temps de l'occupation romaine d'Albu, fils de collabo. Ça commençait mal.

Soucieux d'esquiver les débordements allègres de la Libération, il gagna précipitamment l'Irlande.

Vingt-neuf années durant, Padraig arpenta cette île. Déployant des talents certains de magicien. Escroquant maint riche personnage. Provoquant la mort par hydrocution de la blanche Ethne et de la rousse Fedelm, en voulant les baptiser dans la Boyne, entièrement nues… Mais, lorsque un demi-siècle plus tard les disciples d'Iltud entreprirent d'évangéliser l'Irlande pour de vrai, je le dis tout net, les disciples d'Iltud ne trouvèrent d'autre trace du passage de Padraig qu'une boisson fortifiante…

— On est loin de l'Irlande, ici ! fait remarquer le prince. Comment vous procurez-vous le uisce beatha ?

— Nous écrasons les punaises infestant nos paillasses, avoue sans détour saint Faoltiern. Nous en distillons le jus dans un alambic à parfum égyptien…

— Vous…

— Oui, nous fabriquons nous-mêmes notre uisce beatha.

— Vous…

— Il a fallu beaucoup de uisce beatha pour confectionner la boisson qui t'a rendu la vie. Beaucoup.

— Beaucoup ?

— Afin de rétablir ta balance hydrique. Nous avons donc fait bouillir une grande quantité de notre uisce beatha. Au moyen de ton os, nous avons pilé nos graines torréfiées de saint Brendan. La poudre obtenue de la sorte, nous l'avons fait infuser dans le uisce beatha bouillant…

— Dans le…

— Certains infusent dans de l'eau bouillante. Nous ne mangeons pas de ce pain-là. Non. Notre âme est tout d'une pièce.

— Ah ? Et…

— Les graines torréfiées de saint Brendan étaient chargées de bloquer tes récepteurs nosinergiques A2A qui avaient tendance à moduler les signaux émis par certains de tes neurones ; elles devaient permettre également la libération de ces substances pro-inflammatoires qui s'employaient à dégrader ton prosencéphale. Nous attendions beaucoup du blocage. Inspiré par la Très Sainte Providence, il allait diminuer la production de ton peptide bêta-amyloïde Tau qui était anormalement phosphoré…

— Oui, mais…

— Mais il devait permettre aussi de diminuer les phénomènes inflammatoires localisés dans la région de ton hippocampe, le siège de ta…

— Oui, j'ai compris. Et qu'avez-vous fait de cette infusion ?

— Cette très grande quantité d'infusion, nous l'avons ajoutée au sucre, dont le rôle était de faire régner la joie et les chants mélodieux d'une multitude d'oiseaux vivement colorés à l'intérieur de ton cerveau mal embouché. Enfin, il nous fallait t'apporter les acides gras nécessaires à la régénérescence de ton organisme, sans oublier une indispensable quantité de protéines et de calcium. Nous avons donc couronné notre breuvage de crème d'aurochs très légèrement fouettée. Telle est la boisson qui vient de te ramener à la vie. Tel est l'humble secret de cet humble refuge. Notre seule mission, ici-bas, est de ressusciter les morts.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 6 versions.

Recommandations

Défi
SeekerTruth
En réponse au défi "Une phrase par jour".
2170
1611
24
11
Didi Drews
Un monde étouffé par son quotidien gris.
Une ville couverte de suie.
Au large des eaux, par-delà les parterres de menthe, la commune de Val-de-Nelhée bourdonne comme à son habitude, entre les tensions latentes et les crimes sanglants. L'équilibre se trouve toujours.
Les eaux sont là pour ça.
Jusqu'à ce qu'une série de meurtres vienne brouiller les cartes.




Image de couverture par Free-Photos de Pixabay
394
753
1387
420
Opale Encaust
À force d'entendre que mes épisodes sont trop longs... Voilà. Vous avez gagné !
Voici le micro-découpage de SMOOTHIE, pensé pour ceux qui ne s'accordent que 5min de lecture en prenant leur café !

Œuvre originale : https://www.scribay.com/text/816309372/smoothie--en-cours-
__________________________________________________________________________________________________________

En l'an 2108, dans l'archipel d'Agnakolpa.
À l'aube de la saison des pluies, le quotidien des sœurs Iunger se trouve bouleversé par une succession d'étranges événements. Tandis que les jeunes femmes découvrent leur véritable nature et tentent de réapprivoiser leurs propres corps, un ennemi anonyme menace de profaner les secrets de leur père, Magnus, un scientifique solitaire.
Luna, Emmanuelle, Faustine, Adoria, Cerise, Eugénie, Roxane et Nolwenn devront tracer leur voie et assumer les conséquences de choix irréversibles.

__________________________________________________________________________________________________________
TRAILER : https://www.youtube.com/watch?v=Wx15fBCSInE


ANNEXES / mémo : https://smoothiefiction.tumblr.com/
/!\ Si vous n'êtes pas à jour, le blog ci-dessus risque de sévèrement vous spoiler...
__________________________________________________________________________________________________________
SMOOTHIE relate le parcours d'une poignée d'êtres qui tentent de se réaliser.

Il ne sera pas question d'une histoire linéaire, régie par un fil conducteur ; mais plutôt d'une pelote de fils de vies entremêlés, d'un univers qui se développe à travers le récit que chacun donne de sa propre existence, dans lequel chaque personnage revendique son droit à la parole et dans lequel chacun s'exprime selon ses propres codes.

Avant d'entamer votre voyage, lecteurs, il vous faut renoncer à l'idée d'une vérité unique ou d'une morale universelle. Il vous faut envisager que les personnages puissent êtres ignorants, cachottiers ou menteurs et garder à l'esprit que la réalité n'a pour limites que celles que l'esprit lui fixe.
~ O.E.
__________________________________________________________________________________________________________
CONTENU SENSIBLE (sexe, violence)


[2015 - présent]
81
93
33
439

Vous aimez lire Ivi de Lindisfarne ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0