29. Wilfrid abbé

4 minutes de lecture

Le Deira est un ancien royaume, devenu province méridionale de la Northumbrie. Alcfrid est sous-roi de cette province. En bon Angle, il méprise les villes, symbole de la déliquescence romaine, fumier sur lequel prospérèrent trop longtemps commerçants malhonnêtes, évêques visqueux, maquereaux turpides, sans oublier leurs petits copains, les fonctionnaires corrompus et les hommes de loi escrocs, tous glaireux truands, crapules unies pour comploter contre les héroïques guerriers au regard clair.

Comme toutes les villes d'Albu, Eoforvic fut pillée dès le départ des Romains, détruite, et puis abandonnée. Le palais d'Alcfrid se cache loin des ruines d'Eoforvic, en amont de l'Ouse, dans les bois.

Plus ou moins remis du choc provoqué par l'accoutrement et la coupe de cheveux de son ami, le prince est ému de retrouver Wilfrid après toutes ces années sans nouvelles. Minces tous deux, même stature, sensiblement le même âge, mêmes cheveux sombres, même teint pâle, Alcfrid et Wilfrid semblent véritablement deux frères. Mais Alcfrid est jovial, chaleureux, à l'aise, lorsque Wilfrid n'est que douleur et vaine interrogation.

Le prince écoute le long récit que le voyageur lui fait de sa tragique aventure. Il est bouleversé d'apprendre comment le malheureux en fut réduit à trahir. Il ouvre de grands yeux en découvrant le double objet de sa mission. Tout d'abord déconsidérer les moines blancs, ce à quoi Alcfrid n'a rien à opposer. Les Irlandais le méprisent en raison de sa naissance illégitime. Par conséquent, il ne les aime pas. Mais il se montre moins enthousiaste sur le deuxième point : Wilfrid doit aussi faire venir des évêques en Albu !

— Wilfrid, reproche doucement le prince, il n'est pas d'évêque sans une ville autour… En voulant réintroduire des évêques dans l'île, tu ne cherches au fond qu'à reconstruire les villes romaines !

Bien qu'Angle à moitié, le prince Alcfrid n'a pas du pécul à fleurettes roses dans la boîte crânienne… Il développe sa pensée :

— Non, je le sais bien… Le Dieu des Romains, ce n'est pas, comme le croient les âmes simples, le divin empereur. Non. Le divin empereur n'est qu'un symbole. Un paravent. Le Dieu des Romains, c'est la Ville.

Mais l'entrepreneur Wilfrid sort de son froc un argument de béton massif.

— Que t'importe que les villes soient reconstruites ? Que t'importe qu'elles veuillent arracher l'économie des mains égoïstes des saints irlandais ?… Vois les choses en face, Alcfrid ! Ton père doit son prestige aux saints irlandais… Or, les évêques sont les plus féroces ennemis des saints irlandais !

— Les évêques, se prend à rêver Alcfrid, me soutiendraient contre mon père et contre mon demi-frère ?

— Les évêques te donneront la couronne de Northumbrie, si tu les aides à terrasser le fangeux Colman.

Alcfrid soupire. L'argument a porté. Wilfrid est son ami, et très certainement un bâtard lui aussi. Il est par conséquent digne de confiance.

— Pas question, tempère le prince, de te laisser ressusciter un évêque dans les ruines d'Eoforvic ! Ailleurs, pourquoi pas… Au Kirghizistan, si tu veux… Mais pas chez moi !… Cependant, je tiens à t'aider. J'ai une idée. Les saints irlandais ont construit, à deux pas d'ici, le monastère Saint-Pierre d'Inhrypum*, que j'ai doté de trente feux. Il te servira de base opérationnelle. Le titre d'abbé te permettra de défier impunément Colman.

Abbé. Wilfrid n'en croit pas ses oreilles. Le rêve inaccessible de toute sa vie. Abbé d'Inhrypum. Wilfrid. Wilfrid, abbé d'Inhrypum.

Le prince dépêche au monastère quelques hommes armés pour en chasser le pauvre saint Cutbert sans inutile douceur. Ils installent Wilfrid à sa place.

Le jour même, l'abbé Wilfrid tente d'imposer à Saint-Pierre d'Inhrypum la coupe de cheveux saugrenue qu'il a rapportée du continent.

Et d'introduire une règle d'un stupéfiant laxisme, née qu'elle est sur les rives moelleuses de la Tyrrhénienne. De l'imagination déréglée d'un lubrique Benoît de Nursie…

Elle autorise la lecture à voix basse…

Qui peut dire alors si le moine lit, ou s'il roupille ?

D'ailleurs, cette règle autorise la sieste !

Le résultat ne se fait pas attendre. Dès le lendemain, toutes les saintes, tous les saints et tous les enfants d'Inhrypum, outrés, s'en retournent à Lindisfarne, laissant l'abbé seul avec sa coupe de cheveux démoniaque, sa sieste blasphématoire et sa lecture à voix basse.

Wilfrid cherche à se consoler, seul, dans son monastère.

— Heureusement, l'évêque a traversé le fleuve Bretagne. Aujourd'hui est le jour fixé pour le débarquement… Cette terre se verra bientôt délivrée de l'emprise du Malin !

En ce moment même, la méduse Deusdedit, mystérieux évêque intangible surgi d'un néant indéterminé, Deusdedit fait une miraculeuse apparition dans le Kent.

— Le superbe Deusdedit, se rassure Wilfrid, foule orgueilleusement le sol d'Albu. Le tout premier évêque marche altier vers Canterbury. Et moi je suis abbé ! Moi, Wilfrid ! L'île m'appartient ! Hiarh ! hiarh ! hiarh ! hiarh ! hiarh !

Il rit, l'abbé Wilfrid, seul, dans son monastère.

— AhahahaHAAHAhaHhHAAHHaa !

Seul.

C'est le moment que choisit un messager pour débarquer tout haletant.

— U nana, balbutie-t-il, una… une affreuse nouvelle !…

— Quoi ?

— Deusde… Deusdede…

— Oui, Deusdedit… Parle !

— Deusdedit…

— Je connais cet abruti… Parle !

— Épouvanté d'avoir à… pou… harf… harf… à se rendre chez des sauvages païens…

— Abrège !

— Deusdedit a jugé plus prudent de…

— De quoi ?

— De calancher !

— De calancher ?

— De mourir subitement !

— Mais… le… la… le débarquement ?

— L'opération est ajournée.

______________

* Ripon.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 5 versions.

Recommandations

Opale Encaust
À force d'entendre que mes épisodes sont trop longs... Voilà. Vous avez gagné !
Voici le micro-découpage de SMOOTHIE, pensé pour ceux qui ne s'accordent que 5min de lecture en prenant leur café !

Œuvre originale : https://www.scribay.com/text/816309372/smoothie--en-cours-
__________________________________________________________________________________________________________

En l'an 2108, dans l'archipel d'Agnakolpa.
À l'aube de la saison des pluies, le quotidien des sœurs Iunger se trouve bouleversé par une succession d'étranges événements. Tandis que les jeunes femmes découvrent leur véritable nature et tentent de réapprivoiser leurs propres corps, un ennemi anonyme menace de profaner les secrets de leur père, Magnus, un scientifique solitaire.
Luna, Emmanuelle, Faustine, Adoria, Cerise, Eugénie, Roxane et Nolwenn devront tracer leur voie et assumer les conséquences de choix irréversibles.

__________________________________________________________________________________________________________
TRAILER : https://www.youtube.com/watch?v=Wx15fBCSInE


ANNEXES / mémo : https://smoothiefiction.tumblr.com/
/!\ Si vous n'êtes pas à jour, le blog ci-dessus risque de sévèrement vous spoiler...
__________________________________________________________________________________________________________
SMOOTHIE relate le parcours d'une poignée d'êtres qui tentent de se réaliser.

Il ne sera pas question d'une histoire linéaire, régie par un fil conducteur ; mais plutôt d'une pelote de fils de vies entremêlés, d'un univers qui se développe à travers le récit que chacun donne de sa propre existence, dans lequel chaque personnage revendique son droit à la parole et dans lequel chacun s'exprime selon ses propres codes.

Avant d'entamer votre voyage, lecteurs, il vous faut renoncer à l'idée d'une vérité unique ou d'une morale universelle. Il vous faut envisager que les personnages puissent êtres ignorants, cachottiers ou menteurs et garder à l'esprit que la réalité n'a pour limites que celles que l'esprit lui fixe.
~ O.E.
__________________________________________________________________________________________________________
CONTENU SENSIBLE (sexe, violence)


[2015 - présent]
88
100
38
524
Défi
SeekerTruth
En réponse au défi "Une phrase par jour".
2330
1633
24
12
Didi Drews
Un monde étouffé par son quotidien gris.
Une ville couverte de suie.
Au large des eaux, par-delà les parterres de menthe, la commune de Val-de-Nelhée bourdonne comme à son habitude, entre les tensions latentes et les crimes sanglants. L'équilibre se trouve toujours.
Les eaux sont là pour ça.
Jusqu'à ce qu'une série de meurtres vienne brouiller les cartes.




Image de couverture par Free-Photos de Pixabay
397
757
1407
420

Vous aimez lire Ivi de Lindisfarne ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0