24. Unifier l'île d'Albu

6 minutes de lecture

Aujourd'hui, ce ne sont pas les enfants qui gambadent là-haut. Le roi cruel est monté sur l'étroit faîte du rempart. Il ne pense pas pour l'heure à sa fille. Pas plus qu'au châtiment barbare qu'il va réserver à ce Coenred. Le roi suit du regard la côte nord. Il scrute notre monastère. Le roi détaille notre chapelle, la bibliothèque et son atelier d'enluminure, la brasserie, nos huttes minuscules, celle du saint abbé, le logis des invités, notre réfectoire, le carré de choux des falaises où naquit Wilfrid, la crèche, l'étable, la bergerie, l'écurie, le poulailler…

Tous ces bâtiments sont d'humbles constructions de boue et de branchages, au toit recouvert de plomb et, après les marées de 118, de goémon. C'est là que je grandis, moi, le discret Ivi, qui m'efforce d'évoquer pour vous, sœur lectrice, les événements terribles qui vont me contraindre à l'exil. J'ai quinze ans lorsque cette abominable affaire commence.

Présents depuis deux siècles et demi sur la rive orientale d'Albu, les pirates jutes, saxons et angles sont maintenant organisés en sept royaumes : un jute, trois saxons, trois angles.

Et les indigènes ? allez-vous me demander. Les dresseurs de grandes pierres ? Ceux que l'on nomme les Atlantes ?

Vous devez savoir, sœur lectrice, que de graves savants, douillettement réfugiés bien au chaud dans d'obscures bibliothèques, répartissent les Atlantes en deux entités linguistiques.

La brittonique, tout d'abord. Les langues brittoniques sont parlées dans la péninsule armoricaine, berceau de l'architecture monumentale de la pierre, mais aussi dans la plus grande partie de l'île d'Albu. J'excepte les Cruithnes, invisibles tout là-haut dans les brumes de Calédonie, et dont on ignore s'ils sont en possession d'un langage articulé.

L'entité gaelique ensuite. On parle gaelique sur l'île d'Irlande et dans le royaume de Dal Riada, dont une partie se trouve dans le nord de l’Irlande et une autre sur la rive ouest de la Calédonie.

Mes parents sont nés dans le royaume de Dal Riada. Ils vivaient sur l’île des Druides, à Saint-Pierre d’Iona. Ils ont quitté ce monastère à deux ans d'intervalle. Et ce fut à Saint-Pierre de Lindisfarne qu'ils se plurent, me conçurent dans les débordements embrasés que vous imaginez, et qu'ils m'élevèrent jusqu'à l'année dernière, jusqu'à l'âge du choix… Mais je sens un regard. Que cherche donc Oswy ? Pourquoi nous épie-t-il ainsi ?

De son œil acéré de prédateur, il distingue nos premières pierres tombales, nos champs d'orge, les hautes perches de la houblonnière. Les moutons éparpillés. Deux chevaux.

La modestie très affectée de notre établissement contraste avec ses effarantes richesses foncières, avec son puissant rayonnement bien au-delà des frontières de la Northumbrie.

À Saint-Pierre de Lindisfarne, les Gaels venus d'Iona côtoient les Angles fraîchement convertis. Mais, en 653, survint la regrettable défection de Benoît Biscop et de Wilfrid. Le premier était Angle, le second soupçonné de l’être. Depuis, nous jugeons prudent de garder les moines angles enchaînés aux fastidieuses tâches sédentaires, en la compagnie des esclaves. Seuls, les Gaels ont le droit de goûter aux joies vagabondes de la mission — avec interdiction toutefois de lutiner des filles de rencontre, qui pourraient susciter des héritiers inopportuns. Se plient-ils à cette interdiction ? Ils partent à douze. Ils savent que si l’un d’eux commet le moindre écart, Judas le dénoncera.

Car la communauté, seule, peut hériter. Les enfants doivent être élaborés au sein du monastère, comme je le fus. Ils doivent être élevés dans le monastère, comme je le fus. À quatorze ans, ils choisissent ou de quitter le monastère ou de prononcer leurs vœux. Mais, dans un cas comme dans l'autre, ils n'hériteront jamais de rien, puisque leurs parents ne possèdent rien. Tout revient à la communauté. Le choix s'effectue facilement. Vous pouvez aller vous harasser à égratigner une terre têtue, à la merci du rackett des religieux et des exactions des hommes en armes. Ou alors rester tranquille à ne rien faire, nourri, logé somptueusement, exonéré de toute forme d'imposition, sous la protection du roi. Choisissez.

Mais je devine ce qui nous vaut l'attention d'Oswy… À Lindisfarne, saint Colman se terre. Accablé par la haute trahison de Wilfrid, il s'est muré dans un silence méprisant.

C'est la présence de saint Colman que le roi cherche à détecter. Le souverain apprécie beaucoup notre abbé, dont les conseils et la vigoureuse diplomatie lui sont précieux.

— Va-t-il bouder longtemps, l'animal ?

Comme pour détacher ses yeux du monastère, le souverain entreprend le périlleux tour du rempart.

Il regarde tout là-bas vers les hautes terres, où s'embusque une confusion de peuples que, par ignorance ou par commodité, l'on regroupe sous le nom de Calédoniens, ou de Cruithnes…

— Au septentrion, savoure amèrement le grand Oswy, les Cruithnes ont toujours un roi, mais un roi subordonné. Car ces pauvres créatures sont maintenant prises dans la tenaille diabolique Saint-Pierre de Lindisfarne-Saint-Pierre d'Iona. Laquelle initie l'alliance anglo-atlante Northumbrie-Dal Riada.

Le roi suit toujours le rempart. Il s'enivre d'embrasser ainsi la totalité de ce qui se présente de plus en plus comme son île.

— Au couchant, ricane-t-il, les Brittons se le tiennent pour dit. Ils ne se laissent plus exciter par leurs farouches moines en peau de bique, dont mon père fit l'effroyable carnage que l'on sait. Mille deux cents moines. En une journée. Joli carton.

Voici maintenant que le grand roi regarde vers le midi.

— Au centre, les Angles de Mercie courbent l'échine sous la grêle de missionnaires que leur dépêche Lindisfarne…

Poursuivant sa ronde, il retrouve la mer.

— Les Angles de l'Est ont leur part de cette grêle obsédante, et préfèrent entretenir avec moi des rapports cordiaux.

C'est vrai. Nul n'ose plus bouger le petit doigt dans toute Albu, si noire est la terreur qu'inspire le duo Colman-Oswy. Les deux hommes maintiennent en paix la plus grande partie de l'île, à la satisfaction des basses populations, épuisées par les ravages de guerres incessantes.

Les massacres épouvantables de saint Oswald, judicieusement complétés par ceux de son jeune frère Oswy, étayés des actions pastorales de Lindisfarne, ont fait naître une manière de surpuissante confédération anglo-atlantique.

Au midi, muselés par le roi de Mercie, les païens saxons ne lancent plus de raids sanglants, ni sur les Atlantes ni sur les Angles, se bornant à quelque piraterie maritime, à de menues querelles intestines pour garder la main. La crainte étant bonne conseillère, les Saxons admettent les avantages d'une île pacifiée, forte. L'heure est à l'union. Voyez par-delà les eaux. Les cinq rois irlandais reconnaissent l'un des leurs pour haut roi. Et les trois royaumes des Francs sont unis à nouveau, depuis l'année dernière, sous la poigne de la radieuse Bathilde. Il faut, en Albu, prendre des dispositions analogues. Car ces deux lourds voisins se tiennent tranquilles pour le moment… mais… sait-on jamais ?… Les Francs n'ont-ils pas, à la fin de l'année dernière, attaqué les Lombards de Grimoald ? Il a fallu toute l’autorité des Irlandais de Saint-Pierre de Bobbio et de Saint-Pierre de Luxeuil pour calmer les esprits…

La paix, aime à répéter saint Colman, amène une prospérité plus durable que les tueries hasardeuses. Il faut élire un bretwalda, un haut roi, pour toute l'île.

— La voix des rois saxons, reconnaît Oswy, est extorquée par Wulfhere, roi de Mercie, qui joue les gros bras dans le midi.

Oswy ne peut contenir un petit sourire méprisant. Il ne craint pas Wulfhere. Il craint encore moins le lointain Jute Earconbert, roitelet d'un Kent anecdotique.

— Earconbert, persifle le grand Oswy, se verrait bien en bretwalda d'opérette. Il bénéficie d'une antériorité double. Il est l'arrière-arrière-arrière-petit-fils du fameux Hengist, le tout premier pirate boche ayant posé le pied sur l'île. Et son royaume est le plus ancien royaume boche de l'île. Oui, mais le principe d'antériorité n'a jamais fait le poids devant la force. Et puis, Earconbert est incapable de fédérer de bordéliques Saxons, qui tombent l'un après l'autre sous la coupe de Wulfhere…

Oswy vient d'achever son tour des remparts. Lindisfarne brille une nouvelle fois sous ses yeux.

— Non, balaie le roi. Ni Wulfhere… pas plus qu'Earconbert… aucun de ces gugusses n'a le prestigieux monastère de Lindisfarne dans sa manche. Le guide spirituel qui garantit la paix avec le Dal Riada, donc avec les Cruithnes. Celui qui garantit la paix avec les royaumes brittons. Celui qui garantit la paix avec les royaumes angles. Celui qui garantit la paix avec l'Irlande comme avec l'empire des Francs — tous deux sous contrôle des saints irlandais. Lindisfarne, c'est moi qui l'ai.

Le monarque inspire profondément l'air du large. Il crispe le poing. Il affirme, comme il le fait chaque jour, à voix haute :

— L'emprise de mes saints irlandais sur tout l'Occident, l'activisme industrieux de mon monastère de Lindisfarne auprès des Angles, des Gaels, des Cruithnes et des moines brittons, mon alliance avec Wulfhere, ma force militaire me désignent, moi, comme le seul candidat légitime au titre de bretwalda.

Et puis, patatras, voici qu'une invraisemblable histoire d'hérésie vient tout foutre en l'air.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 8 versions.

Recommandations

Opale Encaust
À force d'entendre que mes épisodes sont trop longs... Voilà. Vous avez gagné !
Voici le micro-découpage de SMOOTHIE, pensé pour ceux qui ne s'accordent que 5min de lecture en prenant leur café !

Œuvre originale : https://www.scribay.com/text/816309372/smoothie--en-cours-
__________________________________________________________________________________________________________

En l'an 2108, dans l'archipel d'Agnakolpa.
À l'aube de la saison des pluies, le quotidien des sœurs Iunger se trouve bouleversé par une succession d'étranges événements. Tandis que les jeunes femmes découvrent leur véritable nature et tentent de réapprivoiser leurs propres corps, un ennemi anonyme menace de profaner les secrets de leur père, Magnus, un scientifique solitaire.
Luna, Emmanuelle, Faustine, Adoria, Cerise, Eugénie, Roxane et Nolwenn devront tracer leur voie et assumer les conséquences de choix irréversibles.

__________________________________________________________________________________________________________
TRAILER : https://www.youtube.com/watch?v=Wx15fBCSInE


ANNEXES / mémo : https://smoothiefiction.tumblr.com/
/!\ Si vous n'êtes pas à jour, le blog ci-dessus risque de sévèrement vous spoiler...
__________________________________________________________________________________________________________
SMOOTHIE relate le parcours d'une poignée d'êtres qui tentent de se réaliser.

Il ne sera pas question d'une histoire linéaire, régie par un fil conducteur ; mais plutôt d'une pelote de fils de vies entremêlés, d'un univers qui se développe à travers le récit que chacun donne de sa propre existence, dans lequel chaque personnage revendique son droit à la parole et dans lequel chacun s'exprime selon ses propres codes.

Avant d'entamer votre voyage, lecteurs, il vous faut renoncer à l'idée d'une vérité unique ou d'une morale universelle. Il vous faut envisager que les personnages puissent êtres ignorants, cachottiers ou menteurs et garder à l'esprit que la réalité n'a pour limites que celles que l'esprit lui fixe.
~ O.E.
__________________________________________________________________________________________________________
CONTENU SENSIBLE (sexe, violence)


[2015 - présent]
88
100
38
524
Défi
SeekerTruth
En réponse au défi "Une phrase par jour".
2330
1633
24
12
Didi Drews
Un monde étouffé par son quotidien gris.
Une ville couverte de suie.
Au large des eaux, par-delà les parterres de menthe, la commune de Val-de-Nelhée bourdonne comme à son habitude, entre les tensions latentes et les crimes sanglants. L'équilibre se trouve toujours.
Les eaux sont là pour ça.
Jusqu'à ce qu'une série de meurtres vienne brouiller les cartes.




Image de couverture par Free-Photos de Pixabay
397
757
1407
420

Vous aimez lire Ivi de Lindisfarne ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0