****

4 minutes de lecture

John Green se sentait en vaine, il se trouvait que cet Herman Loch était précisément l'officier qui avait enregistré le signalement de la disparition d'Eleanor Rigby.

Il remercia tout d'abord l'officier Loch pour sa disponibilité et la rapidité de son appel, les deux hommes échangèrent encore quelques politesses et autres banalités d'usage. Une petite comédie faussement courtoise en vérité et dont aucun n'était dupe, car si l'un renseignait l'autre c'est qu'il était redevable à un tiers, et vu la rapidité avec laquelle Loch avait contacté Green, il devait être sacrément redevable à l'un de ces contacts. En quoi, Green s'en moquait éperdument, juste se félicitait-il de l'opportunité de collecter le maximum d'informations susceptibles de lui être utiles en un temps quasi record, et de source officielle de surcroît ! Il en profita donc pour rentrer dans le vif du sujet. Il porta à la connaissance de Loch les quelques minces éléments dont il disposait, expliquant qu'il était à la recherche de cette jeune femme, Eleanor Rigby, que celle-ci semblait s'être mystérieusement volatilisée trois semaines auparavant, date à laquelle sa disparition avait été signalée au commissariat, aussi lui serait-il reconnaissant de bien vouloir lui faire part des premiers constats. Où en était l'enquête préliminaire ? Avait-on des pistes, privilégiait-on plutôt la fuite volontaire ou la contrainte, l'acte criminel ? Et dans ce cas avait-il une liste de suspects potentiels à lui transmettre. Lui connaissait-on des pathologies, un état dépressif ? Avait-on établi un profil psy...

Loch coupa Green en plein vol d'un grand éclat de rire.

— Alors là mon vieux, ché pas qui vous a rencardé sur cette p'tiote, mais vous n'y êtes pas du tout...

Green ne se laissa pas décontenancé. C'est à peine s'il haussa un sourcil, tout en priant Loch de bien vouloir l'éclairer sur ce en quoi il s'égarait.

— C'est que... est-ce que vous me permettez de vous parler en toute franchise monsieur Green ?

— Évidemment, je vous en serais même reconnaissant et tout ce que vous pourrez me dire restera strictement à ma discrétion, l'encouragea Green.

— Bien, je n'en attendais pas moins de vous. Alors je vais pas tourner autour du pot et vous faire perdre plus de temps, des putes il en disparait tous les jours, vous n'imaginez pas ! À croire qu'elles ont le feu quelque part, sans vouloir faire de mauvais jeux de mots.

La mâchoire de Green esquissa un léger mouvement, comme une crispation, tandis que Loch après s'être fendu d'un nouveau rire gras, poursuivait.

— Alors vous pensez bien, monsieur Green, que si on devait mener une enquête à chaque fois qu'une pute décide de mettre les voiles, d'aller trainer ses miches dans un autre coin, ou que sais-je d'autre, on en finirait plus ! Il ne faut pas dramatiser, on a aussi parfois à faire à des fugitives qui vivotent comme ça un temps, avant de rentrer chez elles. Tout simplement. Alors on a enregistré la plainte, parce que c'est la procédure, et croyez-moi des procédures qui nous encombre on en a par-dessus la tête, et puis ces filles-là vous savez ça reste jamais bien longtemps dans le même coin, sauf quand elles atteignent un âge, elles se sédentarisent si on peut dire ça comme ça, alors tant que y a pas de cadavres, de témoin qui justifierait d'un quelconque délit, ni aucune preuve de violences... ma foi, on s'en tient là.

Green écouta attentivement Loch tout en prenant quelques notes.

— Si je vous suis bien officier Loch, il a donc été établi qu'Eleanor Rigby se prostituait, j'imagine que vous disposez de...de comment dire, de documents officiels accréditant de ...

Loch coupa à nouveau Green au beau milieu de sa phrase, ce qui avait l'air d'être une fâcheuse manie chez lui.

— C'est ça, elle se prostituait comme vous dites, quand à ce dont on dispose monsieur Green, et j'imagine qu'il en va de même pour vous, c'est de notre instinct en tout premier lieu.

— Je n'en doute pas un instant officier, l'amadoua Green sans en penser un mot, mais j'espérais que vous pourriez me tuyauter sur les lieux où elle opérait par exemple, je ne vous demanderai pas une copie de son casier évid...

— Holà, je vous arrête tout de suite, le coupa pour la troisième fois Loch, ça c'est comme pour les pseudos disparitions, de vraies anguilles je vous dis ! Si on devait toutes les ficher, faudrait déjà toutes les serrer, ah ah. 'Scusez-moi, celle-là m'est venue naturellement.

John Green commençait légèrement à perdre patience, il prit une grande respiration, fit rapidement le tour de ce qu'il venait d'apprendre. Soit rien du tout ! En dehors de l'évidence qu'il avait à faire à ce genre de spécimen à qui il aurait volontiers coller son poing dans la figure, juste pour le plaisir de vérifier si son instinct lui permettait de voir arriver le coup. Quant à la piste de la prostitution, son instinct à lui, la mettait entre deux grosses parenthèses tant qu'il n'en avait pas la preuve probante. Il allait remercier Loch, non sans une certaine amertume, quand il demanda sans conviction si par hasard Loch se rappelait de qui avait signalé la disparition d'Eleanor Rigby.

— Bah, ça...c'est évident non ?

— Évident ? interrogea Green.

— Vous, vous ne vous fiez pas assez à votre instinct monsieur Green ! Qui prendrait la peine de déclarer la disparition d'une pute à votre avis, si ce n'est... une autre pute ? Ah puis celle-là, elle passe pas inaperçue, un sacré lot, aussi maligne que vicieuse, que du gratin sa clientèle...

Ce fut au tour de Green de rendre la politesse à Loch, en le coupant.

— Est-ce vous auriez un nom à me donner ?

— Un nom pour sûr ! J'ai même son adresse si ça vous intéresse. Pour votre enquête j'entends, ah ah.

Finalement et contre toute attente ce Loch avait fini par lui donner une information concrète. John Green regarda sa montre, ouvrit le tiroir de la table basse dont il sortit cette fois une carte vierge. Il y repéra, une à une, les trois adresses dont il disposait maintenant : celle du lieu de travail d'Eleanore Rigby, celle de son appartement, et enfin l'adresse de Mia Rozebaum que venait de lui donner Loch. Enfin il mesura les distances entre les lieux, puis entre les lieux et son appartement, choisissant ainsi de commencer au plus près.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Pierre Sauvage
1861. L’Empire s’étend sur toute l’Europe.

L’Aiglon, fils du Grand Napoléon, règne en maître sur des centaines de millions de citoyens. Dans cet univers militarisé, dans une capitale en proie aux meurtres et à la violence, l’inspecteur Lepois survit, exerçant son métier à sa façon.

--------------------------

Ce roman est issu de l’univers développé dans l’éveil (excellent roman au demeurant que je ne saurais que trop vous conseiller : https://www.scribay.com/text/537964749/l-eveil) et se déroule deux ans auparavant.
Il peut sans peine se lire de façon isolée (et je l’espère, il peut sans peine se lire tout court), pour qui n’aurait pas lu le précédent roman (honte sur vous !), les personnages et l’histoire étant différents.
Bonne découverte à vous et merci d’avance pour les échanges que nous aurons ensemble (en tout bien tout honneur).
112
278
949
184
Jean-Paul Issemick
Parcours romancés sur fond autobiographique au cours des trente glorieuses.
183
319
364
96
J'arrive dans 5 minutes
Pas trop de sérieux, un peu d'émotion, des citations de films et parfois même des mauvaises rimes.
703
725
1207
193

Vous aimez lire Hel ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0