Madoc

4 minutes de lecture

Elle prend conscience que la beauté irréelle du sorcier qu’elle trouve si particulière, répond à quelque chose en elle qui l’anime depuis le début. Elle s’oppose à ce sentiment d’attirance qui se réveille maintenant d’une façon plus violente en elle.

                 ###

Madoc sourit brusquement, son visage s’éveille aux pensées différentes qu’Isa ressent en silence. Elle rougit subitement, réalisant la gaffe monumentale. Se laisser aller à des rêveries en sa présence est une grave erreur, elle mesure sa bêtise, enrage intérieurement.

                  ###

Isa se racle la gorge, gênée, tente de se reprendre mais il l’interrompt :

— Tu as quelque chose à me demander ?

Il sait déjà. Son sourire enjôleur enfonce le clou et son odeur exquise l’enrobe que plus. Madoc ne bouge pas d’un pouce pourtant elle sent sa chaleur l’envahir. De toute évidence il joue encore avec elle mais sur un autre registre.

                  ###

Les yeux du sorcier flamboient, attendent. Isa se contient difficilement, la colère se mélange à sa gêne mais elle finit par répondre le plus froidement possible :

— Oui. Il faut empêcher que ces choses recommencent.

                   ###

Elle ne s’explique pas davantage, il sait très bien à quoi elle fait allusion et la réponse ne se fait pas tarder.

— En fermant le portail, tu scelles définitivement ma présence à tes côtés.

                   ###

— Putain ! J’en étais sûre ! Rien n’est gratuit avec toi, c’est un autre piège hein c’est ça ? C'est du chantage, s’exclame Isa en se levant comme un ressort. Elle brandit son index sous son nez, ivre de colère et continue sur la lancée.

— Va au diable ! Tu ne me fais pas peur.

                    ###

Mais Madoc se lève prestement à cette dernière déclaration, lui fait face. Il la dépasse d’une bonne tête, ce qui oblige Isa à relever la tête pour le regarder. Sa promiscuité l’agresse soudain et sa voix semble résonner dans sa tête tant elle est grave et sèche.

                   ###

— Je t’avertis des conséquences, rien ne s’oppose à ta volonté cependant et pour la dernière fois, n’oublie pas les deux premières leçons, Isabelle.

La mise en garde, le ton froid et son prénom dans sa bouche lui font l’effet d’une douche froide.

                  ###

Un frisson parcourt son échine, la chaleur qu’il émet n’est plus aussi chaleureuse et accueillante que tout à l’heure. Madoc est réellement contrarié, le lui fait sentir et même s’il la domine de toute sa stature, ce n’est que ce qu’il dégage qui la fait frémir. Elle sent que sa colère peut être aussi puissante que la bienveillance dont il fait preuve à son égard.

                   ###

Isa à l’impression de fondre sous la force qu’il irradie, regrette son emportement mais elle est perdue. Le sorcier lui tend alors la main, l’invite à la saisir d’un regard plus doux mais toujours aussi grave.

Elle glisse sa main dans la sienne, ferme les yeux.

                    ###

Un tremblement monte en elle, des perceptions intenses l’assaille et soudain elle voit : C’est bien le fils Chastel, elle le reconnait. Ce fou sadique a dressé une bête immonde, issue probablement d’un croisement entre un chien et un loup. La bête est grande, massive, sa mâchoire disproportionnée est bordée de crocs saillants limés pour tuer.

                  ###

Elle comprend. Au début, Jean-Antoine s’est contenté de programmer les guet-apens pour assister ensuite aux scènes d’attaques comme on assiste à un spectacle. Mais la terreur dans les yeux des victimes, les cris, le sang lui ont donnés tant de plaisir que cela n’a plus suffit. Alors il s’est joint à la bête.

                  ###

Décapitant, mordant les chairs, il est devenu lui-même la bête. Isa rouvre les yeux, son cœur bat à tout rompre mais la vision continue sans attendre. Elle entrevoit rapidement Marianne étendue immobile sur son lit d’hôpital puis sa vue se brouille encore et accélère aussitôt.

                  ###

Le sentiment, la sensation de traverser plusieurs plans d’existences la secoue lorsque tout s’arrête brusquement comme si elle était freinée par quelque chose. L’endroit lui est inconnu mais aussitôt désagréable. Au milieu des ténèbres, Isa perçoit toutes les émotions primaires, tel des serpents, elles ondulent lentement autour de l’image de Marianne et d’une jeune fille qui crient.

                  ###

Les pires vices rampent sur elles comme des rats sales, tous les mordent et les contaminent. Il n’exhale de ce bas-fond que souffrances et chagrins, tortures et supplices. Les hurlements de terreur des filles se joignent aux cris exaltés d’un spectre. C’est Chastel qui se baigne avec plaisir dans la douleur de l’autre, il semble jouir physiquement des sentiments immondes qu’il provoque.

                  ###

Toute la fange de l’humanité se concentre ici en un ramassis d’entités ou d’êtres errants en proies à des fièvres qui n’appartiennent qu’a elles. Ce plan inférieur retient les âmes souillées ou piégées, Marianne et d’autres en sont retenues prisonnières.

                   ###

Une bile acide remonte dans l’œsophage d’Isa, sa nausée se fait pressante, semble annoncer un vomissement à venir, son cœur ne peut maintenir sa course effrénée dans sa poitrine et le malaise la guette. Tout la répugne ici et elle l’appelle à l’aide comme une réminiscence du passé.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Vis9vies
Ah les femmes...

Si seulement elles étaient plus... moins... ^^
12
17
1
1
Défi
docno
Cette histoire est totalement et définitivement inventée pour répondre au défi d'un personnage détestable.
Toute ressemblance avec des personnes existantes est pure coïncidence.
Il s'agit d'une fiction.
Rien n'est réel.
Rien.
Si, c'est vrai !
D'ailleurs, il est pas si détestable que ça. C'est même une victime en fait. Quand on y pense.
16
5
1
7
Défi
NATOS

Bonjour, chers et innombrables admirateurs. Je condescends à vous conter une histoire superbement écrite, en espérant que vous saurez élever votre niveau pour me rejoindre. Il est vrai que je gravite dans ces sphères souvent inaccessibles au commun du grouillot qui m'entoure.

Début de ma narration. (1)

On a coutume de dire que nous naissons tous égaux, Pfffff !

Un jour, mes neurones ayant besoin de s'aérer un peu, je me promenais dans une forêt domaniale au nord ouest de la capitale, c'est là que je fis la rencontre d'une créature étonnante. Il s'agissait d'un humain, certes, mais il me fut impossible d'en déterminer ni le sexe, ni l'age. Sa tenue vestimentaire, que dis-je son accoutrement était hétéroclite et de fort mauvais goût, quelle idée saugrenue de se chausser de bottes à talons hauts en forêt ? Ma curiosité étant néanmoins titillée, je m'approchais de cet être étrange pour lui adresser un bonjour poli. Ce n'est pas parce que l'on se sait supérieur que l'on doit être méprisant, n'est-ce-pas ? L'humain rehaussé de cuissardes approchait les deux mètres de stature, en outre, son maquillage excessif avait quelque chose d'ostentatoire.

Sa réponse me stupéfia :

- Salut mon chou, serais-tu tenté par une ch'tite bouffarde ?

- Plaît-il ? Je ne pense pas qu'il soit autorisé de fumer en ce lieu !

- Keep cool Raoul, on se planque derrière le fusain, tu vas voir ça va te faire du bien !

Sans que je n'ai eu le temps de m'opposer à ses sombres desseins, la créature m'attira dans le maquis (2) et ses mains expertes s'employèrent à extirper de mon pantalon de tweed mes modestes attributs. Je dus fermer les yeux, pour échapper à cette vision d'horreur, sa bouche ayant hélas remplacé ses mains ! Cette petite opération ne dura que quelques minutes avant qu'un traître orgasme ne conclut ce triste intermède.

- Ce fut alors, qu'il, ou elle, me dit : "ça fera trente Euros".

Je dus vider ma bourse pour la seconde fois, et je ne saurais dire celle des deux qui me fut la moins désagréable.

Tous égaux, ah la belle affaire. Je n'ai absolument rien de comparable avec cette, heu, ce..... Pouah quelle horreur !


(1) Je simplifie pour mes lecteurs, il en est d'un peu lourds...
(2) Gare au goriiiiiille.
5
3
2
2

Vous aimez lire Biquette ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0