Fanny

4 minutes de lecture

En entendant sa propre voix, Isa frémit, ces paroles ne sont qu’un appel à l’aide, un cri de désespoir qui la replonge dans la détresse de l’instant. Comment imaginer que ces mots pouvaient représenter une transaction, générer de telles conséquences. Elle se sent soudain très mal, incapable de gérer ce stress paralysant, cette angoisse qui l’étrangle. la sensation de ne rien maîtriser. Plus rien.

                  ###

Madoc sent son émotion, son désarroi et soudain l’enlace, la serre.

Isa est épuisée mentalement mais ne s'abandonne pas.

Un souffle chaud, odorant lui parvient et balaye ses tourments, l’apaise définitivement. l'instant d'après, un feu intérieur brûle en elle lorsque des lèvres effleurent les siennes, furtivement.

                  ###

Ce geste ranime quelque chose, tout son corps semble s’électrifier à ce mince contact. Chaque parcelle de son corps vibre, répondent aux signes de cet effleurement. Son cerveau ne parvient plus à gérer le flot d’informations contradictoires qui le submerge. Elle est réveillée, en alerte.

Madoc se détache d’elle avec délicatesse et l’exaltation de ses sens diminue, finit par s’éteindre.

                  ###

Il attrape sa main qui tressaille encore et y dépose les clés.

Isa les serre dans sa paume pour s’assurer qu’elles sont bien réelles et lorsqu’elle relève les yeux il n’est déjà plus là.

Dans un sursaut, Isa se lève d’un bond, sort sans un regard derrière elle et se précipite dans la voiture. Se retrouver à l’intérieur de quelque chose de familier aussi petit soit-il la rassure instantanément.

                  ###        

L’espace restreint de l’habitacle agit comme un cocon et sa respiration retrouve un rythme plus régulier.

Pendant le chemin, elle s’efforce de ne penser à rien mais tout la bouscule. Son esprit saturé d’images, de ressentis que sa raison rejette, elle se croit aux portes de la folie. Pourtant elle sait que tout est réel. Se concentrer sur Fanny, pour ne pas flancher.

                  ###

Dans un réflexe, elle enclenche la radio, tourne le volume à fond et décide de se laisser envahir par la première chanson qui arrive. Une cadence lancinante démarre, elle reconnait le son trip hop, identifie la chanson Angel de Massive Attack.

Ce hasard entame son assurance, Isa éteint la radio et se met à réciter les tables de multiplication à haute voix comme une forcenée.

                  ###

Arrivée à l’hôpital, l’accueil révèle que Fanny à signée une décharge pour sortir. Son cœur fait un bond dans sa poitrine, la secrétaire tente de savoir si Isa est de la famille mais elle a déjà tourné les talons. Elle refoule une envie de pleurer, son portable est resté dans la besace à l’intérieur du gîte. Elle se sent impuissante et frappe énergiquement le volant des mains.

                  ###

Soudain elle repense à l’auberge et à Virgile, l’espoir que Fanny s’y soit rendue lui redonne des forces et elle démarre comme une folle.

Quand Isa pousse enfin la porte de l’auberge précipitamment, elle se retrouve nez à nez avec Virgile. La surprise fait place à la compréhension et il lui indique d’un mouvement bref de menton la cheminée.

                  ###

Fanny est là, près de l’âtre en grande discussion avec le vieil homme. Son visage s’éclaire lorsqu’elle aperçoit Isa et se lève. Elles tombent dans les bras l’une de l’autre.

— Je t’avais perdue, sanglote soudain Fanny le nez dans son cou. Elle tremble comme une feuille et Isa à bien du mal à la calmer et à la faire assoir.

                  ###

Le père de Virgile s’éclipse. Isa se concentre déjà pour choisir ses mots, anticipe un discours qu’elle veut rassurant mais Fanny la regarde d’un drôle d’air et pointe d’un doigt ses cheveux d’un œil rond.

— Tu as une grosse mèche blanche dans les cheveux, je ne l’avais pas remarqué mais bon je ne me rappelle plus de rien…

                  ###

— Comment ça tu ne te rappelle plus de rien ? Demande Isa abasourdie en repoussant les doigts qui triturent ses cheveux.

Virgile s’approche et pose une main sur son épaule, ce geste qu’il veut apaisant fait sursauter Isa qui le foudroie.

— Et bien je me rappelle être allée avec toi à cette soirée, pour le reste Virgile m’a expliqué…Continue Fanny embarrassée.

                  ###

Isa se consume d’une colère intérieure, elle craint que la version de l’aubergiste soit trop ressemblante à la réalité, à ce qu’il a pu en voir.

Virgile soutient le regard sévère d’Isa et répète calmement :

                 ###

— Fanny sait que des drogues ont circulé, qu’elle en a absorbé à son insu. Cette consommation dont elle a été victime a entrainé une perte de mémoire sans gravité. Elle était surtout inquiète à son réveil de ne pas vous voir alors elle est venue ici.

                 ###

Une gratitude immense balaye la tension nerveuse d’Isa, ses épaules s’affaissent d’un coup, ses yeux s’humidifient et le soulagement la fait expirer bruyamment.

Fanny caquète déjà, fidèle à ses habitudes, ne tient pas en place et hèle le patriarche au bar.

Isa ne l’entend plus, elle ferme ses paupières, inspire profondément pour reprendre le contrôle. Lorsqu’elle rouvre ses yeux, Virgile à prit place tout près d’elle.

                ###

— Ces deux-là s’entendent à merveille, je crois qu’elle lui fait penser à Sabine, ma sœur, fait-il en suivant les yeux d’Isa qui cherche déjà Fanny.

— Merci, murmure Isa en lui adressant un sourire sincère, elle s’apprête à se lever mais Virgile l’arrête d’un geste pour l’inciter à rester encore et murmure :

                ###

— J’ai bien compris que vous ne vouliez pas parler de ce qui s’est passé cette nuit. Fanny à la chance d’avoir oublié et de ce que j’en ai vu il vaut mieux que cela dure, mais si vous, vous vouliez me parler de quelque chose en particulier je veux que vous sachiez que je suis là et que je sais que cela peut dépasser l’entendement…

                 ###

Ma sœur Sabine tient toujours des propos incohérents dû à l’absorption massive de la Datura pourtant elle répète toujours la même chose, elle a vu des ombres. Je crois avoir vu ces ombres sur Fanny, sur les autres et je la crois à présent. Mais j’ai la sensation de louper quelque chose, et vous pourriez m’aider, cette Marianne c’était votre amie ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Parker

Scribay, assieds-toi, faut qu’j’te parle...
Tu sais, c’est pas mon style d’étaler ma vie privée dans mes textes, mais puisque tu ressembles de plus en plus à Facebook, puisque tu racontes plus ta vie dans ton journal que tu n’écris des récits et de la poésie, j’ai envie de me laisser aller moi aussi.
Je ne sais pas comment aborder ça avec toi. Alors on va y aller franco : on file un mauvais coton tous les deux ! Ne fais pas celui qui n’a rien remarqué, s’il te plaît. Je le vois bien, c’est plus pareil entre nous depuis un certain temps... Tu ne dis rien, tu continues de fonctionner comme avant, mais je sens que notre relation se détériore.
Figure-toi que je me lasse aussi. Des disputes à peine dignes d’une cour de maternelles, des silences éloquents, de l’hypocrisie, de l’agressivité qui transpire des journaux et des commentaires, des avis tranchés lancés par des auteurs qui ont lu trois livres et écrit quatre lignes. Oh je ne dénigre personne, nous sommes tous ici pour apprendre. Justement, quand on s’est connus tous les deux, ce que j’aimais chez toi, c’était ta bienveillance et tes retours constructifs. Et tu me faisais rire aussi. Mais ça, j'y reviendrai. Puisqu'on en est à tout déballer, parlons un peu des annotations.
Qu’est-ce que tu nous fais là ?! Avant, tu me disais : « attention, là, tu abuses des adverbes » et je reprenais mon texte en les traquant, je réfléchissais à comment les remplacer... Tu me signalais une incohérence, une faute de français, et je corrigeais. J’apprenais avec toi, tous les jours. Maintenant tu me balances un « bof, pas terrible » ou un « quel con ce personnage ! »... et je dois me débrouiller avec ça. Je supporte la critique, tu l’as remarqué toutes ces années. Je ne demande pas non plus une ovation quand je publie un chapitre. D’ailleurs tes pluies de petits cœurs trop sucrés ne me plaisent pas plus. Je le flaire quand tu les distribues pour en recevoir en retour, je sens que tu simules avec tes « ouaaaaaa, c’est trop génial » sous un texte tout pourri. Au fil du temps, pourtant, je n’ose plus rien dire de peur que tu me tombes dessus ou de nager à contre-courant.
Alors, dis-moi, je fais comment pour progresser si tu ne te comportes plus en bêta lecteur, mais en simple lecteur, voire pire : en auteur en mal d’amour et de reconnaissance ?
Quand on s’est croisé la première fois, je m’en souviens comme si c’était hier, j’ai eu un vrai coup de foudre. Je passais te voir plusieurs fois par jour, tôt le matin avant d’aller bosser, entre deux dossiers au taf, le soir après avoir couché les enfants. Je restais des heures près de toi, à lire, à commenter, à annoter, à échanger aussi. Tu te rappelles nos fous rires partagés ?
On se ressemblait, on était passionnés par l’écriture, par la recherche de l’intrigue parfaitement ficelée, du mot le plus juste pour exprimer une idée. Tu m’as apporté tellement de choses. Des bêta lecteurs, un peu plus confiance en mes récits, la motivation à aller jusqu’au bout d’une histoire. Tu n’as pas toujours été tendre avec tes remarques, tu m’as fait bosser et reprendre mes textes, encore et encore, mais tu étais vrai. Et ça, c’était cool.
Attention, on n’était pas toujours sérieux. Non, on se faisait des blagues, des cadeaux et des parodies. Il nous arrivait de nous épancher entre deux lignes, en privé. Seulement nos textes avançaient, notre style évoluait, nous grandissions.
D’après la programmation génétique, l’amour ne durerait que trois ans. Alors c’est peut-être ça. Bientôt trois ans que je traîne mon clavier par ici, peut-être qu’il est temps de changer de crèmerie. Au-delà de mes petits états d’âme, il faut que je te dise quand même que ça gronde dans les couloirs, les coulisses s’agitent. Certains en ont marre, ils se lassent eux aussi, de cette nouvelle ambiance. Parfois, ils partent sans un mot, cherchent un autre endroit ou écrivent seuls dans leur coin. J’admets que ce choix est alléchant, mais je n’ai pas envie de me résigner, pas tout de suite. Parfois ils restent encore un peu, dans l’espoir que la flamme renaisse, que les anciens reviennent, que les nouveaux comprennent. Ils tentent encore d’accueillir, d’aider à la hauteur de l’aide qu’on leur a apportée lorsqu’ils sont arrivés. Seulement ça non plus, ça n’est pas toujours bien perçu... Forcément une critique, même constructive et étayée, ça fait tache au milieu des cœurs et des éloges.
Alors Scribay, les yeux dans les yeux, dis-moi : on traverse juste un petit passage à vide ? Tu penses qu’il y a moyen de réparer notre relation et de repartir de plus belle pour trois années supplémentaires ? Ou au contraire, tout est foutu entre nous ?

62
211
12
3
Défi
Vis9vies
Poésie

Inspiré par l'image (couverture) :
https://cdn.pixabay.com/photo/2020/05/11/18/37/forest-5159688_960_720.jpg
12
17
21
1
AudreyLD
BLM
7
13
2
6

Vous aimez lire Biquette ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0