Trahison

2 minutes de lecture

— Mais tu m’as demandé de dire ton nom pour aider Fanny ? Tu m’as trompée, tu t’es servi de ces évènements ignobles pour me forcer la main, pour arriver à tes fins, crache Isa.

                 ###

Une montée d’adrénaline l’électrise et la fait soudain basculer dans une colère qui la submerge. Elle bouillonne de l’intérieur, sa fureur augmente comme un torrent de lave qui dévale une pente. Et si même la raison lui dicte le calme et la réflexion, c’est sa première impulsion qui l’emporte, dominante et destructrice.

                 ###

Elle veut l’atteindre et lui faire mal et le chemin le plus court de la haine se termine par celui de la violence. Isa se jette sur lui cédant à l’ultime pulsion qui l’envahit.

D’un geste qu’elle ne voit pas, Madoc la cueille dans son élan. Telles les tasses volant dans l’air, une force la suspend, elle aussi, dans l’espace qui la contient. Isa flotte.

                 ###

Une odeur douce émane du sorcier, se fait plus forte et brise sa colère instantanément. La violence du charme la saisit, extrait le sentiment négatif, la vide de cette substance qui la ronge. Elle laisse échapper une larme douloureuse, unique témoin impuissant de sa rage. Immobilisée par cette force, elle commence à ressentir au plus profond d’elle une chaleur emplit de bienveillance et de calme.

                 ###

Ô combien de fois elle avait espéré, attendu cette présence mais jamais dans ses rêves les plus fous elle n’imaginait les conséquences, le prix à payer. Son libre-arbitre, sa liberté.

— Je n’ai agi que sur tes propres désirs et en fonction de tes seuls intérêts.

— Non, ce n’étaient que les désirs fous d’une adolescente, tu m’as trompée, parvient à dire Isa, les mâchoires crispées par un reste de tension.

                 ###

D’un doigt, Madoc rompt le charme et elle touche enfin le sol. Il sonde son visage de ses yeux perçant. D’un pouce, il écrase sans pitié la larme qui s’est figée sur sa joue. Son visage n’exprime qu’austérité et froideur, sa voix est d’autant plus glaciale :

                ###

— Tu m’as autorisé à intervenir en échange d’une requête. Ma demande n’a pas outrepassée ta volonté. Aussitôt, il lui fait entendre les mots qu’elle a prononcé : « Aides-là, sors-nous de là et je ferais ce que tu veux ».

— Fin de la 2eme leçon : les mots génèrent la création.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Vis9vies
Ah les femmes...

Si seulement elles étaient plus... moins... ^^
12
17
1
1
Défi
docno
Cette histoire est totalement et définitivement inventée pour répondre au défi d'un personnage détestable.
Toute ressemblance avec des personnes existantes est pure coïncidence.
Il s'agit d'une fiction.
Rien n'est réel.
Rien.
Si, c'est vrai !
D'ailleurs, il est pas si détestable que ça. C'est même une victime en fait. Quand on y pense.
16
5
1
7
Défi
NATOS

Bonjour, chers et innombrables admirateurs. Je condescends à vous conter une histoire superbement écrite, en espérant que vous saurez élever votre niveau pour me rejoindre. Il est vrai que je gravite dans ces sphères souvent inaccessibles au commun du grouillot qui m'entoure.

Début de ma narration. (1)

On a coutume de dire que nous naissons tous égaux, Pfffff !

Un jour, mes neurones ayant besoin de s'aérer un peu, je me promenais dans une forêt domaniale au nord ouest de la capitale, c'est là que je fis la rencontre d'une créature étonnante. Il s'agissait d'un humain, certes, mais il me fut impossible d'en déterminer ni le sexe, ni l'age. Sa tenue vestimentaire, que dis-je son accoutrement était hétéroclite et de fort mauvais goût, quelle idée saugrenue de se chausser de bottes à talons hauts en forêt ? Ma curiosité étant néanmoins titillée, je m'approchais de cet être étrange pour lui adresser un bonjour poli. Ce n'est pas parce que l'on se sait supérieur que l'on doit être méprisant, n'est-ce-pas ? L'humain rehaussé de cuissardes approchait les deux mètres de stature, en outre, son maquillage excessif avait quelque chose d'ostentatoire.

Sa réponse me stupéfia :

- Salut mon chou, serais-tu tenté par une ch'tite bouffarde ?

- Plaît-il ? Je ne pense pas qu'il soit autorisé de fumer en ce lieu !

- Keep cool Raoul, on se planque derrière le fusain, tu vas voir ça va te faire du bien !

Sans que je n'ai eu le temps de m'opposer à ses sombres desseins, la créature m'attira dans le maquis (2) et ses mains expertes s'employèrent à extirper de mon pantalon de tweed mes modestes attributs. Je dus fermer les yeux, pour échapper à cette vision d'horreur, sa bouche ayant hélas remplacé ses mains ! Cette petite opération ne dura que quelques minutes avant qu'un traître orgasme ne conclut ce triste intermède.

- Ce fut alors, qu'il, ou elle, me dit : "ça fera trente Euros".

Je dus vider ma bourse pour la seconde fois, et je ne saurais dire celle des deux qui me fut la moins désagréable.

Tous égaux, ah la belle affaire. Je n'ai absolument rien de comparable avec cette, heu, ce..... Pouah quelle horreur !


(1) Je simplifie pour mes lecteurs, il en est d'un peu lourds...
(2) Gare au goriiiiiille.
5
3
2
2

Vous aimez lire Biquette ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0