Virgile

2 minutes de lecture

Virgile progresse lentement sur le chemin de la Régordane, sa vision limitée ne lui permet pas d’accélérer l’allure. Il s’aperçoit inquiet que la lumière de son portable à déjà presque consommé l’entièreté de la charge de la batterie. Il comprend que bientôt il devra se diriger au jugé, à la pointe de la chaussure.

                  ###

Son angoisse augmente, il regrette de s’être aventuré sur ce sentier pourtant certes balisé mais dans l’obscurité c’est de l’inconscience autant le faire en journée les yeux bandés. Des branches invisibles le fouettent au passage, les ronces l’agrippent et le froid finit de le mordre. S’il arrive encore un accident parce qu’il a renoncé, il ne pourra pas se le pardonner alors il continue.

                  ###

Soudain le noir l’envahit, le portable s’est éteint et désorienté il tombe lourdement. Il se relève, ses yeux s’habituent peu à peu à l’obscurité et patient, il attend que sa vue s’ajuste naturellement. Virgile reprend la marche, tâtonne le sentier pour repérer les pierres ou l’herbe.

Mais soudain, une odeur qu’il ne saurait expliquer s’accroche à ses narines, semble vouloir le guider sur la droite, il la suit comme une intuition.

                  ###

Ce parfum lui rappelle le sucre ou l’encens vaguement et il est conscient que ce qu’il fait dépasse la raison ou la logique. Mais quelque chose le force à le faire, et il poursuit ce sentier parallèle au GR. L’effluve disparait au bout de 100 mètres et il perçoit enfin une lumière.

Personne autour de cette ferme abandonnée dont il ignorait l’existence.

                 ###

Pourtant en enfant du pays il connait toutes les masures et les sentiers. Et puis rapidement il fait le recoupement avec le chemin emprunté, il est sur les terres Hubac. Il passe la porte et aussitôt la fumée l’assaille, âcre, il recule d’un pas mais ses yeux ont eu le temps de percevoir l’impensable.

                 ###

Tous les costumés d’Halloween sont à terre ou presque, prit dans d’étranges convulsions, les yeux révulsés pour certains. La musique est éteinte, un silence de mort règne entrecoupé par des gémissements et des râles. Des silhouettes ignobles vampirisent leurs corps, tournoient en de folles spirales pour mieux s’introduire en eux et les vider.

                  ###

Virgile ressort, se dévêtit, aspire profondément l’air pur et noue son tee-shirt sur son nez, il a compris qu’il ne doit pas respirer cet air vicié. Il s’engouffre alors tête première et commence à sortir un premier corps, assailli un instant par des ombres qui tentent de le mordre, il ne cède pas. Sa conscience n’est pas affaiblie et les entités hurlent près de lui, impuissantes.

                  ###

C’est lors d’un de ses allers-retours qu’il voit entre les nappes de brouillard deux personnes debout, les seules dans ce spectacle de désolation. L’une soutient l’autre mais elles disparaissent rapidement dans un écran de fumée. Virgile à crut reconnaître la jeune étudiante, Isa et un homme étrange.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Vis9vies
Ah les femmes...

Si seulement elles étaient plus... moins... ^^
12
17
1
1
Défi
docno
Cette histoire est totalement et définitivement inventée pour répondre au défi d'un personnage détestable.
Toute ressemblance avec des personnes existantes est pure coïncidence.
Il s'agit d'une fiction.
Rien n'est réel.
Rien.
Si, c'est vrai !
D'ailleurs, il est pas si détestable que ça. C'est même une victime en fait. Quand on y pense.
18
7
10
7
Défi
NATOS

Bonjour, chers et innombrables admirateurs. Je condescends à vous conter une histoire superbement écrite, en espérant que vous saurez élever votre niveau pour me rejoindre. Il est vrai que je gravite dans ces sphères souvent inaccessibles au commun du grouillot qui m'entoure.

Début de ma narration. (1)

On a coutume de dire que nous naissons tous égaux, Pfffff !

Un jour, mes neurones ayant besoin de s'aérer un peu, je me promenais dans une forêt domaniale au nord ouest de la capitale, c'est là que je fis la rencontre d'une créature étonnante. Il s'agissait d'un humain, certes, mais il me fut impossible d'en déterminer ni le sexe, ni l'age. Sa tenue vestimentaire, que dis-je son accoutrement était hétéroclite et de fort mauvais goût, quelle idée saugrenue de se chausser de bottes à talons hauts en forêt ? Ma curiosité étant néanmoins titillée, je m'approchais de cet être étrange pour lui adresser un bonjour poli. Ce n'est pas parce que l'on se sait supérieur que l'on doit être méprisant, n'est-ce-pas ? L'humain rehaussé de cuissardes approchait les deux mètres de stature, en outre, son maquillage excessif avait quelque chose d'ostentatoire.

Sa réponse me stupéfia :

- Salut mon chou, serais-tu tenté par une ch'tite bouffarde ?

- Plaît-il ? Je ne pense pas qu'il soit autorisé de fumer en ce lieu !

- Keep cool Raoul, on se planque derrière le fusain, tu vas voir ça va te faire du bien !

Sans que je n'ai eu le temps de m'opposer à ses sombres desseins, la créature m'attira dans le maquis (2) et ses mains expertes s'employèrent à extirper de mon pantalon de tweed mes modestes attributs. Je dus fermer les yeux, pour échapper à cette vision d'horreur, sa bouche ayant hélas remplacé ses mains ! Cette petite opération ne dura que quelques minutes avant qu'un traître orgasme ne conclut ce triste intermède.

- Ce fut alors, qu'il, ou elle, me dit : "ça fera trente Euros".

Je dus vider ma bourse pour la seconde fois, et je ne saurais dire celle des deux qui me fut la moins désagréable.

Tous égaux, ah la belle affaire. Je n'ai absolument rien de comparable avec cette, heu, ce..... Pouah quelle horreur !


(1) Je simplifie pour mes lecteurs, il en est d'un peu lourds...
(2) Gare au goriiiiiille.
6
5
3
2

Vous aimez lire Biquette ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0