Passé

2 minutes de lecture

Tout à coup, l’horrible silhouette croise les yeux d’Isa et une multitude de scènes sanglantes s’impose à elle : Enfants lacérés baignant dans leur sang, jeunes femmes décapitées au pied d’un homme aux cheveux hirsutes, une bête immense, monstrueuse se tient à ses côtés, c’est un loup de grande envergure.

                   ###

L’entité prend grand plaisir à lui montrer ces images de lui, jouit de son effarement puis lassée, finit par se détourner, se renverse sur sa proie qu’elle embrasse avec rage. Alice est prise de soubresauts. Cette vision terrasse Isa, son cœur semble être sur le point d’exploser et elle cherche aussitôt Fanny.

                   ###

Ses pensées sont propulsées avec élan, sa vision se rapproche d’elle comme un zoom puissant et la scène est d’autant plus terrifiante. Fanny est à terre, couchée sur un flanc, la tête tournée vers le plafond. Une forme se repaît déjà d’elle, penchée sur sa bouche aspirant avec force son souffle vital, une main fantomatique se promène sur son corps inerte.

                   ###

Isa pressent le pire, d’autres ombres attendent leur tour, elles tournent férocement autour de Fanny inconsciente, l’envisage comme une proie de choix. Son inertie facilite, accroit leurs envies, leurs désirs, leurs faims. Tels des prédateurs, ils rôdent autour d’elle, tentent de l’arracher de force à l’entité qui s’en nourrit.

                    ###

Celle-ci se colle comme une sangsue à la bouche ouverte de Fanny, son corps en est balloté comme une simple poupée de chiffon. Isa crie de toute ses forces.

Le brouillard se referme d’un coup et Isa ressent à nouveau les bras de l’homme en noir autour d’elle.

— Aides-là, sors-nous de là et je ferais ce que tu veux, lui crie-t-elle, les larmes coulent sur ses joues.

                    ###

Sa respiration est saccadée par les nombreux hoquets qui remontent de sa gorge. Ses pleurs viennent violemment expulser peur et colère. Aussitôt plusieurs ombres costumées en sorcier sont attirées par ces émotions appétissantes et tournoient autour d’eux.

Le sorcier les fait tenir à distance d’un seul regard féroce.

                    ###

Terrifiée, elle enfouit son visage dans le veston de l’homme en noir, se presse contre lui pour ne plus voir l’hostilité de ces êtres.

— Dis mon nom, répond une voix dans sa tête.

— Quoi ? Je ne comprends pas, je veux que tu aides Fanny, vite…Supplie Isa en relevant la tête.

— Dis mon nom ! Assène le sorcier avec autorité, il intensifie, accroche les yeux d’Isa, semble la presser d’obéir.

— Madoc ! crie-t-elle comme une forcenée.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Vis9vies
Ah les femmes...

Si seulement elles étaient plus... moins... ^^
12
17
1
1
Défi
docno
Cette histoire est totalement et définitivement inventée pour répondre au défi d'un personnage détestable.
Toute ressemblance avec des personnes existantes est pure coïncidence.
Il s'agit d'une fiction.
Rien n'est réel.
Rien.
Si, c'est vrai !
D'ailleurs, il est pas si détestable que ça. C'est même une victime en fait. Quand on y pense.
18
7
10
7
Défi
NATOS

Bonjour, chers et innombrables admirateurs. Je condescends à vous conter une histoire superbement écrite, en espérant que vous saurez élever votre niveau pour me rejoindre. Il est vrai que je gravite dans ces sphères souvent inaccessibles au commun du grouillot qui m'entoure.

Début de ma narration. (1)

On a coutume de dire que nous naissons tous égaux, Pfffff !

Un jour, mes neurones ayant besoin de s'aérer un peu, je me promenais dans une forêt domaniale au nord ouest de la capitale, c'est là que je fis la rencontre d'une créature étonnante. Il s'agissait d'un humain, certes, mais il me fut impossible d'en déterminer ni le sexe, ni l'age. Sa tenue vestimentaire, que dis-je son accoutrement était hétéroclite et de fort mauvais goût, quelle idée saugrenue de se chausser de bottes à talons hauts en forêt ? Ma curiosité étant néanmoins titillée, je m'approchais de cet être étrange pour lui adresser un bonjour poli. Ce n'est pas parce que l'on se sait supérieur que l'on doit être méprisant, n'est-ce-pas ? L'humain rehaussé de cuissardes approchait les deux mètres de stature, en outre, son maquillage excessif avait quelque chose d'ostentatoire.

Sa réponse me stupéfia :

- Salut mon chou, serais-tu tenté par une ch'tite bouffarde ?

- Plaît-il ? Je ne pense pas qu'il soit autorisé de fumer en ce lieu !

- Keep cool Raoul, on se planque derrière le fusain, tu vas voir ça va te faire du bien !

Sans que je n'ai eu le temps de m'opposer à ses sombres desseins, la créature m'attira dans le maquis (2) et ses mains expertes s'employèrent à extirper de mon pantalon de tweed mes modestes attributs. Je dus fermer les yeux, pour échapper à cette vision d'horreur, sa bouche ayant hélas remplacé ses mains ! Cette petite opération ne dura que quelques minutes avant qu'un traître orgasme ne conclut ce triste intermède.

- Ce fut alors, qu'il, ou elle, me dit : "ça fera trente Euros".

Je dus vider ma bourse pour la seconde fois, et je ne saurais dire celle des deux qui me fut la moins désagréable.

Tous égaux, ah la belle affaire. Je n'ai absolument rien de comparable avec cette, heu, ce..... Pouah quelle horreur !


(1) Je simplifie pour mes lecteurs, il en est d'un peu lourds...
(2) Gare au goriiiiiille.
6
5
3
2

Vous aimez lire Biquette ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0