Chapitre 60 : Un amour passionné.

6 minutes de lecture

Après cette matinée de cours éprouvante, je retourne à l’internat toujours avec cette sensation de manque dû à l’absence de mon meilleur ami. Alors que je suis allongé tranquillement dans ma chambre Victor débarque dans la pièce et me regarde avec ses yeux violets, je remarque chez lui un air à la fois énervé et inquiet. Il m’observe pendant quelques secondes, sans bouger du pas de la porte, avant de lancer tout en s’approchant de moi :

V : Tu ne m’as même pas dit bonjour ce matin, pas un bisou pas un geste d’affection, on est toujours en couple rassure moi ?

Al : Euh…je suis désolé Vic je n’étais pas trop dans mon assiette ce matin.

V : A cause de Zach je paris ? Tu t’inquiètes juste pour lui ou tu ne te sens pas bien parce qu’il n’est pas près de toi ?

Al : Ouais…dis-je en baissant les yeux ne supportant pas le regard de Victor.

V : Quelquefois je me demande si tu m’aimes vraiment moi ou si tu ne l’aimerais pas plutôt lui.

Al : Je sais pas vraiment… mais tout ce que je sais c’est que pour le moment je suis avec toi et que je t’aime quand même énormément Vic et euh… j’aimerais bien un bisous et puis pourquoi pas me rattraper de ne peux t’avoir montrer d’amour ce matin.

Je dis la fin de ma phrase avec air un peu coquin montrant bien mon attention de ne pas simplement m’arrêter au simple bisou. Je vois alors Victor commencer à rougir mine de rien lui aussi il est mignon quand il rougit. Il s’approche alors de moi, je me rassois sur mon lit pour lui laisser de la place, il me prend dans ses bras plonge ses yeux violets dans les miens, cette fois-ci je les voient pétiller. Je préfère ce regard-là, il prend mon visage de sa main, me caresses un peu la joue et dit :

V : Bisous accordé !! et plus aussi.

Avant de se lancer à l’assaut de mes lèvres. Je ne sais pas vraiment si je l’aime autant que Zach mais j’ai envie de lui à ce moment précis, alors je ne vais pas m’en priver. Il me sert de plus encore plus fort contre lui, essayant surement de me prouver à quel point lui il tient à moi et ne veut pas me perdre. Il m’embrasse d’abord simplement puis langoureusement, je ne refuse pas l’intrusion de sa langue et commence doucement quelques caresses bien placées pour le faire adorer ce moment hors du temps rien qu’à nous. Victor commence à ne plus en pouvoir il arrête son étreinte et s’écarte de mes bras pour retirer son T-shirt et son jean puis il s’approche rapidement de moi pour enlever les boutons de ma chemise le plus rapidement possible ainsi que retirer la boucle de ma ceinture et me dévêtir de mon denim également. Nous nous retrouvons simplement vêtu de nos boxers qui ont du mal à contenir toute notre ardeur mais nous plongeons nos lèvres sur celles de notre partenaire, frottant nos érections à travers le tissu. Nous caressons chaque parcelle de nos corps. Le plaisir et l’envie montent de plus en plus, j’ai du mal à résister à l’envie de lui retirer son dernier rempart, mais ma volonté d’adorer ce moment l’emporte sur mon ardeur et je descends légèrement mes lèvres, le mordillant d’abord légèrement dans le cou puis continuant ma descente tout en léchant avec envie ses pecs, m’attardant un instant sur ses tétons les mordillant légèrement ce qui ne manque pas de faire gémir Victor de tout son être. Nous continuons notre affaire pendant plusieurs minutes, pour enfin arriver à l’apogée de notre orgasme que je déverse en lui tout en le serrant contre moi m’étant écrouler sur lui, et que Victor déverse sur nos deux corps remplis de chaleur. Nous allons prendre une douche pour enlever toute trace de nos ébats passionnés. Puis retournons dans ma chambre s’enlaçant de nos bras, en attendant l’heure du repas.

=====

J’arrive chez mon meilleur ami, comme à mon habitude légèrement en retard sur l’heure initialement prévue. Je frappe à la porte et vois Tony qui m’ouvre et m’invite à rentrer en précisant que Zach m’attend dans sa chambre, évitant de trop se déplacer avec la douleur de sa jambe, malgré les antalgiques. Je monte alors dans celle-ci pour rejoindre mon meilleur ami qui secrètement fait battre mon cœur, je le vois alors allongé sur son lit tors nu, au vu de la chaleur qu’il fait en ce milieu du mois de Mars et du dérèglement climatique qui nous a encore une fois privé d’un hiver enneigé. Mon dieu ce qu’il est beau me dis-je intérieurement. Il est sur son téléphone entrain de sûrement jouer à un jeu que l’on doit avoir en commun, mais voyant que je suis arrivé il pose son téléphone et me fait son plus beau sourire, plongeant ces yeux étincelants brillants comme l’émeraude dont ils donnent l’impression d’être fait, d’un vert si profond si envoutant, le voir à nouveau au meilleur de sa forme avec ce sourire radieux et surtout ce corps si …. Mon érection commence à sérieusement prendre de l’ampleur dans mon boxer. Mais je contrôle mes ardeurs et lui renvois son sourire tout en disant :

Al : Alors le blessé de guerre comment ça va ? Tu te remets doucement.

Z : Ouaip.

Il se lève boitant légèrement avec son atèle, il se rapproche de moi me prend dans ses bras et continue :

Z : Mais pour m’en remettre pleinement j’ai besoin de ça !!! dit-il en attrapant mon érection bien dure, à travers mon jean.

Al : Je vois… mais et Sacha et Victor.

Z : Roooh c’est bon ils n’en sauront rien ce sera notre petit secret.

Il dit ça tout en commençant à m’embrasser à pleine bouche, je ne comprends pas trop ce qu’il m’arrive mais je me laisse pleinement emporter par la douceur de ce baiser que j’attends depuis si longtemps. Je me laisse envouter par le charme de mon meilleur ami, qui me pousse à aller plus loin, le poussant l’entrainant dans ma chute sur son lit, faisant quand même attention à ne pas le blesser davantage. Je l’embrasse encore et encore je sens son érection grandir sous la mienne. Après avoir passé ses mains sous mon t-shirt il me l’enlève dévoilant ainsi mon torse musclé à sa vue, il observe avec insistance avant de dire :

Z : C’est fou comme t’es beau n’empêche allez Allan j’en ai envie !!!!!

Je réponds par un baiser qui s’enchaine avec l’intrusion de ma langue dans sa cavité buccale ainsi que de nombreuses caresses sur son corps tellement excitant, je ferme les yeux pour profiter à fond de toutes ces sensations.

Je réouvre les yeux et voient que je ne suis plus dans la chambre de Zach, mais dans ma chambre d’internat, je regarde autour de moi et remarque Bastien dormir à poing fermé dans son lit. Ce n’étais qu’un foutu rêve… Un rêve qui en dit quand même long sur ce que je désire au plus profond de moi, malgré les ébats passionnés avec Victor mercredi après-midi. Je commence à réaliser de plus en plus que mon cœur est tourné vers mon meilleur ami, vers mon Zach. Je regarde l’heure 4h33, je décide d’essayer de me rendormir mais sans réel succès, une multitude de réflexion s’enchaîne dans mon esprit que faire, dois-je continuer avec Victor pour le bien de Zach, ou peut-être parce que je l’aime un peu quand même. Dois-je dire à Zach tout ce que j’éprouve à son égard ? Non ça ferait beaucoup trop de mal à mon p’tit frère, je ne peux pas lui faire ça à ce petit blond. Et puis Zach l’aime lui pas moi… que faire. Rester avec Victor me séparer ? pourquoi ? pour me retrouver seul ? Demain soir, enfin tout à l’heure. Je vais voir Zach après les cours pour passer le week-end chez lui, je verrais bien comment tout cela va se passer, serait-il possible que mon rêve devienne réalité ?

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Vous aimez lire Xenos Walker ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0