Chapitre 55 : Questionnement.

6 minutes de lecture

V : Putain tu fais vraiment chier !!!!!

Al : Bah quoi ?

V : T'as vu dans l'état dans lequel tu t'es mis. Sérieux faut que t'arrête de te battre.

Al : Ouais et j'aurais dû laisser crever mon Za...mon meilleur ami.

Dans mon esprit beaucoup de chose s'embrouille. J'observe le magnifique mec se trouvant en face de moi, ses cheveux d'un noir profond ses yeux presque violets, son visage à la fois fin et un peu arrondis, lui donnant un air à la fois mature et enfantin qui le rend irrésistibles. Mais à la fois j'imagine le mec qui se trouve de l'autre côté du mur avec ses yeux émeraudes, ses cheveux châtain clair, son côté gamin qui le rend tellement craquant. Mon esprit est vraiment entrain de vaciller entre Zach et Victor. Et en plus de ça Victor se met à critiquer mes actes et continue répondant à ma dernière phrase.

V : Non c'est pas ce que je dis mais tu aurais pu faire gaffe, sérieux... j'ai eu peur pour toi moi. Et je ne te dis même pas… Quand je t'ai vu revenir en sang, d'ailleurs tu saignes toujours de l'arcade... ça te rend beaucoup moins beau.

Al : Bof c'est qu'une égratignure ça va passer, mais au moins Zach est plus ou moins entier, par contre c'est pas le cas du gros Jack au moins avec la correction que je lui ai mis je pense que cet enculé va arrêter de toucher à mes potes. Et d'insulter le pauvre Zach, tiens bizarrement il ne s’en est jamais pris à moi, alors que je le montre tout autant que lui que je suis gay.. Vraiment un mec sans couille ce bâtard.

V : Ouais je sais bien que t’as fait ça pour Zach mais bon…

Al : Mais bon quoi ?? J’allais pas le laisser se faire fracasser sans rien dire quand même si ??

V : Non…Bien sûr mais…

Il fait une pause dans sa phrase, je sens que la pression commence à monter en moi, de un il critique mais en plus il ne comprend pas et commence à dire des mais sans donner la suite, je m’emporte un peu et lui cri :

Al : Mais quoi ???

V : … t’aurais fait la même chose pour moi ?

Al : C’est quoi cette question à la con…

Je remarque que son air change du tout au tout, il commence à prendre un air sévère, il me fait quoi là il ne me ferait pas une crise de jalousie quand même si ? Ce n’est pas trop ce qu'il me faut en ce moment avec tout le questionnement que j'ai sur ma relation et mes sentiments à son égard.

V : Réponds-moi, T'aurais fracassé ce type si il s'était attaqué à moi ?

Al : Bien sûr que oui. Pourquoi cette question ?

V : Bof comme ça !!! Des fois j'ai l'impression que tu tiens plus à lui qu'à moi.

Al : Mais qu’est-ce que tu vas sortir comme connerie toi …

Même si en soit il a peut-être raison, c’est vrai que Zach tiens quand même une place importante pour moi… mais lui aussi. Mes sentiments s’effacent peu à peu mais je l’aime quand même et quand je suis avec lui, je me sens bien.

V : Je suis désolé de te demander ça, Allan mais j’ai vraiment un gros doutes, tu crois que j’ai pas remarqué que t’arrêtes pas de le mater, dans les vestiaire, dans les douches en cours, enfin tout le temps quoi… Tu me le dis hein ? Si tu l’aimes plus lui que moi !!!!

Al : Je sais pas Victor… j’en sais rien. En fait j’ai un peu l’impression de vous aimer tous les deux… mais euh… toi un peu plus. Je pense… Je sais pas vraiment…

Je commence à pleurer mes nerfs lâche… je passe d’une certaine colère à des pleurs. Je n’arrive pas à mettre un mot sur ce que je ressent et ça m’énerve. Aldwin tu ferais quoi à ma place… Les larmes coulent à flot je n’arrive pas à expliquer ce que je ressent, je regarde Victor je plonge mes yeux dans les siens, lui a toujours cette air sévère. J’espère qu’il me comprend, malgré tout je pense l’aimer et j’ai besoin de lui. Il se calme et me prend dans ses bras me lève le visage et m’embrasse tendrement sur le front. Je lui offre ensuite mon plus beau sourire, y'a pas à dire malgré mes interrogations, avec lui je me sens bien. Je l’aime, malgré moi mais je l'aime. L'amour ce sentiment qui te prend un jour et qui ne te quitte plus jamais te hantant encore et encore. Après cette courte étreinte et un court baiser, il me demande :

V : Tu permets ?

Dit-il en sortant un mouchoir de sa poche pour essuyer un peu mon visage en sang et surtout mes lèvres qui sont hyper enflées.

Al : aie !! Ça fait mal cette merde... putain fais chier.

V : Tu vois que t'es pas autant en forme que tu voudrais le laisser paraître.

Al : Ouais bah ça va hein !!!

Je fais ma tête de boudeur en disant ça, et commence à devenir rouge pivoine ce que ne manque pas de me rappeler Victor.

V : Je t'ai déjà dit que t'étais craquant quand tu rougissais ??

Al : Grrr ouais tu me le dit tout le temps... et j'aime pas ça être craquant moi...

V : Bah pourtant tu l'est.

Il m’observe un moment, je peux voir ses yeux violets bouger dans tous les sens pour me regarder dans les moindres détails… je craque quand même beaucoup pour lui, il a un de ces physiques de rêves… à en faire bander un aveugle. Après une observation et une étreinte toujours plus forte il continue en disant :

V : Désolé de t'avoir pris la tête avec cette histoire t'as bien fait de porter secoure à Zach, mais j'aimerais que t'essayes de contrôler un peu ta rage de temps en temps Allan, c'est pour ton bien... c'est dangereux pour toi...avec ce que t'as.

Al : Ah non !!! ne sort pas l'argument de "t'es malades faudrait que tu fasses gaffes" !!!

Je lâche son étreinte, commençant de nouveau à m’énerver et m’emporter puis je continue en haussant le ton :

Al : J'en chie bien assez tous les jours de cette foutu maladie, alors ne remets pas ça sur le tapis, je fais ce qui me plait. Je ne sais pas combien de temps il me reste à vivre alors je veux vivre sans aucun regret de plus et ne veux plus perdre personne d'autre dans ma putain de vie.

Victor me regarde son expression change également, passant d’un mélange entre de la colère et de la tristesse.

V : Et t'as pensé un peu à moi... Je trouve ça bien que tu veuilles protéger les autres... mais ne risque pas ta vie pour ça... je m'en voudrais toute ma vie si jamais il devait t'arriver quelque chose...

Al : Tu sais, quand t'apprend que t'as une maladie qui peut te tuer du jour au lendemain t'apprends à vivre avec et tu vois la vie différemment, la mort ne te fais plus vraiment peur. Si mon heure est arrivée bah tant pis, mais au moins j'aurais protégé les gens que j'aime et pour moi c'est tout ce qui compte de ne pas refaire les mêmes erreurs.

V : Tu penses qu'à toi putain tu vois pas que en face de toi les gens peuvent souffrir ...T'es qu'un putain d'égoïste.

Al : Un égoïste ?? alors que mon seul but est de protéger les gens c'est un peu con ce que tu dis là...non ?

V : Non mais t'imagines pas chaque jour je me lève en me disant que ce sera peut-être le dernier que je passerais avec toi... c'est horrible.... Et toi tu risques ta vie en fonçant tête baisser au milieu de 5 types qui sont loin d'être les plus frêles du lycée...alors s'il te plait essaye de contrôler cette rage qui t'habite et de faire plus gaffes... Je t'aime p'tit con... Tu le sais ça que je t'aime putain, les larmes descendent peu à peu de ses joues et sa voix déraille, Je ne veux pas que tu risques ta vie pour nous... Je veux me réveiller chaque matin et voir ton sourire qui me fait tant d'effets... Je ...

Victor s'écroule dans mes bras ne trouvant plus les mots pour décrire ce qu'il ressent pour moi. N'étant pas un grand sentimental et n'arrivant jamais à dire ces trois mots qui signifient tant. Je me contente de le serrer dans mes bras de passer ma main dans ses cheveux ondulés, de relever sa tête et lui faire un grand sourire. Il me regarde, sèche ses larmes et m'embrasse tendrement, la douleur sur mes lèvres est insoutenable, je sens en plus de ça le sang se mélanger à nos salives mais je ne sais pas pourquoi, j'ai besoin de ce baiser, aujourd'hui, de me sentir rassuré... aimé.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Vous aimez lire Xenos Walker ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0