Chapitre 39: Espoir...

8 minutes de lecture

Pour ce chapitre je vous propose de plonger dans l'ambiance de cette suite en écoutant Rainy Song de Tomoya Naka.

==PDV Victor==

Les jours passent, mais j'attends, les semaines passent mais j'attends. Depuis maintenant près d'un mois, je n'ai pas quitté cette pièce, depuis maintenant près d'un mois je ne l'ai pas quitté, je veille sur lui ... dans l'espoir... dans l'espoir de pouvoir un jour revoir son magnifique regard, d'un nouveau sentir la chaleur de son corps... les médecins on dit qu'il restait encore un espoir... alors je m'y accroche. Aussi infime soit-il je m'accroche à cet espoir, pourquoi ? Parce que je l'aime, oui je l'aime éperdument. Aujourd'hui encore je me lève encore après une très courte nuit n'arrivant pas à dormir, sachant que celui que j'aime est inconscient tout près de moi...guettant toujours le moment où enfin il se réveillera de ce long sommeil. Je sors du lit que l’hôpital appartenant à mon père a bien voulu me laisser, afin que je puisse rester à ses côtés, ne pouvant me résoudre à faire autrement, ne voulant pas l’abandonner. De plus comme l'a dit le médecin :" Je suis sûr que ta présence peut l'aider à sortir du coma dans lequel il est plongé, alors jeune homme je te le demande veille sur lui, pour son bien." Aujourd'hui encore je m'approche de son lit je prends sa main et j'attends. Après le passage des infirmiers qui sont venu vérifier que tout allait bien, je reprends sa main au creux de la mienne et je m'endors épuisé par toutes ces nuits à veillés, à ne presque rien mangé et m'inquiéter. Je m'endors sentant ses petits doigts en dessous des miens, en sentant la froideur de sa main.

Je ne sais combien de temps j'ai dormi lorsque j'entends quelqu'un, répétant mon nom calmement, je réouvre les yeux, m'interroge de ce qui se passe :

V : Hein quoi ? Ça y’est Allan tu es réveillé ????

Regardant autour de moi je me rend compte que l'homme que j'aime est toujours là allongé sur son lit... mon dieu qu'il est beau lorsque son visage est apaisé comme ça. J'entends alors la voix de Zach dire :

Z : Désolé Victor, ce n'est que moi... encore une fois...

J’observe alors mon ami, voyant que lui aussi est triste de ne toujours pas voir Allan réveillé à nos côtés, toujours le voir dans ce coma depuis un mois déjà.

V : T'en fait pas Zach, merci de venir me voir, tous les soirs depuis un mois...

Z : Putain mais pourquoi... pourquoi ils lui ont fait ça...et ils osent dire que c'est leur petit frère. Putain... et en plus la justice qui n'avance pas... merde.

V : Ne t'en fait pas Zach, un jour on reverra son sourire j'en suis sûr...oui au fond de moi j'en suis sûr...

Z : Vic, ça va faire un mois et il n'a toujours pas montrer signe de vie, à part les battements ralentis de son cœur qui sont je pense uniquement dû à toutes ses machines reliées à son corps...il faut peut-être se rendre à l'évidence Victor... Allan ne reviendra plus...

V: Nooooooon dit-je en éclatant en sanglot, arrête de dire de la merde Zach, je suis sûr qu'on le reverra sourire, que je pourrais à nouveau voir son regard qui m'a charmé... je suis sûr que l’on pourra de nouveau passé du temps tous ensemble... Allan je t'aime montre lui qu'il a tort et que tu n'as pas encore renoncé à la vie...

Z: Oui... j'espère vraiment de tout cœur que tu as raison Victor... j'essaie simplement de t'évoquer les faits... et il faut que tu sortes un peu, ça fait un mois...un mois que tu es enfermé ici à veillé sur lui. Tu ne dors presque pas, mange presque pas, on voit bien que tu as énormément maigris Victor...donc s'il te plait quitte cette chambre ... tu nous manques à tous au lycée, donc reviens... je ne te dis pas d'abandonner l'espoir de revoir un jour Allan avec toute l'énergie et la vitalité qui le caractérise si bien, mais juste de revenir...

V : Non... et s’il se réveillait quand je ne suis pas là... hein ... je veux être là... je veux être le premier visage qu'il voit à son réveil… je veux être à ses côtés.

Z : Soit, je vois bien que tu ne changeras pas d'avis. Bon je t'ai apporté les cours d'aujourd'hui viens je vais essayer de t'expliquer.

Zach passe alors plusieurs heures à m'expliquer ce que j'ai rater comme tous les soirs, depuis ce jour où on apprit qu'Allan était à l’hôpital, depuis ce jour où je n'ai pas quitté cette petite chambre blanche, pour être à ses côtés. Il finît par s’en allez, je pense avoir plus ou moins compris tout ce que je dois comprendre pour les cours. Mais je n’ai sérieusement pas l’esprit à ça, en ce moment et Zach non plus. Je me demande comment il fait au lycée pour réussir à suivre comme ça. Enfin bref, comme tous les soirs maintenant l’infirmière passe pour voir si l’état d’Allan avance, ce qui n’est malheureusement toujours pas le cas et me donne de quoi manger, mais comme tous les soirs j’arrive à peine à avaler ce qui m’est servi. Comme tous les soirs je m’endors avec sa main froide entre mes doigts.

Le lendemain, tout se répète encore une fois, depuis maintenant un mois, à une différence près aujourd’hui Zach ne vient pas seul mais accompagner d’Aya. Je me demande bien pourquoi, elle ne vient que très rarement, elle est sûrement là pour voir l’avancé d’Allan. Mais malheureusement encore aujourd’hui il n’y en a aucune. Comme d’habitude Zach m’explique les cours de la journée, et il le fait plutôt bien voir mieux que les profs quelques fois, pendant qu’Aya est en train de fixer Allan en pleure, je la comprend tellement… Après m’avoir donné les cours Zach se lève de la table, mes ses mains dans les poches et me fixe avec gravité et tristesse, avant de dire :

Z : Victor, il faut qu’on te dise un truc…

V : Comment ça, tu me fais peur là.

Z : C’est concernant Allan…euh… je sais pas comment te dire ça.

V : Quoi, il se passe quoi avec Allan … il a quoi, il va s’en sortir !!!! je t’ai dit ça ne sert à rien que tu essayes de me dire que je suis stupide de garder espoir, j’ai beau être le seul… je garde espoir et je ne veux pas qu’il lui arrive quoique ce soit.

Z : Non c’est pas ça, je suis désolé j’arrive pas à te le dire…

Zach, se met alors sa tête dans ses mains, et je l’entends sangloter. Après quelques minutes où il pleure, et que je m’inquiète vraiment de la situation et de ce qu’il veut dire, je crains vraiment le pire. Il se retourne vers Aya plongeant ses yeux émeraudes dans les siens, et lui demande de le dire à sa place. Je m’inquiète vraiment beaucoup lorsque je vois les yeux vert de Zach qui ne brillent plus autant que d’habitude mais aussi le regard rouge à cause des larmes d’Aya, qui prend un air grave :

Ay : Victor !! ce qu’essayes de te dire Zach, c’est que le médecin d’Allan à prévu de le débrancher dans les jours à venir.

V : Quoi !!!!!!!!!!!!!!! C’est pas possible putain… Mais ça signerais son arrêt de mort pourquoi il veut faire ça …

Z : Tu peux comprendre Victor ça va bientôt faire deux mois… il n’y a presque plus de chance qu’Allan se réveille à nouveaux et même si c’est le cas qui sait s’il sera comme avant… il y a vraiment peu de chance.

V : Allan est un battant, tu le sais mieux que moi, il va s’en sortir j’en suis sûr et même s’il n’est plus tout à fait comme avant, il se battra pour le redevenir.

Je me penche vers Allan, l’embrasse légèrement lui reprend sa main qui est toujours aussi froide et lui dit :

V : N’est-ce pas Allan ? Prouve leurs qu’ils ont tord… prouve leur que tu te bats et que tu te battras encore jusqu’au bout.

Puis regardant de nouveau Zach et Aya, je leur demande :

V : Et ils ont prévu de le débrancher quand ? Il lui reste encore combien de jour pour vous prouver qu’il va vivre !

Ay : Victor, tu sais bien que c’est aussi difficile pour nous, on adore tous Allan… Mais on ne peut pas faire autrement. Ils ont prévu de le débrancher dans trois jours.

V : Dans trois jours ! D’accord je ferais tous ce qui est en mon pouvoir pour encourager Allan et je vous promets que dans trois jours Allan sera de nouveau parmi nous et que tout redeviendra comme avant.

Ay : J’espère de tout cœur que tu as raison Victor, mais ne te rends pas malade et rend toi à l’évidence que tu ne peux rien faire… et qu’il est fort possible que dans trois jour il n’y aucun avancement.

Z : Oui Victor, elle a raison tout le monde s’inquiète pour toi au lycée…ton frère aussi. Il s’inquiète énormément tu n’imagines même pas à quel point…Alors revient et laisse faire les médecins ils savent sûrement mieux que nous ce qu’il convient de faire ou non.

Je sentis une légère gêne dans la voix de Zach quand il a parlé de mon frère, je me demande bien pourquoi mais mon esprit est vraiment ailleurs. Et je vois bien que je suis le seul à toujours gardé espoir sur le retour d’Allan parmi nous, même le médecin en charge d’Allan commence à perdre espoir. C’est horrible je m’assoie à ses côtés lui prend la main et la caresse doucement elle est vraiment très douce. J’ai beaux n’être sorti avec lui que vraiment trois jours, il a un petit quelque chose qui fait que je ne peux pas me résoudre à l’abandonner. Zach et Aya continue de m’observer, puis Zach commence à dire :

Z : Victor… sérieusement, on aimerais tous que tu es raison mais … tu sais bien que rien ne nous le prouve.

V : Dégagez !!!!!!!!!!!!!

Je lance ce simple mot d’une telle violence qui me surprend même. Mais je suis vraiment à bout j’en ai marre de les entendre essayer de me dire que j’ai tort de faire ça, tord de garder espoir. Après qu’ils soient parti en me disant aurevoir et me souhaitant du courage à moi et à Allan, je m’allonge à ses côtés je le prends dans mes bras en veillant à ne pas débrancher les différents appareils branchés à lui. L’infirmière passe, je change donc de position m’assaillant sur la chaise disposé juste à côté de son lit et lui demande :

V : C’est vrai que le médecin… veut le débrancher.

Inf : Oui Victor… mais rien n’est sûr encore. Allan peut se réveiller à tout moment.

V : D’accord…et bah moi j’y crois, je suis sûr qu’Allan se réveillera.

Inf : Oui on l’espère tous Victor… courage à toi et voici ton plateau repas essaye de manger ce que tu peux quand même, il faut que tu prennes des forces.

Je lui fais un simple oui de la tête avant qu’elle ne parte et me laisse seul avec mon Allan. Je ne mange qu’une petite partie de mon plateau repas la faim m'ayant quitté depuis longtemps. Comme tous les soirs je me retrouve encore seul à ses côtés. Je m'assois prend sa main, m'endors en sentant sa présence, sa main est toujours froide. Je caresse ses doigts et j'espère, j’espère encore et toujours le voir se réveiller être à mes côtés, quoi qu’en dises les autres, même si les chances sont minces je garde espoir...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Vous aimez lire Xenos Walker ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0