Chapitre 26 : Excuse et questionnement.

7 minutes de lecture

Je me retrouve en face de lui, soutenant son regard noir rempli de haine et de remords, je jette un coup d’œil à ma montre il est 9h45 j’ai alors quelques minutes devant moi ne commençant qu’à 10h. Je m’approche de lui malgré ce regard qui semble me transpercer. Je me retrouve seul devant lui, étant donné qu’il sortait des chiottes. Voyant qu’il ne veut pas engager la conversation avec moi, ce que je comprends tout à fait après tout ce que j’ai fait, je décide de le faire :

Al : Guillaume, je peux te parler 5 minutes s’il te plaît.

G : J’ai le choix ?

Al : Bah euh Oui… dis-je un peu hésitant.

G : Alors non.

Al : Non mais sérieux, je ... je voulais m'excuser d'avoir frappé ton frère.

G : Ouais je me doute bien ton pote est déjà venu me les dire à ta place. Mais allez en vrai, j’attends ta version des faits donc dépêche-toi.

Al : Et bien euh… comment dire ça. J’ai fait ça pour défendre Zach, ton frère était en train de l’embrasser… Tu te rends compte d’embrasser mon Zach, je sais pas mon meilleur ami se fait embrasser par ton frère pour qui je ne vais pas te le cacher j’ai ou j’avais quelque sentiment, mon corps à réagis avant mon cerveau, j’en suis vraiment désolé Guillaume…

G : Ouais, je comprends plus ou moins le truc… Bon maintenant fou moi la paix je n’ai pas spécialement envie de devenir pote avec toi après ce que t’as fait…

Al : Ouais… Sinon il sort quand ? T’as des nouvelles ?

G : Tu t’occupes de lui maintenant ?

Al : Bah ouais… Un peu quand même…

Je baisse les yeux, ayant réellement honte de moi et de ce que j’ai fait, mais hier soir je n’étais pas réellement moi-même, la rage m’a envahi, je n’ai pas réussi à contrôler mes émotions. Tout s’est enchainé plus vite que ce que mon esprit pouvait supporter c’était comme si mon corps avait réagi avant mon cerveau. Et puis je ne pouvais pas laisser mon Zach que j’aime éperdument se laisser se faire embrasser contre son gré, contre son envie et en plus Victor aussi je crois bien que je l’aimais. Guillaume fini par me répondre après quelques instants.

G : Je sais pas quand il sort, je n’ai pas pu allez le voir encore aujourd’hui, mais il s’est réveillé y’a genre 15 minutes. Si ça peut te rassurer, tu ne l’as pas tué.

Al : Merci Guillaume et encore désolé de ce que j’ai fait.

G : C'est bon tu m’as fait tes excuses, je les accepterais quand je saurais que mon frère et réellement tiré d’affaires, mais tu sais que ce n’est pas qu’à moi que tu dois en faire.

Al : Oui ne t'inquiète pas je comptais aller le voir.

G : Bien !

Il s’en va, me laissant tout seul face à la porte des toilettes. Ne m’adressant même pas un au revoir. Il y a encore un immense froid entre nous ce que je comprends pleinement. Je me dirige ensuite vers la salle de Math n’ayant pas réellement d’autre endroit où aller mais l’envie est loin d’être présente. Je rentre dans la salle et m’assoie à côté de Zach comme à mon habitude mais je ne me sens capable de délirer avec lui pendant ce cours, trop occupé à réfléchir à ce que je peux faire avec Victor, déjà comment lui adresser mes excuses après ce que j’ai fait. Mais aussi qu’est-ce que je ressens pour lui ? J’ai un drôle de sentiment qui m’envahit, j’ai à la fois l’impression de l’aimer mais aussi de le détester.

===pdv de Zach====

Les maths se terminent, j'ai bien pris le cours et tenter de faire les exercices, j'avais que ça à foutre de toute façon, Allan avait l'air ailleurs, donc bon je n’allais pas lui proposer un jeu débile à faire. Les heures de cours défilent, Allan semble toujours distant, je sais bien à quoi il pense, il doit sûrement se demander quoi faire avec Victor comment réagir et tout mais je le laisse y réfléchir seul, il en a sûrement besoin. La dernière heure arrive nous avons une heure d’espagnole. Je continue à prendre le cours avec intérêt pour une fois étant donné que je n’ai personne avec qui discuter, Dan étant lui germanophone et Allan toujours aussi muer, c’est alors qu’il me demande :

Al : Zach ça te dis qu’on aille le voir demain aprem ?

Z : De qui Victor ?

Al : Ouais ! Vu qu’on n’a pas cours, je me disais qu’on pourrait peut-être… Enfin tu vois quoi .

Z : Ouais Allan, je vois pas de soucis mais tu sais ce que tu comptes lui dire ?

Al : Je sais pas trop... déjà lui dire, que je suis désolé de l'avoir frappé je pense.

Z : T'en ai vraiment désolé Allan ?

Al : Je sais pas, il le méritait un peu quand même putain.

Z : Ouais, c'est vrai. Mais bon tu y es quand même allé un peu fort.

Al : Oui, je sais...

Z : Tu t'en veux un peu. Non ?

Al : Pas qu'un peu... dit-il en mettant sa tête dans ses mains.

Z : Tu l'aimes encore ou pas ?

Al : Bah justement je ne sais pas trop, c'est bizarre à la fois je l'aime mais à la fois j'ai l'impression de le détester pour ce qu'il a fait, ce qu’il t’a fait.

Z : Ouais je vois, le genre. Aimé une personne que l'on hait, ce n’est pas classique mais je vois le genre.

Al : Ouais, mais tu sais pas comment faire.

Z : Bah...

Prof : Zachary, Allan !! i Escuchame !

Z : Disculpe Senora.

Bon et bien on a été grillé et ne vaut mieux pas trop l’énerver, cette prof est quand même légèrement sévère et on risque de le regretter un peu. Surtout pour le bac à la fin de l’année. J’écris donc sur mon cahier en donnant un léger coup de coude à Allan : « On en reparle après le cours ? » Il me fait alors un signe désignant son approbation. Puis nous continuons de suivre le cours comme on peut et en silence, il m’arrive même de participer ce qui provoque un léger sourire de notre prof, satisfaite de mon investissement. Finalement la sonnerie annonçant la fin de la journée retentie dans le lycée, pour notre plus grand plaisir. Nous n’attendons pas un instant avant de ranger nos affaires et sortir de la salle. On se dirige alors, devant le lycée en attendant la sortie de cours de Sacha qui ne devrait pas tarder, j’en profite pour continuer notre discussion :

Z : Du coup, ce que tu peux faire c'est déjà aller le voir comme t'as prévu et puis tu aviseras un peu selon sa réaction, perso je ne sais pas trop comment il va réagir, je ne sais pas s’il va regretter son acte ou pas. Mais tu devrais peut-être essayer de lui expliquer pourquoi toi, tu as fait ça. Et si tu te sens prêt à lui dire tes sentiments essayes. Mais tu verras bien demain vieux frère.

Al : Ouaip, t’as raison je verrais bien demain.

Je n’ai pas le temps de continuer la discussion, alors que l’on voit arriver mon sublime petit ange qui fait un grand sourire me faisant littéralement craquer. Il se jette dans mes bras dans lesquels je l’accueille volontiers, pour m’embrasser avant de dire :

S : Vous parliez de quoi, tous les deux ?

Z : De Victor, on va le voir demain aprèm.

S : D’accord, dit-il avant de se retourner vers Allan et continuer : Au fait tu l’aimes toujours ou pas ?

Al : Bah justement c'est ça la question.

S : Si tu as un peu de sentiment lance toi, sérieux. Tu risques de le regretter plus tard.

Z : Je suis d'accord avec lui Al, mais d'abord faudra voir comment il réagit demain, pour l'instant tu ne peux rien faire.

Al : Ouais, bon allez je vous laisse les gars, profitaient bien des quelques minutes qu'ils vous restent avant que tu ne sois obligé de laisser Sacha rentrer chez lui. Allez Salut p'tit frère à demain.

S : Ouais, à demain Al !!!

Allan nous quitte et remonte à l'internat. Avant de le rejoindre j'embrasse Sacha et le serre à fond dans mes bras, puis le laisse partir chez lui et remonte à mon tour à l'internat, juste à temps pour ne pas me faire engueuler à cause de mon retard, c'est-à-dire à 18h tapante.

***

Le lendemain après avoir fini les cours étant donné que nous sommes Mercredi, alors qu’on est posé dans ma chambre avec Allan tous les deux sur nos phones, on décide de bouger nos culs de gros flemmards pour rejoindre l’hôpital et ainsi aller voir Victor. Durant tout le trajet je remarque qu’Allan semble vraiment perturbé par cette visite à la fois énervé et inquiet. En arrivant, après avoir demandé à l’accueil où se trouvait la chambre, on y monte et on remarque Guillaume qui en sortait, on le croise sans même qu’il nous calcule un instant. Je frappe à la porte étant donné qu’Allan n’en a pas réellement le courage et qu’il est bien trop dans ses pensées pour réagir, j’attends quelques secondes avant d’entendre la voix de Victor criait :

V : Entrez !!!

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Xenos Walker ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0