Chapitre 15 : Les murs blancs de l'hôpital.

6 minutes de lecture

=====PDV d'Allan, quelques heures avant le chapitre 14=====

J'entendais des voix qui devenait de plus en plus audible, elles prononcé mon prénom : « Allan, Allan, Allan, réveille toi Allan. » Je ne savais pas d'où elle venait, a qui elles appartenaient. Je devais quand même être un minimum conscient pour entendre ces voix, pourtant mon corps refuser encore de réagir et de bouger. Je sentais mon cœur battre au ralentit, j'entendais encore ces voix, en essayant de me concentrer sur celles-ci je parviens à en distinguer, une celle de ma mère. En me concentrant sur ces voix, je parviens à réagir un minimum et à ouvrir les yeux. Je regardai donc de chaque côté, je vis que j'étais dans un hôpital avec des grands mur blanc, une fenêtre qui donnait vu sur des arbres, je devais donc être assez haut dans le bâtiment. Je sentis quelque chose plantais dans mes bras, je regardais donc ce que c'était et je vis de nombreux tuyau de perfusion, branché à des machines en tout genre. Je vis également ma mère en pleure près de moi, je parviens à lui faire un sourire pour la rassurer. Et enfin je vis le médecin le Dr. Sky dans sa blouse blanche qui attendais mon réveil :

Doc : Bonjour Allan, comment te sent tu ?

Al : Extrêmement fatigué, et je ne parviens pas à bouger mon corps hormis ma tête et mes yeux.

Doc : D'accord, je vois, tout en se tournant vers ma mère il rajoute, Excusez-moi, mais je vous demanderai de sortir de la chambre pour l'instant. Je vous recontacte dans quelques minutes. Alors Allan, est ce que tu te rappelles de quoique ce soit ?

Je me rappelais tout mais je ne voulais pas en parler, je ne voulais pas dire que mon meilleur ami avait enfin réussi à sortir avec un mec, je ne voulais pas dire ce que je ressentais pour mon meilleur ami sans réellement le savoir ou plutôt l'admettre. Je ne voulais pas dire que j'étais complètement tétanisé de voir mon Zachary dans les bras d'un autre, alors que c'est moi qui l'ai poussé à le faire. Je ne voulais pas lui dire, que je suis tombé par terre à cause de tout ça, à cause de toute ces émotions, ces réflexions qui sont arrivés subitement dans mon esprit. En plus d'une grande fatigue, je pense que mon corps n'a tout simplement pas supporter et à décider de s'arrêter. D’admettre que cette foutu maladie à ressurgit encore une fois. Ne voulant pas dire tout ça, j’ai inventé un truc plus ou moins plausible :

Al : Euh... Je ne sais pas trop je me souviens que je devais rejoindre des amis et en arrivant là-bas j'ai eu comme un blocage et je me souviens être tombé dans les paumes. Et après m'être réveillé ici.

Doc : Oui en effet selon ton ami qui a appelé les pompiers, il t’a effectivement vu arriver vers l'endroit où il se trouvait, et il t’a ensuite vu tomber sans aucune raison. Sais-tu pourquoi tu as fait un malaise Allan ?

Al : Euh ... Non surement une grosse fatigue, du au lycée, et en plus j'ai fait pas mal de sport dans la journée, et aussi… cette…

N’arrivant pas à admettre cette foutu maladie qui me ronge chaque jour depuis mon enfance, je ne le dis tout simplement pas et mentais à moitié. Enfin je ne disais pas toute la vérité. Je devais déjà être extrêmement fatigué et en plus la descente aux abimes de mon esprit lorsque j'ai enfin tout compris ce qu'il se passait.

Doc : D'accord je vois !! Bon, je pense que le mieux à faire c'est de te reposer un peu. Mais pour l'instant nous allons te garder encore quelques jours pour voir si tout se passe bien. Et attendre que tu puisses de nouveau contrôler ton corps, chose qui devrait arriver d'ici peu de temps. Et il serait bien que tu admettes un jour que tu as cette maladie Allan, je sais que c’est dur mais en niant le problème tu ne fais que l’empirer.

Le docteur se dirigea vers la porte pour faire rentrer ma mère, lui expliqua ce que je lui avais dit et que je devais rester encore quelques jours en observations tout en l’a rassurant en lui disant que tout aller bien se passer. Et que je devrais m'en remettre rapidement avec un peu de repos. Ma mère est donc venue me voir et on a discuté un peu de ce qui s'était passé, mais comme pour le médecin je n'ai dévoilé qu'une partie de tout ce qui s'était réellement passé. Après qu’elle ait quitté la chambre, Sacha arriva à son tour.

S : Salut Al, comment ça va ?

Al : Ça va à peu près !!! Je suis encore un peu fatigué mais ça va.

S : Cool ! A au fait Zach n'a pas pu passer, l'internat n'a pas voulu qu'il sorte, mais il m'a dit qu'il viendrait te voir Vendredi soir.

Al : Ok, Sachou !!

S : Mais qu'est-ce qu’il t'est arrivé, pourquoi t'as fait un malaise ?

Al : Bah comment dire c'est assez compliqué, en vous voyant tous les deux j'ai compris de nombreuses choses. Et en plus je devais être fatigué à cause du sport qu'on a fait toute l'aprem, plus la marche et j'ai couru pour venir vous voir quand j'ai reçu ton message. Et je pense que tous ces éléments ont fait que mon corps n'a pas supporter et que je suis tombé d'épuisement.

N'arrivant pas à admettre ma … cette… chose qui me ronge, je ne pouvais tout simplement pas lui en parlant, je lui répéta donc le même baratin qu’au médecin, en y rajoutant la partie qui le concerne lui et Zach.

S : D’acc je vois… mais t'as compris quoi comme chose en nous voyant.

Al : Euh... Tout d'abord que vous étiez trop mignons tous les deux, je suis fier de vous les gars. Et extrêmement heureux. Mais après, j'ai aussi compris que moi aussi j'étais bi...

S : Sérieux, mais c'est trop cool !!!

Al : Ouais pas tant que ça, ....

S : Bah pourquoi ?

Al : Bah si tu veux ... ne le dis surtout pas à Zach s'il te plait mais je crois que j'ai toujours été secrètement et inconsciemment amoureux de lui. Mais ne t'inquiète pas tout ce que je veux c'est votre bonheur à tous les deux, et je ne m'interférerais jamais dans votre couple, à part pour vous aider. Je t'en fais la promesse. J'aurais surement du mal au début en vous voyant mais ne t'inquiète pas, ça passera très vite.

S : Là je suis sur le cul !! Mais je comprends, après tout c'est vrai que ce mec est génial, il est trop beau, super gentil, attentionné, c'est vraiment le mec idéal. Donc je comprends que tu sois tombé amoureux de lui. Mais il est à moi !! dit-il en me tirant la langue Mais j'espère que tu vas réussir à surmonter ça et trouvais quelqu'un d'autre, parce que moi depuis quelques heures je vis un bonheur sans nom et je vais vraiment que tu connaisses ça aussi.

Al : Merci Sacha, t'es génial de comprendre ce qui m'arrive.

Merci de faire cet effort, me dis-je intérieurement, merci d’accepter le fait que je partage le même amour pour Zach que toi. Trouver un autre qui pourrait remplacer la peine de mon cœur, cette peine que mon cœur éprouve depuis trois ans, que j’avais réussi à combler avec mon amour pour Zach… mais son bonheur est bien plus important que le mien, après tout je peux mourir demain alors à quoi bon. Si lui peut être heureux avec Sacha c’est tout ce que je souhaite… du moins je crois… alors que j’étais en pleine réflexion des plus morose, le p’tit Sacha me sorti de celle-ci avec sa petite voix enfantine.

S : Bah c'est normal, on est ami.

Al : Oui, tu as raison. Bon, ce n’est pas que je suis contre le fait que tu restes, mais je vais essayer de me reposer encore un peu. Et ça serait cool que tu puisses passez avec Zach vendredi, et encore félicitation à vous deux.

S : D'acc je vais essayer, repose toi bien Allan !

Je m'endormis très rapidement, après le départ de Sacha et je parti vers le pays merveilleux des songes, dans lequel j’ai pu retrouver les bras de mon Zach que j’ai perdu à jamais pour qu’il puisse vivre heureux dans le monde réel.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Vous aimez lire Xenos Walker ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0