Le Monde des Âmes

de Image de profil de UlysseStoriesUlysseStories

Apprécié par 2 lecteurs
Image de couverture de Le Monde des Âmes

                La routine du quotidien, le travail journalier, les habitudes persistantes. Tant de choses qui rendaient la vie de James fade et ennuyante. Aucune réelle distraction n'a eu lieu dans sa vie, mise à part les joggings et aérations hebdomadaires. James vit seul, parfois, il rend visite à ses parents, parfois des amis lui rendaient visite, mais sa routine restait rébarbative.
                Six-heures-trente, l'heure à laquelle James se lève chaque matin pour aller à son travail. Il se réveille, s'habille, mange, se lave les dents et part directement, la main droite toute bringuebalant.
                Aujourd’hui il devait remettre une valise de la plus haute importance à son patron. Il n'a même pas eu le droit d'y jeter un coup d'œil, et s'il se le permettait les capteurs neurologiques le repérerait automatiquement.
                C'est avec monotonie qu'il conduisit sa voiture noire fraîchement achetée au vendeur du coin.
                Il roulait sous la pluie ardente de Paris, sa ville natale. Le ciel voilé et nuageux ne reflétait qu'une seule et même image de cette ville, une ville polluée et triste. Le stress du quotidien, la nervosité du travail, James était très régulièrement à bout de nerfs. Son caractère chaud n'y était pas pour rien, mais les régulières remarques de son patron y étaient pour beaucoup.
                La brume épaisse réduisait la visibilité des automobilistes, créant plusieurs accidents meurtriers en une seule journée. James arrivait à son travail, le visage pâle, la tête baissée.
                Durant plusieurs heures, celui-ci travaillait, longuement et durement, sous les pressions de son patron. James liait tout de même plusieurs amitiés sincères avec certains de ses collègues, qui le réconfortent en cas de besoin.
                Il est douze-heures, la fatigue se faisait déjà ressentir. James pris un remontant dans l’infirmerie, discuta durant quelques minutes, puis, la pause finie, repartit au travail.
                Pourquoi ? Pourquoi se tuait-t-il à la tâche, se dit-il. Pourquoi faire tant d'efforts ? Pour avoir une grande maison, de quoi vivre confortablement, mais être terriblement seul et sans réel temps libre.
                Un jour, tout ce qu'aura enduré James retombera, et ce jour-là se sera le cataclysme professionnel.
                Son patron était enfin arrivé au travail, à 14 heures, durant tout ce temps, un employé haut-gradé dirigeait James et ses collègues, jusqu'à l'arrivée soudaine du patron.
                James lui remit la mallette, sans regarder ce qu'il y avait dedans, son patron le prit d'office, lui arrachant presque la main et lui dit : « J'espère que tu n'as rien touché, sinon je le saurais, c'est de la plus haute importance. » Comment une mallette comme celle-ci pouvait être aussi importante, surtout pour une entreprise de robotique ?
                James se questionnait puis se remit au travail. Il faisait partie de la section B-C, section programmation des logiciels de robotique et d'intelligence artificielle. L'entreprise allait construire LE robot le plus important de l'histoire, le patron avait assuré qu'il serait disponible pour dans un mois. Selon lui, il serait capable d'éprouver des sentiments, d'avoir une conscience, de se gérer lui-même. Cela allait être une grande avancée robotique, mais surtout une grande avancée dans la carrière de James qui avait lourdement contribué au projet.
                Il avait enfin fini de travailler, la journée s'acheva, en pleine nuit pour lui, qui avait peaufiné les détails du robot.
                En se reposant, il pensait à ce que pouvait contenir la mallette, l'intrigante mallette secrète que lui avait confiée son patron. Était-ce la dernière pièce du robot, ou bien un objet tout autre ? Il fermait rapidement les yeux, qui ne pouvaient pas résister à la fatigue intensive que subissait James.
                Une nouvelle journée de travail s'annonça, mais aujourd'hui, il n'allait pas travailler intensément, il voulait en apprendre davantage sur cette mallette qui l'intriguait tant. Il allait donc se renseigner auprès de ses collègues s'ils savaient quelque chose, quoi que ce soit à propos de celle-ci, mais tous répondirent une chose : « Moi, je n'en sais rien, faut demander au patron. » En rigolant.
                Une réponse qui agaçait James, bouillant de l'intérieur, curieux à souhait. Puis il demanda à Amy si elle savait quelque chose, elle lui répondit :
                — Je l'ai entendu parler, je me suis cachée, mais apparemment, ce n'est pas très bon pour lui, expliqua-t-elle, à voix basse. 
                — Comment ça ? Demandait James.
                — Il a crié un truc du genre « Je suis fichu, ça ne marche pas, ça marchera jamais, j'irai jamais les voir ! » 
                — Étrange... Merci, Amy, rétorqua-t-il, perplexe.
                Il y avait donc quelque chose qui se tramait à propos du contenu de la mallette, quelque chose d'apparemment énigmatique.
                Il fallait qu'il en sache davantage, mais il ne savait pas comment procéder.
La mallette posée, le contenu encore à l’intérieur, elle se trouvait au bureau du patron, qui avait fermé la porte à double tour, afin d'éviter tout intrus dans son atelier de travail.
                Les caméras de surveillance tournaient à plein régime, il contemplait son bureau d'en haut, James ne pouvait pas prendre la mallette et partir, il serait tout de suite renvoyé, c'était sûr.
                Il fallait qu'il pirate les caméras de surveillance. Friand d'aventure, il commença directement à son bureau, où les caméras grouillaient également, il se devait d'être silencieux et rapide.

FantastiqueScience-fictionmondesfvoyagemagique
Tous droits réservés
2 chapitres de 4 minutes en moyenne
Commencer la lecture

Commentaires & Discussions

II : La fuiteChapitre2 messages | 3 ans
I : La valse du quotidienChapitre0 message

Des milliers d'œuvres vous attendent.

Sur Scribay, dénichez des pépites littéraires et aidez leurs auteurs à les améliorer grâce à vos commentaires.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0