Ch 6. Nany

3 minutes de lecture

« Bonjour, Madame, que puis-je pour vous ? » demanda Naola, glaciale.

La Vieille Naine n’eut pas l’air de s’en formaliser puisqu’elle répondit, d’un ton tout à fait enjoué :

« J’aimerais goûter ton meilleur cocktail, s’il te plaît.

— Tout de suite. Mordret devrait… »

La petite serveuse ne termina pas sa phrase. Son patron se tenait à côté d’elle, dans une attitude qui lui parut un brin agressive, ou au moins protectrice. Naola fronça les sourcils alors que Charm, d’un simple regard échangé avec le tenancier, s’éclipsait sans demander son reste.

« Madame Legibovna… Nos accords, que vous êtes tenue de respecter, exigent de votre part que vous n’outrepassiez pas les limites de nos territoires respectifs », asséna le vampire.

Aussi inexpressif que sonna son habituel ton monocorde, l’hostilité de son propos était à peine voilée. La Vieille Naine perdit son sourire.

« Je viens pour affaire, mon ami. Et à vrai dire, pas pour discuter avec toi. C’est à ta serveuse que je veux causer. J’aurais bien voulu l’aborder en dehors de ta gargote, mais elle n’a pas foutu le nez dehors depuis le début de son séjour. À croire que tu la séquestres ici, répondit-elle, peu impressionnée par la mauvaise humeur du vampire. C’est pas le cas, hein, ma petite ? Il te traite correctement, j’espère ? »

Naola tirait des yeux en billes bien rondes, prise aux dépourvues par la tournure de la conversation. Qu’est-ce que la marraine des Halles pouvait bien lui vouloir, à elle ? Quel culot elle avait de se pointer ici après l’avoir marchandée à Mordret à peine trois mois plus tôt ! À défaut d’une réponse, Naola bafouilla quelques syllabes, interrompues par le grondement du vampire. La Naine leva les deux mains pour l’apaiser.

« Tu as le choix, Mordret, tu peux me laisser discuter tranquillement avec ta barmaid ici ou je peux lui proposer un rendez-vous que tu ne pourras pas épier, hors de chez toi… »

La créature souffla entre ses canines légèrement découvertes, agacée, puis concéda dans un grognement :

« Vous avez cinq minutes, pas une de plus. Après, je vous mets à la porte.

— J’aimerais bien voir ça », s’amusa à répondre la Vieille Naine, mais Mordret avait déjà disparu de derrière le comptoir.

Naola tenait un verre à la main, reste de son geste pour amorcer un cocktail qu’elle avait suspendu, figé par l’échange. La mégère, courte sur patte, désigna le récipient d’un joyeux signe de menton.

« Alors, ce cocktail ?

— Oui, pardon, tout de suite… s’empressa de répondre la serveuse en démarrant enfin sa préparation.

— Dans dix jours, à l’occasion des élections, j’organise une grande fête pour un client. On m’a dit que tes cocktails étaient fameux, je veux que tu tiennes le bar, toute la soirée. »

Droit au but. De toute évidence, la Naine prenait au sérieux le délai imposé par le vampire. Elle enchaîna, sans laisser le temps à Naola de réagir :

« Je te fournirais une tenue, tu devras arriver dès quatorze heures, pour assister au brief du personnel. Tu auras un webster pour t’épauler et tu serviras à boire toute la nuit. Il y aura une soixantaine de personnes, plutôt haut placées.

— Dans dix jours, je serais en cours, à l’école », parvint enfin à placer la jeune fille.

La Vieille Naine l’observa quelques instants avant de découvrir ses dents mal rangées pour lui adresser un sourire entendu.

« Pour huit cents Dens, je pense que tu peux te permettre de faire l’école buissonnière, ma petite.

— Huit cents…

— Très bien ! C’est entendu ! » l’interrompit la femme en frappant dans ses mains.

Elle sauta au sol et se dirigea en trottinant vers la porte du bar.

« Dans dix jours, tu tacheras d’être en mesure de servir au moins un cocktail », conclut-elle en disparaissant dans la rue.

Naola se rendit alors compte que, de perplexité, elle avait à nouveau stoppé la préparation de la boisson commandée par son étrange cliente. Elle vidait une bouteille de jus de fruit maintenant vide dans un verre débordé.

« Huit cents Dens » répéta-t-elle, songeuse, tout en épongeant les dégâts.

Ça représentait plus du double de son salaire mensuel, pour une seule soirée.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Rathvry
Angéline et Sébastien s'aiment depuis maintenant plusieurs années et vivent cette passion par l'intermédiaire de facebook. Néanmoins, Angéline semble avoir des doutes...
Comment Sébastien va-t-il faire face à l'affliction qui semble la saisir ?
1
1
0
3
Denis Boclaci


Une journée de plus dans le froid a survivre du mieux que je peux. J’ai vécus le début des enfers, j’ai eu énormément de chance d’êtres encore en vie. Mais il est vrai que la vie d’avant me manque. Je sais pas a quoi me servira ce journal mais j’ai besoin de soulagés ma conscience.
Je voyage seul depuis longtemps, enfin je devrai plutôt dire depuis le début. Cette ère glacier était arriver si rapidement que personne n’étais prêt a ça. Les infos nous donnèrent très peu de détaille la seul choses qui étais en commun, c’était que même les scientifique ne savait pas comment cela était arriver, c’était il y a presque 10 ans. Aujourd’hui la vie glaciale n’est pas simple tout les jours. Tu dois te demander « Mais comment a-t-il fait pour survivre aussi longtemps ? », c’est simple, la chasse et l’espoir. La chasse pour vivre, l’espoir pour survivre.
J'ai oublier de me présenter, je m'appelle ....... et je veux revoir le monde d'avant.
J'écris ces ligne a la lueur des derniers rayons de soleil, près de mon feu mourant comme l'immeuble effondré dans lequel je suis. La nourriture commence a manquer, je dois repartir chasser. tant de chose a faire, mais je les laisse pour demain.
0
0
0
1
Défi
zangor


Ce film n’en finit plus. Marie n’arrête pas de se tortiller sur son siège et de souffler. D’ailleurs on doit pas être les seuls à s’ennuyer, voilà plusieurs couples qui quittent la salle. Curieux pour un film qui cartonne au box office. Ca m’apprendra à croire les critiques.
Tiens, mon Iphone qui buzze. A cette heure ci ? J’aurais dû le couper. Mais qui peut m’envoyer un SMS à 23 heures.
« papa t où ? »
« Cinema pourquoi ? Tu fêtes anniversaire avec ton frère ?»
« T au courant pour l’attentat au Bataclan ? »
« Non 2 heures que je me fais suer sur ce James Bond. Où est ton frère ? «
« Au Bataclan. »
1
1
0
0

Vous aimez lire cestdoncvrai ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0