2013-2014

5 minutes de lecture

Ne sachant trop quoi faire de mon cœur endolori et de mes nuits sans sommeil, je traine sur un site dédié à la masturbation par webcam. On peut y indiquer sa ville ou son département de résidence. Il y a une vingtaine de types à Rennes, dont peut-être une dizaine de mon âge. Je discute en ligne avec les plus séduisants.

Un premier, Virgile, me propose de le rencontrer. Je n’en ai pas très envie, mais finis par céder, de peur qu’il ne cesse de me parler. Il a un visage magnifique, la peau sombre et les yeux rieurs. Mais, à le rencontrer en vrai, je suis très déçu : il est beaucoup plus petit que je l’imaginais, et il fait une formation professionnelle. Je dois être un peu classiste sur les bords, même si je prétends ne pas l’être. Je ne donne pas suite à notre premier rendez-vous.

Mais, enhardi par l’exercice, je décide de retenter l’expérience avec Bastien, un brun ténébreux étudiant en histoire, de deux ans mon aîné. On prend un café dans un bar du vieux-centre. Le courant passe suffisamment bien pour que j’accepte de le revoir. Ce n’est pas le coup de foudre, mais je retrouve indéniablement une ébauche de ces sentiments agréables que j’avais éprouvé pour Camille, au début de notre relation à sens unique.

On se donne rendez-vous chez lui, pour manger une pizza et regarder un film. Le Cercle des poètes disparus. Je m’affaisse sur lui, fais semblant de m’assoupir. Il me caresse les cheveux. La joue. Le torse. Sa main se glisse dans mon pantalon en même temps que ses lèvres effleurent les miennes. Je ne suis pas sûr de l’avoir embrassé avant qu’il commence à me branler, mais soit, je me laisse faire. Je le laisse faire. Mais lui n’est pas beaucoup plus expérimenté que moi, et les choses s’enlisent assez rapidement. Je tente alors de prendre l’initiative, et m’accroupis entre ses cuisses ouvertes pour m’essayer à ma première fellation. Un échec retentissant ! Sa queue est trop épaisse. Elle m’étouffe. M’écœure. Je cours vomir dans la salle de bain, et quitte son appartement dans la précipitation, rouge de honte.

Bastien se montre plutôt attentionné après cet épisode malheureux, qui restera à jamais gravé dans ma mémoire. Ma première fois ! On discute par SMS. J’en apprends de plus en plus sur lui. C’est un gentil garçon. J’accepte de passer une nouvelle soirée chez lui. J’ai entraîné mon réflexe nauséeux pour ne pas commettre la même erreur. J’arrive donc préparé chez Bastien, et parviens à le sucer jusqu’à l’orgasme sans difficulté majeure. Fier de moi, je m’endors dans ses bras après qu’il m’ait retourné la faveur. Quelques jours plus tard, il m’a appelé son « copain » pour la première fois.

Nous avons rompu le mois suivant, en s’étant vus une ou deux fois entre-temps, tout au plus. Je n’éprouvais pas particulièrement de sentiments à son égard. On a quand même pleuré en se disant adieu.

Je suis à Copenhague, en stage à l’ambassade de France. J’ai rejoint un groupe d’étudiants Erasmus sur Facebook pour me faire quelque amis, et passer le temps. Un d’entre eux, Yaël, que je suppose être breton, a un arc-en-ciel en badge sur sa photo de profil. Je réagis à un message où il propose une soirée spontanée sur les quais. D’autres répondent, une dizaine, peut-être. Au final, il n’y a que nous deux à être présent au rendez-vous sur le port. Il est mi-breton, mi-marocain. Un regard magnifique et un sourire plein de charme. La soirée se passe à merveille. Il me plait, et je crois que c’est réciproque. Avant que l’on se quitte, il me dit être « en break » avec son copain resté en France, le temps de l’Erasmus. Sur le moment, je ne sais pas quoi en penser. Je crois être un peu déçu. Tant pis, je passe à autre chose.

Nouvelle soirée sur le port de Copenhague. Cette fois, ils sont nombreux à avoir répondu à l’appel, et je rencontre un tas d’européens avec qui je m’entends plutôt bien. Katarina, une allemande, et un petit groupe de polonais et d’espagnols auquel je ne prête qu’une attention distraite.

L’anniversaire de Katarina tombe la veille de mon départ de Copenhague. Le petit groupe décide d’organiser une fête surprise en son honneur, et de lui trouver un cadeau. En tant que « nouveau meilleur ami », je prends la tête des opérations. Je suis accompagné par Alejandro, un membre de ce fameux petit groupe, dont la nationalité ne fait aucun doute. On discute en parcourant les galeries marchandes de la ville, dont les prix scandinaves nous rebutent quelque peu. Le courant passe étrangement bien. Trop bien, même. Je suis perplexe. Nous avons un tas de points communs. Les mots qu’il utilise, les idées qu’il articule : c’est comme si elles étaient issues de mon propre esprit. Ses réponses à mes questions sont étrangement familières. Il étudie le droit et aime la politique, il a des idées bien arrêtées sur un nombre de sujets aussi variés que l’économie et la musique pop des années 2000, dont la proximité avec les miennes est tout simplement effarante. Que deux êtres nés dans deux pays différents à quelques années d’intervalles puissent avoir un esprit tant similaire me dépasse complètement. Il faut que la pluie se mette à tomber pour que nous daignions nous séparer l’un de l’autre, dans une étreinte pleine de regret.

A la soirée d’anniversaire de Katarina, j’emporte un sac à dos avec quelques affaires, de quoi découcher, au cas où. Je bois beaucoup, comme tout le monde. Je parle finalement peu à Katarina, trop occupé à débattre à bâtons rompus avec Alejandro. Vers minuit, l’allemande se sent mal et décide d’aller dormir. Je me retrouve seul avec Alejandro. Je lui demande si je peux passer la nuit avec lui. Il acquiesce avec un grand sourire. Comme prévu. Comme je l’avais prévu, en tout cas.

On parle. On rit. On fait semblant de ne pas être d’accord, de se disputer, sans vraiment y croire. Pour la forme. La complicité est indéniable. La séduction aussi. Pourtant, ni lui ni moi n’osons faire le premier pas. Et on finit par s’endormir l’un à côté de l’autre, dans un petit lit une place, en réalisant l’exploit de ne pas se toucher.

Le lendemain, je quitte Copenhague avec la cruelle impression d’être passé à côté de l’homme de ma vie.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Solo_x
Résumé : Ce sont les aventures d’un amoureux de la voile qui navigue entre les îles grecques à la recherche de sensations fortes !

Ce récit n’est pas destiné à des enfants : il raconte des aventures érotiques et des descriptions de situations de sexe ! J’ai gommé dans la mesure du possible les termes techniques propres à la navigation à voile, mais ce n’est pas toujours possible.

Bâbord, c’est à gauche et tribord, c’est de l’autre côté ! Bonne lecture !

Récit concocté au cours de mes croisières en mer d’Egée, les membres de l’équipage changent parfois les passagers aussi. Mais l’ambiance érotique reste constante à toutes les virées de bord et aux escales !
793
391
386
786
Lila2
Coucou ☺️

Je m'appelle Hoani, j'ai vingt et un ans est j'aime la vie ,m'amuser, rire ,voir mes amis(es) ,faire l'amour ! ❤️
La vie est trop courte pour ne pas profiter des bons moments qu'elle peux nous offrir …..Alors j'en profite avec mon chéri !...

Un soir nous sommes allés prendre l'apéro chez des amis..... Puis mes mains se posent sur ce corps qui m'était totalement inconnue......je cherchais mon chéri dans la pièce …..Je croise son regard, son sourire voulait dire fais toi plaisir ma belle !.....
1039
1961
2703
523
passionfruits
Un mariage réussit pour certains, des projets futurs pour d'autres (Un bébé en route, achat d'une maison, réussir la formation de sapeur pompier, devenir caporal, emménagements de prévus...), de nouvelles amitiés qui rejoignent cette grande famille, de nouveaux soucis en vue ...

Retrouvez vos personnages préférés dans ce Tome 4 avec leur caractère, leurs qualités et leurs défauts qui les rendent attachants ou agaçants.
283
675
4
475

Vous aimez lire GBP ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0