48- Bas les masques (1/2)

6 minutes de lecture

Je suis à nouveau dans la salle de diagnostic et je ne comprends pas pourquoi. Je ne suis pas blessé. Il me tarde d'avoir des nouvelles d'Alka, d'Ariel et des autres équipes. J'ai vu que Yugo a été salement amoché.

  • Bonjour Noway, m’accueille la voix impersonnelle de l’IA. Veuillez-vous asseoir dans le fauteuil.
  • Pourquoi ? ne puis-je m'empêcher de demander.

L'IA se montre, bien entendu, complètement imperméable à mon ton agacé.

  • C’est la procédure. Veuillez obtempérer, répond-elle de son ton placide.

Lâchant un soupir, je m’exécute. Tandis que je m’allonge, la porte s’ouvre sur Alka. Son teint pâle et les cernes soulignant ses yeux en disent long son état de fatigue mais, elle a un air calme et assuré. Rien ne laisse deviner la jeune femme sensible et passionnée dont je suis amoureux. J’en viens à douter de sa réalité, Quelle drôle de sensation : alors qu’elle approche, la femme que j’aime ne m’a jamais autant manqué.

  • Comment ça va, Noway ? m’interroge-t-elle.
  • Bien, maîtresse. Je me demande d’ailleurs pourquoi je dois subir un diagnostic alors que, de toute évidence, je vais bien.

Pendant que je parlais, le fauteuil a fait son office et je suis désormais couvert de minuscules capteurs.

  • C’est la procédure, Noway, me répond Alka, le regard absorbé par tout un tas de chiffres qui s’affichent sur le mur écran, en face de nous. Tu n’es pas blessé, mais nous vérifions tes paramètres vitaux pour évaluer ton état de fatigue et te donner, si besoin, les compléments nécessaires.

Bah oui, il faut que je sois au top de ma forme pour finalement succomber à je ne sais quel épreuve vicieuse inventée par MAGIE !

  • Je comprends mieux, maîtresse. Pardonnez-moi pour la stupidité de ma question.

Ma tirade provoque un regard appuyé. Elle a, sans doute, reconnu l'ironie, mon dernier rempart pour résister à l'écrasant système de MAGIE. Cette infime réaction me rassure, me réchauffe le coeur même. Une vague d'amour et de tendresse s'échoue en silence à ses pieds. J'espère qu'elle en perçoit d'infimes échos.

  • Il n’y a pas de mal, Noway, me répond-elle, d’une voix atone. Tu as été impressionnant lors de ton Duel et tes constantes sont parfaites. Nous allons quand même procéder à une légère réhydratation et t’administrer quelques vitamines.

Son regard est désormais fixé sur mon pendentif. Je crois y déceler une pointe d’étonnement, une question. Cela me rappelle les propos de Saul. A-t-elle identifié que le corps du papillon est une antique carte-mémoire ?

  • Très joli, ton pendentif, me dit-elle de but en blanc. J’aimerais y jeter un coup d’œil.
  • Mais euh… je… Pourquoi faire ?
  • Juste l’examiner. Je te l’emprunte.

Joignant le geste à la parole, elle saisit la chaînette et la détache de mon cou. Je me sens dépossédé, plus que je ne l’aurais imaginé.

  • Je te le rendrai avant la prochaine épreuve, me déclare-t-elle, peut-être pour me rassurer.

Puis, elle tourne les talons et lance les ordres pour débuter mon traitement. Sans un regard, elle quitte la pièce.

À peine ai-je le temps d’assimiler ce qui vient de se passer que l’IA m’annonce que je vais être plongé dans un sommeil profond pour favoriser l’efficacité du traitement.

Pour un peu d’eau et quelques vitamines, sérieusement ?

***

Le colonel Aédé entre dans la salle de diagnostic, une petite boîte rectangulaire brillant d’un éclat chromé dans les mains. Tandis qu’il s’avance au chevet de Noway inconscient, l’IA le salue :

  • Bonjour, Colonel. Souhaitez-vous un rapport concernant le sujet Noway ?

Le colonel répond par l’affirmative. Aussitôt, le mur écran s’illumine et affiche toutes les données recueillies par l’IA.

Après avoir étudié attentivement celles-ci, le colonel se retourne vers Noway et le contemple d’un air satisfait.

  • C’est parfait. Tu es en pleine forme. Avons-nous une carte actualisée de son génome ? interroge-t-il d’une voix plus forte.
  • Oui, je viens de finir de l’établir. Il a encore changé et se montre toujours très instable.
  • Affichez-le.
  • À vos ordres, mon Colonel.
  • Je ne m’en lasse pas, murmure le Colonel en observant l’écran. La rapidité et la pertinence des mutations est toujours aussi fascinante.

Il pose ensuite la boîte avec précaution. À l’intérieur se trouve une cartouche oblongue transparente remplie d’un liquide ambré. Dans celui-ci, on distingue de multiples frémissements, comme s’il était en ébullition.

  • Mon Colonel, je vous rappelle que la procédure indique l’obligation d’analyse préalable de toute substance injectée aux combattants.

Aédé tend son bras, paume en l’air pour rendre visible la peau de son poignet.

  • J’ai une autorisation spéciale. Veuillez vérifier.

Un rayon lumineux venu du plafond balaie le poignet du Colonel.

  • Autorisation enregistrée. Toutes les données relatives à votre intervention seront effacées de ma mémoire après votre passage.
  • Ce produit est à administrer en intra veineuse.
  • Pouvez-vous m’en préciser la nature afin que j’en calibre l’administration de manière optimale ?
  • C’est un composé de sang synthétique, vecteur de transport de nanocollecteurs, destinés à encoder et préserver des versions suffisamment stables du génome du sujet.
  • Reçu.

Après quelques minutes, l’IA enjoint le Colonel de placer la capsule dans le compartiment qui vient de s’ouvrir.

  • Quelle est la procédure de récupération des nanocollecteurs ?
  • Ce ne sera pas à vous de vous en charger. J’ai terminé pour le moment. Je reviens dans trente minutes pour le prélèvement, conclut le Colonel, en tournant les talons.
  • Bien reçu, déclare l’IA tandis qu’Aédé passe la porte.

Alors qu’il approche de son bureau, son bracelet lui signale un message urgent. L’IA l’informe d’un problème qui requiert son retour immédiatement. Affolé, il opère aussitôt un demi-tour et se met à courir.

À son arrivée, il constate avec soulagement que son cobaye est toujours assoupi dans le fauteuil.

  • Quel est le problème ?
  • Il semble que son organisme ait repéré les nanocollecteurs et présente une réaction de défense.
  • Précisez !
  • J’ai perdu la trace de certains. Peu, pour le moment.
  • Il les détruit ? demande le Colonel partagé entre l’effarement et l’excitation.
  • C’est une possibilité. Non vérifiée pour le moment.
  • Que pourrait-il faire d’autre ?
  • Les neutraliser ou les transformer. Il faut les extraire, maintenant !
  • Ne peut-on pas attendre un peu et essayer de comprendre ce qui arrive aux nanocollecteurs ? interroge le Colonel qui, malgré les risques, ne peut se résoudre à laisser passer une découverte pareille.
  • Si vous voulez ces échantillons rapidement, la réponse est non. Sa réaction physiologique rend les effets de l’anesthésie très aléatoires.

Les répliques du génome de Noway restent la clef principale du plan d’Aédé, il ne peut se permettre de les perdre. Renonçant à satisfaire sa curiosité, il se précipite auprès du jeune homme et sort la petite boîte argentée de sa poche. Il saisit une sphère transparente et l’applique sur le pli du coude de Noway. Aussitôt, elle s’aplatit et se met à pulser d’une petite lueur jaune. Après quelques secondes, elle s’est appariée à une veine et se remplit doucement d’un liquide rouge orangé. Tandis que l’opération s’effectue, Aédé garde un œil soucieux sur le combattant. Ses paupières sont agitées de vagues, il a de légères contractions musculaires.

  • Il semble se réveiller, informe-t-il l’IA, d’un ton sec.
  • Il est toujours endormi même si l’état d’inconscience est plus léger.

Aédé prend acte de la réplique du cyborganisme. La sphère a cessé de pulser. Cela signifie que la collecte est achevée. Le colonel se saisit délicatement de la capsule et la lève vers le plafond.

  • Lumière, s’il vous plait.

Instantanément, un faisceau lumineux se braque sur le précieux flacon. Aédé l’observe attentivement à la recherche des légers frémissements marquant la présence des nanocollecteurs. Il ne prête pas attention aux deux yeux qui s’ouvrent avec difficulté.

Quand le regard du colonel se pose à nouveau sur son cobaye, ses paupières sont closes, il semble dormir paisiblement. Aédé ne peut empêcher un sourire triomphant d’éclore sur son visage.

  • Nous touchons au but, Noway, souffle-t-il presque tendrement au corps inconscient. Bientôt, grâce à ton ADN exceptionnel, nous pourrons faire face à ces monstres… J’espère, de tout mon cœur, que tu seras à nos côtés. Je te promets de tout faire pour… même si tu me détesteras sûrement pour ça. Repose-toi bien, fils ! Le plus dur reste à venir.

Soudain, Aédé se redresse, l’air hagard. Cet homme endormi n’est pas son fils. Son fils est mort ! Serrant les mâchoires, il inspire profondément pour se ressaisir.

  • J’ai terminé. Effacez les données et réveillez-le ! ordonne-t-il d’une voix autoritaire avant de s’en aller.
  • À vos ordres, mon Colonel.

Quelques instants plus tard, Noway ouvre les yeux avec un tourbillon de questions lancinantes en tête.

Edan ? Un colonel ? Il a pris mon ADN ? Pour combattre des monstres ?! C’est quoi ce putain de bordel !












Annotations

Recommandations

Borghan
Né à Del'Ashaan, capitale de l'Empire Sous Le Ciel Ashaanide, Ravik est l'héritier de la plus puissante Maison noble, la Maison Abelam. Alors que s'achèvent ses études à l'Académie Suprême, le jour où il sera citoyen impérial à part entière approche. Fiancé à l'une des fleurs les plus éblouissantes de la noblesse, il ne manque plus que sa cérémonie du lien pour parfaire sa grandeur.

Ravik apprécie sa vie d'insouciance dans un monde en paix. Il profite autant qu'il le peut de ses privilèges de naissance. Son sang tout comme sa créature mystique — un spécimen extrêmement rare de tigre bleu à crinière dorée — lui permettent d'ambitionner le sommet du gouvernement. Pourquoi pas Premier Vizir de l'Empereur, un titre longtemps accaparé par son propre père ?

Tandis que sa destinée glorieuse semble toute tracée, il n'envisage pas un instant qu'un unique évènement puisse balayer ses projets et renverser son univers.
30
87
549
58
Aspho d'Hell
Début de quelque chose...
78
282
197
21
Yanyan
Ceci est la suite de l'histoire de "Le bûcheron maudit", lisez le premier tome avant celui-ci (enfin comme vous voulez mais bon...)

---

Quinquati, de nouveau enfermé dans une sinistre prison, fera face à son monstrueux ravisseur qui lui proposera une offre des plus alléchantes.

En parallèle, Malgati, aidé par le véritable Soucia, tentera de sauver son village de l'invasion des dieux, ainsi que de la cupidité d'un lointain royaume.

---

(oui je sais la couverture est spécialement dégueulasse)
6
9
46
32

Vous aimez lire Carma ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0