17- Retour sous B2

6 minutes de lecture

Je marche en direction du quart des loisirs. C'est bien, l'organisation est si simpliste que c'est un jeu d'enfant de se repérer. B2 est divisé en quarts. Les habitations occupent une partie de la ville, une autre est dédiée à divers services tels que production d'individus, santé ou administration. Les deux dernières zones sont dédiées à l'alimentation et aux activités dites annexes. Le laboratoire où travaille Alka et les Ateliers de Maya entrent dans cette dernière catégorie. Quatre grandes artères marquent la séparation de cette bulle, abritant toute la machinerie nécessaire à son fonctionnement

Voilà deux semaines que je suis revenu chez Maya. Les premières heures, son exubérance, ses minauderies, sa façon de me parler comme si j’étais au mieux un enfant, au pire un demeuré, ont mis mes nerfs déjà bien entamés à rude épreuve. Résistant à mes furieuses envies de la baillonner, la ligoter et l’enfermer dans un placard, je réussis l’exploit d’exprimer mon état de fatigue et mon besoin de récupérer. À son crédit, elle fit montre de compréhension et tempéra, avec succès, sa logorrhée.

Durant ce répit, je trouvai le temps nécessaire pour ranger soigneusement les derniers évènements dans un rayon de ma bibliothèque mentale puis, je me dirigeai vers le rayon de mes seize ans pour en sortir religieusement les premiers enseignements de mon grand-père :

« Les émotions, Noway, sont des courants d’énergie, des potentiels d’action, des mouvements en devenir. Tout bouge, tout change tout le temps. Nous sommes des récepteurs de ces variations. Elles nous traversent, nous bouleversent, nous déséquilibrent, secouent notre perception du monde et créent en nous des changements. Alors, par réaction, nous devenons émetteurs, facteurs de mutations, pour structurer et donner du sens à cet univers que nous arpentons. Nous scillons en permanence entre l’ordre et le chaos. Il existe un réajustement entre ce que nous désirons, ce que nous croyons et ce qui est.

Tu peux subir et réagir à ces vagues émotionnelles de manière impulsive et incontrôlée, ou les accueillir comme ce qu’elles sont : des forces motrices, des vecteurs de transformation. Alors, elles deviendront tes alliés et te porteront dans la direction que tu auras choisi. Apprends à choisir et agir. »

À l'époque, je n'avais pas tout saisi. J'avais eu besoin d'exemples concrets. Avec le temps, et l'expérience des Duels surtout, j'avais intégré cela comme un principe de mon existence, une maxime : j'accueille, je choisis, j'agis.

Il y a deux semaines, j’ai laissé ces mots flotter autour de moi.

Ici, je ne peux qu’influer sur le chemin qui m’amènera à ma mort : sa durée et sa destination finale peut-être. Alors, seul dans ma couchette, j’ai construit une belle résolution. Je l’ai nourrie car je la voulais forte et flamboyante pour m’éclairer et me réchauffer les jours de désespoir ,car il y en aura, c’est certain. J’ai décidé de faire honneur aux miens. Je montrerai aux Bullites combien il faut d’ingéniosité et d’obstination pour mériter de voir périr un homme libre.

Pour cela, je dois gagner du temps pour m’entraîner, m’affûter, redevenir tranchant comme une lame. Je dois aussi étudier les rouages internes de ce monde et plus particulièrement ceux des Rings et du DC.

La première étape est loin d’être glorieuse, même si c’est moins pénible que ce que j’avais imaginé. Je suis devenu l’Ixi de Maya. Quelle ironie ! Cela provoque des cauchemars étranges, où je suis assis sagement dans un chenillard, la tête vide. Maya est debout à côté de moi et, devant nous, Kaly court à perdre haleine. Alors qu’on la rattrape au son du rire flûté et creux de Maya et que je ne suis plus qu’une boule d’angoisse paralysée, tout disparaît… Je suis catapulté dans B2, Kaly et ses clones, sourcil levé et sourire carnassier, m'encerclent et se moquent de moi :

« Mon pauvre Nono ! Non seulement tu es nourri, logé et blanchi, mais en plus tu es obligé de te laisser dorloter par cette mignonne petite poupée, obligé de prêter ton corps au tas de petits jeux sensuels et coquins issus de son imagination débridée. Pauvre chou ! Quelle torture ! »

Dans mes songes, je leur crie qu’elle ne savent pas ce que c’est. J’aimerais bien les y voir ! Alors, elle rient, elle rient si fort que ça me réveille. Je me retrouve seul, pantelant et désorienté l'espace de quelques minutes.

C’est vrai, je ne souffre pas physiquement. Je vis même, à mon corps défendant, des moments plaisants. Je ne suis pas de bois. Mais jouer cette comédie de l’amour me fatigue et me dégoûte de moi-même. J’en viens à plaindre ces pauvres femmes que j’ai tant détestées.

Cependant, partir à la découverte de B2 et à la rencontre de mes compagnons d’infortune m’octroie des moments de répit. J’ai déclaré à Maya que je voulais faire du sport pour qu’elle ait un corps d’athlète à caresser. Enfin, je ne l'ai pas formulé exactement ainsi... mais elle, c’est ce à quoi elle a pensé. Elle a donc manifesté beaucoup d’enthousiasme et m’a aussitôt abonné à la salle de sport spécialement dédié aux HC la plus proche de chez elle. Je m’y suis rendu aujourd'hui, pour la première fois : je suis impressionné par le nombre et la sophistication des machines mises à notre disposition. J'ai essayé, sur les conseils d'un habitué, le tapis de remise en forme à programmation intuitive. Il ne paie pas de mine : c’est un carré noir de deux mètres sur deux. Quand on s’approche, un point lumineux désigne son centre, l’endroit où se placer. Alors, un cube tout juste visible se déploie autour de vous. Il scanne un nombre phénoménal de données biologiques et physiques. En une minute, ce truc sut plus de choses sur moi que n’importe qui… moi inclus : taille, poids, rythme cardiaque, tension, masse graisseuse et tout un tas d'autres paramètres dont je ne comprends même pas la signification. Ensuite, il nous demande d’énoncer nos attentes et en fonction de celles-ci et des données recueillies, il élabore un programme et déploie autour de vous tout l’environnement virtuel adéquat. Il me fait courir, grimper, sauter, à des vitesses différentes, sous des gravités modifiées, dans des paysages complètement fous... C’est hyper immersif ! Je suis sorti de mes deux premières séances complètement lessivé, essoré corps et âme. J'en avais réalisé deux à la suite tellement j’étais pris.

Assis à côté du cube, dégoulinant de sueur, j’ôtai mon t-shirt, qui tenait plus de la serpillière tant il était humide, quand un jeune garçon s’est approché pour s’enquérir de mon état.

  • C’est votre première, n’est-ce pas ?

Je hochai la tête, encore trop essoufflé pour répondre. Je fis tout de même l’effort de me relever pour le saluer. Il était plus petit que moi, une fois debout, sa tête ne dépassait pas ma ligne d’épaule. Je lui tendis la main et me présentai :

  • Moi c’est Noway, et toi ?

Ses yeux s’écarquillèrent, il ouvrit et ferma la bouche comme s’il manquait d’air. Je m’inquiétai de son état mental.

  • Ça va ?
  • Oui, oui, se reprit-il, pardon, c'est juste que j'avais jamais vu un pendentif pareil... On dirait des diamants, non ? Et t’as bien dit Noway, c’est ça ?
  • Ouaip, c'est bien ça. Concernant le pendentif, je sais pas, je l'ai trouvé : la seule chose dont je sois sûr, c'est qu'il s'agit d'un papillon, mais j'ignore si c'est du diamant. Et toi, comment dois-je t’appeler ?
  • Euh, Hélio. T’es nouveau, non ?
  • Oui, je… suis HC d’une jeune femme depuis peu…
  • Ah, ça va, t’es verni ! Moi, je suis HC dans une entreprise qui livre la bouffe. Y’a pire mais c’est pas transcendant comme occupation .

Il sautilla d’un pied sur l’autre semblant hésiter à continuer.

  • Si tu veux, se lança-t-il, je pourrai te faire visiter… les endroits sympas pour nous ici.
  • C’est-à-dire ? lui demandai-je, circonspect.
  • Ben, tu sais, les bars où on peut boire des coups, décompresser, discuter tranquillement entre nous. Par exemple, ce soir, je sors. Tu peux venir, si tu veux ? »

L'idée était séduisante, mais il fallait d'abord que j'obtienne l'accord de Maya. Je l'expliquai à Hélio qui proposa tout de même, de m'attendre devant la salle en début de soirée. Ce garçon avait vraiment l'air sympathique. J'acceptai et rentrai remplir au mieux mes fonctions afin de décrocher le sésame désiré. Ce fut un succès.

En arrivant en vue de la salle, je repère aussitôt la silhouette déguingandée de mon jeune guide. J'ai hâte de découvrir ce que cette soirée me réserve.

Annotations

Recommandations

Borghan
Né à Del'Ashaan, capitale de l'Empire Sous Le Ciel Ashaanide, Ravik est l'héritier de la plus puissante Maison noble, la Maison Abelam. Alors que s'achèvent ses études à l'Académie Suprême, le jour où il sera citoyen impérial à part entière approche. Fiancé à l'une des fleurs les plus éblouissantes de la noblesse, il ne manque plus que sa cérémonie du lien pour parfaire sa grandeur.

Ravik apprécie sa vie d'insouciance dans un monde en paix. Il profite autant qu'il le peut de ses privilèges de naissance. Son sang tout comme sa créature mystique — un spécimen extrêmement rare de tigre bleu à crinière dorée — lui permettent d'ambitionner le sommet du gouvernement. Pourquoi pas Premier Vizir de l'Empereur, un titre longtemps accaparé par son propre père ?

Tandis que sa destinée glorieuse semble toute tracée, il n'envisage pas un instant qu'un unique évènement puisse balayer ses projets et renverser son univers.
30
87
549
58
Aspho d'Hell
Début de quelque chose...
78
282
197
21
Yanyan
Ceci est la suite de l'histoire de "Le bûcheron maudit", lisez le premier tome avant celui-ci (enfin comme vous voulez mais bon...)

---

Quinquati, de nouveau enfermé dans une sinistre prison, fera face à son monstrueux ravisseur qui lui proposera une offre des plus alléchantes.

En parallèle, Malgati, aidé par le véritable Soucia, tentera de sauver son village de l'invasion des dieux, ainsi que de la cupidité d'un lointain royaume.

---

(oui je sais la couverture est spécialement dégueulasse)
6
9
46
32

Vous aimez lire Carma ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0