Prologue

4 minutes de lecture

Bienvenue à toi étranger, toi qui t’es égaré dans ce trou au milieu de nulle part.

Moi ? Je suis un naufragé. Volontaire. Le dernier, sans doute. Un fuyard lâche qui ne veut pas voir et vivre les derniers spasmes de l’humanité déchue.

L’humanité ! Ne crois pas un mot de ce qu’on t’en dira. Les mots sont de beaux habits, des décors en carton pâte… pour cacher la médiocrité, l’hypocrisie et les bassesses de nos turpitudes. Nous savions manier le Verbe, l’art du Récit. Le grand récit de l’épopée humaine où l’on ne distingue plus les légendes des réalités.

Regarde ! Regarde-nous gesticuler et écoute-nous grandiloquer à travers l'espace et le temps !

Il y a des milliers d’années, un hominidé tout juste vacillant sur ce qu’on appellerait plus tard des jambes, a, par miracle, survécu à un éclair de foudre embrasant un buisson : nous l’avons nommé Gardien du Feu. Un de ses congénères qui, par dépit ou par bêtise, tapait deux cailloux l’un contre l’autre, a fait jaillir une étincelle : lui devint, dans nos histoires, le Maître du Feu… Un récit raconte même la terrible guerre qui s’ensuivit pour la maîtrise des flammes. Mythe ou réalité, qui sait ?

Plus tard, ce navigateur parti ouvrir une nouvelle route vers les Indes, découvrit les Amériques. Des peuples entiers furent décimés pour conquérir et exploiter ces nouveaux territoires. Nous en avons fait des épopées glorieuses d’aventuriers intrépides, des histoires d'amour folles transcendant les cultures.

Et puis nous avons conquis le ciel et l’espace, dompté l’atome et laissé nos empreintes d’enfants pas sages partout.

Qu'a fait le premier homme après avoir posé un pied sur la Lune ? En partant, il a photographié la poubelle qu'il y avait laissée. Cela n'apparait pas dans les glorieuses envolées sur la conquête de l'espace.

Notre passage sur cette planète est un mélange de hasard, de coups de chance, d’éclairs de génie et d'actes de bêtise absolue. Une histoire folle, insensée, inracontable !

Pourtant, nous sommes arrivés tout en haut de la pyramide des espèces. Partagés entre l’ivresse des sommets et le vertige, nous ignorions que faire et où aller. Nous ne pouvions que constater les destructions causées par notre curiosité atavique et notre désir impérieux de tout contrôler pour tuer la peur, à tout jamais.

Alors, penauds, comme à chaque fois, nous avons sorti notre dernière carte : le Récit !

Les histoires, notre refuge, des premières fresques dans les cavernes en passant par les troubadours et autres ménestrels, jusqu’à hier où poètes et écrivains continuaient de raconter  cette humanité qui n’a jamais existé que dans nos esprits malades de n’être que si peu et taraudés par cette soif inextenguible d’aller toujours plus loin, plus haut, plus fort, plus beau.

Les histoires, ce fil avec lequel d'innombrables conteurs ont tissé la trame de cette épopée fantastique et improbable de l'ère humaine, faite d’actes de bravoure, d’intuitions géniales, de sacrifices honorables, d’amours purs et fous, que nous aimons entendre à l’envi.

Les mots, ils étaient notre épée tranchante et lumineuse, l'éclaireuse qui nous aidait à trouver la force d'explorer les profondeurs de cet univers qui n'en finissait jamais d'être un mystère. Ils étaient aussi notre armure nous protégeant des démons, ceux du dehors et ceux du dedans, nous permettant de continuer de vivre avec nos erreurs, d'apprivoiser nos pulsions les plus sombres. Ainsi armés, nous avons essayé de devenir l'humanité.

Tels des milliards de Narcisses, nous nous sommes aveuglés dans ces reflets illusoires de ce que nous rêvions désespérément d’être. Elle était belle, cette histoire qui disait que nous pouvions tout réparer sans rien sacrifier.

Foutaises, Mon ami ! Nous étions les enfants du Chaos, des légions de trous noirs en marche. Pourtant, l’humanité persistait à tourner autour de son nombril en soliloquant sur ce qu’elle aurait pu être.

Quand elle a été contrainte de lever les yeux, tout n’était que désolation ! Alors, dans un dernier coup de poker hasardeux, elle a tenté de dompter le mangeur de monde insatiable en son sein, en s’enchaînant elle-même, en se mettant sous cloche. Mais la bête était féroce et pas faite pour être ainsi contenue. Elle a rué, elle s’est tordue dans tous les sens, s’est auto-mutilée. Elle a fini par arracher son propre cœur et son âme pour les donner en offrande à son nouveau Dieu, dans l’espoir qu’il sauve son corps meurtri.

Finis les récits, les inventions folles, les mondes imaginaires à coups de mots ou de pinceaux… Envolée la mémoire de l’humanité !

C’est à ce moment-là que j’ai sauté de l'avion avec pour seul bagage le stylet laser qui me permet d’écrire ces mots. Je suis presque mort. Le stylet aussi. Mais, comme je suis dingue et que je me souviens encore, un petit espoir s'accroche à mon cœur fatigué. L’effet papillon ! Puisse-t-il n’être pas qu’une légende de plus…

Allez courage, mon ami imaginaire et lointain ! Je vais trouver un lit de cresson bleu baigné de soleil pour m’étendre et me reposer… Toi, continue ton chemin, camarade, si tu croises des papillons, aie une pensée pour moi et pour l’humanité enfermée !

Liam

Mai 2338

Annotations

Recommandations

Borghan
Né à Del'Ashaan, capitale de l'Empire Sous Le Ciel Ashaanide, Ravik est l'héritier de la plus puissante Maison noble, la Maison Abelam. Alors que s'achèvent ses études à l'Académie Suprême, le jour où il sera citoyen impérial à part entière approche. Fiancé à l'une des fleurs les plus éblouissantes de la noblesse, il ne manque plus que sa cérémonie du lien pour parfaire sa grandeur.

Ravik apprécie sa vie d'insouciance dans un monde en paix. Il profite autant qu'il le peut de ses privilèges de naissance. Son sang tout comme sa créature mystique — un spécimen extrêmement rare de tigre bleu à crinière dorée — lui permettent d'ambitionner le sommet du gouvernement. Pourquoi pas Premier Vizir de l'Empereur, un titre longtemps accaparé par son propre père ?

Tandis que sa destinée glorieuse semble toute tracée, il n'envisage pas un instant qu'un unique évènement puisse balayer ses projets et renverser son univers.
30
87
549
58
Aspho d'Hell
Début de quelque chose...
78
282
197
21
Yanyan
Ceci est la suite de l'histoire de "Le bûcheron maudit", lisez le premier tome avant celui-ci (enfin comme vous voulez mais bon...)

---

Quinquati, de nouveau enfermé dans une sinistre prison, fera face à son monstrueux ravisseur qui lui proposera une offre des plus alléchantes.

En parallèle, Malgati, aidé par le véritable Soucia, tentera de sauver son village de l'invasion des dieux, ainsi que de la cupidité d'un lointain royaume.

---

(oui je sais la couverture est spécialement dégueulasse)
6
9
46
32

Vous aimez lire Carma ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0