[6]

4 minutes de lecture

Avant tout ça, j’étais un joueur effréné. Je jouais à tout, enfin presque, si on ne compte pas les jeux de pur hasard, vous savez, comme la roulette au Casino, là où l’on doit juste miser, lancer la boule et attendre. Ah non, qu’est-ce que je raconte ? C’est même pire que ça : on n’a même pas le droit d’y toucher à cette boule. On a simplement le droit de s’en remettre à la chance.

###

Alors que dans les vrais jeux, ceux où il y a un peu de stratégie, même quand on ne peut pas tout contrôler, comme avec les gens, par exemple, les possibilités sont immenses. Et c’est si glorifiant de se rendre compte, à la fin, qu’on a eu raison de prendre telle ou telle décision. D’ailleurs, sur ce coup, même si cela me plairait infiniment, je ne miserais pas sur Eric, mais plus sur le père.

###

Et non ! C’est le petit copain de la donzelle qui a tiré le mauvais lot. Le pauvre est mort avant que je sache comment il s’appelait ; c’est triste, moi qui rêvait de faire sa connaissance…

Mais regardez-les : ils sont tous effondrés autour de ce corps à moitié dévoré. Il n’y en a pas un pour rattraper l’autre. Ont-ils conscience qu’à chaque seconde d’autres Charognards se rapprochent, et que bientôt ça pourrait être eux ce cadavre ?

###

— Je suis ravi de vous revoir les gars, je commençais à désespérer. Ici, la situation est tendue : Sandrine a de plus en plus de mal à suivre l’allure et, dans la précipitation, Philippe n’a pas pris le temps de contrôler avant d’ouvrir une porte… Je n’ai rien pu faire pour le sauver.

Et ? Qu’est-ce que tu attends de nous avec ce genre de rapport, Eric, qu’on te dise : « C’est pas grave, tu as fait de ton maximum ? »

###

Ben non, mon gars, t’as merdé ! Tu as les oreilles bouchées ? On entend les cris de la gamine à des kilomètres à la ronde, ce n’est pas étonnant que les Charognards soient attirés. Si tu ne voulais pas que ça arrive, tu aurais dû la faire taire à tout prix, quitte à l’étouffer toi-même. Ça aurait, peut-être, sauvé Philippe.

Heureusement pour vous que je suis revenu pour reprendre les choses en mains.

###

Désormais, finis les pleurs, les pauses, les sit-in d’adieux larmoyants ou les plaintes. S’ils veulent survivre, ils vont devoir le mériter ! Ou sinon ils vont tous aller dire bonjour à ces messieurs aux canines assoiffées de chair. D’ailleurs, en parlant de Charognard, il est passé où le cadavre de celui qui a bouffé Philippe ?

Oh non… Ne me dites pas qu’on parle tranquillement alors qu’il…

###

— Si. Il s’est enfui par là.

Quoi ?

— Mais vous avez tous envie d’y rester ou quoi ? Allez, on se lève ! J’en ai rien à faire de vos états d’âme !

Mais j’hallucine ! Il y a un Charognard qui rôde et ils restent tous là à pleurer sur leur sort.

— Will a raison. Il faut continuer ! Billy vient avec moi !

— Hé ! Où allez-vous ? Eric !

— On va récupérer les clefs !

— Les clefs ? Quelles clefs ?

— Hervé t’expliquera. Foncez vers la sortie !

###

C’est bien ma veine ça : Eric se barre avec Billy et je me retrouve à devoir jouer la nourrice avec tous les boulets réunis…

N’y pense même pas, William ! ça serait du gâchis. C’est tentant, mais tu ne peux pas te permettre de tous les sacrifier d’un coup alors que tu auras sûrement besoin d’eux plus tard.

— Allez, en avant ! Hervé surveille l’arrière, je prends l’avant.

Un prédateur attaque rarement de face…

###

— Ça fait plusieurs minutes qu’on court, vous pensez qu’il a perdu notre trace ?

Je sais que tu me vois comme ton super-héros, mais franchement, Sandrine, comment veux-tu que je le sache ? Je n’ai pas de super pouvoirs.

— Vous avez entendu ? On dirait que ça gratte ?

Oh non, ça ne gratte pas : ça, c’est le bruit de dizaines de griffes qui raclent le carrelage.

— Courrez ! Foncez !

###

— Sandrine est tombée ! Il faut l’aider !

Bon débarras ! Le temps de la parlotte est terminé : qu’elle meurt !

— Wow ! Qu’est-ce que tu fous ? Lâche-moi tout de suite, Hervé !

— S’il venait à m’arriver quelque chose, promettez-moi de veiller sur mes enfants, William ?

— Quoi ?

— Promettez-le-moi, William !

— Comptez sur moi.

###

Mais il est con ou quoi ? Il me tenait en otage dans un couloir bondé de Charognards, qu’est-ce qu’il espérait que je lui réponde : « qu’à la réflexion, je n’en étais pas certain-certain ? »

Je n’en reviens pas ! Il a fait demi-tour pour aller sauver Sandrine et il a réussi à nous refiler ses gosses. La donzelle a pris le môme et, moi, je me retrouve avec une gamine dans les bras. Moi, vous imaginez ?

###

Ça, c’est du papa modèle qui va faire deux beaux orphelins.

— Venez, bandes de salopards ! Venez me chercher !

Quelle belle connerie de mourir pour une inconnue sous peine qu’elle soit enceinte !

###

Et c’est moi qu’on traite d’égoïste ? Mais à quel moment il a pensé à ses gosses ? Il voulait quoi : leur montrer l’exemple à suivre ? Faire preuve de bravoure ? C’était quoi son plan ? Attention ! Je ne dis pas que je vais le regretter, mais je ne pige pas. Pour moi c’est du gâchis. Une balle tirée dans le vide. Et on en aurait bien eu besoin de cette balle !

###

La vache ! Il en vient de tous les côtés. Ils sont attirés comme des aimants.

— Papa !

Il est mort ton vieux. Oublie-le !

— Je veux mon papa. Où est mon papa ?

C’est vrai qu’elle hurle comme une truie qu’on égorge. Oui, je sais, je pourrais l’étouffer, mais après comment je sortirais de cet enfer ? Ma seule chance est d’atteindre ce hall !

###

Voilà nous y sommes, au hall C, là où tous les chemins du niveau convergent. Dix-sept couloirs, dix-sept possibilités, une proie. Eh oui, son père a misé sur le mauvais type.

— Ton papa va bientôt arriver, il veut que tu l’attendes ici.

— Je veux pas être toute seule, j’ai peur dans le noir !

— Dommage…

— PAPA !

Oh oui, vas-y, cries autant que tu veux, ça m’arrange !

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Vous aimez lire J.D.R. WOLKYN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0