[1]

5 minutes de lecture

Dans ce monde, même avant le Chaos, il n’y a toujours eu qu’une seule règle : survivre. Et aujourd’hui, rien n’a changé : si cela doit passer par le sacrifice d’un autre, soit ! tant que l’autre ce n’est pas moi. Oh, je sais ce que vous vous dites : « je suis un homme sans cœur. » Je vous dégoûte ! Et alors ? Moi, au moins, demain je respirerai encore.

###

Et puis soyons honnête, vous pensez cela de moi parce que vous êtes dans ma tête, mais eux, là, qui sont coincés avec moi dans ces tunnels obscurs, n’ont pas cette chance. Eux, ils ne savent pas qui je suis. Pas encore. Et quand ils le découvriront, j’ai bien peur qu’il ne soit trop tard… Enfin, pour eux, si vous voyez ce que je veux dire.

###

Et si on faisait l’inventaire des ressources disponibles avant d’aller faire les présentations ? Un joyeux petit couple, une femme enceinte, un père avec ses deux mômes, un pompier et… tiens ! un boyscout asiatique à la casquette trop grande. S’il pense pouvoir tous les sauver en s’agitant de la sorte, il va être déçu. Bref !

Le décompte s’élève donc à 8. Ce n’est pas mal.

###

Vous savez je ne suis pas un monstre, je ne compte pas les envoyer en pâture. En ces temps difficiles, il n’est pas question de gaspiller la moindre cartouche à tirer à tout va. Il faut être économe, rentabiliser et exploiter au maximum afin d’accroître nos chances de survie. Enfin… mes chances de survie, car vu les circonstances actuelles, ça m’étonnerait fortement qu’ils s’en sortent tous.

###

Il faut être honnête : nous sommes coincés dans ces galeries antiatomiques, avec très peu de vivres, sans aucune source de ventilation et, surtout, avec une horde de Charognards sur les talons. Objectivement, quelles sont ses chances de survie, à elle ? Entre nous, même si elle porte un enfant, ce n’est pas moi qui lui filerai ma bouteille d’eau. Ça serait du gâchis ! Et vous n’imaginez pas à quel point l’eau est rare de nos jours.

###

Franchement, qu’est-ce qu’ils comptent faire de cette impotente quand il faudra courir ? Parce que les Charognards, eux, ne feront aucune différence : de la viande, c’est de la viande, bébé ou pas. Je ne comprendrai jamais ce qui les pousse à vouloir mourir en essayant de sauver une inconnue sous prétexte qu’elle porte un enfant qui ne verra jamais le jour. Et c’est moi qu’on traite de malade mental !

###

Si ça ne tenait qu’à moi, je lui demanderais d’attendre ici, au calme, et de ne pas s’inquiéter en lui affirmant qu’on reviendrait les chercher rapidement, elle et son gamin, avec des secours imaginaires ; puis, une fois le dos tourné, je l’oublierai aussitôt dans mon sillage, jusqu’au moment où l’écho de ses hurlements me rappellerait vaguement son visage.

###

Oui, mais mieux vaut ne pas gaspiller nos cartouches, c’est ça ? Vous avez raison. Surtout que les Charognards, aussi intelligents puissent-ils être, ont tendance à se jeter massivement sur la première victime qu’ils peuvent atteindre ; ce qui au vu son obésité apparente, devrait nous laisser, le moment venu, une bonne minute de répit.

Merci le bébé.

###

Si seulement ça pouvait se passer comme ça et qu’on puisse se débarrasser rapidement de ce fardeau afin de pouvoir foncer sans devoir s’arrêter toutes les deux minutes. Mais non ! Il va encore falloir que le groupe progresse à la vitesse du plus lent, et que par sa faute, beaucoup meurent. D’ailleurs, pour ça, je parierais sur notre ami le sapeur pompier, ou sur le boyscout, ils ont l’air d’avoir envie de mourir aujourd’hui.

###

Allez, assez parlé du poids mort. On a un problème beaucoup plus urgent à régler : la ventilation ! Si on ne fait pas quelque chose rapidement, le mercure va s’échauffer, et là, j’aurais beau faire ce que je veux, même moi, je finirai par me dessécher comme un Charognard et ça, jamais ! Il va donc falloir que je prenne les choses en mains.

###

Vous n’imaginez pas combien de personnes préfèrent se laisser diriger plutôt que d’être décisionnaire. C’est tellement plus simple en cas de galère : ils n’ont plus qu’à prôner que c’est de la faute de l’autre, et non de la leur. Et voilà, le tour est joué. On est dédouané de tout.

###

Oui, peut-être. Cependant, l’Homme ne se laisse commander que lorsqu’il est convaincu que nous œuvrons tous, ensemble, dans un intérêt commun. Et, là, est toute la difficulté : il faut les en convaincre.

###

Heureusement, avant que tout ceci ne nous n’arrive, j’ai suivi le meilleur cours qu’il puisse être en matière de manipulations et de trahisons : Koh Lanta, une vieille émission télévisée.

Riez ! mais vous n’imaginez pas tout ce que j’ai pu y apprendre. C’était un véritable condensé de psychologie de pointe !

###

J’y ai appris que faire profil bas ne fonctionne jamais, qu’on finit toujours par être démasqué, parce que les gens ne sont pas dupes : ils croient ce qu’ils voient.

Et ne rien faire, surtout en période de crise, c’est louche.

Et ce qui est douteux n’inspire pas confiance.

Et sans confiance, comment puis-je espérer les manipuler ? Car c’est ça l’objectif : les amener docilement à se sacrifier pour moi, si la nécessité se présente.

###

Faire semblant est la partie que j’apprécie le moins, pas parce que mentir me déplaît particulièrement, mais parce que je dois me museler constamment et faire taire toutes ces petites voix : « Vous êtes vraiment sûrs de ne pas vouloir la laisser là ? Elle nous ralentit énormément ! »

###

Mais bon, ce n’est pas un calvaire non plus. C’est toujours un immense plaisir de voir à quel point l’Homme peut être d’une naïveté affligeante. Comment peut-on croire qu’un étranger donnerait sa vie pour nous, qu’il fait tout ce qu’il fait dans le but de nous sauver, nous, et que le moment venu, il ne nous abandonnerait pas aux Charognards ?

###

Par moment, je me demande si nous vivons dans le même monde. Dans quelle désillusion étaient-ils avant le Chaos pour croire de telles de choses ? N’ont-ils jamais entendu parler d’adultère, d’arnaque, d’individualité ?

De tout temps, l’Homme n’a toujours été qu’un outil, une ressource ou un chiffre dans un tableur Excel. Pourquoi cela changerait-il avec l’apocalypse ?

###

Allez, assez bavardé ! On a déjà perdu trop de temps. L’heure est venue d’aller rencontrer mes futurs pantins, mais... avec le sourire, s’il vous plaît ! C’est important.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 3 versions.

Recommandations

Yanyan
La Sphère engendra tout, même le vide qu'elle créa à partir de rien, mais pas de vide.
Un jour, même si la notion de jour n'existait pas, au cours de ses expérimentations, des choses qu'elle n'aurait jamais pu créer en le voulant prirent forme.
Abandonnant son destin de régisseuse de l'Univers, La Sphère, fascinée, décida d'observer ce miracle du 'hasard' pour l'éternité.

Les Krokpoufs, première espèce "intelligente", s'ahurissent face à cette Sphère immobile qui ne ressemble à rien d'autre sur leur monde. Ils inventent des histoires, des mythes et des religions sur La Sphère, empêchant ainsi leur évolution en bonne et due forme.

Mais évidemment, il fallait s'y attendre, quand plus personne ne contrôle l'Univers, le chaos commence à s'en emparer et les autres univers viennent faire les marioles dans celui pas surveillé.
Et les Krokpoufs dans tout ça, idiots comme ils sont, vont devoir affronter, ou plutôt subir, ces cataclysmes multidimensionnels.

Découvrez la galère de ces êtres trop cons pour vivre mais qui vivent quand même.
1
3
15
3

Vous aimez lire J.D.R. WOLKYN ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0