1.1 Les Hautes-Terres d’Oloven

4 minutes de lecture

 Le dernier bastion de l'humanité, les Hautes-Terres d'Oloven sont considérées comme un lieu sacré pour les humains. À l'apogée de la guerre entre les forces de la lumière et des ténèbres, la grande prêtresse Soliana Oloven entreprit d'ériger des monuments à l'honneur de la déesse Imara. Elle et ses disciples parcoururent le territoire et bâtirent de grands brasiers en pierres gravées de prières à la déesse. Une journée de marche sépare chaque structure entourant la région. Imara bénit chacune d'entre elles de sa lumière bienfaitrice, engendrant une flamme éternelle au sein du brasier.

 Ce projet de toute une vie fut crucial à la survie de l'humanité. Soliana avait prédit une attaque des ténèbres d'une envergure sans comparable et, avec l'aide de la déesse de lumière, elle construisit ce qui agit maintenant comme une barrière contre les forces du mal. Après la défaite d'Imara, une brume sombre tua tous les êtres de lumière à son contact. Les arbres perdirent leur feuillage, les sources d'eau stagnèrent et les créatures de ténèbres purent envahir le territoire des humains sans résistance, à l'exception des Hautes-Terres. Les grands brasiers empêchèrent l'obscurité de pénétrer à l'intérieur et la lumière sacrée prévint les créatures mal intentionnées de s'approcher.

 Quatre-cents ans se sont écoulés depuis. Le pays a été nommé en hommage à cette grande prêtresse qui a sauvé l'humanité. Aucune bataille sérieuse ne s'est produite depuis. Il arrive occasionnellement qu'une créature de ténèbres arrive à passer les brasiers, mais l'église Xilfiel et ses soldats sacrés arrivent toujours à repousser l'invasion. Cette église possède la majorité des forces militaires des Hautes-Terres et la grande prêtresse Yrena Xilfiel est présentement souveraine du pays. Dans ce gouvernement théocratique, le chef de l'église ayant le plus d'influence est considéré comme le représentant de la déesse Imara. Cette place a longtemps été occupée par les descendants de la famille Oloven, mais la puissance des Xilfiel et le charisme d'Yrena ont rapidement su gagner la confiance du peuple. Ils ont fait serment de défendre la nation en prenant les armes contre toute menace potentielle envers l'humanité. Leurs soldats ont la responsabilité de protéger les frontières et de combattre les ennemies de la lumière.

 L'église Oloven est la deuxième plus puissante église. Dirigée par Elora Oloven, c'est le plus ancien des temples d'Imara de la région. Les membres de la famille Oloven sont reconnus comme des fanatiques de la déesse de lumière. Ils ont expérimenté le plus grand nombre de révélations divines et ils ont su prédire la destinée des humains depuis la fondation des Hautes-Terres. Le peuple demande fréquemment conseil à cette famille. La sagesse des prêtres d'Oloven est incontestée. Même la grande prêtresse Yrena vient occasionnellement demander l'avis des Oloven avant de prendre une décision importante. Bien que leur clairvoyance soit appréciée, le flot incessant de charabia théologique provenant de la bouche de certains membres arrive à agacer même les plus patients.

 L'église Oloven est la seule église qui ne possède pas de soldats. Ils croient que seule la dévotion à la déesse de lumière peut les protéger du mal. Leurs croyances semblent fondées. Les adhérents puisent dans leur foi pour lancer de puissants miracles, manipulant la lumière d'Imara à leur guise. Notamment, la prévoyance est un phénomène unique aux prêtres d'Oloven, alors que les autres familles utilisent plutôt la lumière pour enchanter leur équipement.

 Les Oloven ont la responsabilité de veiller sur les grands brasiers qui protègent le pays. Ce sont eux qui transportent le ravitaillement aux gardiens des feux et ils envoient leurs prêtres tous les jours, à chaque brasier, prier Imara afin que sa lumière demeure forte et persiste à repousser les ténèbres. Étant assidûment présents aux frontières, ils font également office de vigies. S'ils observent des mouvements suspects dans le brouillard noir entourant les Hautes-Terres, ils rapportent immédiatement l'incident aux Xilfiel, qui s'empressent de déployer des forces au lieu indiqué.

 Tout le monde au pays vit plutôt bien. La terre est riche, le temps est bon et l'herbe est verte. Plusieurs villages parsèment la région et une grande ville se tient majestueusement au centre, entourée de routes en terre battue qui rejoignent chaque village. À l'intérieur de cette capitale, les routes sont pavées et les maisons sont faites de pierres et de terre. Les plus grands bâtiments sont les églises dédiées à Imara. Recouvertes de vitraux, elles résident au milieu de la ville. Chacune d'entre elles représente un aspect important de la déesse de lumière et est dirigée par une grande prêtresse ayant été choisie par son prédécesseur. Un total de quatre églises alimentent la foi des citoyens. L'Église Xilfiel évoque la puissance d'Imara et possède le plus d'autorité. Vient ensuite l'église Oloven, personnifiant l'amour et l'adoration. L'église Virkas incarne la loi et la justice et l'église Dordi s'efforce d'appliquer les rites et traditions de la religion.

 Il est possible de rejoindre les membres d'une église dès la majorité et d'être accueilli dans leur famille, obtenant le matronyme de la grande prêtresse suivi par son nom de famille. La recrue la plus prometteuse à se joindre aux prêtres d'Imara récemment se nomme Aurae Oloven Araynore. Cette jeune prêtresse aux cheveux blonds s'est engagée depuis 4 mois, elle a été confiée au père Arun Oloven Olana, un grand homme approchant la centaine d'années. Il est parmi les plus vieux adorateurs de la déesse. Il fut, dans le passé, paladin pour les Oloven, le titre le plus prestigieux pour un prêtre en dessous de la grande prêtresse. Malgré son âge, son érudition force le respect. Présageant la fin de sa vie, Arun prit la décision de choisir un apprenti à qui il enseignerait les secrets et les mystères d'Imara avant d'atteindre son dernier repos.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

É. de Jacob

Le chemin vers la Lumière, c’est l’amour,
C’est l’amour.
Si tu souffres de l’agression de tes idées noires,
Si tu croupis dans la prison de tes ténèbres en plein jour,
Si tu ne vois plus la lueur au bout de ton désespoir,
Sache que ton chemin vers la Lumière, c’est l’amour.
Apprends à changer ta vision du réel.
N’accorde pas prise aux reproches,
Ni à ta condamnation personnelle.
Du renouveau de ton âme, tu approches.
D’abord, pour les autres et toi : ton pardon ;
Des remords et des regrets : ton absolution ;
Ton apprentissage de l’amour : ta solution ;
Laisser derrière toi le passé, ta résurrection.
Le chemin vers la Lumière, c’est l’amour,
C’est l’amour
La foi en la Divinité te paraît peut-être stupide,
Car tu es persuadé qu’il s’agit d’un monde irréel.
Si une personne t’en parle, tu t’éloignes d’elle,
Tu ne veux pas du tout entendre ces ritournelles.
Mais laisse-moi te dire que la Divinité n’est pas religion ;
Que tu peux entrer en contact avec Elle simplement,
Sans rites, sans dogmes, sans menaces de punitions
Sans obligations, ni restrictions, ni peur du châtiment.
De même que, si tu commences à converser avec Elle,
Elle te répondra, et tu ressentiras alors pour Elle
Un amour illimité qui te fera sentir tout autre.
Ne crains rien, tu n’as pas à devenir apôtre.
Converse avec le ciel, les nuages et les esprits,
Une merveilleuse et magique musique, tu verras,
Commencera à te combler d’une immense joie,
Sur le chemin illuminé de l’amour inédit, infini.
Le chemin vers la Lumière, c’est l’amour,
C’est l’amour.
Mais peu importe que tu refuses ce lien divin,
Si, au moins, tu recherches dans les nuages et le ciel,
Le réconfort bienfaisant de la Lumière spirituelle,
Alors, tu auras, à mes yeux, emprunté le bon chemin.
Le chemin vers la Lumière, c’est l’amour.
Voilà la merveilleuse voie de ta guérison,
La magnifique route inversée de tes désillusions.
Le chemin vers la Lumière, c’est l’amour.
773
1833
136
148
É. de Jacob
Ce recueil ne représente à mes yeux qu'une tentative, car je ne me suis jamais adonné jusqu'ici à l'écriture de la poésie. Il s'agit uniquement d'un exercice visant à me garder alerte en attendant qu'une histoire supplémentaire ne se profile dans les méandres créateurs de mon cerveau.
1589
3533
346
188
Luciferr
Les réflexions qui traversent l'esprit, les rêves qui transcendent les nuits, les émotions qui foudroient la vie.
Des pensées... Des fugacités...
64
70
4
4

Vous aimez lire Mathieu Lemieux ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0