27. Gentleman.

2 minutes de lecture

Je ne sais pas combien de temps a duré notre étreinte. Tout ce que je sais, c'est qu'elle interrompue par un long frisson me parcourant le cou et une série d'éternuements. J'avais oublié ma robe rendue transparente par l'eau de la douche. Je me suis mise à rougir et suis devenue soudain passionnée par mes ballerines. Salomon n’a fait aucune remarque. Il s’est contenté d'ouvrir son armoire et d'en sortir un sweat et un short de sport, qu'il m’a tendus sans me regarder et sans un mot.

Il est sorti de la chambre, me laissant seule avec Sophie. Quand il est revenu, avec un sac plastique à la main, pour y mettre mes vêtements trempés, je m'étais déjà changée. C'est le sourire aux lèvres que je lui ai adressé la parole :

— Décidément, tu es l'homme parfait, toi : tu penses à tout !

Je me suis mise sur la pointe des pieds et l'ai embrassé sur la joue, comme quand on était petits et qu'il me donnait la plus belle fleur qu'il avait pu trouver dans le parc, alors qu'il faisait un bouquet pour sa maman. Et comme à chaque fois, il a rougi et fait un sourire idiot, l'air béat. Et comme toujours, Sophie m'a imitée pour se moquer et il a rougi de plus belle après avoir reçu un bisou des deux filles qu'il aime le plus au monde, en dehors de sa maman et de ses petites sœurs.

Nous avons ri aux éclats et je me maudissais de plus en plus d'avoir abandonné tous ces petits bonheurs du quotidien. J'allais faire remarquer à quel point c'était bon de se retrouver ainsi après si longtemps quand une idée, qui ne m'avait même pas effleurée auparavant, est montée à la surface de mes pensées. J'ai alors ouvert la bouche en un o de surprise et d'excitation. D'un côté, mon idée m'effrayait, et de l'autre... elle me faisait envie et me rappelait à ma vie d'« avant ». Je n'avais pas compris avant que je n'aspirais pas à être une autre, mais à être une autre de mon moi actuel en redevenant mon moi passé.

J'avais les yeux dans le vague lorsque j’ai remarqué les regards interrogateurs et inquiets que s'échangeaient mes amis. J’ai décidé de les rassurer immédiatement :

— Tout va bien. Je viens d'avoir une idée, mais...

Annotations

Recommandations

Wilhelm Von Goldmund
Le roman en cours d'écriture "Ce que contient le cœur sacré d'une femme... " - soit la parodie ouvertement grotesque de Madame Bovary signée sous le pseudonyme de Marc-Emmanuel de Lévi-Bussault - nous transporte là où le gentilhomme n’a jamais aventuré sa calvitie, soit le cœur d’une jeune femme riche et éperdument amoureuse. L'auteur aurait pu verser dans le romantisme pur et débridé, comme le firent bien plus tard avec un bonheur inégal des Michel-Edouard Mussy ou des Marc-Guillaume Schmidt, mais il a su respecter le point de vue unique de cette si frêle créature. De Lévi-Bussault nous emporte avec son héroïne Clothilda Gramonbaud dans des contrées où seul le cœur féminin a le dernier mot, où les conversations d’alcôve font et défont les intrigues où les femmes de cœur sont fort lasses, et enfin là où le lecteur mâle alpha s’ennuie à mourir. Cet ouvrage d'exception s’avère être un pur joyaux de la littérature post-néo-porno-sentimentale de notre époque et il convient de le traiter comme tel. Le sexe faible y est dépeint comme jamais et avec une véracité qui transcende littéralement le genre. Gageons que dans dix siècles la gente féminine se pâmera encore de plaisir à la seule évocation du nom de Marc-Emmanuel de Lévi-Bussault qui a tant compris la nature veule, hystérique et vénale des femmes. On est d’ailleurs en droit de se demander s’il n’en est pas une lui-même ! Toujours est-il qu’il a su faire forte impression auprès du public puisque 24 millions d’exemplaires ont été vendus rien qu’en Europe. Que dire de plus sur cet ouvrage de référence, cette véritable bible romanesque de la pensée féminine à l’hystérie si marquante, de tout temps et de toute éternité ?
3
2
0
72
Défi
Jerem la plume
Cette histoire se déroule, hein, mais qu'est-ce que je raconte, pas besoin de vous faire un résumé, ce récit est bien trop court et débile pour prendre la peine d'en faire un.
Mais bon lisez quand même, on s'est jamais ;)
3
6
15
3
Lucas S
Des bières à moitié vides pour un esprit bien trop plein. De désillusions, de colère, d'amour même. L'histoire d'une vie, dont l'écriture reste la seule échappatoire.
5
7
1
1

Vous aimez lire Je suis une loutre ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0