3. Un froid mordant.

2 minutes de lecture

« Ces messieurs me disent : trempez-là dans l’huile, trempez-la dans l’eau, ça fera un escargot tout chaud »

J’ai froid. Mon cerveau a gelé, figeant en moi d’obsédantes idées noires. Le chat a sorti les griffes, la souris que je suis est à sa merci, et bleus à l’âme ou bleus au corps, je ne sais ce qui est le pire. J’aimerais retourner quelques années en arrière, lorsque taper du pied et tirer la langue avant de partir en courant était encore possible.

Je dois replonger en moi, mais c’est la fonte des glaces dans mon esprit. Mes pensées sont gelées et ma mémoire se noie. Ma comptine préférée est terminée. J’en cherche désespérément une autre. Seuls trois mots d’un chant de Noël me reviennent, le reste m’arrivant par bribes.

« Mon beau sapin »

Je sens ses sales pattes sur mon corps. Elles font leur bout de chemin dans mon esprit. Je n’avais jamais compris avant à quel point une caresse peut hanter chacune de nos pensées. Maintenant, je sais.

« roi des forêts »

J’ai envie de pleurer. J’aurais aimé que ce que je viens de sentir entrer en moi ne soit qu’une aiguille de pin. Je sais que ce n’est pas le cas. Et ça me torture l’esprit.

« que j’aime ta verdure »

Sa main recouvre ma bouche. IL a peur que je hurle. C’est moi qui devrais avoir peur, et non ce salaud !

Parfois, à la manière dont sa main me défigure, me griffant les joues et me lacérant le coeur, je peux ressentir tout le plaisir qu’il prend à me faire souffrir. Pour lui, qu’importe mon insignifiante souffrance, tant que SON plaisir est au rendez-vous.

« Et le vieux tremble sa plainte sempiternelle ! », comme dirait l’autre.

J’ouvre les yeux, désarçonnée. J’ai oublié le nom de l’auteur ainsi que le titre de la poésie en question, et la seule chose que je voudrais pouvoir oublier persiste ! Cela m’indigne, et sans crier gare, je me débats comme un diable. Grosminet ouvre de grands yeux étonnés. Moi aussi. Je me débats si fort que je me casse le bras. Il m’a quand-même aidée à en briser les os, cet enfoiré ! Il m’a jetée contre le mur (ou bien le sol ?) comme une vulgaire objet… J’aurais préféré être un objet. Certes, on nous casse, on nous rafistole, on nous jette à la poubelle, mais on n’a conscience de rien et la douleur n’existe pas.

Je passe un instant à m’imaginer quel objet j’aurais bien pu être. Je ne sais combien de temps cela m’occupe l’esprit. Quelques secondes ? Quelques minutes ? Au diable le temps !

Je me fais la promesse de jeter toutes les horloges au feu à mon retour chez moi. Le temps est un traître et un assassin ! Sous sa coupe, je meurs à petit feu et Grosminet s’enflamme de plaisir…

J’ai beau prier pour accélérer ce foutu temps, les secondes durent des heures. Des heures d’un intense supplice. À croire que l’autre connard s’est pris pour Lamartine, que le temps, sous son emprise, a effectivement suspendu son vol et que les heures propices, elles, ont suspendu leur cours pour lui laisser savourer les rapides délices des plus beau de ses jours !

Je dois absolument trouver le moyen de retourner en moi. Ce sera à moi de prendre mon pied, de me régaler, de savourer. De savourer l’instant passé, oui, mais de savourer malgré tout !

Annotations

Recommandations

Amy Madison


Reviendras-tu encore
Dans une vision de rêve
Me serrer dans tes bras ?
Et même si le brouillard
A embrouillé mes yeux,
Le clapotis des vagues
Me parle encore de toi.
Et vogue mes désirs
Au clair de l’océan.
Même si je reste là
Quand la marée emporte
L’image des souvenirs
Échouée sur la grève,
Et que le vent entraine
Mes infinies prières
Murmures de mes rêves
Sous un croissant doré.
Et la barque dérive
Chevauche les murmures de l'océan
Qui brillent dans le levant,
Rayons bleutés à la surface de l’eau vivante
Elle te ramène vers moi
Portée par les courants complices de l’onde.
Mais la barque s’esquive
Eloigne du rivage l’amour tant espéré
Un océan rétif retient dans son sillage
La frêle coquille de noix caressée par les vagues,
Et l’ombre d’une femme brave encore l’horizon
Les yeux remplis d’espoir
Le cœur en oraison
(Amy Madison)
3
4
2
1
Salt Penry

Oswin Osborne s’est installée depuis deux ans dans ce village écossais près de d'Edimbourg. Elle voyageait beaucoup pour son travail, elle n’arrivait pas à tenir en place, mais rentrer à la maison était toujours un vrai plaisir : retrouver son petit jardin expérimental, sa petite maison à deux étages et son balconnet d’où elle observait son paradis de fleurs chaque matin, une bonne tasse de thé à la main. Suave moment que de sentir la chaleur du breuvage descendre dans son estomac en profitant de la douce brise maritime. Oswin n’appréciait guère la vie en société, la présence des gens l’incommodait souvent, elle aimait cependant sortir au pub du centre ville après une journée bien employée à sculpter ou à jardiner. Ce pub était le seul du village, l’unique endroit pour consommer autre chose que du thé. Duncan McKenzie, le taulier et Oswin étaient devenus amis, il leur arrivait de passer la nuit à refaire le monde autour d’une bonne bouteille de Whisky, après la fermeture. Oswin revenait de six mois de travail sur un projet de parc urbain à Bruges. C’était intense et passionnant, elle était pourtant heureuse de retrouver la torpeur de son village écossais. Wil avait mis de côté une de ses meilleures bouteilles pour l’occasion. Oswin ne vint jamais.
12
41
263
13

Vous aimez lire Je suis une loutre ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0