Qui craint le grand méchant loup ?

3 minutes de lecture

Le trajet jusqu'au collège a commencé dans un silence pesant jusqu'à ce que, un grand sourire sur le visage, je commence à chanter à tue-tête, couvrant la voix sortant de l'autoradio de la voiture de maman, qui a ouvert de grands yeux étonnés avant de faire de même, faisant rire Juliette aux éclats, avant de nous imiter à son tour.

— Pour aller danser le jerk, sur de la musique pop !

— Pour aller danser le jerk, sur de la musique punk ! 

— Pour aller danser le jerk, sur de la musique folk ! 

Aucune de nous n'a dit les mêmes paroles, et cette fois, Juliette n'est pas la seule à éclater de rire. Le reste du trajet se passe dans la joie et la bonne humeur, nous en avons toutes les trois les larmes aux yeux. Il ne manque que Papa, Léo, Sophie et Salomon dans ce tableau idylique.

Je crois que je viens de passer un nouveau cap : je ne ris pas parce que c'est trop dur de pleurer et de faire face au passé, je ris parce que je suis heureuse et que je vis mon présent. Tout va bien dans ma vie et maintenant je m'en rends compte. Je suis entourée des gens que j'aime et qui préfèreraient mille fois être torturés que de me faire le moindre mal. Avec eux, je peux laisser le passé dernière moi, non pas pour me tourner vers l'avenir comme je pensais devoir le faire, mais pour apprécier le présent.

Finalement, je suis heureuse que maman ait insisté pour nous conduire au collège, alors que nous avons toujours fait le trajet à pied, depuis que je suis en âge d'aller à la maternelle, et que je m'y rends seule ou avec Sophie et Salomon depuis que j'ai huit ans. Mais je crois que papa et maman s'en veulent de ce que j'ai vécu, car depuis que j'ai décidé de recommencer ma vie, maman a du mal à me perdre de vue et à me laisser seule. J'ai l'impression de la sentir ventiler quand je ne suis plus dans son champ de vision et qu'elle voudrait ne plus jamais me quitter. Je la surprends souvent en train de m'observer du coin de l'oeil, les yeux luisants d'inquiétude et un sourire coupable sur le visage. Ce moment en voiture a donné lieu au plus merveilleux moment de bonheur que j'ai vécu depuis que j'ai été violée.

C'est la première fois dans mon esprit que j'arrive à dire de manière naturelle que j'ai été violée, sans hésitation, sans avoir la sensation de suffoquer et d'avoir des tâches devant les yeux, sans me retrouver droguée dans une cage d'ascenseur !

Ca y est, je n'ai plus peur de Grosminet : il appartient au passé !

En sortant de la voiture d'un pas guilleret, sans oublier d'embrasser maman, je ne peux m'empêcher de susurer :

— Qui craint le grand méchant loup, méchant loup, grand loup noir...

Puis, en sautillant comme quand j'étais enfant et que je jouais dans les champs de blé, je rejoins Sophie, Salomon et les autres. Quand ils s'apprêtent à me faire la bise, je place ma main en barrière entre leurs lèvres et mes joues.

— Attendez une seconde... Juliette, ramène-toi ! Qu'est-ce que tu fiches, pourquoi t'es si lente ?

— T'as oublié ton cartable, espèce de grosse patate ! réplique Juliette en levant les yeux aux ciel, faussement exaspérée, et en tendant mon sac devant elle.

Puis, alors qu'elle s'approche de nous, tous mes amis me regardent, éberlués. A leurs airs, je comprends qu'ils ne comprennent rien à ce qu'il se passe. Pourtant Salomon, qui ne veut pas laisser une gêne s'installer, s'exclame :

— Ah, ça c'est bien notre Léa : en plus d'être tête de mule, elle est tête de gruyère !

Tout le monde sans exception rit aux éclats. Mes amis sont extraordinaires, ils n'ont fait aucune remarque et ont immédiatement intégré Juliette au groupe, sans même savoir si c'était exceptionnel ou plus officiel. Bien sûr, plus tard, ils me demanderont ce qu'il s'est passé pour que je redevienne amie avec Juliette, mais, j'en suis certaine, ils respecteront ma décision et ne la remettront jamais en question.

Pourtant, malgré ça, j'ai la sensation que Juliette n'est pas totalement avec nous. Je crois que ses pensées sont tournées vers Lucie, et les regards nombreux qu'elle lui lance semblent confirmer mes suppositions. Lucie, accoudée contre le mur à côté de l'entrée du couloir, se lime les ongles. Elle essaye de paraître indifférente, mais elle ne peut pas s'empêcher de quitter régulièrement ses doigts des yeux pour nous observer.

Nous sommes trop loin pour que je puisse lire l'expression de son visage, mais quelque chose me dit qu'elle est peut-être plus à craindre que le grand méchant loup des trois petits cochons. Malgré tout, je décide d'enterrer ce détail dans un coin de ma tête : je suis tellement bien avec mes amis, et je compte bien en profiter !

Annotations

Recommandations

Amy Madison


Reviendras-tu encore
Dans une vision de rêve
Me serrer dans tes bras ?
Et même si le brouillard
A embrouillé mes yeux,
Le clapotis des vagues
Me parle encore de toi.
Et vogue mes désirs
Au clair de l’océan.
Même si je reste là
Quand la marée emporte
L’image des souvenirs
Échouée sur la grève,
Et que le vent entraine
Mes infinies prières
Murmures de mes rêves
Sous un croissant doré.
Et la barque dérive
Chevauche les murmures de l'océan
Qui brillent dans le levant,
Rayons bleutés à la surface de l’eau vivante
Elle te ramène vers moi
Portée par les courants complices de l’onde.
Mais la barque s’esquive
Eloigne du rivage l’amour tant espéré
Un océan rétif retient dans son sillage
La frêle coquille de noix caressée par les vagues,
Et l’ombre d’une femme brave encore l’horizon
Les yeux remplis d’espoir
Le cœur en oraison
(Amy Madison)
3
4
2
1
Salt Penry

Oswin Osborne s’est installée depuis deux ans dans ce village écossais près de d'Edimbourg. Elle voyageait beaucoup pour son travail, elle n’arrivait pas à tenir en place, mais rentrer à la maison était toujours un vrai plaisir : retrouver son petit jardin expérimental, sa petite maison à deux étages et son balconnet d’où elle observait son paradis de fleurs chaque matin, une bonne tasse de thé à la main. Suave moment que de sentir la chaleur du breuvage descendre dans son estomac en profitant de la douce brise maritime. Oswin n’appréciait guère la vie en société, la présence des gens l’incommodait souvent, elle aimait cependant sortir au pub du centre ville après une journée bien employée à sculpter ou à jardiner. Ce pub était le seul du village, l’unique endroit pour consommer autre chose que du thé. Duncan McKenzie, le taulier et Oswin étaient devenus amis, il leur arrivait de passer la nuit à refaire le monde autour d’une bonne bouteille de Whisky, après la fermeture. Oswin revenait de six mois de travail sur un projet de parc urbain à Bruges. C’était intense et passionnant, elle était pourtant heureuse de retrouver la torpeur de son village écossais. Wil avait mis de côté une de ses meilleures bouteilles pour l’occasion. Oswin ne vint jamais.
12
41
263
13

Vous aimez lire Je suis une loutre ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0