Souvenirs, souvenirs...

2 minutes de lecture

- Léa ? Léa, vous m'entendez ?

Je mets quelques secondes à réaliser que mon professeur de français est en train de me parler. Je lui réponds, distraite :

- Oui, professeur.

- Le cours se trouve au tableau, pas dans les feuilles des arbres, alors cessez de regarder par la fenêtre !

- Oui, professeur.

Je sens tous les regards tournés vers moi. J'ai l'impression de suffoquer. C'est insupportable. J'ai l'impression que, d'un simple regard, tout le monde peut deviner ce secret qui me hante et qui a ruiné ma vie. J'ai l'impression d'être jugée et moquée. J'ai juste été reprise parce que je «rêvassais» mais leurs regards me transpercent et j'ai l'impression d'être coupable de bien plus...

Coupable d'avoir oublié mon livre sur le banc du Pamu, coupable de n'avoir pas su me défendre et fuir, coupable d'avoir été violée, coupable de n'avoir pas supporté «ça». Coupable, coupable, coupable, et encore coupable ! Coupable de TOUT !

Je regarde le professeur dans les yeux. C'est une belle jeune femme, dans la trentaine. Avant tout «ça», je voulais suivre ses traces et j'enviais sa beauté. Maintenant, j'envie Quasimodo et ses bosses ! Dans mon regard, je projette toutes mes peines, toutes mes colères et toutes mes peurs. Toute ma détresse aussi.

Je ne sais pas si elle a compris quoi que ce soit, mais elle ordonne aux élèves de s'occuper de leurs cahiers au lieu de me regarder. Elle se désintéresse de moi et reprend son cours.

J'ai besoin d'évacuer l'angoisse, la culpabilité et la douleur que je ressens. C'est plus fort que moi, je prends ma pourprée de secours, dont je n'arrive toujours pas à me débarrasser, et commence à me taillader, les bras cachés derrière mon casier. Obnubilée par ma pourprée, je sursaute lorsque la cloche sonne l'heure du repas. Je m'empresse de cacher mes plaies avant de sortir de la classe.

Alors que nous marchons vers la cantine, je remarque les regards que Salomons et Sophies s'échangent : ils s'inquiètent pour moi et ont décidé de m'avoir à l'oeil, je ne suis pas dupe ! Nola, Larissa et Steeven ne se rendent compte de rien.

Lorsque Larissa passe sa main dans ses cheveux et que j'entends son bracelet tinter, j'ai un flash, que je ne comprends pas vraiment et dans lequel tout est trop sombre et rapide pour que je distingue vraiment quelque chose. En réalité, même si j'ai plein de flash, le seul qui est très clair dans mon esprit et qui ne change jamais de réalité est celui dans lequel mon livre tombe sur le sol et qui survient presque à chaque fois que quelqu'un fait tomber un livre  ou un cahier.

Le flash a duré moins d'une seconde, mais je sais qu'il a réussi à me ternir la journée entière. Je continue cependant d'avancer, faisant de mon mieux pour paraître naturelle.

Annotations

Recommandations

WonderlandMcCan03

Je coule, je me noie,
Je t'en prie sauve-moi.
J'ai mal, j'ai froid,
Ne me laisse pas là!
Pourquoi tu m'ignores quand je t'appelle?
J'aimerais faire de nous quelque chose d'éternel.
Quand je crie ton nom je sais que tu m'entends
Mais c'est comme si tu n'avais pas le temps.







2
1
2
0
Défi
Catherine_Orselant
Inspirée par le mouvement #metoo, j'avais d'abord écrit ce texte du point de vue du producteur véreux et salace qui exploite les aspirantes actrices. Mais il me semblait assez naturel qu'il défende son point de vue. C'était trop évident. Je me suis alors demandé comment une femme pourrait défendre ce point de vue. Alors, j'ai remanié et réécrit le texte depuis le point de vue d'une femme, qui de facto excuse et même déresponsabilise son mari.

Mon parti pris est qu'à moins d'être atteint d'une pathologie comme les psychopathes, les méchants ne le sont que parce qu'ils choisissent des moyens douteux d'atteindre un objectif qui bien souvent est tout aussi louable que celui des gentils. En somme, la fin justifie-t-elle les moyens?

Le titre du texte est le contrepied de #metoo. La traduction française en serait #moinonplus. Il va de soi que je ne cautionne en rien les propos tenus ici, qu'ils relèvent de la fiction et que toute ressemblance avec un personnage réel est purement fortuite.
1
1
0
5
L.A. Traumer
Soixante-dix ans après que la Septième Colonie a atteint le cœur de la Galaxie 77, un ennemi inconnu s'attaque à ses exploitations minières et ses convois. Devant ces agressions répétées, la colonie se trouve dans l'obligation de revoir sa position sur le pacifisme et de créer une police de l'espace.
Spiros, un jeune passionné de pilotage d'astronefs, décide de faire ses preuves au sein de cette nouvelle force défensive en s'engageant comme cadet à l'académie de police. Il y fait la rencontre de Julius, un Néo-sapiens qui désire changer le regard que les colons portent sur ses semblables. Tous deux ont à cœur de défendre leur patrie mais entre des amours difficiles, un passé douloureux, des convergences d'idéaux et la découverte de la nature violente de l'homme, seule la foi en l'Éternel sera leur véritable appui.
Dans une ambiance spacesynth, ce nouveau space opera vous emmènera aux confins de l'Univers à la rencontre d'un nouveau monde idéal où la charité et l'amour sont dans le cœur de ses habitants.

Cependant, le côté sombre de la nature humaine cherche toujours à refaire surface...
2
3
7
40

Vous aimez lire Je suis une loutre ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0