3. Moment fatidique ?

2 minutes de lecture

Bon... Je me lance et je sonne à la porte. J'entends son chien aboyer et lui qui l'engueule. Au moins, je ne me suis pas trompée d'adresse. Ha oui... Je vous ai pas dit ! Evidemment, il ne m'avait pas donné son adresse. J'ai dû la trouver moi-même. Enfin, plus précisément avec l'aide d'un ami un peu "Geek". Je n'allais quand même pas laisser ce tout petit détail de rien du tout m'empêcher d'arriver à mes fins quand même. C'est mal me connaître. Machiavélique ? Non. Pragmatique, malade et n'ayant plus de temps à perdre.

Il ouvre la porte et me dit : "Oui, c'est pour quoi ?" Ne m'a-t-il pas reconnue ? Cela ne fait pas si longtemps qu'on s'est virtuellement vu pourtant ? J'ai un pincement au coeur en imaginant qu'il m'ait déjà oubliée.

Histoire que vous compreniez bien, je vais quand même vous raconter deux ou trois choses supplémentaires concernant notre "relation".

On s'est connu via un site de rencontre sur internet. Pas très original me direz-vous, mais c'est comme ça. La banalité à l'état pur. Il cherchait à pimenter sa vie de couple monotone et s'ennuyait dans son travail. De mon côté, après une relation de couple de longue durée qui avait pris fin un an auparavant, je recherchais juste un peu d'amusement. J'étais ouverte à toute proposition sauf celle d'une relation stable et exclusive. Un homme marié me convenait donc parfaitement.

Nous communiquons pendant environ trois mois, majoritairement sur des thèmes explicitement sexuels. Je deviens assez rapidement "accro". J'ai besoin de recevoir de ses nouvelles (mais toujours quand il travaille). Évidemment, je ne peux pas le contacter hors des heures de boulot. Il a trop peur que Madame n'apprenne quelque chose. Malgré cette peur, il envisage pourtant une rencontre. Ça tombe bien car je suis raide dingue de lui et je me dis qu'une rencontre pourrait peut-être briser le charme, me ramener à la réalité. Seulement voilà... Après le week-end de leur anniversaire de mariage, il m'informe qu'on ne peut plus discuter ensemble. Il a trop peur de perdre ce qui lui est le plus cher. Traduction : il a peur de perdre sa femme.

Soyons honnête : ça fait mal ! Un mal de chien ! Un truc qui vous brûle les entrailles et vous donne envie de hurler toute seule au fond d'un bois (oui, je reste très pudique sur mes sentiments). Je me suis sentie comme une sous-merde. Ça me changeait du sentiment d'être une princesse, une reine guerrière et sexy pendant ces trois mois avec lui. Après quelques semaines d'abstinence forcée, de pleurs dans des endroits improbables et des tonnes de sucreries, j'ai commencé à revivre. Quand j'avais une baisse de régime, je pensais à mon mantra : "tu ne veux pas de moi, démerde toi." En choisissant un homme marié, je savais dans quoi je mettais les pieds. Surtout qu'il avait toujours été très clair avec moi : je passais après sa femme. Mais entre le savoir et le vivre... et ben c'est pas pareil !

Bref, je commençais à faire mon deuil de cette relation purement virtuelle quand deux choses sont arrivées plus ou moins au même moment : 1) le fameux de coup de fil qui change une vie et 2) un sms qui dit "Je sais qu'on ne peut pas se parler mais je pense à toi." Et hop, ni une ni deux, me voilà en train de préparer mon voyage pour aller le retrouver, sans avoir répondu à ce foutu sms.

Annotations

Recommandations

MAZARIA
Saga post apocalyptique s'étendant sur 300 ans... Pourvu que je ne mette pas aussi longtemps pour l'écrire!!!

"L'Histoire de nos ancêtres, fragments, pages, miettes, moments retrouvés dans les décombres, images d'autres temps sorties de l'oubli."
259
329
235
287
Fred Larsen
La petite histoire (en marge de la grande Histoire) sur deux équipes scientifiques concurrentes avec d'un côté le CEA et la mise au point de la dissuasion nucléaire française et de l'autre l’ancêtre de Ariane Espace pour la mise au point de la fusée Véronique. Tout cela se passe entre 1950 et 1960.

J'ai pris volontairement des libertés avec cette grande Histoire avec un H majuscule pour les besoin de mes petites histoires avec h minuscule.
63
104
34
52

Vous aimez lire Léa Labranche ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0