Chapitre 2

8 minutes de lecture

-Et il a accepté ? me demanda Amy au bout du fil.

-J'étais un peu étonnée mais oui. Du coup il va devoir improviser pendant une de ses répétitions et m'envoyer une vidéo en privé comme preuve.

-Mais si son patron est dur avec lui, tu ne crois pas que ça risque d'empirer les choses ? s'enquit mon amie.

-C'est possible, avouais-je. Mais je ne crois pas. Que veut-tu qu'il lui fasse ? Ce n'est qu'une répétition et tous les acteurs tentent une improvisation à un moment ou à un autre pour s'approprier le texte sans gêner les autres, ça fait partie du métier. Je veux juste que son chef de troupe se rende compte que Jérémy n'est pas docile et qu'il peut se faire entendre de temps en temps.

-Je comprends. Nous aussi au patinage on doit sortir de notre programme quand on sent que l'on peut faire mieux que ce qui était privé. L'art n'est pas figé de toute façon. J'espère vraiment que ça ira bien pour lui. Ewen et moi comptons aller voir sa prochaine représentation, je te dirais comment c'était.

Amy dû voir ma jalousie sur mon visage puisqu'elle ajouta :

-Je suis désolée Assna, c'était maladroit. Je sais à quel point tu voudrais être ici. Mais tu es bientôt en vacances avec la fac, tu ne pourras pas venir quelques temps en Angleterre ? Ça vous ferait du bien à tous les deux. Il a beau essayé de te le cacher derrière son écran mais Jérém' est vraiment sensible est tout ça le ronge autant que toi. Et puis, ça me ferait plaisir à moi aussi de te voir.

Je me mordis lèvres pour retenir le sanglot qui menacer de franchir mes lèvres. Je ne voulais pas que Jérémy souffre à cause de moi. Je savais que j'allais bientôt craquer si on continuait à parler de ça alors je choisi de changer rapidement de sujet.

-Au fait, ça avance ta recherche d'appartement avec Ewen ?

Mon amie me lança un regard éloquent, ayant parfaitement compris ma manœuvre mais me répondit tout de même.

-On a fait quelques visites ce matin et on a déposé une demande pour petite maison mais on attend encore la réponse. On a de la chance, le père d'Ewen a tenu à payer les deux tiers de la maison. On a déjà dû batailler pour qu'il nous laisse en payer un tiers. Je sens déjà qu'il va se rattraper avec les meubles, soupira-t-elle.

-Bah, je suppose que c'est sa manière de rattraper pour toutes ses années d'absence.

-C'est un peu tard mais c'est mieux que rien. Je suis surtout contente pour la petite sœur d'Ewen, elle avait vraiment besoin d'une présence parentale.

-Mouais, répliquais-je, pas très convaincue. Dis surtout que ça t'arrange qu'il n'ait plus à s'occuper tout le temps de sa petite sœur parce qu'il peut plus s'occuper de toi à la place.

Je vis Amy piquer un fard à l'autre bout du fil et éclatai de rire.

-Wow, je ne sais pas ce qu'il se passe dans ta tête mais je crois que j'ai une idée de comment vous dépensez ce temps gagné.

-Peu importe, fit-elle en balayant ma remarque d'un geste de la main. J'ai vraiment hâte d'emménager avec lui. Non andouille, pas pour les raisons que tu crois ! ajouta-t-elle en voyant mon regard entendu. C'est juste qu'on passe notre temps à dormir l'un chez l'autre et à s'entraîner ensemble alors ce sera plus simple quand on sera vraiment installés ensemble.

-C'est normal et puis vous avez besoin d'avoir votre intimité.

Elle m'approuva d'un signe de la tête. Je vérifiais l'heure et constatai qu'il était déjà presque quatorze heures.

-Il faut que je te laisse Amy, mes cours reprennent bientôt.

-Tu vas en quoi là ?

-Communication et culture de la mode et après on travaille sur nos projets professionnels.

-Oula, bon courage alors. Allez, je te laisse, il faut que j'aille m'entraîner pour le championnat régional dans un peu plus de trois semaines.

-Tu y participes ? m'étonnais-je comme elle ne m'en avait jamais touché mot avant.

-Non mais Ewen et moi ouvrons la compétition, le gérant du concours nous l'as proposé. On va leur montrer un nouveau programme et on n'est pas encore tout à fait au point.

-C'est sympa ! J'aurais bien aimé voir ça. Bon allez il faut que je te laisse. À plus !

-Une prochaine fois, promis ! À bientôt Assna.

Je retirai mes écouteurs et me levai du banc sur lequel je m'étais assise pour appeler Amy pendant ma pause déjeuner. Je savais que j'avais de la chance de pouvoir étudier ce que j'aimais ici, à la belle université de Lyon 2 mais il y avait des jours où je voulais juste que la journée se termine au plus vite. Je pris pourtant soin de bien prendre des notes pendant les deux premières heures, enregistrant même le cours avec mon téléphone pour le réécouter chez moi plus tard. Seulement, à mon plus grand malheur, je me retrouvais assise juste devant Elena au cours suivant. Cette fille m'avait pris en grippe dès le premier jour lorsque je l'avais accidentellement bousculé. Il me semblait avoir gâché son brushing spécial rentré ou quelque chose comme ça. Et dire que des filles comme ça échouaient ici. Je décidai de l'ignorer royalement et m'appliquai à dessiner le nouveau design d'un haut pour mon projet de fin de semestre.

Nous devions présenter le design complet d'un vêtement de notre choix toute en respectant le thème de "ciel étoilé". Le croquis était à rendre dans deux jours et j'avais presque terminé mon travail. Il ne me restait plus qu'un dernier schéma à faire des finitions à faire au niveau des épaules et tout serait bouclé. J'étais tellement concentrée sur ce que je faisais qu'il m'était facile d'ignorer les coups de stylos d'Elena sur ma tête. Si ça lui faisait plaisir, grand bien lui fasse ! Je n'étais pas d'humeur à me confronter à elle aujourd'hui. Toutefois, mon manque de réaction dû lui déplaire puisqu'elle finit par se pencher par-dessus moi et par vider une cartouche d'encre sur la feuille sur laquelle j'étais en train de travailler. Je me figeai un instant, stupéfaite. Je n'en revenais pas, elle n'avait jamais été aussi loin dans ses provocations mesquines. Rouge de rage, je me retournai vivement et lui mis une claque magistrale. Il me sembla même que le bruit résonna dans l'amphithéâtre, qui était assez petit comme nous étions en cours d'option. Elena me fixa d'un air choqué avant de se reprendre et de s'égosiller dans mes oreilles.

-Non mais tu es folle ? Les gens incapables de se tenir comme toi devraient être interdits ici !

-Pardon ? Tu viens de gâcher mon projet et c'est mon que tu traites de folle ? lui répondis-je sur le même ton.

-Je t'ai rendu service figure-toi. Qui porterait ce genre de chose ringarde ? Tu devrais être en train de me remercier et de me dire que tu regrettes.

- Te remercier ? Et puis quoi encore ?

Je pris mes affaires, prête à m'en aller dans ma fureur, ignorant totalement la prof qui tentait de nous reprendre à l'ordre.

-Et oui tu as raison je regrette. Tu me dégoutes tellement que je me sens sale rien que de t'avoir touché. Toi et moi on ne joue définitivement pas dans la même catégorie. Et puis sérieusement, ajoutais-je en m'essuyant la main sur l'arrière de mon jean, qui a l'idée de mettre autant de fond de teint ?

Je m'en allais sans attendre sa réponse, tant pis pour la dernière heure. Cette fois, c'était la goutte de trop. Si je m'étais retenue d'exploser devant ses précédents enfantillages, il était hors de question que je la laisse aller plus loin. Elle allait commencer à gouter à mes répliques bien senties ! Je passai le trajet du retour à ruminer, ne pensant plus qu'à rentrer et à appeler Jérémy. En effet, vingt minutes plus tard le pauvre était en train de m'écouter verser toute ma rancœur au téléphone.

-Non mais tu te rends comptes ? Qu'elle m'insulte passe encore mais il est hors de question qu'elle gâche mon travail !

-Du calme ma belle ! Tu es une vraie lionne quand tu t'énerves.

-J'aimerais bien t'y voir tiens ! Je n'y crois toujours pas qu'elle ait eu le culot de me provoquer et de critiquer mon travail.

-Et bien montre-lui qu'elle a tort, me répondit-il calmement.

Je clignai des yeux.

-Comment ?

-Tu es une compétitrice, non ? Je te mets au défi de lui faire ravaler ses mots en lui mettant une claque bien différente. Présente un projet infiniment plus original qu'elle et bats-la. Au fait, j'attends ma preuve en photo.

Un sourire gagna mes lèvres malgré moi.

-Défi accepté ! Tu vas voir, je ne vais en faire qu'une bouchée.

-Oh ça je n'en doute pas ma lionne, je te fais confiance là-dessus, m'assura-t-il en me rendant mon sourire.

-Quant à toi, ne crois pas que j'ai oublié ton défi. Et je me souviens que ta prochaine répétition est demain. Je compte sur toi pour clouer le bec à ce type avec tes talents d'acteur.

Une heure plus tard, l'ambiance était toujours légère et joyeuse quand nous avons dû raccrocher. Je m'étais dépêché de manger avec ma mère pour remonter dans ma chambre. Mes conversations avec Amy et Jérémy se mélangeaient dans ma tête. Je repris mes précédents croquis pour les retravailler. J'allonger la coupe de mon haut de départ pour lui ajouter un fin volant. Le haut de mon désormais justaucorps était d'un violet foncé brillant, avec des strass au niveau de la taille et la légère jupe était faite dans un tissu noir. Les coutures des manches s'étalaient pour former des constellations d'étoiles et la robe était ouverte dans le dos avec quelques strass qui suivaient la forme de la fente. Je m'étais dépêché de reproduire grossièrement l'idée que j'avais eu en tête mais j'étais déjà fière de moi. Je sentais que mon idée était bonne et comme me le disait souvent mon grand-père, j'avais un très bon instinct.

Je savais que je devrais bosser pas mal de temps pendant la nuit pour pouvoir rendre mon projet à temps mais je savais que j'en étais capable si j'aimais ce que je faisais et que je le faisais avec passion. Avant de me lancer dans ma lourde tâche, je pris mon téléphone que j'avais abandonné sur mon lit pour envoyer un message à Amy.

Ça te dirait que je te crée ta tenue pour ce championnat ?

J'en serais ravie ! :)

Qu'une patineuse comme Amy porte une de mes tenues serait une grande chance pour moi. Je me retroussai les manches et sortis tous mes instruments de travail avant de m'y mettre sérieusement. Il semblait que j'avais une tenue pour un championnat à confectionner.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Défi
Léonie .
réponse à "Rongé.e par ce regret" de Justine Laurent
3
1
7
2
Marie Val


Frappé et racketté par ses “amis”
Il ne supporte plus sa vie
Il n'en peut plus de vivre dans la peur
Un matin ses parents, en le trouvant, poussent un cri d'horreur
Dans la nuit, il s'est ouvert les veines
Pour mettre fin à sa peine.
                                            Marie Val- C'est la vie, Pas le paradis©
4
4
0
0
Défi
Zorbodile
Je sais que le défi a déjà plusieurs mois mais j'avais trop envie d'essayer^^ Alors on verra si j'arriverai à m'y tenir.
102
37
1
2

Vous aimez lire EightNoAme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0