Prologue

Une minute de lecture

La première fois que je l'ai vu, c'était déjà au travers d'un écran. Était-ce alors un signe que cet écran serait toujours là pour nous séparer ? Il m'était pourtant impossible d'ignorer ces regards entre nous. Ces regards qui ont la capacité de m'embraser en un instant et dont je ressens toute l'intensité comme une caresse effleurant mon corps. J'avais toujours trouvé ridicule ceux qui vivaient un amour à distance. Maintenant, je compatissais avec eux. Je ressentais à chaque instant chacun des 997 kilomètres qui nous séparaient. Il était difficile de vivre quand notre cœur et notre esprit n'étaient pas dans la même ville. Nous appréhendions chacune de nos rencontres. Elles étaient sources à la fois d'excitation et de crainte. D'un grand bonheur suivit d'un déchirement au moins aussi intense.

Nous nous rapprochions à chaque fois que nous avions l'occasion de nous voir et chaque retour à la réalité était de plus en plus brutal. Nos amis les plus proches nous disaient que nous nous faisions au final plus de mal que de bien mais après de nombreux break, nous nous étions rendus compte que nos sentiments étaient trop forts pour être effacés pour une raison de kilomètres. Nous étions sur la même longueur d'onde et tout se passait pour le mieux lorsque nous nous voyons. Au final, ça nous faisait plus de mal de nous séparer en sachant que nos sentiments étaient les mêmes. Alors nous avions décidés de rester amis. La distance était trop grande pour nous permettre d'être plus que cela. Nous avons continué à nous parler tous les jours car nous aimions savoir ce que l'autre faisait de ses journées. Nous avions beau ne pas être en couple, nous avions tous deux d'un accord tacite décidé de ne rien faire avec quelqu'un d'autre. Quelle ironie, nous étions si loin mais nous n'arrivions pas à nous détachés l'un de l'autre. Seulement, j'étais bien naïve de penser que nous pourrions calmer les choses avec cet arrangement. J'allais enfin comprendre le sens du dicton "l'amour n'a pas de frontière"...

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 2 versions.

Recommandations

Défi
Léonie .
réponse à "Rongé.e par ce regret" de Justine Laurent
3
1
7
2
Marie Val


Frappé et racketté par ses “amis”
Il ne supporte plus sa vie
Il n'en peut plus de vivre dans la peur
Un matin ses parents, en le trouvant, poussent un cri d'horreur
Dans la nuit, il s'est ouvert les veines
Pour mettre fin à sa peine.
                                            Marie Val- C'est la vie, Pas le paradis©
4
4
0
0
Défi
Zorbodile
Je sais que le défi a déjà plusieurs mois mais j'avais trop envie d'essayer^^ Alors on verra si j'arriverai à m'y tenir.
102
37
1
2

Vous aimez lire EightNoAme ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0