Épilogue

3 minutes de lecture

Lorsqu'elle s'éveilla, une multitude de visages l'entourait. Certains étaient soucieux, d'autres soulagés, mais parmi toutes ces formes indistinctes, seule une lui semblait familière. Elle battit plusieurs fois des paupières et l'image se précisa. Des cheveux blancs hirsutes, une épaisse moustache, des joues rebondies. Son père se tenait au-dessus d'elle, les yeux brillants de larmes.

— Elle est consciente ! s'écria-t-il, des trémolos dans la voix. Allez chercher Grace !

Les formes se mirent en branle et quittèrent son champ de vision.

— Papa ? croassa-t-elle, la gorge râpeuse comme du papier de verre.

— Je suis là, ma Chérie.

— Donnez-lui un peu d'eau, commanda une autre voix.

Un second visage apparut, tout en longueur et en angles droits. Belle fronça les sourcils mais saisit le verre qu'on lui tendait.

— Je crois qu'elle ne se souvient pas de moi, fit l'homme d'un air déçu.

Un autre se pencha sur elle. Il arborait une fine moustache et des boucles sombres encadraient son visage rond. Belle faillit s'étrangler avec son eau.

— Big Ben ? Lumière ? s'exclama-t-elle entre deux quintes de toux.

La mine des serviteurs s'éclaira au moment où les portes de la chambre s'ouvrirent à nouveau. Un éclair gris bondit sur le lit et vint se frotter à son bras. Il s'agissait du chat que Belle avait croisé dans les couloirs du château. Les trois hommes s'écartèrent pour faire place à la nouvelle venue.

Une élégante silhouette approcha. La traîne de sa robe vaporeuse semblait flotter derrière elle telle la voile d'un navire battue par le vent. Ses cheveux d'un roux flamboyant ruisselaient en longues mèches soyeuses sur ses épaules dénudées. Belle n'avait jamais vu le visage délicat qui la contemplait, un sourire lumineux accroché aux lèvres. En revanche, elle connaissait ces yeux. Un éclat d'ambre brillait au fond du regard bienveillant que la princesse lui adressait.

— Grace…, souffla la jeune fille.

La maîtresse des lieux s'assit à côté d'elle et prit sa main entre ses doigts redevenus graciles.

— Bonjour, Belle.

Sa voix n'avait plus rien d'un croassement. Elle était aussi mélodieuse que le chant d'un oiseau.

— Je- Vous-

Belle était abasourdie. Les mots restèrent coincés dans sa gorge nouée par l'émotion.

— Vous nous avez sauvés, déclara la princesse, serrant les doigts de Belle entre les siens. Après vous avoir blessée, le chasseur a voulu prendre la fuite mais votre père lui a brisé un vase sur le crâne !

Maurice et les autres rirent à ces mots. Le regard de Belle glissa sur son père dont la moustache frétillait de fierté. Mais son cœur se serra au souvenir de Gaston pointant son fusil sur Grace.

— Votre père nous a fait part du comportement de cet homme à votre égard, reprit la princesse, comme si elle avait lu dans ses pensées. Sachez que rien de ce qui s'est produit n'est votre faute. Vous vous êtes comportés en héros, tous les deux. Et votre sacrifice nous a sauvés. Vous avez réussi, Belle. Vous avez brisé le sortilège.

Les yeux de la jeune fille s'emplirent de larmes tandis qu'un sourire naissait sur ses lèvres. Belle pleurait et riait à la fois. Les mots lui manquaient pour exprimer sa joie et son soulagement. Elle avait réussi. Grace et les habitants du château étaient libres. Toutefois, une menace continuait de planer sur leur vie. La princesse interpréta son regard, qui s'était assombri.

— N'ayez crainte, ma sœur ne nous fera plus aucun mal. D'après le messager que nous avons envoyé, la maladie dont souffrait notre père l'a emportée il y a quelque temps...

Ce qui signifiait qu'à présent, Grace régnait sur l'ensemble du royaume. L'annonce de la nouvelle gonfla le cœur de Belle d'une intense chaleur. N'y tenant plus, elle se jeta au cou de Grace pour la serrer dans ses bras. La princesse gloussa et lui rendit son étreinte.

Elles restèrent ainsi un moment, sous les regards pétillants de Big Ben, Lumière et Maurice. La peau de Grace était tiède sous les doigts encore engourdis de la jeune fille. Il émanait d'elle une agréable odeur de pivoine et d'iris. Belle prit une longue inspiration. Il lui fallut tout le courage du monde pour s'arracher à son amie. Lorsque leurs yeux se croisèrent et qu'elle vit son émotion se refléter dans les prunelles dorées de la princesse, Belle sut qu'elle était à sa place. Elle avait trouvé son âme sœur.

FIN

Annotations

Recommandations

Cornedor
"Souviens-toi. Reste toujours un pas derrière elle. Tu es son Ours, tu es là pour la protéger. Si je vois une seule égratignure sur elle, tu seras fouetté. "
------------
L’année de ses quinze ans, Auroq est vendu comme esclave à la Maison.
La Maison, cet édifice gigantesque... Ce lieu d’où on ne revient pas. Là-bas, on dit que tout n’est qu’or, soie et bijoux précieux. Là-bas vivent les Renardes, ces dames mystérieuses qui règnent sur son peuple.

Auroq refuse de courber l’échine. Il est prêt à tout pour retrouver son frère, perdu dans les entrailles de la Maison. Mais lorsqu’on lui confie une petite Renarde boiteuse, leur vie à tous les deux s’en retrouve bouleversée...

Mêlée d'amour, de fraternité et de trahison, leur histoire risque de mettre leurs deux peuples en danger.

------------
TW : violence et violences sexuelles
2322
3074
5591
759
Ana F.
[EN COURS]
1290
2380
9798
553
Défi
<3 Boutdecoeur

Thomas, il y a tant de choses que tu ignores. Comme par exemple les choses, toutes différentes, que je vais te citer dans cette lettre.
On se connait depuis tout petits. Mais, il nous a fallu arriver au collège pour que tu daignes me regarder, me jeter un regard, celui qui fait tant frissonner les filles comme moi. Je sais bien pourquoi dès le collège, tu me fixais sans arrêt. J'avais hérité de ma mère ses formes savoureuses, et ses cheveux doux et soyeux. Mais, tu le faisais avec toutes les filles. Tu voulais paraître cool, alors tu matais comme tous tes amis.
Ta première copine, c'était Julia. Tu sais, ma meilleure amie de l'époque. Celle qui le savait, qui avait deviné, sûrement à cause de tous ces coups d'oeils que je te jetais en douce, pendant les cours, ou bien à la récréation. Je voulais absolument voir si toi aussi tu me regardais.
Au lycée, on était encore dans la même classe. Coup du destin ? Peut-être. Je me souviendrais toujours des années lycée, parce que c'est la première fois que tu m'as vraiment parlé. Pas par obligation. J'étais sur un banc, près de l'entrée du C.D.I, et tu es venu, avec ta casquette noire et blanche, et ton sweat bordeaux que tu adorais porter. Il sentait bon la vanille, car je me souviens que tu prenais toujours des biscuits à la vanille, fait main par toi-même. Tu te vantais toujours de tes talents de pâtissier. Je reconnais que tu étais doué. Ce jour-là, donc, tu étais venu, et je t'avais fais une place sur le banc. Il n'y en avais pas beaucoup, alors on s'est serré. J'avais très chaud, et ce n'était pas à cause de la saison... j'avais affreusement envie de t'embrasser. C'est toi qui a fait le premier pas. Tes lèvres étaient douces et chaudes. Toujours avec ce goût de vanille.
Après, j'étais rouge et je suis partie en courant. Seulement, il s'est passé cette chose horrible, dont je ne m'en remettrais jamais.
Si j'étais restée, tu n'aurais pas tenté de me rattraper en courant, et ce camion qui livrait des fournitures ne t'aurait pas renversé.

p

'

.
.
Si je t'ai écrit cette lettre, c'est pour que tu saches que je m'en veux énormément. Tu ne retrouveras peut-être jamais l'usage de tes jambes de footballeur. Alors je comprendrais si tu ne veux plus me parler, même si je me demanderais toujours pourquoi tu m'as embrassé. Je ne connaiterais pas la réponse, mais au moins je te sais en sécurité à l'hôpital, là où je sais que je ne pourrais venir t'embêter.
Tu vois, les autres te trouvent d'une beauté banale. Le classique du brun aux yeux verts. Mais moi, ce que je vois, c'est un adorable garçon aux cheveux couleur noisette, toujours un peu décoiffé, aux irrésistibles yeux verts qui pétillent de malice.
Mais surtout, je veux absolument que tu saches que...
Je t'aime, et rien que tu puisses dire ou faire ne changera mes sentiments envers toi.
Emily.


t
3
9
22
2

Vous aimez lire CammieH-L ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0