Chapitre 2 : Le cauchemar continu

4 minutes de lecture

- Pfiouuu !!! Je suis crevée.


Je me laisse tomber sur mon lit complètement lessivée. Les jumeaux ne m’ont pas épargné aujourd’hui, entre les jeux, la séance de coiffure qui s’est terminée avec une énorme araignée sur la tête de Luna, moi qui me suis mise à hurler comme une malade et Léo super fier de sa blague qui rigolait à s’en tordre les boyaux. J’ai quand même réussi à lui retirer cette horrible bestiole de malheur en poussant des cris d’hystérique. S’en est suivi une bagarre mémorable qui s’est finie par l’intervention de maman qui est arrivée comme une furie pour m’aider à les séparer. Le repas a été plus que calme, quand maman s’énerve tout le monde se tait, on n’a pas envie de mourir. Quand le repas fût terminé les jumeaux ont été prié de regagner leur chambre illico presto. 


Après avoir fini de nettoyer la vaisselle avec ma mère, nous nous sommes installées devant la télévision pour regarder les infos. Un flash spécial était diffusé sur les récentes disparitions qui sévisse dans la région. « J’en connais un qui va pas être content. » Au même moment le bruit de la porte d’entrée se fit entendre , annonçant l’arrivée de mon père. Le pas lourd il vint nous souhaiter bonsoir, jeta un œil sur l’écran de la télé et est reparti directement dans la salle de bain, en bougonnant. 


Je ferme les yeux un instant histoire de me remémorer cette journée. Y a pas à dire on s’est quand même bien amusé, c’était trop cour.


Et dire que demain nous sommes lundi. J’aime pas le lundi faut retourner au lycée. Je ne suis vraiment pas à l’aise parmi tous ces gens.  J’ai toujours eu beaucoup de mal à aller vers les autres du haut de mes 17 ans bientôt 18, je suis une irrécupérable asociale. En dehors de chez moi, je me méfie de tous. Je ne  me suis jamais sentie à ma place parmi les gens de mon âge. Il n’y a qu’avec ma meilleure amie que j’arrive à communiquer sans bafouiller. 


Un bruit de l’autre côté du mur m’arrache à mes réflexions. Je tends l’oreille et pousse un soupir, qu’est-ce qu’ils sont encore entrain de fabriquer ces deux-là, ils devraient dormir depuis longtemps.


Je cogne contre le mur. Un chut prononcé et des gloussements me reviennent en échos.


- Ça suffit maintenant allez-vous coucher, vous avez fait assez de bêtises pour aujourd’hui.


- Désolé !!! Me répondent-ils en chœur.


Je n’ai aucun mal à imaginer la tête qu’ils doivent faire. À la fois penaud et surexcité d’avoir été pris en flagrant délit de bêtises.
Le sourire aux lèvres, je vais préparer mes affaires pour mes cours de demain. Les deux premières heures droit. La barbe !!! Rien de tel pour se rendormir. Suivis d’une heure de mathématique et d’une d’anglais. Désespérant !!! Je sais pas qui est le con qui a … oh si je sais !!! Le terme « conne » serait plus approprié dans ce contexte, c’est cette vieille harpie de Mlle Blanche de Cadamarait, la directrice. Cette vieille chouette à dû être mise au monde, juste pour emmerder les gens autour d’elle.
Je fourre rageusement mes bouquins dans mon sac en pensant à la longue, très très longue journée qui m’attend demain. Je jette un dernier coup d’œil pour voir si je n’ai rien oublié et vais régler mon réveil pour 6 h. 

J’enfile un vieux short ainsi qu’un débardeur et file sous ma couette. C’est bien le meilleur endroit du monde. Je ne suis pas achluophobe, mais pour ce soir je préfère laisser ma lampe de chevet allumée. Mes yeux se ferment lentement et je prie silencieusement pour passer une nuit plus agréable que la précédente.


Sang, du sang … Je me tiens devant une porte. Je n’arrive pas à percevoir le moindre son, c’est comme si j’étais seul au monde, comme ci l’air ambiant était complètement insonorisé. Je n’arrive même pas à entendre les battements irréfrénés de mon cœur ou ma propre respiration. Je pivote à 180°. Ou suis-je ? Est-ce ma maison ? Dans cette pénombre je n’arrive pas à distinguer correctement ce qui m’entour, mais les meubles, les objets personnels me sont étrangement familier, recouvert de taches rouge sanguinolente. Je me retourne vers la porte toujours dans ce silence oppressant.

Je tends ma main et la pousse, je me retrouve dans ce qui me paraît être mon salon, mes yeux essayent de scruter l’obscurité avec difficulté. Je fais un pas. Quelle est cette sensation ? Je regarde le sol, le souffle coupé, je suis dans une mer de sang !! Partout autour de moi, le sol a pris une teinte écarlate. Quelle horreur !!! Un vent de panique s’empare de tout mon être. Calmes-toi !!! Ferme les yeux, inspire, expire. Soudain je sens une présence, je rouvre les yeux et tombe pratiquement nez à nez avec une personne entièrement vêtue de noire et enveloppée dans une sorte de brume. Je pousse un cri silencieux et recule. 


- Qui êtes-vous ? 


Ma question reste muette au fond de ma gorge. Elle ne me voit pas, ne m’entend pas. Son visage caché sous une cape, regarde fixement un point dans le salon. Je m’approche lentement pour voir ce qu’il peut bien regarder avec autant d’intensité, il y a quelque chose par terre, une masse sombre, je scrute les ténèbres environnantes. Au mon Dieu cette masse c’est un corps, je reconnais cette personne. Non impossible !! Non, non pas ça. Je hurle mais aucun son ne se fais entendre, je me précipite pour découvrir le corps sans vie de …


- Noooooon !!! Je me redresse brusquement dans mon lit.


Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

SeekerTruth
Une phrase par jour.
Une "histoire".
Une contemplation.
Un voyage.
416
486
3
3
Défi
SeekerTruth
Micronouvelles macabres.
189
272
1
4
SeekerTruth
Le Philtre des Mots est un recueil de textes et de pensées.

En espérant de tout cœur que mes mots résonnent en vous. En espérant que ma symphonie littéraire puisse vous toucher.


« Les mots sont les battements de cœur de l’écrivain »
290
592
61
15

Vous aimez lire RoseMclloyd ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0