6-2

3 minutes de lecture

Je continuais à travailler sur le projet. L’intelligence pouvait maintenant se connecter à tous les éléments matériels du serveur. J’avais vérifié un par un tous les drivers, modifiés d’une version originale pour Windows ou Linux, qui permettraient à Babette de contrôler chaque pièce de la machine. Il restait maintenant à programmer les différents apprentissages. Une grande partie des modules d’acquisition de données existaient déjà, il ne restait plus qu’à les coordonner entre eux et avec l’IA pour les rendre le plus efficace possible. Au fur et à mesure que mon travail avançait, je voyais la date d’implémentation de l’IA sur le serveur se rapprocher. Cela rajoutait à mon excitation et je redoublais de travail. J’y passais trop de temps, jour et nuit. Le jour dans mon bureau, la nuit je descendais au sous-sol dans la réserve de matériel de Nicolas maintenant transformée en bunker totalement sécurisé. C’était une telle intensité de travail que j’en oubliais parfois de manger.

Michelle m’appelait souvent, du coup j’avais le confort de ne pas avoir à y penser moi-même. Elle ne comprenait pas mon travail ni mes horaires. Elle commençait à douter, de moi, de ce que je faisais, de tout. Et une femme qui doute devient méfiante, à en perdre la confiance dans la relation elle-même. Elle se demandait surtout si je n’inventais pas tout cela pour masquer la reprise de ma relation avec mon épouse. Il aurait fallu que je fasse quelque chose pour la rassurer, mais je n’avais pas le temps, ni même le temps de penser quoi faire. Lorsque nous fûmes enfin prêt à implémenter l’IA sur le serveur, je sentis qu’il fallait que je prenne ce weekend pour le réserver à Michelle. Il risquait, par la suite, de ne plus y avoir de temps libre pendant bien longtemps, lorsque l’IA commencerait son développement. J’étais décidé à tout lui avouer, je l’aimais et il fallait me donner les moyens pour que cette relation fonctionne, il fallait qu’elle soit dans le secret, voire qu’elle m’appuie ou participe, dans une certaine mesure, à la réussite de mon projet. De toute façon, elle se posait déjà bien des questions et elle connaissait une partie de ce secret en la personne de Nikolaï. Ce weekend-là se présentait comme la meilleure opportunité, je sentais qu’ensuite il serait trop tard ; la machine serait lancée et le projet accélérant, elle ne pourrait plus prendre le train en route.

Je louai un gite rural dans la vallée d’Ossau, au fin fond des Pyrénées béarnaises. Ce lieu magnifique et apaisant pouvait être un excellent endroit pour pouvoir discuter autour de mes préoccupations et la convaincre d’adhérer totalement à mon projet. Nous nous étions organisés pour partir le vendredi soir vers vingt-deux heures, quand s’estomperaient les embouteillages de départ en weekend à la sortie de Bordeaux. Nous allions arriver tard, mais en évitant les difficultés de circulation, j’avais horreur de perdre mon temps dans le trafic routier. De toute façon, nous pouvions faire la grasse matinée aussi longtemps que possible le lendemain.

Le vendredi vers dix-sept heures, je reçus un appel. Nicolas me demandait de rencontrer sa candidate informaticienne le soir même. Je lui avais fait faux bond la fois précédente quand j’avais continué la fête avec Nikolaï. Je ne pouvais décemment pas poser un lapin une deuxième fois et il semblait que la personne n’avait pas d’autres disponibilités dans son emploi du temps. Je téléphonai à Michelle pour l’informer d’un retard possible de notre départ, puis j’attendis l’heure du rendez-vous dans mon bureau. Ayant épuisé les tâches à accomplir, je rêvassais en patientant devant mon ordinateur sur lequel je faisais défiler les unes des versions numériques des grands quotidiens d’information.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 4 versions.

Recommandations

Défi
Sombre d'Ombre
Réponse au défi "une phrase par jour".
J'ai bien peur que le défi ne soit pas tout à fait respecté parce que ceci n'est pas une histoire et qu'il n'y a pas toujours qu'une phrase... Ne m'en voulez pas !
1048
793
36
8
lecossais
1216, quelque part au Nord de la France. Un enfant est recueilli par le Monastère... Marqué par la Lumière, il va réaliser son destin et participer à différentes aventures où la Musique aura toute son importance.

(Contrairement à mes autres textes, celui-ci n'est pas du tout érotique... Juste une histoire qui me trotte dans la tête depuis maintenant plusieurs mois et que j'ai envie de vous raconter, une histoire qui marie époque médiévale et musique.

Même si je suis passionné par le Moyen Age, je prends des libertés avec l'époque et le lieu... Je n'ai pas envie d'être dans le 100% véridique historiquement, j'ai juste envie de raconter une histoire qui se passe à cette époque. Merci pour votre indulgence !)

Photo : Château et cimetière de Bours (Pas de Calais, prise par mes soins en septembre 2019)
317
533
384
145
Sombre d'Ombre
Ceci est un petit recueil de poèmes assez souvent tristes et sombres. Attention, il ne respecte que assez rarement le même nombre de syllabe !


Image de Y_Y sur Twitter
73
84
9
2

Vous aimez lire philippemoi ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0