Le cri

3 minutes de lecture

C'est un jour sans. Il fait beau dehors. J'aurais tellement de choses à dire. Il ne faut pas se plaindre. Il ne faut pas. Pourtant. Je me sens abandonnée. Je sais que ça n'a aucune sorte d'importance dans la course du monde, et pourtant, depuis mes yeux, c'est le monde qui est autour de moi. Comment ne pas devenir folle? Les contradictions s'empilent. On nous a appris qu'il était impossible d'être partout et nulle part à la fois. Que tout est le contraire de rien. On nous a appris beaucoup de choses, que l'on a crues ou pas. Pourtant.

Pourquoi, comment m'en vouloir encore? Si j'étais certaine qu'elles comprennent, qu'ils comprennent tous, je dirais ma vérité. J'essayerais. Est-ce de l'égocentrisme, est-ce pour éviter de sombrer la folie qui frappe à ma porte? Nous ne comprendrons jamais rien à l'Homme. Ces temps je suis perdue. Je suis tout et rien à la fois, n'en déplaisent à ceux qui nous ont appris les règles de l'impossible, trop remplie et pourtant si vide.

Je sais que je ne suis pas quelqu'un de facile. Je me laisse déborder. Je sais que ce n'est pas votre problème. Ce jour-là était un jour sans aussi. Un jour si noir que la tristesse, lasse de se faire son propre écho, lasse de rebondir sur vos sourires de façade sans jamais en troubler la surface, la tristesse est devenue colère. Vous n'avez pas voulu comprendre, vous n'aviez pas voulu comprendre. Qui sait? Peut-être m'étais-je mal exprimée. Ou pas exprimée du tout. Pour ma défense, on nous apprend cet art dès le plus jeune âge, et je suis bonne élève. J'ai appris la leçon; la tristesse est encombrante. Mais il ne s'agit pas de se défendre, ni d'accuser. Ceci n'est pas un procès, ni le mien ni le votre. Quoiqu'à y bien réfléchir, le mien a déjà eu lieu, et j'aimerais dire que je me sens condamnée par vos regards, votre distance. Votre silence. Je ne sais plus quoi faire de toute ça. Parfois, j'aimerais ne plus rien avoir à en faire.

Probablement, vous n'avez pas pensé à tous les échos de votre sentence. Pourtant. Pourtant ils résonnent. Que faire quand un faux-pas peut valoir le désamour de la personne qui vous a mise au monde, le désamour de celles qui ont grandi à vos côtés? Comment ne pas rester figé, de peur de se tromper de nouveau? Comment faire confiance quand l'abandon est là, si proche? Je tremble sur mes fondations que je découvre si fragiles.

J'avais essayé de vous le dire. Je crois. Cela fait si longtemps, je ne suis plus sûre de rien. Je me rappelle de sensations, de sentiments qui débordent. De vagues, de larmes. De la boule logée dans mon estomac. Je me rappelle des médicaments, dont personne n'a rien voulu savoir. Je me rappelle que je suis restée paralysée la semaine précédent ce jour sans. C'est à cause de ma tête. J'avais peur. Peur de ne pas être comprise, de ne pas être entendue. Et comme souvent quand la peur prend le dessus, j'ai couru à ma perte. Mais ce que je voudrais que vous compreniez, ce qu'il faut que vous compreniez, c'est que peut-être pour une fois, j'avais raison d'avoir peur. Cette peur qui me paralysait n'était pas une invention, je ne l'ai pas sortie de nulle part; je vous connaissais. Vous avez réagi exactement comme je redoutais que vous réagiriez. Tout ceci est d'une tristesse. J'ai explosé ce jour-là, parce que j'avais trop peur de faire sortir les larmes avant. J'avais trop peur que vous y voyiez une accusation quelconque. Il est malvenu de se sentir mal; on pourrait blesser quelqu'un. Aujourd'hui je reconnais ma faute, mais je sais aussi d'où elle vient. Et elle ne mérite pas ça. Je ne sais plus qui je suis. Qui j'ai le droit d'être. Qui, au fond, sera capable de m'aimer et que dois-je abandonner de moi pour que ce soit le cas? Voilà la question qui depuis trois ans résonne dans ma tête, depuis cette soirée où j'ai essayé bien maladroitement de faire entendre ma voix. Depuis, il m'est impossible de crier, même dans mes rêves.

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 1 versions.

Recommandations

Khao'z
On ne choisis pas sa vie, on se contente de la vivre et de survivre. Le vrai courage c'est de vivre. J'ai entendu dire par ma mère : Dans un monde égoïste y a que les égoïste qui réussissent. Surement pour cela qu'elle a échouée.
2
5
7
7
Jean Michel Frechon


Bredouillement parlant

A un disfonctionnement de l'élocution je dédicace ces vers,
le balbutiement de mes mots été comme hiver
Une incommodité pervers.
Le regard posé sur mes syllabes en balance,
ce bafouillage aux yeux de la mouvance,
incommodante est cette sentence celle ci est loin d'être tolérante.
Mes mots qui s'agglutinent,
des ténèbres en moi revient ce handicap avec ces sombre origines,
Positif je suis, gère ta respiration puis ton élocution deviendra divine,
Des vocalisent comme rééducation,
Tout comme le discourt d'un rois, un jour prendre la parole face a la nation,
Dans l'handicap je ne reste pas qu'un pion,
Titubant, regard baissé face au patron pour demander une augmentation
Irrésolu restera ce problème, reste fort, éloigne de toi la victimisation,
Un remède, pourquoi pas attendre une prochaine processions,

Jean Michel Fréchon
1
2
9
1
Tracy Mika
Tout était mieux avant.
Je tiens à signaler au lecteur que je ne voulais pas écrire. Pas le moins du monde. Vraiment, pas du tout. Mon texte fait parti de ceux méprisés par tous, y compris par moi. Ce n’est que du charabia pseudo-artistique-mélancolico-romantique-prétendument-profond griffoullis de brouillon. Il ne plait à personne. Même moi je ne l’aime pas. Et pourtant, il est toujours présent dans mon esprit, comme ce réveil qu’on met chaque jour à la même heure ou ces chansons d’été populaires qui nous restent tout le temps en tête. Toutes les chansons parlent de lui, les films racontent son histoire et les gens seuls et soûls, mélancoliques du passé, en face des comptoirs des bars du centre-ville le récitent mot pour mot. Il s’est imposé à moi telle une idée subtile et volatile supposée s’en aller et disparaître, mais il est resté. Pourquoi est-il resté? Au début cela partait certainement d’une bonne intention. Du plus loin que je me souvienne j’ai toujours été à la recherche d’aventure, il se voulait sûrement mon échappatoire. Et il l’était. Nous passions jours et nuits à travailler notre art, nous rêvions du jours où nous serions révélés au grand jour. Nous ne voulions qu’une chose, être appréciés du grand public. Nous étions si jeunes, nous étions si beaux, nous étions si naïfs. C’est ce qu’il y a de plus satisfaisant au monde quand, comme moi, on avait rien vécu. Et c’est comme ça qu’ont commencé ces oppressantes et encombrantes démangeaisons artistiques. Nous étions tellement heureux que cela en devenait insoutenable. Je ne voulais plus être euphorie et tendresse, je n’avais plus soif d’amour et d’eau fraîche. Je n’en pouvais plus d’être cette romantique finie éperdument vouée à l’art qui animait sa calme et silencieuse vie. Je n’étais pas rassasiée, détrompez-vous. Mais j’étais une fille d’aventure, comprenez-moi. Je suis cette jeune fille qui enchaîne les erreurs de jeunesse et qui finit criblée de balles pour avoir braquer une banque avec son amour de jeunesse. Celle qui s’éclipse de son lit, tard dans la nuit, pour vous emmener manger des churros près du parc juste en face du cerisier en fleurs, simplement parce que vous n’y avez jamais goûté. Je suis cette fille qui ne fonctionne qu’à deux vitesses, parce qu’être dans les normes c’est ennuyeux. Je voulais goûter à cet élixir qui déchire et qui blesse, ce poisson enivrant et destructeur. La passion. La passion à son apogée, à son zénith, de la passion à l’état pure. Notre art semblait bien enfantin face à cela, presque dénué d’intérêt. Je devais en modifier ses formes, en accentuer ses traits, je l’aimais et je le voulais parfait. Parce que oui je le voulais encore, je le voulais toujours. Je me battais corps et âme pour en modifier les notes. Et dans nos recherches d’accords, nous avons perdu l’essentiel. Nous étions à court d’idée à présent et notre art ne créait plus rien de productif. Par la suite s’en est suivi le silence, pas un silence libérateur, non pas de répit pour nous. Un silence destructeur. Celui qui sépare un apprenti artiste de son étincelle d’imagination, celui qui emporte le talent dans le chaos de l’univers, très loin dans les profondeurs du néant. Voilà pourquoi ce texte est mauvais. Tout était mieux avant n’est ce pas?
0
0
0
2

Vous aimez lire Alice Beauchamp ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0