Chapitre 1 : Rencontre & Retrouvailles

7 minutes de lecture

Note : Les modifications & ajouts des dernières versions sont indiqués en gras. (maj : 13 & 21 mai 2020)

----------------------------------------------------------------------------------------------------
Je tâtai ma lèvre enflée et l'hématome que j'avais sous l'œil. Ces abrutis ne m'avaient pas raté. La houle ballotait le navire comme une coque de noix dans un caniveau, ravivant heures après heures la nausée qui me retournait les entrailles. Plongé dans la pénombre, je lorgnai jalousement le rat qui s'agitait dans la cellule voisine. Il rongeait un quignon de pain abandonné sur la paillasse miteuse, d'où s'élevait une forte odeur d'urine. La tête entre les barreaux, je m'approchai au plus près du rongeur, la main tendue vers sa précieuse trouvaille, puis ressentis une douleur à la cheville. J'avais de nouveau atteint la limite de cette foutue chaîne. Je soupirai. Comment en étais-je arrivé là ? Je regrettais presque les années où mon ivrogne de père me battait. J'avais quoi à cette époque ? Six ans ? Sept ? Tout au plus. Je me rappelle encore très bien de la fois où il avait dégringolé la tête la première l'escalier, en essayant de m'attraper, une bouteille à la main. Ce minable avait crevé avant mon dixième hiver, dans une rixe à la taverne du port. Le même établissement où la putain qui m'avait mis au monde croupissait encore.

Du jour au lendemain, je m'étais retrouvé gamin des rues, à chaparder sur les étalages avec d'autres gosses. On se pensait hors d'atteinte, aussi bien lotis que des souris dans un garde-manger. Puis, le maigrelet s'était fait attraper par le boulanger et sa femme. Une vraie furie, celle-là. Je me rappelle encore de ses yeux exorbités par la rage, de ses mains pleines de sang, des morceaux de chair sous ses ongles, à force de s'acharner sur lui. Très vite, il a arrêté de hurler et de se débattre. Heureusement, moi et les autres du groupe étions déjà loin. Je ne suis jamais repassé par cette intersection, de peur qu'elle ne me reconnaisse. Ces trucs-là, on croyait que ça n'arriverait pas si nous faisions attention. Quelques jours plus tard, le groupe recommençait à voler un peu plus haut dans la rue, puis l'édenté se fit prendre à son tour. Derka, je crois. Après ça, la bande s'est démantelée pour de bon. Je ne les ai jamais revus.

Le bout de bois avec lequel je titillais le rat eut raison de sa patience. Il poussa un couinement réprobateur, puis disparut dans l'obscurité du couloir, emportant avec lui l'inestimable quignon de pain. Nouveau soupir. Des voix s'élevaient sur le pont, tandis que d'autres souvenirs me rattrapaient.

Le môme qui chapardait aux étalages et dormait sous les ponts avait grandi, puis retrouvé la chaleur et le confort des auberges du port. Le patron qui connaissait bien ma mère me confiait des tâches à faire, pour lui et d'autres hommes pas très nets de son entourage, en échange des repas et du lit qu'il m'offrait. Tout avait commencé par de simples renseignements et vols d'objets sans grande valeur. Ces tests ne représentaient pour moi aucune difficulté, car j'avais l'expérience de la rue. J'étais fier d'exécuter chacune des missions qu'ils m'assignaient, et redoublais d'efforts pour gagner leur confiance, améliorer l'estime qu'ils avaient de moi, et devenir autre chose que "le rejeton de la putain". Les mois et les années passaient, et ma place dans la bande devenait de plus en plus précise. J'étais l'homme de main. Intimidations, menaces puis passages à tabac. Rien ne m'arrêtait pour les satisfaire, car je leur devais tout. Un jour, le borgne me prit à l'écart et me confia un poignard. Plus grave et sombre que jamais, il disait avoir absolument besoin de mon aide, et me décrivit un individu malfaisant, que je devais éliminer. Il m'expliqua que ce dernier menaçait sa vie, celle de sa compagne et de sa fille : la petite que j'avais vu rire aux éclats dans ses bras, quelques jours plus tôt. Et moi, plus vraiment enfant, mais pas encore adulte, j'acquiesçai. Deux jours plus tard, une des patrouilles du quartier retrouvait le corps de l'homme dans le caniveau. Heureusement pour moi, je n'avais pas été arrêté par la marine royale pour meurtre.

Des hurlements de terreur m'arrachèrent à mes pensées. Des coups, un fracas métallique, des corps qui tombaient sur le pont, quelque part au-dessus de moi. On nous attaquait, et j'étais pris au piège dans cette cage, sans arme pour me défendre. Entre deux égosillements de matelots affolés, je secouai frénétiquement la grille qui me retenait, en vain. Les voix et les cris s'intensifièrent, puis gagnèrent la cale, à l'autre extrémité du navire. Bientôt, je reconnus celle de mon geôlier, la pourriture qui me maltraitait depuis plusieurs semaines, avant qu'un grand coup sourd ne l'interrompe brutalement. Un frissonnement me parcourut l'échine. Au fond du couloir, l'éclat d'une lanterne vacilla. Quelqu'un approchait. Je reculai dans l'ombre du fond de ma cage, et me ratatinai. De la sueur coulait le long de ma nuque.

— Ici ! héla la voix d'une femme en tête du groupe.

Elle brandit sa lanterne dans ma direction, ce qui illumina les traits de son visage. Svelte, des boucles brunes jusqu'aux épaules, les lèvres aussi rouges que le sang qui maculait sa veste de velours aux extrémités galonnées d'or - probablement volée à un riche marchand ; la nouvelle venue porta sur moi un regard pénétrant aux iris sombres. Le sang se mit à battre contre mes tempes et ma gorge se noua. Une chaleur m'embrasa les joues. Puis j'aperçus la grande hache au manche finement ouvragé qu'elle empoignait fermement. Mes doigts de pieds se recroquevillèrent sur le plancher rugueux de la calle. Si je devais mourir, ce serait de sa main.

Deux autres hommes surgirent dans l'embrasure de la porte, occupant presque tout l'espace qui restait dans la petite cabine. S'ensuivirent de longues secondes d'observation durant lesquelles ces trois-là me dévisagèrent avec suspicion.

— Sa marque sur le bras, commenta un des gaillards en retrait, d'une voix sifflante et familière.
— Arrêté pour piraterie. Il se pourrait que ça soit un homme de leur équipage, non ? marmonna l'autre.
— Non, affirma durement la jeune femme. Je le reconnaîtrais.

Le premier claqua la langue avec agacement. J'avais décidément la certitude de le connaître.

— Ils l'ont bien amoché, reprit la meneuse avec colère. Derka, tiens-moi la torche.
— L'édenté ? bégayai-je. C'est toi ?

Il me regarda fixement, puis me reconnut à son tour.

— Gaspard ?! Bon sang, Aline, je le connais.
— Très bien. Allez, écarte-toi, on va le sortir de là.

L'inconnue aux boucles brunes leva bien haut sa hache. Celle-ci irradiait légèrement. Puis elle l'abattit violemment sur la chaîne et les barreaux qui me retenaient captif. Une puissante vibration fit trembler et gémir la cage en fer, tout autour de moi. Instinctivement, je me protégeai la tête de mes bras. Quand j'ouvris de nouveau les yeux, l'homme dégarni me tendait la main, un pli d'impatience sur le front. Je me redressai en prenant appui sur son bras, et remarquai le tatouage noir sur sa peau. Un crâne fracturé. Derka, lui, s'était fait tatouer une pieuvre sur le bras gauche, et l'encre était cette fois beaucoup plus nette.

— Tu te portais mieux, la dernière fois, taquina-t-il.

De toute évidence, je ne m'étais pas encore remis des coups de l'autre brute chauve.
Je sentis sur moi le regard de la femme pirate, et tressaillis au son de sa voix.

— Tu peux marcher ?
— Oui, balbutiai-je, je devrais pouvoir me débrouiller.

Le borgne m'avait toujours conseillé de regarder les étrangers dans les yeux, pour savoir au plus vite à quoi je devais m'en tenir avec eux. Mais face à elle, son regard perçant et ses lèvres écarlates, le rouge me monta aussitôt aux joues. Je détournai le regard. Cela dû passer pour de la crainte, car Derka me lança une tape amicale dans le dos, comme le faisaient les aînés de la bande de gamins, pour rassurer les plus jeunes lorsque le besoin s'en faisait ressentir.

Nous enjambâmes le corps sans tête du geôlier, étendu dans le couloir, puis arrivâmes à l'échelle menant à la surface. Une brise m’ébouriffa les cheveux, mes poumons se remplirent d’air. Sur le pont nous attendait un spectacle apocalyptique.

Certains matelots encore vivants gémissaient ou suppliaient les pirates de les épargner, tandis que d'autres rampaient à même le sol, avec le vain espoir d'échapper au massacre. Ces malheureux se firent égorger un à un, comme des agneaux. Au fond de moi, j'estimai que ces marins et mousses n’avaient eu que ce qu’ils méritaient. Durant ma longue captivité, aucun d’entre eux n’avait jamais manifesté la moindre sympathie à mon égard. Ils se sentaient probablement réconfortés à l’idée d’avoir plus misérable qu’eux à bord du navire.

Les rires et cris de victoire des forbans emplirent l'air, redoublant d'intensité à notre arrivée sur le pont. Cette soudaine clameur m’ébranla, comme de nouveau plongé dans une des festivités qui animaient les tavernes de la capitale.

— Tu t'y feras, me confia l'édenté en m'assenant une tape de plus dans le dos.
— Derka, lui lança Aline. Il est à moi.
— Bien, comme tu voudras.

Les lèvres de ce dernier s'arquèrent en un imperceptible sourire que je connaissais bien. Un sourire que je n'avais pas vu depuis plus de dix ans.

----------------------------------------------------------------------------------------------------
Prochain chapitre, samedi 11 janvier à midi

Annotations

Versions

Ce chapitre compte 12 versions.

Recommandations

Ilsa
Une touche d’humour (très) pourri dans cette actualité morose.
(Même la couverture est nulle, c'est affligeant...)
4736
1236
40
77
Brad Priwin
Ce récit fait suite au tome 1 publié sur ce lien. Lisez-le d'abord ! Si l'histoire vous intéresse bien sûr. https://www.scribay.com/text/167540483/les-chaines-de-la-tyrannie-tome-1

Les chaînes résistent. Les tyrannies ne s'éteignent pas si facilement.

Horis Saiden croyait avoir trouvé sa voie. Jamais il n'a pourtant été aussi perdu.

Nafda a éliminé bon nombre d'ennemis de l'Empire Myrrhéen. Sa quête d'assassin ne fait pourtant que débuter.

Docini Mohild n'endosse plus fièrement son nom. Elle ignore même pour quelle cause se battre.

Jizo imaginait avoir reconquis sa liberté. Aujourd'hui il s'aperçoit qu'il a encore tant de raisons pour lesquels lutter.

À l'ouest, Oranne Abdi, marchande et diplomate de renom, entreprendra la mission la plus risquée de sa vie.

Au nord, Fliberth Ristag assume les conséquences de ses décisions risquées.

(Couverture : Portrait de Horis Saiden, aussi réalisé par Ashaton)
103
162
207
879
Cornedor
Blanche et Cornélia n'ont guère l'étoffe des héroïnes. Elles sont fauchées, hirsutes, dorment en pyjama girafe et cohabitent vaillamment avec Greg, leur chat galeux mangeur de patates.

Mais lorsqu'elles rencontrent un jeune sans-abri par hasard, leur vie devient soudain beaucoup plus palpitante. Pourquoi leur offre-t-il ces masques somptueux ? Dans quel but leur confie-t-il un étrange colis ?
Bientôt, leur quotidien déraille pour de bon. Un autre monde colonise le leur : une dimension mystérieuse emplie de tarasques, de dragons orchidées et de lièvres ailés.

Et à cette faune improbable s'ajoutent deux inconnus aussi louches que séduisants, qui manœuvrent dans l'ombre...



[Fantastique / mythologie / humour / drame] - Ceci est la 2e version de Masques & Monstres.
1191
2129
2165
514

Vous aimez lire Mitchole ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0