Chapitre 7 (1/7)

4 minutes de lecture

Les deux agents signalèrent qu’ils se rendaient à la morgue et qu’Elise n’y était, officiellement, pas conviée. À force d’arguments et de persuasions, l’agente fut autorisée à les accompagner.

En route vers la salle d’autopsie, Elise fixait un point imaginaire au loin. Dès que ses barrières psychiques s’effritaient, elle s’empressait d’en ériger de nouvelles. Les antidouleurs agissaient encore, mais elle recouvrait peu à peu ses capacités à éloigner les esprits qu’elle refusait de croiser.

De temps à autre, Diegory lançait des regards par-dessus son épaule et, en retour, elle lui souriait. Lorsqu’ils arrivèrent aux cellules réfrigérantes, Elise se figea devant l’une des portes. Son regard se braqua sur la paroi aux finitions blanches.

— Ah ! Vous voilà ! tonna le médecin légiste derrière eux.

Diegory et Talyah se retournèrent pour le saluer, mais l’enquêtrice demeura immobile. De l’autre côté de cette cloison, elle sentait le corps vide de la jeune fille. Son âme avait rejoint le néant. L’agente n’arrivait pas à oublier la peur dans la voix de cette enfant qui craignait que son père la déteste. Elle revoyait son visage inquiet.

Soudain, la jeune femme sentit les regards peser sur elle et ouvrit les yeux ; elle ne se rappelait même pas les avoir fermés. Elle ne réalisa qu’à cet instant avoir ouvert la porte de la cellule réfrigérante. Trois sacs hermétiques lui faisaient face.

— Nous n’avons pas encore eu le temps d’autopsier les corps, lui lança le légiste, mais celui que vous cherchez est là-bas, sur la table.

Elise se détourna avec lenteur et reconnut sans mal le cadavre drapé de la femme enceinte de l’autre côté de la salle d’autopsie.

— C’est bien pour elle que vous êtes là, non ? s’enquit-il, troublé.

— C’est ça, répondit Diegory, impassible.

L’agente referma la cellule réfrigérante sans détourner son regard du premier sac hermétique où se trouvait la petite fille, puis se plaça aux côtés de Diegory et Talyah.

— Il s’agit de Victoria D. Lawson, trente-trois ans, déclara le médecin, en intimant aux agents d’avancer. Née le 14 février 1985 à Los Angeles. Avez-vous contacté la famille ? s’enquit-il, en direction de la table d’autopsie.

— Nous n’avons pas encore été en mesure de le faire, répondit Talyah. Le numéro principal du dossier clinique de la défunte n’est plus attribué et le second numéro lui appartient. Une équipe est descendue à l’adresse indiquée afin de trouver un membre de sa famille.

Le sang de l’enquêtrice ne fit qu’un tour, elle porta sa main à la poche arrière de son jean et en tira le papier chiffonné sur lequel était inscrit le numéro de téléphone du père de la petite fille, mais se ravisa lorsque le médecin reprit en dévoilant le visage de la victime :

— Date et heure du décès : dimanche huit juillet à 21 h 42, continua le légiste, nullement intéressé par la réponse de la scientifique. Autopsie pratiquée le huit juillet à la demande de Paul K. Duran, procureur des États-Unis. Le corps est celui d’une femme normalement développée, malnutrition sévère, elle mesure un mètre soixante-huit et pèse vingt-six kilos quatre-vingts. Aucun signe d’abus sexuels, présences d’automutilation au niveau des cuisses, des bras et des avant-bras. Plaies fibrineuses au niveau des phalanges distales ; les ongles ont été arrachés et, faute de soins, se sont infectés et gangrenés. Présences de nombreuses escarres de stade trois et quatre au niveau des fesses, des hanches, des omoplates et des chevilles, signes d’une longue immobilité. Le tronc présente divers hématomes indatables par leur périphérie. La cornée présente des séquelles ayant entraîné une cécité totale. D’après les brûlures sur la peau, nous pensons que de l’ammoniaque est à l’origine de cette blessure.

Grossesse arrêtée depuis environ vingt-six semaines. La taille du fœtus laisse supposer qu’il était âgé de vingt et une semaines avant de succomber de malnutrition. Poids du fœtus : cent soixante-dix-huit grammes. Le cœur de la défunte, d’un poids de deux cent trente grammes, présente des signes de faiblesses cardiaques aux deux ventricules. Cause du décès…

— Vous ne comptez quand même pas nous réciter l’intégralité de votre rapport ? l’interrompit Diegory d’une voix neutre. Vous nous avez demandé de venir, nous sommes là. Votre rapport, nous le lirons nous-mêmes, venez-en aux faits.

L’enquêtrice planta son regard dans celui de Diegory. Depuis qu’ils travaillaient ensemble, l’inspecteur n’avait jamais apprécié le passage à la morgue. Il s’agissait probablement du seul lieu où il n’aimait pas mettre les pieds. Ainsi, elle comprenait son envie d’en finir. C’était d’ailleurs grâce à cela que la jeune femme se permettait de traîner davantage aux côtés des morts vu qu’il ne l’accompagnait pas.

— Je vois que vous êtes pressé, monsieur Keaton. Très bien. Nous vous avons appelés pour ceci :

Le médecin légiste tira sur le drap et découvrit entièrement la victime. Il écarta les cuisses de cette dernière et indiqua à Diegory de se pencher. Intriguées, Talyah et Elise s’avancèrent également.

— Comme vous pouvez le voir, à l’intérieur de chaque cuisse, la défunte a inscrit un prénom. La forme des lettres, la profondeur des plaies ainsi que l’angle des incisions montrent que la victime s’est elle-même infligé ces blessures.

Instantanément, les deux femmes se rapprochèrent et décryptèrent le premier prénom :

— Steven, énoncèrent-elles en chœur, tout en se redressant.

— Pourquoi l’avoir gravé dans sa chair plutôt que de l’écrire sur le mur ? s’interrogea Diegory à voix haute.

— Ça, c’est à vous de le découvrir, reprit le médecin. Le prénom inscrit à l’intérieur de la cuisse gauche est Lewis. Les clichés vous ont été envoyés.

Annotations

Recommandations

Maddy moon
CV

Après leur accident d’avion à Canberra, Marissa et Gaël doivent retrouver au plus vite Conan le Barbare.

Cependant le deuil va prendre une grande place, maintenant que Rami n’est plus de ce monde. Et le Gardien ne semble plus connaître ne serait-ce le nom des Exiwora.

De son côté Moana, doit faire face à la disparition du dernier Exiwora et d’Exiwor qui chaque heure se voit dévorer par le néant.

Si ce n’était que le début de leur problème ?

Quand deux êtres ne suffissent plus
Quand les secrets sont trop grands
Quand les peuples sombrent…
143
243
959
332
Défi
nano
c'est une première pour un texte, je me lance O-V-B
9
23
19
1
Défi
staffez


Jean-Patrick-René Delapointe était un scientifique reconnu dans le monde entier. Sa spécialité, les tribus indigènes d’Asporia. Cette planète se situe dans la galaxie B612.
Ce jour-là, Jean-Patrick-René avait décidé de rendre visite à la tribu Imonticha. Leur village était à la fois mystérieux et apaisant. Jean-Patrick-René aimait particulièrement cet endroit, il pouvait rester debout des heures face à la grande cascade. Il avait l’impression qu’elle lui murmurait des choses. Le chef de la tribu lui avait raconté qu’un jour, un chaman tomba amoureux de la chute d’eau, il resta des journées entières à l’observer et par une nuit de pleine lune il fusionna en elle. Depuis, la maladie ne frappait plus au sein de la communauté. Jean-Patrick-René pensait qu’ils étaient en bonne santé grâce à leur vie saine et leur alimentation équilibrée. Il aimait réellement cette tribu, non seulement ce n’étaient pas des barbares sauvages comme la plupart des autres civilisations de cette planète, mais il se sentait chez lui. De nombreux pères de famille avaient voulu le marier à leurs filles. Une ou deux fois, il avait été tenté de dire oui, mais il ne voulait pas prendre le risque de devenir un membre des Imonticha et de les décevoir par la suite.
Jean-Patrick-René venait de recevoir un message de son centre d’étude. Les dirigeants lui demandaient de rentrer au plus vite, les fonds pour ses recherches avaient été suspendus au profit d’un de ses confrères qui avait réussi à mélanger l’ADN de végétaux avec celui des primates. Sa dernière nuit, il désirait la passer auprès de ses amis. Le cœur lourd et les larmes aux yeux, il s’endormit d’épuisement. Cette nuit-là, il rêva de la cascade, comme à son habitude, elle coulait limpide et apaisante, il entendait ses murmures. Il s’en approcha pour mieux comprendre ce qu’elle voulait lui dire. Quand il arriva à mi-chemin, un homme lui apparut, ils se regardèrent droit dans les yeux. Jean-Patrick-René lui demanda s’il était bien le chaman de la légende. L’autre ne lui répondait pas, il se contentait de l’observer. Après un temps indéfini, le chaman lui annonça qu’il ne pouvait pas quitter Imonticha, qu’il était un membre à part entière. Le sorcier disparut, la cascade s'évapora et Jean-Patrick-René tomba dans le vide, tout était sombre autour de lui, il ne sentait que sa chute.
Dans un sursaut violent, il se réveilla. Il était en sueur. Le chef de la tribu était à ses côtés, il tenait un récipient en terre dans lequel se trouvait un liquide orange. Il lui ordonna de l’avaler en une seule fois. Jean-Patrick-René lui obéit. Bien que le goût fût infect, il faisait confiance à son ami. La mixture avalée, il se sentait mieux. Son ami lui sourit et le rassura en expliquant que sa fièvre était tombée et qu’il ne serait plus jamais malade.
2
8
26
10

Vous aimez lire Kiran Syrova ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0