Chapitre 6 (4/4)

2 minutes de lecture

Lorsque Elise fit volte-face, son cœur se gonfla si fort qu’elle crut l’entendre se rompre, mais elle ne laissa rien paraître. Elle vit Talyah asséner un coup de coude dans les côtes de Diegory, alors qu’il lui murmurait quelques mots. Cette vision la fit rire et Elise vint à leur rencontre, joyeuse.

La scientifique la prit dans ses bras tandis que son coéquipier restait en retrait. La jeune femme sentait son regard courir sur son corps et craignit le pire. Elle s’attendait à un quelconque reproche, mais à la place, Diegory pouffa.

— Ça fait à peine dix heures que tu es là et tu t’habilles déjà comme une grand-mère ? ricana-t-il.

Talyah le fusilla du regard et répliqua :

— Tu seras grand-père avant elle ! Rien que depuis hier, tu as pris dix ans !

— Je suis désolée.

Les rires cessèrent. Elise se tenait droite comme un I, sérieuse et sincère. Elle était désolée de les avoir inquiétés, d’avoir joué avec sa vie, d’avoir manqué à ses devoirs. Diegory lui avait ouvert les yeux et elle n’en attendait pas moins de sa part. À de nombreuses reprises, il lui avait intimé de rentrer arguant que l’enquête reprendrait demain, qu’ils étaient tous les deux fatigués, à bout.

Comme le soulignait Talyah, les traits de son coéquipier trahissaient sa fatigue, mais aussi son soulagement. La scientifique ne prononça mot et libéra la jeune femme de son étreinte.

L’inspecteur, quant à lui, s’avança, posa sa main sur la nuque de sa partenaire et l’attira vers lui. Elise sentit l’émotion l’assaillir. Ce geste, cette attention et ce silence en disaient long. Dans un murmure, elle s’excusa à nouveau.

— Il y a des jours où nous avons besoin des autres pour nous relever et d’autres… marqua-t-il d’une pause, où nous devons payer à manger à nos coéquipiers.

Elise releva la tête, interloquée. Diegory reprit aussitôt, moqueur :

— En gros, ce soir, c’est toi qui invites. Tu nous dois bien ça ! indiqua-t-il en pointant son propre buste, l’air innocent.

— Tu n’es qu’un mufle ! s’exclama Talyah. Je te rappelle que tu as parié cinquante dollars qu’elle serait dans sa chambre ! C’est toi qui invites !

— Je ne me souviens pas de ça, tenta-t-il de se dédouaner, en secouant la tête de droite à gauche.

La bouche en forme de bec de canard de l’inspecteur fit pouffer Elise, puis la jeune femme éclata de rire, comme si toute la tension accumulée s’était envolée. Cependant, les obligations mirent fin à l’amusement de chacun.

Annotations

Recommandations

Orchidoclaste



C'est l'histoire d'une petite graine qui n'était finalement qu'un tout petit chat.

Toujours dans les pieds, au point de se faire appeler "chat-sson gauche" . Il faisait la paire avec son frère, le chat-sson droit.

Chat-plumeau derrière le canapé, dans sa moustache ramenant les toiles d'araignées.

Spider-cat dans l'escalier, c'est plus rigolo de grimper dans le tissu mural.

Ronronnant pattes en rond sur les genoux de son maître.

Toujours tout petit, tout malingre.

Tout malade.



Pavé vide entre les côtes

Un mois déjà souffle coupé...

Notre chat-grain est immense depuis qu'il ne ronronne plus.
6
6
0
0
Défi
Orchidoclaste
Comme l'indique le titre ...
13
18
7
1
Gueguette
D'anciens écrits, plutôt sombres, à partager.
46
40
51
5

Vous aimez lire Kiran Syrova ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0