Chapitre 8 (7/-)

Une minute de lecture

Projette ton âme dans la sienne, murmura l'entité en retirant son voile brumeux de la dépouille. Trouve-le. Je t'en donnerai le temps.

Aussitôt, un coléoptère qui déployait ses ailes sur le bord du sac mortuaire se figea. Elise porta son regard sur le médecin légiste statufié.

— Qu'êtes-vous ? murmura-t-elle aussitôt.

Le dieu du temps, répondit l'entité en se déplaçant à sa droite.

Elise percevait de l'amusement dans sa voix.

« Le dieu du temps », se répéta-t-elle mentalement. Quelle folie était-ce ? Et pourtant... Avec ces capacités... n'en était-il pas un ?

Alors qu'elle lui faisait face, Elise emmagasina son énergie astrale jusqu'à percevoir des étincelles entre son flux psychique et son âme. Elle lança le bouclier ainsi créé de toutes ses forces contre l'amas nuageux.

Elle savait que cela ne servait à rien, mais elle avait besoin de le voir pour s'en convaincre. Là où d'autres esprits auraient été balayés jusqu'à l'au-delà, le bouclier vola en éclats avant d'atteindre sa cible. La masse tressauta au rythme de son fou rire qui résonna contre les parois de la morgue.

Tic. Tac, entonna la brume en se balançant de gauche à droite pour chaque seconde écoulée. Ne gaspille pas les précieuses minutes dont tu disposes.

À ces mots, Elise se tourna vers le cadavre. Elle ne pouvait se permettre de perdre une telle opportunité. « Celui-là t’aidera », se remémora-t-elle une nouvelle fois avant de poser sa main sur le bras du défunt. Avec lenteur, ses doigts enserrèrent le poignet décharné et elle ferma les yeux. En vain, elle fouilla l'enveloppe corporelle de cet homme à la recherche de son esprit.

« Projette ton âme », avait-il dit, mais projeter son âme... Jamais elle ne l'avait fait. Elle s'apprêtait à ouvrir les paupières lorsqu'une masse chaude se glissa contre son dos et que la brume lui intima de garder les yeux clos. Elise s'exécuta sans trop savoir pourquoi. Son coeur s'accéléra et, lorsque des doigts se nouèrent aux siens, sa respiration se bloqua au fond de sa gorge.

Je vais te montrer, susurra l'entité.

Annotations

Recommandations

Défi
Estelle Onillon

Patriote, garant pour la paix
Pour une belle humanité
Ou ensemble nous la ferons exister
La haine serait irradiée, brûlée
Nous voulons l’humain, l’authentique, le vrai
Celui qui pense à la solidarité
à aider
Qui fait rêver
Mais nos rêves se sont envolés
Quand la technologie et la pollution nous ont dominés
Envahis comme des parasites qui nous arrachés
Ceux qu’on a de plus cher pour exister

Mais comment peut-on faire pour nous sauver
De ce nouveau monde qui nous as enclavé ?
Comment faire pour nous libérer
De ces chaînes qui nous ont empoisonnées ?
Cela n'est pas facile, non.
Cela se propage comme un poison
Même s'ils ne paraissent pas nocif
Il sont adictifs.
Doux comme des hommes attendris
Mais durs comme de longues agonies
Ils nous ont fait oublier d'autres soucis
Nous pouvons nous en débarrasser
Il suffit de ne pas se défiler
Que cette domination puisse enfin s'arrêter
Mais bien que nous réussissons,
Que ce soit un succès,
L'humanité restera changée
A tout jamais.
1
1
0
1
missblue
Ça et là, chacun mène sa vie, vaque à ses occupations. Et si on prenait le temps? Et si on se plongeait dans le quotidien d'un autre? Et si, l'espace d'un instant, on s'échappait dans la vie d'un autre, juste le temps d'une lecture?
4
4
5
11
Défi
Natacha TIBI
Olivier Py cite : « Le théâtre est cette obscure clarté qui monte vers les étoiles »… C’est un poète qui a de l’humour : Le théâtre est un médecin qui vous dit : « J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle »: -La bonne, d’abord; -Vous êtes sauvé! -La mauvaise? -Je ne suis pas médecin.
1
3
0
3

Vous aimez lire Kiran Syrova ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0