Chapitre 7 (2/7)

4 minutes de lecture

Diegory engagea la conversation avec le médecin légiste, mais Elise n’y prêta pas plus d’attention. Le regard braqué sur la victime, elle repensait à son étreinte et à la force déployée par cette dernière pour la serrer dans ses bras. Aux mots qu’elle lui avait murmurés sans pouvoir la réconforter. À son corps qui s’était relâché, à bout de force : la jeune femme avait glissé sur le côté, comme une poupée. Comme une poupée chiffonnée, oubliée. Oubliée ? Non ! Elle ne pouvait l’être.

Elise sortit son téléphone et composa le numéro inscrit sur le bout de papier qu’elle tenait à la main. Le cœur de l’agente battait aussi fort que la tonalité de retour d’appel à son oreille. Elle fixait le mur de l’autre côté de la pièce pour éviter les regards qui pesaient soudainement dans son dos. Après quatre bips, une voix masculine et haletante se fit entendre :

— Allô ? Mon amour ? Mon amour ? Dis-moi que c’est toi. C’est toi, n’est-ce pas ?

Il parlait si vite, le souffle court. L’enquêtrice percevait la peur et l’inquiétude dans ces questions, cependant, aucun mot ne franchit ses lèvres. Comment lui annoncer que sa femme, sa fille et son fils à naître n’étaient plus ? En cinq ans, elle avait dû affronter cette épreuve un nombre incalculable de fois. Alors, pourquoi n’y arrivait-elle pas  aujourd’hui ?

— Tu appelles qui ? l’interrogea Diegory.

En une fraction de seconde, l’inspectrice revint sur terre.

— Bonjour monsieur. Je suis l’agent Rivera du département des crimes violents. Nous avons retrouvé votre femme.

— Oh mon Dieu ! Oh mon Dieu ! Où est-elle ? Est-ce qu’elle va bien ? Et ma fille ? Comment va ma fille ?

— Nous sommes actuellement à l’hôpital Vita-soin, je vais vous envoyer les coordonnées via un

— J’arrive ! la coupa l’inconnu. J’arrive, je suis là dans dix minutes, j’arrive ! Dites-leur que j’arrive.

Elise entendit le tintement d’un trousseau de clés, une porte claquer, des graviers se tasser puis raccrocha. Son coéquipier s’était planté devant elle, les sourcils froncés. Talyah entra, elle aussi, dans son champ de vision, interdite. Elise se doutait des questions qui ne tarderaient pas à venir et des reproches qui les accompagneraient.
« Et s’il s’agissait du tueur ? », « Et si c’était un piège ? », « L'équipe d’investigation n’a pas encore analysé le numéro ! », « Tu as utilisé une preuve matérielle sans en connaître l’origine ! », « Mais où as-tu seulement la tête ? »

— Comment as-tu trouvé le numéro ? s’enquit Talyah, troublée. Il n’était pas dans les fichiers…

— Ne me dis pas que tu as utilisé le numéro inscrit sur la cuve ? Et s’il s’agissait du tueur ? As-tu seulement pensé aux conséquences si cela avait été le cas ? Et qui nous dit que ce n’est pas lui, d’ailleurs ?

Diegory passa sa main sur son visage, comme pour chasser toutes ses pensées envahissantes, puis il reprit, tranchant :

— Tu n’es même pas en service ! Lucien va nous tuer. Cette fois, il va vraiment nous tuer, répéta-t-il en se massant les tempes.

Le médecin légiste n’avait perdu aucune miette de cet échange. Son regard bleuté fixait celui de l’enquêtrice. Il semblait attendre une suite.

— Elle ne l’aurait pas inscrit, encore et encore, si ce n’était pas important, commença l’agente.

— Et ces prénoms alors ? À quel point sont-ils importants pour qu’elle les grave dans sa chair ? Pourquoi n’étaient-ils pas sur la cuve ?

— Elle ne voulait pas qu’on les voie, continua Elise. D’après leurs positions, à moins de lui écarter les cuisses, on ne pouvait lire les inscriptions.

— Pures spéculations ! s’emporta Diegory.

— Techniquement, elle n’a pas tort, l’interrompit le légiste. Les prénoms ne sont pas à des emplacements visibles. De toute évidence, c’est à vous qu’ils étaient destinés.

— Ne l’encouragez pas, vous ! C’est sa place qu’elle risque, pas la vôtre !

— Cela ne change rien au fait que son hypothèse soit crédible, monsieur Keaton.

Diegory voulut répliquer, mais se ravisa devant le regard de sa coéquipière.

De son côté, Talyah suivait la conversation sans y prendre part. C’était la première fois qu’elle voyait les deux agents se quereller. Aux multiples mentions de Diegory, elle comprit que Lucien était à la racine du problème et que leur place à tous les deux était menacée. La jeune femme savait que l’inspectrice n’aurait pas mis en danger l’enquête en prenant un risque inconsidéré, tel que celui de contacter le meurtrier.

— Quand arrivera-t-il ? demanda Talyah, imperturbable.

— Dans moins de dix minutes, répondit l’agente.

— Alors nous devons l’intercepter avant qu’il ne descende à la morgue, conclut Talyah.

Diegory opina et tous trois prirent congé du médecin légiste. Celui-ci attendit qu’ils arrivent à la porte avant de mentionner qu’Elise Rivera portait les chaussons de l’établissement ainsi que le bracelet des patients et donc, qu’elle n’était pas accréditée à participer au compte rendu de l’autopsie. Contre son silence, il voulait que cette dernière lui explique sa théorie sur les inscriptions de la victime, ce que l’agente accepta.

Annotations

Recommandations

Mercy
Depuis les Fêtes d'Automne, il y d'étranges disparitions. L'inquiétude commence à s'emparer de la Ville, jusqu'à ce qu'un jour, Mme Pi vienne trouver le Détective Archibald Dumont. Elle lui demande de partir à la recherche de son époux, qu'elle n'a pas vu depuis trois jours.
Archibald décide de commencer son enquête par le lieu de travail du conjoint de sa cliente, la très mystérieuse et très ancienne Bibliothèque.





▬▬▬

Ecriture à contrainte réalisée dans le cadre de mes cours, à l'Université d'Angers.
L'image que vous pouvez voir en couverture, est l'une de mes deux images imposées, l'autre étant un profil de détective en ombre (je crois), probablement ce très cher Holmes.

Le texte final est disponible en première partie (découpé en trois, pour plus de confort). Vous pouvez le lire sans lire les contraintes présentées en deuxième partie si vous le souhaitez ;)

Bonne lecture !
14
24
30
36
Défi
Felónwë
Fier champion elfe, Felónwë est chargé de convoyer une charmante princesse jusqu'à sa maison de campagne. Malheureusement, la route s'annonce trop calme pour faire une démonstration de force telle qu'il en a le secret.
2
2
10
3
comte Vergil
Article-bombe
31 janvier 2010, 03:37
   C'est le typhon crasseux empli de songes où sombrent les œufs en neige, et la chouette hulotte déchire la nuit pendant les marches funèbres de ceux qui pour une seringue se jetteraient dans un puits, les membres brûlés, le regard vide, la chair rouillée, dont les veines bleues suppurent comme d'anciens volcans, ainsi St Jean-Baptiste se vit décapité, entre les feux sombres de la ville aux côtés de Pastorius, le corps pourrissant dans le manteau blanc de l'arrière d'un soleil noir, juxtaposé aux réverbères que Cerbère protège en tout temps, auxquels s'insinuent luxueusement la moiteur des ampoules que le fumeur de crack observe de son œil déglingué, comme tout ce qui est au-dessus, au-dessus, au-dessus de la tête des gens, des gens, et qui semble les aspirer à leur caractère éthéré, qui sauvegarde les chutes du Nicaragua, qu'obombrent les plantes du Guatemala, et tous ces tristes tropiques statiques que l'homme détruira parce qu'il aime ça, et la mort, et la mort et l'amor les sauvera, quand viendra l'agneau et la prostitué, inculqués de meurtre avant de l'avoir commis, mes dix doigts, mes dix doigts, mes dix doigts, mes dix doigts, mes dix doigts virent Volt sur leur machine leur machine leur ma leur ma leur machine à occire les pensées, venues d'un bloc opératoire où crient des âmes menacées, ma tête chancelante de gauche à droite, puis de haut en bas, en bas des escaliers en bas du clavier en bas des maisons en kit à monter en kilt écossais en chili kilt kind carne pour m'amuser un tant soit peu, et je viole ma Muse contre le mur que forme la cavité intérieure de mon crâne, faisant jaillir de sa chair le peu d'inspiration qu'elle se refuse à donner, gratte ce côté-ci de la feuille désor-mais, la houle des tempêtes des sables jette en mes yeux le sel probable d'une insomnie considérable, quand surviennent les drogués de benzédrine, d'acide lysergique comme un colchique des prés défoncés, je vois le vieillard qui s'arrache un doigt entre ses dents, la chair se déliant finement comme une corde usée dont le dernier muscle sectionné émet le son d'un élastique qui casse après avoir été bandé les yeux dans le dos au poteau où j'arme mon fusil photographique qui plombe les paysages de clichés destructeurs, faisant jaillir du beau la laideur suprême, tant tes yeux m'auront rendu blême, gousse d'ail démente aux oignons lacrymales dans la marmite de Charon, occupé à ramer l'intérieur de Eutherpe et Mélpomène, comme le subtil mélange de pulpe d'aconit et d'absinthe immergée dans ce qu'à craché de l'estomac guttural qui tire sur les reins et qui rompt avec la gorge de tes seins deus ex machina refait au scalpel du médecin qui se fait artiste des lendemains des lendemains de Paris jusqu'en Californie, ou le croissant fertile du mal impérial que braillent les journaux subversifs en braille impulsif des ouailles corrosives.


Dédié à l’œuvre de Sylvie Rupert sur Lautréamont

0
0
0
2

Vous aimez lire Kiran Syrova ?

Commentez et annotez ses textes en vous inscrivant à Scribay !
Sur Scribay, un auteur n'est jamais seul : vous pouvez suivre ses avancées, soutenir ses efforts et l'aider à progresser.

Inscrivez-vous pour profiter pleinement de Scribay !
0